De Midi à Minuit, quelques poèmes de fraternité – 2

Publié par Géplu
Dans Divers

Etre franc-maçon ou habiter poétiquement le monde

.
Comme l’écrivait il y a deux siècles le poète Holderlin, il n’y a qu’une façon de vivre c’est d’habiter le monde poétiquement. Vivre poétiquement c’est retrouver la capacité à l’étonnement, fondement de la philosophie, et à l’émerveillement, source de la poésie qu’a naturellement l’enfant.
En nous invitant à faire un pas de coté pour appréhender le réel sous les autres faces que celles de l’apparence, la franc-maçonnerie ne serait-elle pas une invitation à vivre poétiquement ?
C’est ce que pense Jacques Viallebesset et ce que suggèrent certains de ses poèmes. Il a accepté de nous en offrir quelques uns, dans lequel le lien avec la franc-maçonnerie est assez transparent. Profitez-en sans retenue.

 

Sur les braises             

La mort est une vague bleue
Qui immerge les braises des jours
Vous, chevaliers à la rose
Porteurs de la lampe du cœur
Savez que nous avons des étoiles
Plein les poches pour répondre
A l’espérance de leurs yeux
Si Prométhée est déjà mort
Dionysos et Orphée sont en fête
Il faudra dire à nos frères
Le monde enfin peut être beau
Pas demain ici maintenant
Puisque nous sommes vivants
Le magma de la vie rougeoie
Au fond de l’océan cosmique.

Extrait du recueil CE QUI EST EPARS paru aux Editions le nouvel Athanor.
Voir aussi le site de Jacques Viallebesset L’atelier de Poètes.

dimanche 10 mai 2020

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif