Servel au GODF
Jean-pierre Servel, Grand Maître de la GLNF, prend la parole dans le temple Arthur Groussier du GODF. (Photo Ronan Loaec, GODF)

Plus de quatre cents personnes aux premières rencontres Lafayette

Par Martial Gabin dans Obédiences

Plus de quatre cents personnes se pressaient hier jeudi 28 mai aux premières « Rencontres La Fayette » organisées conjointement par la GLNF et le GODF. Dès le début les deux Grands-Maîtres ont tenu à souligner qu’il ne s’agissait en aucune manière d’une opération « politique » contre quelque obédience que ce soit, et chacun d’eux a tenu à souligner que leurs deux obédiences pouvaient d’autant plus envisager des travaux en commun sur la culture maçonnique, car celle-ci est commune à tous, que leur position « initiatique » était différente. Ce que l’un des intervenants, Yves Hivert-Messeca a pu résumer par cette phrase : « Cette soirée montre que les francs-maçons sont d’accord sur tout sauf sur la franc-maçonnerie » ce qui a fait s’esclaffer de rire toute la salle.

C’est donc une ambiance chaleureuse, décontractée et fraternelle qui régnait à ces rencontres, où le plaisir de « retrouvailles » était palpable. Cette ambiance a quelque peu éclipsé la thématique abordée. C’est dommage, car la qualité des interventions était remarquable. Le frère et philosophe Bruno Pinchard a fait une intervention plus littéraire que philosophique, soulignant le caractère « poïetique » de la démarche maçonnique, tandis que le frère historien Hivert-Messeca a posé la question, paraphrasant Jean-Pierre Vernant, de savoir si les frères et sœurs croyaient à leur mythe. Il fallait bien pour ces retrouvailles symboliques, après plus d’un siècle d’ignorance réciproque, des témoins extérieurs. Michel Field et Pierre Zarka ont joué ce rôle avec brio, intelligence et érudition.

Il a été annoncé par les deux Grands-Maîtres que les obédiences de la « maçonnerie française » (GLTSO, LNF, GLCS étaient représentées) y étaient conviées et que ces rencontres auraient un caractère annuel. Notons que Jean-Pierre Servel, le Grand-Maître de la GLNF, s’est toujours adressé aux femmes, nombreuses dans la salle, en les qualifiant de « sœurs ».

Incontestablement il s’est passé le 28 mai 2015 un événement dans le paysage maçonnique français. La fraternité y a été vécue réellement, chacun soulignant que l’on pouvait d’autant plus dialoguer entre obédiences, dans le plaisir vraiment partagé, que l’on n’est pas « concurrent ». Au-delà des discours c’était bien hier la démonstration vécue que ce qui sépare frères et sœurs est moins important que ce qui les réunit.

Les prochaines « Rencontres la Fayette » auront lieu au siège de la GLNF l’an prochain. Quelle que soit la suite « politique » des événements, ne doutons pas que ces « rencontres » vont susciter d’ici à l’an prochain des rencontres informelles à plusieurs niveaux, car en fait, ce qu’on permis ces rencontres, c’est une décrispation des relations interobedientielles, personne n’ayant cherché à convaincre l’autre du bien-fondé de sa position. Bonne nouvelle, le droit à la différence vient d’être, pour la première fois en France, reconnu et vécu.

vendredi 29 mai 2015 2 commentaires
  • 2
    Jean des Spels 29 mai 2015 à 16:05 / Répondre

    J’ai assisté à cette conférence. Au delà du précédent qu’elle constitue et du caractère émouvant de la rencontre, je retiens la qualité des interventions sur le thème de la conférence (Mythes et franc-maçonnerie), de très haute tenue, si j’ose dire. Dommage que les questions et propos de la salle n’aient porté que sur la rencontre elle-même et pas vraiment sur le fond. J’aurais souhaité également – peut-être un thème pour l’an prochain ? – que la différence de conception de l’initiation dans les deux obédiences, soulevée par un orateur, soit approfondie. Une très belle soirée.

  • 1
    Lionel MAINE 29 mai 2015 à 11:49 / Répondre

    D’une indifférence stérile, aux différences d’approches assumées; la méthode maçonnique révèle son efficacité.

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Signaler un contenu abusif
amet, risus libero pulvinar elit. ipsum