Débats Laïques s’engage contre le Racialisme

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 28 août 2020
  • 15
    Aigle
    29 août 2020 à 22:44 / Répondre

    C’est évident que racialisme est le mot modéré du racisme est-ce ne date pas d aujourd’hui il y’avais le classement par races religion et classes sociales
    En réagissant de la sorte l’être humain a met de côté son humanisme pour satisfaire le sentiment du supériorité avec tout les conséquences que en connais
    Mais il y’avais toujours des voix qui combattaient et se n’est pas fini

  • 9
    Désap.
    28 août 2020 à 20:49 / Répondre

    Et que propose William ? Rien.
    La critique est facile, la suite est connue.
    Le cadre légal est une chose, non intengible en effet.
    Le cadre constitutionnel une toute autre et sa modification réclame des exigences de l’ordre d’une quasi unanimité.
    En conséquence celui-ci est la réponse aux racialistes.
    Le racialisme, faux nez du racisme. Ne nous trompons pas et nous ne laissons pas distraire par des avocats qui confondent les principes de leur profession et les intérêts fondamentaux de notre pays.

    • 10
      William
      29 août 2020 à 10:31 / Répondre

      On ne ne voit pas bien pourquoi les avocats sont soudainement mis en cause… Doit on en déduire que, dans l’esprit de l’inénarrable commentateur, les avocats sont moins bien placés pour parler sur les lois, la liberté et les intérêts fondamentaux de notre pays que, par exemple, un garagiste qui prône l’assassinat préventif de certains de nos concitoyens ? Les mystères de l’esprit de l’inénarrable commentateur…

      • 11
        Désap.
        29 août 2020 à 11:29 / Répondre

        10 – Garagiste ? Ah bon ?
        Assassinat préventif de certains de nos concitoyens ? Sans blague 🙂 🙂

        • 14
          William
          29 août 2020 à 20:17 / Répondre

          Deux reniements pour le prix d’un… du Desap-la-girouette dans toute sa splendeur ! On peut au moins se réjouir que tu n’assumes plus ou même que tu as abandonné les idées nauséabondes que tu répandais ailleurs.

  • 7
    William
    28 août 2020 à 18:27 / Répondre

    Quel dommage que des intentions louables soient dévoyées par des poncifs maladroits et simplistes.

    Rappelons que la loi évolue, c’est son principe. Ce que la loi a fait, la loi peut le défaire si la société le requiert. Rien n’est inaltérable ni définitif. C’est donc totalement contre-productif de se retrancher derrière la loi, fut-elle constitutionnelle, pour lutter efficacement contre ceux qui veulent étendre l’influence du religieux au-delà de la sphère personnelle.

    Même chose à vouloir se retrancher derrière un prétendu « principe inaltérable » selon lequel « la liberté de chacun s’arrête où celle d’autrui commence ». C’est avoir une vision étriquée de la notion de liberté, ou pire un déficit de connaissance sur la notion de « liberté ». Ce « principe » ne fonde qu’une facette de la notion de liberté dans une approche passablement individualiste, mais il souffre nécessairement la critique ou en tout cas d’être relativisé par d’autres approches de la liberté. Par exemple, l’actualité épidémiologique des 6 derniers mois devrait inciter à constater que la liberté des uns est surtout entremêlée à celle des autres, plutôt que sa limite…

    Maintenir le religieux là où est sa place mérite un peu mieux que des discours pré-formatés et visiblement émotionnels.

  • 5
    Jean_de_Mazargues
    28 août 2020 à 17:26 / Répondre

    Voilà, c’est la rentrée, c’est reparti comme en 14 … Nous allons recommencer probablement assez vite à nous empaler sur la laïcité, l’athéisme et « non, Schoelcher n’était pas une crapule », tout cela entre Frères et sans oublier les commentaires des communiqués de presse topiques et désolants de notre obédience préférée … C’est promis, c’est juré sur l’autel et face au GADLU que, à parti de cette rentrée, je vais ESSAYER de me contenir (un peu).
    Paix et Fraternité.

    • 6
      Désap.
      28 août 2020 à 18:17 / Répondre

      5 – 🙂 🙂 Moi également.
      Je fais mienne ta conclusion.

    • 8
      Lazare-lag
      28 août 2020 à 19:01 / Répondre

      C’est la rentrée?
      La rentrée par rapport à quoi?
      Sur le site Hiram-be, la rentrée c’est déjà depuis la réouverture du site par Géplu, depuis le 17/08.
      Par rapport à une rentrée professionnelle, il y a essentiellement les enseignants pour voir une rentrée professionnelle en septembre. Peut-être est-ce ton cas, après tout.
      Ou plus simplement pour avoir été aoûtien.
      Cela étant, entre confinement et COVID, le calendrier a été sérieusement bousculé pour beaucoup, même pour une prise de congé estivale. Et je ne parle pas des destinations repensées et revisitées.
      A moins que tu ne fasses allusion tout simplement à la rentrée maçonnique.
      La rentrée des loges, c’est encore autre chose, surtout en cette période pas banale.
      Permets-moi donc de te la souhaiter bonne, la rentrée, et quelle qu’elle soit, professionnelle, comme maçonnique, ou même sur ce site.
      Peut-être même pourras-tu comparer les expériences de rentrées maçonniques côté français et côté italien, et en tirer quelque enseignement…
      Quant au fait de « ESSAYER de (te) contenir », je ne doute pas que tu y réussisses.
      Car, même agacé, même contrarié, je ne suis certainement pas le seul à avoir remarqué que tu es de ceux qui ne se laissent jamais aller à quelques glissades langagières ou débordements verbaux faciles dont l’outrance ne saurait tenir lieu d’argument.
      Tu n’es pas de ceux-là.
      Non seulement c’est tout à ton honneur de rester correct, mais en plus cette attitude renforce et conforte ton propos, même, et surtout si on ne le partage pas.
      Bonne rentrée, MTCF Jean.

      • 12
        Jean_de_Mazargues
        29 août 2020 à 13:29 / Répondre

        Façon de parler. Professionnellement, j’ai travaillé en août.

    • 13
      Brumaire
      29 août 2020 à 15:08 / Répondre

      Mon F Jean, de quelle rentrée parles-tu? Géplu, même en vacances, avait un oeil sur son blog qui a repris ses habitudes dès la semaine dernière. Si c’est la rentrée maçonnique, celle-ci reste encore hypothétique, vu les mesures sanitaires qui devraient être si simples à appliquer, mais que nos obédiences se plaisent à compliquer. Je plains les loges de 40 membres ou davantage, dans nos locaux ordinaires: ces loges auront déjà tout faux dès la rentrée.
      Quant à la laïcité, il n’y a pas de quoi s’empaler, mais au contraire, de quoi s’unir, parce que les revendications « racialistes » (Désap a raison de dire que le racialisme est le faux nez du racisme), les insultes aux musulmans qui ont le culot de manger pendant le ramadan, les provocations des voilées, les livres débaptisés ou mis à l’index, etc, etc…ça suffit.
      Salut, et Fraternité.

  • 4
    réboussié
    28 août 2020 à 15:32 / Répondre

    à quand la suppression de la laïcité dans notre article premier car il stigmatise ceux et celles qui ne le sont pas , et stigmatise en même temps ceux pour qui la liberté doit s »aligner sur leur morale , bref Dieu parle par leur bouche , à défaut de se signaler lui même …mais il y a des Dieux , et donc autant de temples , sans compter les nouveaux et les variantes et même l’espoir d’un Dieu inconnu qui ignorerait la haine , des autres et surtout de soi et de lui même , car le communautarisme , c’est la haine de l’autre et la guerre pour les prébendes ..
    mais remontons à la source , puis un peu après , l’école , car les parents ?? combien se préoccupent vraiment du service après vente ?
    ouvrez une école et vous fermerez une prison ?? disait V Hugo …on en est en exagérant un peu ; fermer certaines écoles et vous pourrez fermer des prisons …la faillite est économique , sociale , morale ,politique , financière …..
    lisez Natacha Polony dans son édito ce matin dans « Marianne » ,
    remplacer racisme par racialisme et le tour est joué , c’est nouveau , néo moderne ….
    remarquez ?? on trouve dans certaines presses de 1920 les prémisses des divagations d’aujourd’hui , qui éclatent au grand jour vu la disparition volontaire de l »intelligence qui se cache devant tant de bêtise , sidération ? Michel Onfray ?? les derniers mots libres ? Débats laïques ? une chance ?? un réveil ? oui , assurément , la FM doit se réveiller , et ce ne sont pas les sbires du FN ou du RN qui nous ont noyauté , les mauvais compagnons étaient bien de chez nous ….

  • 3
    Lazare-lag
    28 août 2020 à 12:40 / Répondre

    Quand on clique sur le lien (en rouge) « Dossier du Racialisme », on aboutit évidemment sur les analyses mentionnées des quelques personnalités citées dans le papier de Géplu.
    Pour ma part, après ces articles, j’attire l’attention sur la rubrique tout à fait en bas de page « Lire aussi ».
    Laquelle permet, sur ce thème, d’atteindre des liens vers « Charlie Hebdo », « Tribune de l’UFAL », ou « Tribune de Marianne »
    Avant que de faire immédiatement le procès de ces trois titres, (certains de nos commentateurs ont le sang chaud et foncent à la première muleta), j’invite à ouvrir préalablement ces 3 liens, et à lire ce qui s’y trouve….
    Particulièrement instructif, voire alarmant, voire inquiétant.
    – – –
    Par ailleurs, cet article de Géplu sur ce dossier « Dossier du Racialisme » et les combats que mènent Gérard Delfau et la collection « Débats Laïques », chez L’Harmattan, m’inspirent une transition vers une actualité littéraire qui personnellement me trouble assez depuis que je l’ai apprise hier.
    – – –
    J’apprends que désormais le titre célébrissime d’Agatha Christie « Dix petits nègres », ne sera plus publié sous ce titre là, et que la nouvelle traduction française va jusqu’à gommer (censurer?) le mot nègre de tout le bouquin, il y apparaît plus de 70 fois, au prétexte que c’est discriminant, que c’est pas bien, pas politiquement correct, etc, etc.
    Nous devons cela au propre petit-fils de Lady Agathe, l’ayant droit touche les royalties mais a des états d’âme.
    Je ne me suis pas encore fait une idée tout à fait achevée de cette polémique, mais j’ai cependant entendu que François Busnel (La Grande Librairie) ou Raphaël Enthoven (philosophe, essayiste) s’en sont déjà scandalisé, estimant avoir à faire ici à un témoignage d’acculturation, voire à un massacre d’une oeuvre culturelle.
    Je cherche encore à m’informer sur les motivations réelles d’un petit-fils qui ne semble pas avoir le quart de l’ombre, de l’esquisse du talent de sa Mamie, mais je trouve cela passablement inquiétant.
    On aimerait également savoir pourquoi l’éditeur français est absolument tenu de se prêter à une telle mascarade. Est-il sincèrement convaincu ou lié juridiquement par je ne sais quel contrat?
    Ici on déboulonne des statues, là on « réécrit » des bouquins, c’est quoi la suivante?

  • 2
    Nestor MAKHNO
    28 août 2020 à 12:07 / Répondre

    Le problème, ce n’est pas tant que tout soit dit ou écrit, il faut que ce tout soit entendu et lu et loin s’en faut. Il est donc nécessaire et vital d’ouvrir ce débat. Dans on voit des Rokhaya Diallo se pavaner sur une chaine continue de grande écoute, il y a lieu de s’inquiéter. Il faut pouvoir répondre aux factieux de la république.

  • 1
    Désap.
    28 août 2020 à 11:04 / Répondre

    Pour toute personne soucieuse du respect des principes de la République, tout est dit dans la présentation de ce débat.
    Je suis d’ailleurs toujours un peu surpris que ces mêmes personnes s’obligent à ouvrir des débats sur ce sujet.
    Le simple rappel des dispositions de la Constitution de la Vè République devrait amplement suffire et l’exigence de leur respect plus encore.
    Le simple fait d’ouvrir un débat sur ces questions induit qu’il y aurait matière à contester ce qui n’est pas du domaine de la loi, mais l’acte fondateur de la société française.
    Et puisqu’il ne saurait être question de remettre en cause les fondements d’un pays souverain et démocratique, toute personne éprouvant un mal-être, ou dans l’incapacité de s’y soumettre, a la plus entière possibilité de le quitter, fût-il Français.
    En France, et dans nombre de pays, de tout temps les pratiques religieuses ont été règlementées ou interdites.
    Par l’Eglise lorsqu’elle disposait d’un pouvoir, depuis 1905 par l’Etat qui dispose de tous les pouvoirs en la matière, ceci décidé par le peuple et de façon démocratique, au surplus, et garantissant le principe de Liberté, la liberté religieuse est protégée.
    Nonobstant cette disposition de liberté religieuse, celle-ci ne peut prétendre à une place plus importante que celle qui est dévolue, ne peut exiger que lui soit accorder des droits supplémentaires ou supérieurs au cadre légal, ceci de sorte de garantir la Liberté et l’Egalité des citoyens non concernés par des pratiques particulières, respectant ainsi le principe inaltérable selon lequel la liberté de chacun s’arrête où celle d’autrui commence.
    Les personnes prétendants à des dispositions légales particulières et qui ne les obtiennent pas la loi, toujours démocratiquement votée, doivent y renoncer et se soumettre à la loi.
    Ainsi devrait se clore ce débat qui n’a aucune raison d’exister parce que toutes les questions qu’il serait susceptible de soulever sont réglées par les dispositions du cadre légal de la République Française fondé au droit de la devise Liberté, Egalité Fraternité.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous