Faut-il lire la ‘Franc-maçonnerie pour les Nuls ?’

Par Jiri Pragman dans Edition

Il en est qui dédaigneront cet ouvrage par principe, jugeant le livre à la couverture jaune et noir, indigne de figurer dans une « bonne » bibliothèque maçonnique. D’autres considèreront qu’un Maçon « aguerri » (pour autant qu’on le soit jamais !) n’a que faire d’un ouvrage généraliste ? D’autres Maçons encore seront peut-être effrayés par les slogans en couverture : « Découvrez l’histoire, les symboles et les rituels des francs-maçons ! », « A mettre entre toutes les mains ! ».

Dois-je dire que j’ai lu la Franc-Maçonnerie pour les Nuls (Editions First) avec beaucoup de plaisir ? Bien sûr, un Franc-Maçon « latin » peut se demander si un ouvrage rédigé à l’origine par un Américain reflètera suffisamment une vision européenne de la Franc-Maçonnerie, celle d’un continent où la Maçonnerie « irrégulière » est fort active, où la Franc-Maçonnerie féminine et la Franc-Maçonnerie mixte ont trouvé leur place. Il est vrai que, pour cette version francophone, Christopher Hodapp, membre de la Grande Loge d’Indiana et auteur de [Freemasons for dummies] a bénéficié des apports de Philippe Benhamou, membre de la Grande Loge de France (et grand lecteur du Blog Maçonnique) qui a écrit de nouveaux chapitres et a adapté l’ouvrage initial.

J’ai commencé la lecture de ce livre… dans mon lit pour la poursuivre en vacances, au bord d’une piscine. Et pourtant, ce livre ne doit pas être pris avec moins de considération que d’autres. Là où d’autres ouvrages sont très généralistes n’intéressant que les profanes qui envisagent de « frapper à la porte du Temple », là où d’autres sont extrêmement pointus mais sur des aspects limités de l’Art royal, la Franc-maçonnerie pour les Nuls (Editions First) avec beaucoup de plaisir ? Bien sûr, un peut toucher sans aucun problème ces 2 publics. D’ailleurs, l’édition française a trouvé son public avec environ 10.000 acquéreurs à ce jour !

Quelques remarques nénamoins ! Elles auront souvent trait à des variations locales rituelliques ou organisationnelles (ces remarques peuvent elles-mêmes être contestées puisqu’elles ne peuvent témoigner que de mes rencontres avec certaines pratiques maçonniques, surtout en Belgique)..

  • « Les maçons ont des réunions régulières (environ une à deux fois par mois) tout au long de l’année appelées tenues » (p 15. Voir aussi p. 97, 124). Pourtant, certaines Loges se réunissent une fois par semaine.
  • « Personne – à l’exception d’un candidat à l’initiation – ne pénètre dans une loge sans tablier » (p 19). Malheureusement, dans certaines Loges, on admet des Frères ou des Soeurs qui portent simplement un baudrier de Maître.
  • « Le Vénérable de la loge est donc élu à chaque Saint-Jean d’été pour une période de un an » (p 43). L’élection n’a pas nécessairement lieu à cette période qui, dans certaines Loges, est simplement réservée à la Tenue solsticiale qui clôt l’année maçonnique.
  • « Une Bible ou un autre Volume de la Loi Sacrée (ou Livre de la loi sacrée) est ouvert sur l’autel à chaque fois qu’une loge tient une session » (p 60). « Il y a un autel sur lequel la Bible est ouverte » (p. 95) Inexact en ce qui concerne, par exemple, le Grand Orient de Belgique où seules quelques Loges utilisent un livre à savoir la Bible ou un livre aux pages blanches.
  • « Weishaupt était un intellectuel. Il été né juif, avait été baptisé comme catholique et avait été éduqué par les jésuites » (p. 83). L’origine juive d’Adam Weishaupt, fondateur de l’Ordre des Perfectibilistes (Illuminés de Bavière ou Illuminati) est contestée par Pierre-André Taguieff (« La foire aux Illuminés »).
  • « Le fait que le Dr Joseph Guillotin, l’inventeur de la machine qui avait décapité tant de Français, ait été un maçon ne contribua pas à donner une bonne opinion de la franc-maçonnerie » (p. 97). En réalité, cette machine a été inventée par le chrirurgien Antoine Louis pour abréger les souffrances des condamnés à mort. Le Dr Joseph Guillotin, député à l’Assemblée constituante, proposa à l’Assemble le 28 novembre 1789 d’adopter cette machine. L’engin fut d’abord surnommé « Louisette » ou « Louison » avant d’être appelée « guillotine » par dérision.
  • « Le premier surveillant est à l’ouest sur une plate-forme de deux marches et le second surveillant est au sud sur une marche » (p. 95). En Belgique, les stalles des Surveillants sont souvent à la même hauteur.
  • A propos du rituel d’ouverture des travaux (pp. 104-105), il faut rappeler que si la description est sans doute exacte au REAA, elle ne l’est pas nécessairement au Rite Français Moderne où des variantes existent : l’équerre et le compas peuvent être placés (sans livre sacré) par l’Expert ou le Maître de Cérémonies, le Tapis de Loge peut être installé et les bougies des colonnettes allumées avant la Tenue. Ces bougies peuvent également rester allumées jusqu’à la fin de la Tenue.
  • « L’hospitalier est assis à la droite du Vénérable Maître et derrière l’expert ». Au RFM, il est habituellement installé en tête (vers l’Orient) de la colonne du nord (Septentrion).
  • « Mais attention : une loge est toujours monorite » (p. 109). Si je prends le cas de ma propre Loge, elle travaille ordinairement au Rite Français Moderne sauf au Solstice d’Hiver où le Rite Ecossais est pratiqué. Les Frères sont d’ailleurs initiés aux 2 Rites.
  • « Les femmes maçonnes revêtent une grande robe noire par-dessus leur vêtement de ville » (p. 124). C’est le cas dans les Loges féminines (GLFF, GLFB). Dans certaines Loges travaillant au Rite de Memphis-Misraïm, la robe est blanche. Par ailleurs, les Maçonnes travaillant dans les Ateliers du Droit Humain ne portent pas de grande robe noire mais des tenues « civiles » (même si le noir est préconisé notamment lors des Initiations).
  • « Juste avant la sortie, les frères se dégantent et forment la chaîne d’union, symbole de fraternité » (p. 125). La chaîne d’union peut se former plus tôt dans la Tenue; dans certains Ateliers, les assistants conservent leurs gants.
  • « Il suffit simplement d’enlever une chaussure, remonter une jambe de son pantalon et ouvrir sa chemise. Ensuite, il a une corde enroulée autour du cou et il a les yeux bandés » (p. 129). Au Grand Orient de Belgique, cette pratique existe mais est extrêmement rare. Les candidats portent un costume de ville sombre ou un smoking.
  • « Les apprentis le portent avec la bavette relevée tandis que les compagnons baissent la navette de leur tablier » (p. 131). Au RFM, on voit aussi l’Apprenti porter la bavette à l’intérieur et le Compagnon à l’extérieur (abaissée).
  • Mention de Louis Armstrong comme artiste franc-maçon : cette thèse est contestée (cfr notre article « Louis Armstrong, franc-maçon ? ».
  • A propos des polars au pays de la franc-maçonnerie (p. 345), le 2e auteur du « Rituel de l’Ombre », Jacques Ravenne, a été omis.
  • L’adresse officielle du Blog Maçonnique est www.hiram.be.

    TABLE DES MATIERES

    Introduction

    Première partie : Qu’est-ce que la franc-maçonnerie ?
    Chapitre 1 : Loges, tabliers et drôles de poignées de main : la Franc-maçonnerie en bref
    Chapitre 2 : Des carrières aux loges : histoire de la franc-maçonnerie
    Chapitre 3 : La philosophie de la franc-maçonnerie
    Chapitre 4 : La politique, la religion et les francs-maçons : ils ne se mélangent pas

    Deuxième partie : Les mécanismes de la franc-maçonnerie
    Chapitre 5 : Comment les maçons sont organisés : qui fait quoi et pourquoi
    Chapitre 6 : Les cérémonies des francs-maçons
    Chapitre 7 : Les Symboles de la franc-maçonnerie
    Chapitre 8 : Mythes et idées fausses sur les maçons

    Troisième partie : Pour aller plus loin
    Chapitre 9 : Le rite écossais ancien et accepté
    Chapitre 10 : Le rite français
    Chapitre 11 : Les autres rites maçonniques
    Chapitre 12 : Du côté de nos soeurs
    Chapitre 13 : Autour de la franc-maçonnerie

    Quatrième partie : La franc-maçonnerie aujourd’hui et demain
    Chapitre 14 : La franc-maçonnerie aujourd’hui
    Chapitre 15 : La franc-maçonnerie de demain
    Chapitre 16 : Devenir franc-maçon

    Cinquième partie : La partie de dix
    Chapitre 17 : Dix groupes de maçons célèbres
    Chapitre 18 : Dix surprenantes conspirations, machinations et impostures antimaçonniques
    Chapitre 19 : Dix textes maçonniques célèbres

    Sixième partie : Annexes
    Annexe A : Carnet d’adresses des obédiences francophones
    Annexe B : La franc-maçonnerie sur Internet : blogs, forums et sites
    Annexe C : D’autres livres pour aller plus loin
    Annexe D : Glossaire

    Chez Amazon.fr :

lundi 17 juillet 2006 Pas de commentaires

Étiquettes :

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
fringilla diam felis felis nec risus. adipiscing consequat. ultricies elit. libero tempus