sceau GLDF

Les Matins d’histoire Marquis de La Fayette

Par Géplu dans Divers

L’ancienne Commission d’Histoire Maçonnique de la Grande Loge de France s’est réorganisée, et est maintenant gérée par la loge nationale de recherche de la Grande Loge de France Marquis de La Fayette.

Elle propose un samedi par trimestre, de 10h à 12h30, les « Matins d’Histoire Marquis de La Fayette », ouverts aux sœurs et aux frères de toutes les obédiences, sans exception. Trois exposés de 25 minutes sont présentés par des conférenciers suivis d’une discussion générale, dans le temple Marquis de La Fayette, 8 rue Puteaux, à Paris (17e).

Ceux qui le souhaitent peuvent également participer aux agapes autour des conférenciers.

Samedi 16 décembre 2017 – Destins croisés

• Victor Schoelcher et l’abolition de l’esclavage – Jean-Claude Hertz
• Les inoxydables Trinitaires – Alain Mothu
• L’introduction de l’hermétisme dans les rituels du REAA – Georges Rela

Samedi 10 mars 2018 – La Commune

• L’entrée massive au Suprême Conseil de France des républicains du Second Empire – Jean-Pierre Thomas
• Les loges et les francs-maçons de la Commune – François Rognon
• L’action des femmes pendant la Commune – Irène Mainguy

Samedi 9 juin 2018 – Les débuts de la mixité

• L’aventure de Maria Deraismes – Christine Roux
• Le parcours de Georges Martin – Françoise Moreillon
• La naissance de l’Ordre International du Droit Humain – Dominique Segalen

Samedi 8 septembre 2018 – La réémergence de la GLDF

• De la Grande Loge centrale à la Grande Loge de France – Jean-Pierre Thomas
• Les décrets du Suprême Conseil de France – Pierre-Henri Landriau
• Jean-Marie Raymond et la souveraineté de la Grande Loge de France – Michel Pélissier

vendredi 13 octobre 2017 3 commentaires
  • 2
    Diderot 14 octobre 2017 à 13:10 / Répondre

    La GLDF et le SCDF sur lequel l’obédience est souchée sentent bien qu’il y depuis quelques années,  la mise en évidence d’éléments très crittiques pour ses deux entités et la relation de soumission de l’un à l’autre. On se souvient que les oligarques du SC ont obligé la GLDF à se précipiter dans la CHIMÈRE de la Reconaissance par la GLUA. Le passé GM Michel Barat avait parfaitement affirmé cette SOUMISSION dans un entretien à l’Express en octobre 2014. (blog LA LUMIÈRE)

    « Vous semblez évoquer des pressions sur les dignitaires. D’où viendraient-elles ?
    Du Suprême Conseil [structure des Hauts-Grades du REAA]. Si l’on suivait sa politique, la GLDF deviendrait une secte ou une organisation stalinienne. L’obédience est en train d’être soumise à un Suprême Conseil qui est devenu fou, schizophrène, mégalomane. Dès qu’un frère est en désaccord, il est viré par un Grand Inquisiteur qui oublie que les titres ronflants sont ironiques et pas à prendre au pied de la lettre. Certains sont dangereux et font fuir à la fois les rationalistes et les authentiques croyants en Dieu. »
    Il faut donc redorer les blasons DES DEUX INSTITUTIONS avec l’aide du ban et et l’arrière ban des hsitoriens « maison ». On n’invite donc pas Roger DACHEZ Président de l’IMF pour faire un petit cours d’histoire mais la VRAIE. La seule fois où il fut invité par deux Loges de la GLDF en 2013 , le GM Henry a voulu qu’il parle sous contrôle d’un « commissaire politique » comme l’a affirmé l’historien de réputation internationnale. Dachez a refusé et cela a conduit au début de la fin de la CMF et de la CHIMÈRE!  Les Députés de la GLDF ont ensuite mis pouce en bas au Convent en 2014 et ce fut la FIN DE LA CHIMÈRE*..
    * mot avancé par le GM Charuel pour qualifier les projets de la rue Puteaux de 2012-2014.

    • 3
      Lionel MAINE 14 octobre 2017 à 15:48 / Répondre

      Le Frère Michel BARAT était moins critique, lorsque, jeune 18ème, il accédait de facto au 33ème degré, uniquement en vertu d’une coutume confondant administratif et initiatique.
      Le Frère Jean VERDUN, dans les mêmes circonstances, fut plus pragmatique.
      Heureusement, aujourd’hui, cette pratique n’est plus d’actualité.

  • 1
    ALJA 13 octobre 2017 à 11:56 / Répondre

    C’est un fait historique que les « Communards » francs-maçons, écoeurés par l’attitude du Conseil de l’Ordre du GODF pendant la commune sont presque tous devenus des frères, travaillant au REAA et adhérents du Suprême Conseil de France.
    Pendant que le Conseil de l’ordre du GODF pélerine chaque année au « Mur des Fédérés », dans ce qu’il faut bien appeler une captation d’héritage, il est important que la GLDF rappelle la réalité historique.
    Et puisque « pélerinage » il y a chaque année au cimetière du Père-Lachaise, pourquoi la GLDF ne rendrait-elle pas hommage chaque année, en se rendant sur la tombe d’un communard célèbre, franc-maçon du REAA, adhérent d’une loge du suprême conseil de france : JULES VALLES.
    Ce serait justice

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, calomnie, injure, incitation à la haine ou à la discrimination y sont d'application. Les formules de salutation et abréviations maçonniques ne sont pas admises.

Les pseudonymes sont libres, mais pour être publié un commentaire doit provenir d'une adresse authentique et vérifiable. Lors de la première proposition d'un commentaire vous recevrez une demande de confirmation d'adresse, à valider.

 

Signaler un contenu abusif
38e3236c0520d74ece56b5b82038427cBBBBBBBBBBBBBBBBBBBBB