Ecossais de Saint Jean

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 28 janvier 2013
  • 38
    gagevapi
    22 mars 2013 à 10:30 / Répondre

    Comme promis, je vous livre la suite de ce que j’ai pu glaner. D’autant que les adresses email qui m’ont été fournies ne fonctionnent plus.

    Un « Conseil des rites » a comme fonction de mettre des ponts entre les rites, et que celles et ceux qui, par exemple, sont Rose-croix à un rite, le soient automatiquement dans un autre rite. On comprend ainsi que tous les regroupements de rite mènent à la création d’un « conseil ou collège des rites ».

    Pour le rite écossais primitif, dans la filiation qui nous intéresse, je vous propose de reprendre les choses du plus récent au plus ancien.

    Le livre sur « les rituels pour le travail en triangle », précise que la patente du REP se trouve dans le SC des rites confédérés, tenant du S collège des degrés maçonniques réunis, lui-même du SC des rites confédérés d’Edinbourg.

    Malheureusement, le livre d’Ambelain sur la maçonnerie oubliée, dit simplement que le « rite écossais primitif » est cité dans la panoplie proposée par les « rites confédérés d’Edinbourg » (ce qui est exact). Il n’évoque aucune filiation sur cet organisme. Il y a donc du premier une filiation que ne revendique pas Aubelain. Bien plus, Aubelain revendique une filiation morale sur Marseille-Avignon (et donc sur ce qui deviendra la rite écossais philosophique), à défaut d’une filiation véritable.

    Dans « Franc-maçonnerie d’autrefois », le REP est effectivement évoqué dans les « successions magistrales ». Mais la datation du document est imprécise: fait-il référence aux Constitutions et règlements de 1936 ?

    Notons que Papus, dans son descriptif historique de l’écossisme (que l’on trouve dans son livre « Martinisme et franc-maçonnerie », 1899) ne fait pas mention de ce rite.

    Pour le reste, Aubelain évoque effectivement une filiation sur Theodor Reuss. On peut penser que pour Theodor Reuss, il pourrait exister une filiation chancelante avec John Yarker (qu’il connaissait et dont il a usé, sinon abusé?).
    Toujours est-il que John Yarker, dans son livre « The Arcane Schools » (1909), fait mention du rite écossais primitif de Namur, avec un court descriptif qui n’est pas inintéressant. Mais pas de mention d’un « early scottish rite ».
    De plus, je n’ai trouvé aucune mention par John Yarker (par ailleurs correspondant à AQC et donc plutôt précis), concernant un lien avec lui et Walker-Arnott et/ou son Grand Council of Rites d’ Écosse.

    Donc la filiation s’arrête, me semble-t-il, sur Theodor Reuss, qui est un personnage pour le moins fantasque.

    Probablement que ce Theodor Reuss, grand collectionneur de grade, mais qui s’est surtout penché sur les Illuminés de Bavière et le Swedenborgisme, a entendu parlé d’un rite écossais primitif et du terme « early scottish rite » (utilisé par exemple par des auteurs anglais/écossais et pas des moindres), et à partir de là une légende s’est façonné, avec des bribes de vérités historiques.

    Notons simplement qu’effectivement, 1/ le rite écossais primitif de Namur fait l’objet de citation de tous les textbook américains du XIXème traitant du REAA, et notamment dans la filiation Cerneau-SaintLaurent-Hicks, qui aboutit effectivement à ce SC des rites confédérés américains, et 2/ qu’effectivement Walker-Arnott fut intié à ce rite au 33ème à Namur et l’a ramené en Écosse, dans son Grand Council of Rites. Mais ce Grand Council of Rites a disparu lorsqu’une fusion (absorption serait plus exact) fut réalisé entre le REAA de Morisson et ce Grand Council début des années 1850.

    Notons enfin, que le rite actuel n’a pas la forme du rite namurois, même si Aubelain en 1992 lui a adjoint un ordre intérieur de type SOT/RER. Et donc le fond (rituelique) et la forme (filiation) ne plaide pas, à mon avis, sur une véritable filiation avec le REP namurois, seulement des bribes.

    Et pour un autre type de filiation, comme la discussion semble l’indiquer, nous sommes dans le domaine de la légende maçonnique.

    Si des informations précises peuvent compléter ceci, merci.

    Et je ne peux que conseiller la lecture du livre de Serge Caillet : « La franc-maçonnerie égyptienne de Memphis-Misraim » qui met bien en lumière l’histoire récente de ces regroupements de rites.

  • 37
    gagevapi
    12 février 2013 à 10:52 / Répondre

    Au-delà de la sémantique, de la ré-écriture et ré-invention de rituels (et je dirais que personne n’a de leçon à donner à personne sur cette thématique, tellement par exemple la GLdF ou le GOdF se sont véritablement astreints à ce jeu!), d’une histoire allégorique (la FM en foisonne), des tendances occultistes/magiques (cela existe en FM depuis le XVIIIème), il est néanmoins une règle en FM, c’est la filiation.

    La filiation d’Ambelain sur Papus (Encausse) via Jean Bricauld ne pose aucun problème.

    Ceci étant dit, la recherche historique rigoureuse n’est pas toujours simple, surtout (c’est un euphémisme!) dans ce que les anglo-saxons appellent la « Fringe masonry ».
    Si le Suprême Conseil de rites unis (1908) de Papus et consort a essayé de réunir cette « Fringe masonry » (avec un succès mitigé), cet organisme est manifestement le point de départ de la recherche sur une éventuelle filiation sur un « Rite écossais Primitif ».
    Il y a eu et il y a des rite que se sont appelés primitifs, et certainement les rites de Misraïm et de Memphis. Au XVIIIème, nous avons par exemple connu le rite de Narbonne. Etc.
    Au XIXème siècle, je ne connais, sous ce vocable, que le Rite Écossais Primitif, dit de Namur, mais peut-être l’un ou l’autre auront des informations supplémentaires.

    Donc nous connaissons notre point de départ, un détour qui serait au EU et un possible point d’arrivé: un « Suprême Conseil des Rites Condédérés » créé à Edinbourgh en 1845 ?

    La piste est plutôt complexe: Seymour, américain, (qui remonte au REAA de Cerneau-SaintLaurent-Hicks par Hayes, Atwood, Cross, Mulligan, mais aussi à Memphis directement par Marconis), est un ami de John Yarker.

    Le détour USA ne peut que venir de là, mais que vient-il y faire ? Sinon par Memphis réintroduit par Yarker en Angleterre via Seymour (la branche française en Angleterre de Memphis s’étant éteinte). Notons cependant que Yarker a également ré-introduit Misraim en Angleterre, la filiation là n’est actuellement pas comprise. (Voir plus loin, le « Grand Council of Rites » d’Édinbourgh semblait comporter une « section » portant sur le rite de Misraim?)

    Le point d’arrivé serait:  » le Suprême Conseil des Rites Confédérés » à Édinbourgh, créé en 1845. ? Qu’est-ce donc cela? Ce pourrait être le « Grand Council of Rites » de Walker-Arnott, important pour le Royal Arch.

    Mais ce organisme aurait été créé en? et son activité serait perceptible à partir de 1845!
    Par contre les relations entre Walker-Arnott, le Grand Council of Rites et le Rite écossais Primitif dit de Namur sont connues (de part et d’autre du Channel.)

    Donc deux questions se posent actuellement pour moi (la piste doit être explorée, quitte ensuite à l’abandonner … et d’autres questions viendront):
    1/ Y a-t-il équivalence entre « Suprême Conseil des Rites Confédérés » et « Grand Council of Rites » ?
    2/ Y a-t-il relation entre John Yarker et ce « Grand Council of Rites » ?

    (On peut montrer une certaine filiation par Marconis entre Morisson de Greenfield (membre du Sanctuaire de Memphis de Marconis) et Yarker, mais le moins qu’on puisse dire, c’est que Morisson, le fondateur du SC du REAA en Écosse n’était pas un ami de Walker-Arnott; et on peut montrer des relations assez négatives entre Courgas (REAA nord-USA) et Walker-Arnott : tout cela ne fait certes pas une filiation, mais … -il ne faut jurer de rien dans l’histoire maçonnique!- )

    C’est une recherche bien amusante 🙂 … suite au prochain numéro!

  • 36
    E. S. R.
    11 février 2013 à 09:58 / Répondre

    Précision au regard de la notion de ‘Primitif’, dans le Rite Écossais Primitif : il ne s’agit nullement ici de l’adjectif dans son sens ce qui est premier, mais plus dans le sens anthropologique, savoir rudimentaire (proche de primaire.
    Contrairement donc à ce que nous pouvons lire ou encore entendre, ce Rite ne se dit pas antérieur aux autres, mais dépouillé, non pas dans sa rituellie ou encore dans son attache à la symbolique, au sens d’être à l’état brut – sans toutefois en faire un ersatz du RF ou encore du REAA.
    On peut donc concevoir que les pratiquants de ce Rite sont bien en conscience que le Rituel tient une place importante dans l’ouverture ou la fermeture des Travaux, lors des Tenues Régulières, mais qu’il ne s’agit en rien que celles-ci (ouverture et fermeture) soient longues, comme peut l’être par exemple certains Rituels utilisés par ailleurs (je pense entre autre au Rituel long du RAPMM).
    L’objectif est de pouvoir très rapidement créer le Temple idoine aux Travaux, le rendre transportable, comme il l’était pratiqué à ses origines.
    Pour ceux ayant des facilités avec la langue anglaise, plusieurs informations existent sur le net.

  • 35
    GEORGE
    5 février 2013 à 20:00 / Répondre

    J’ai cherché et j’ai trouvé à partir de google + livres. Merci pour les pistes.

  • 34
    W.Schaw
    4 février 2013 à 20:09 / Répondre

    Ce sera mon ultime intervention sur le sujet (cf les précédentes N° 16, 24, 26, et 28). Faute de réponse sérieuse à mes questions pourtant claires et précises sur ce fameux REP et après avoir exploré les pistes proposées, plus embrouillées les unes que les autres, j’en conclus -et ne serai pas le seul ! – que ce rite est un enfumage de plus destiné à égarer tout maçon honnête dans sa quête d’authenticité. C’est ce type de confusion intellectuelle qui engendre chapelles, coteries et autres scissions et porte au final préjudice à une maçonnerie hexagonale qui comptera bientôt une quarantaine d’obédiences. Encore un petit effort et on fêtera prochainement la cinquantième. En pionnière, elle pratiquera bien sûr exclusivement le REP. Avec un Grand Maître et devinez avec combien de nouveaux membres?

  • 33
    gagevapi
    4 février 2013 à 19:05 / Répondre

    Bien entendu je ne veux pas jouer au devin qui lance une devinette ésotérique. Ce n’est pas le genre de la maison.
    Qui sont Elias Hicks et JJJ Gourgas (sorry mon orthographe précédente n’était pas extra), que viennent-ils faire ici ?
    Qui est Arnott (c’est plus simple, il s’agit de George Arnott Walker-Arnott) et que vient-il faire dans le rite primitif ?

    Quels sont les fils, probablement ténus, mais peut-être pas inexistants, qui les relient à votre histoire actuelle? En tout état de cause, il me semble que ce seront les seuls qui pourraient expliquer votre histoire.

    Je suis prêt à aider celle ou celui qui veut y travailler.
    Il suffit de m’envoyer un mail à mon blog, et on en discute en « tête à tête »!

    Petite incise, qui embrouille, mais de rite primitif qui a porté Ambelain, c’est bien évidemment le rite primitif de MM et sa loge Alexandrie d’Egypte.

  • 32
    gagevapi
    4 février 2013 à 06:31 / Répondre

    Par gentillesse, car vous me semblez bien naïf, même si je n’aime pas les fumisteries, dire deux choses:
    Ambelain, que l’on peut et doit respecter en tant qu’homme, et totalement rejeter en tant qu’ « historien », c’est un ignorant, sans même que ça l’effleure, avait mis le doigt sur deux problèmes de l’histoire maçonnique, qui sont, à mon sens, passionnantes et peu/mal résolues :
    c’est d’une part ce qu’il appelle le « rite Cerneau » (appellation malheureuse), en fait le devenir de la faction qui s’est détaché de la fusion REAA Hicks-Gougars des années 1860 (de mémoire: je devrais retourner dans mes textbook), et d’autre part concernant le rite primitif sur le comportement du Dr Arnott autour de 1850.

    Voilà vos pistes, à vous de dérouler le fil.

  • 31
    gagevapi
    3 février 2013 à 22:18 / Répondre

    ih ih ih … à part les phrases creuses …

    You can lead a horse to water, but you can’t make it drink ?

    Yes sir !
    You’re absolutely right !

  • 30
    George
    3 février 2013 à 21:47 / Répondre

    Je suis désolé qu’en Maçonnerie, on rencontre des personnes faisant preuve de mauvais esprit. Pourquoi ?
    A propos de ce Rite, j’ai moi-même fait des recherches et effectivement, il existe depuis bien longtemps… quel intérêt à médire alors que tout est dans les livresEt si l’on cherche, on trouve. . Et je suis entièrement d’accord avec Esole, il faut faire attention aux livres trop récents qui souvent ne font que reproduire ( et pas toujours fidèlement) au lieu de produire.
    Ceci dit, lorsque l’on part en quête avec des préjugés plein la tête, on ne choisit pas forcément la bonne voie.
    « On peut emmener le cheval pour boire à l’abreuvoir mais s’il n’a pas soif … »

  • 29
    ESOLE
    3 février 2013 à 20:24 / Répondre

    @W.SCHAW
    Je ne suis malheureusement pas près de ma bibliothèque ce soir pour vous donner la page exacte. De mémoire, Bayard cite le REP et le Rite Ecossais Philosophique à propos de La Loge Mère Ecossaise de Marseille.
    D’autre part, pour avoir d’autres renseignements, vous pouvez toujours taper Rite Ecossais Primitif sur google et aller consulter dans « plus » les livres anciens qui en parlent. Ces livres sont anciens et montrent le chemin…point d’égarement .

  • 28
    W.Schaw
    3 février 2013 à 19:04 / Répondre

    @ESOLE
    Je ne connais pas non plus les membres de cette loge.
    Pour en avoir le coeur net, je viens cependant de consulter les ouvrages de référence suivants, émanant d’auteurs sérieux, :
    – JP Bayard. Symbolisme maçonnique traditionnel, Volumes I et II ( auteur spécifiquement cité par vous)
    – Lhomme, Maisondieu, Maso. Dictionnaire thématique de la FM
    – Ph. Langlet, Les textes fondateurs de la FM
    – D. Stevenson, les Premiers Franc-Maçons
    – D.Stevenson. Les Origines de la FM; le siècle écossais
    – Les sommaires des numéros de la revue Renaissance Traditionnelle depuis 1970
    On pourrait poursuivre la liste sans doute. …
    A aucun moment et en nul endroit il n’y est question du fameux ‘Rite Ecossais Primitif’. Pas même une simple mention. Rien.
    Alors pourquoi veut-on volontairement égarer, faute de pouvoir satisfaire une légitime curiosité? Une nouvelle supercherie, au détriment des cherchants?.

  • 27
    ESOLE
    3 février 2013 à 15:40 / Répondre

    Je ne connais pas les membres de la Loge des Ecossais de St Jean mais presque 30 ans de Maçonnerie m’ont permis de savoir qu’il n’y avait pas en France que le G.O.D.F et ses satellites, ni la Grande Loge de France, ni la G.L.N.F…..
    Je connais le Rite Ecossais Primitif souvent cité dans des livres tels que le Bayard pour ne citer que lui ou d’autres plus anciens.
    Toute l’histoire de la Maçonnerie ne se trouve pas sur internet .

  • 26
    W.Schaw
    3 février 2013 à 15:18 / Répondre

    Qui met en doute la légitimité du REP? Qui met en doute le travail des frères et soeurs pratiquant le REP?
    Pas moi en tout état de cause. Ignorant tout de ce rite, je pose quelques questions simples, sans arrière-pensées.(cf N°24 et 16 ci-dessus).
    L’obstination à ne pas y répondre, ou à noyer le poisson sous des digressions sans lien aucun avec ces questions, vaudraient donc fin de non-recevoir?
    Sauf plus ample informé, je reste donc sur mon idée première: un rite qui n’a rien d’écossais, ni de primitif, sorti tout droit d’un cerveau fécond se préocuppant fort peu d’authenticité. Mais peut-être suis-je dans l’erreur ? A la GLSREP d’en apporter la démonstration.

  • 25
    E. S. R.
    3 février 2013 à 12:52 / Répondre

    Bonjour,
    Pourquoi est-il toujours nécessaire que certains dédaignent ce que d’autres construisent ? Peut-être est-ce encore et toujours cette qualité débordante du plus grand nombre pour leur ego, n’intégrant aucunement les Devoirs de la Franc-Maçonnerie Universelle. Car la Franc-Maçonnerie est bien Universelle et non pas l’apanage de quelques grands hiérophantes ou grands maîtres en quête de pseudo pouvoir.
    Les Frères, comme les Soeurs, qui oeuvrent sous les auspices du Rite Ecossais Primitif sont très fréquentable, sans quelconque envie de conversion, ni même d’ailleurs de volonté d’être le plus grand nombre… ce qui n’est pas malheureusement le cas de plusieurs obédiences ô combien historiques, légitimes que pour elles-mêmes ou encore par des reconnaissances entre elles-mêmes.
    Certains en ces précédents post semblent trop encore être dans cette mouvance de grands donneurs de leçon ! Mais qui sont-ils et qui ou quoi les légitimes ? Ah oui, peut-être est-ce le fait d’appartenir à un GO ou une GL légitime… car tout simplement ancienne ! Mais l’ancienneté ne forge pas la légitimité, alors que le travail le fait.
    Laissons donc ceux qui souhaitent travailler le faire.
    Allez chers tous… si le REP n’était pas légitime, pourquoi le GODF (comme d’autres d’ailleurs) dispose-t-il de patente du REP et peut-il le réveiller ?
    Certainement parce qu’il y a un intérêt de Soeurs comme de Frères à s’inscrire dans la chaîne universelle de la Franc-Maçonnerie, mais avec une conception rituellique dans laquelle ils peuvent s’ancrer (ou s’encrer, car cela les conduira à concevoir des Planches qui enrichiront ceux avec qui le partage sera fait).
    Je vous souhaite bonne route, à toutes les GL, à tous les GO, ainsi qu’à la GLSREP.

  • 24
    W.Schaw
    3 février 2013 à 12:14 / Répondre

    @Divad
    Loin de la polémique qui semble s’installer, je me réfère simplement à mon commentaire N°16 ci-dessus, réitérant mes questions:
    – En quoi ce Rite EP est-il écossais?
    – En quoi est-il primitif?
    – Quelles en sont les sources attestées?
    Je formule l’espoir que des réponses sérieuses et objectives seront apportées à ces interrogations par les responsables de la GLSREP.

  • 23
    gagevapi
    2 février 2013 à 21:34 / Répondre

    Je ne pense pas du tout être agressif, ni d’ailleurs le moins du monde agressif, peut-être un peu rugueux (?!) … mais basant mes posts de manière précise, et documenté, dans la mesure de mes moyens.
    Et cela fait manifestement mal !
    La « vérité » fait mal, mais à part dire que j’ai tort …

    Faux ou vrai ?
    *A la gloire de dieu tout puissant et sublime architecte des mondes.
    *Création du rite par Ambelain à 85 ans, soit 5 ans avant de mourir.
    *Triangles qui initient.
    *Occultisme, hermétisme, et j’en passe

    Le jésuite a parfaitement raison, je me trouverais tellement mieux en bord de mer à la chaleur et sous le soleil à faire mes petits pâtés 😀
    mmmh

  • 22
    Divad
    2 février 2013 à 14:41 / Répondre

    Bjr, je suis étonné du nombre de commentaires postės à propos des ecossais de St. Jean eu égard à d autres sujets bien plus polėmiques abordés dans ce blog hiram.be qui, au passage, est remarquable.je pense ici à l article sur Un discours anti ‘nouvel ordre mondial illuminati’… au nom d’Allah
    j appartiens moi même à la glsrep et je dois avouer que j ai un peu de mal avec les commentaires de certains. Je pense à gagevapi en particulier qui se montre assez acharné et ressasse sans arrêt sur r.ambelain. Nous sommes visités assez régulièrement , nous visitons aussi beaucoup et je n ai pas l impression d appartenir à une secte! Nos travaux sont ce qu ils sont et nous y mettons tout notre cœur . Certains de nos visiteurs s intéressent à nos travaux et reviennent assez souvent, gage que ces travaux ne sont pas si ambelesquement sectaires! Alors d une je vous invite à visiter notre blog ou vous aurez accès à l’ensemble de nos travaux et de deux, cher gagevapi, je t en supplie , abandonne tes métaux et passe nous voir à moins que peut être tu préfères rester derrière ton clavier à ressasser toujours les mêmes sottises à notre sujet. D ailleurs, comme tu interviens de façon aussi passionnée au sujet des ecossais de St. Jean, je me demande si, peut être je me trompe, tu n as pas gravité de près ou de loin à une certaine époque dans la sphère ambelain et que tu trouves ici le moyen de régler tes comptes. Dans ce cas je te le demande , étant donné que tu n apportes rien au débat et dans la mesure où tu n’as rien d autre à fair, de déblatérer sur d autre sujets!

  • 21
    gagevapi
    1 février 2013 à 19:34 / Répondre

    Aah le jésuite, quel magicien tu fais 😀
    Me revoilà devenu gamin; je savais que tu étais un adepte d’Ambelin, grand magicien (il le revendiquait d’ailleurs, mais ce n’était pas nécessaire.).

    Merci, merci, merci pour cette fontaine de jouvence au bord de plage … un délice!

  • 20
    JHS
    1 février 2013 à 18:36 / Répondre

    Cher gagevapi,

    Qui que tu sois, tu es l’exemple parfait qui illustre à merveille ce que j’ai écrit plus haut.
    De plus mon garçon, tu es hors sujet.
    Alors, un conseil, prend ton seau et ta pelle et va faire des patés.
    A mon avis, tu devrais être capable de nous faire une planche sur ce ternaire !
    (…)

  • 19
    gagevapi
    31 janvier 2013 à 19:29 / Répondre

    JHS OU IHS est le sceau des jésuites …
    ΙΗΣ veut dire Jésus !

    Gagevapi veut dire: Gadlu à géométrie variable, c’est du pipeau !

    Attention, significations cachées multiples: nous parlons ici d’ésotérisme, bien plus encore d’ occultisme, d’hermétisme, de spiritisme et de magie …
    http://www.youtube.com/watch?v=69S4GTFJg3A

  • 18
    JHS
    31 janvier 2013 à 09:59 / Répondre

    La Fanc-Maconnerie est une institution qui formule de beaux principes mais ne parvient pas à les appliquer en son propre sein.
    Les Francs-Maçons prétendent faire régner l’harmonie dans le monde, or, ils se groupent en organisations, qui s’opposent les unes aux autres, refusant de fraterniser entre elles.
    Oswald WIRTH , et peu importe ce que chacun pense de cet auteur, possédait déjà en son temps, un regard trés affuté sur ce qu’est rééllement la Franc-Maçonnerie. Aujourd’hui, rien n’a changé ! Quelle tristesse !

  • 17
    gagevapi
    30 janvier 2013 à 23:46 / Répondre

    Ceci dit, si Ambelin fut un exécrable « historien », et que son rite primitif, inventé à 85 ans, tient de la haute fantaisie, il n’était néanmoins pas dénué de qualité. Pour celles et ceux qui veulent approcher un peu l’homme, l’interview de Robert Amadou repris dans RT n° 162 d’avril 2011 ne manque pas d’intérêt, et est un bon départ pour essayer d’aller plus loin.

  • 16
    W.Schaw
    30 janvier 2013 à 17:02 / Répondre

    J’ai pris la peine d’aller consulter le site en question, à savoir http://www.ecossaisdesaintjean.org/ pour en savoir plus sur ce ‘rite écossais primitif’ dont la simple mention m’a intrigué . C’ est en définitive une superbe invention ‘sui generis’, noyée sous un flot de considérations plus fumeuses les unes que les autres et de grandiloquentes déclarations de pureté originelle.
    Ce rite n’a rien d’écossais car n’ayant strictement aucun rapport avec l’Ecosse (ni même avec l’Ecossisme de Ramsay d’ailleurs). Il n’existe aucun document attesté permettant de retracer son histoire et son évolution. Au premier abord, j’avais naïvement pensé qu’il s’agissait du rite en deux degrés dont on trouve la trace dans le manuscrit de 1696 dit Edinburgh Register House qui concernait la loge Mary’s Chapel et encore parfois pratiqué en Ecosse sous forme de démonstration (loge Haughfoot notamment). Mais rien de tout cela. Pas la moindre analogie. En quoi ce rite est-il écossais ? Mystère. En quoi est-il primitif? Autre mystère. Comme aurait dit W.Churchill: « un rébus enveloppé de mystère au sein d’une énigme ». C’est prendre décidément les maçons soucieux d’authenticité historique pour des gogos.

  • 15
    Jiri Pragman
    30 janvier 2013 à 11:56 / Répondre

    Pour ce qui me concerne, par principe, je continuerai à poser des questions. Vigilance, vigilance, vigilance.

  • 14
    lou bourrélian
    30 janvier 2013 à 10:40 / Répondre

    j’ai visité le blog de cette obédience qui pratique un rite que je ne connaissais pas jusqu’ici; je dois avouer que les morceaux d’architecture mis en ligne et qui traitent essentiellement de symbolisme sont d’une grande qualité.

  • 13
    gagevapi
    30 janvier 2013 à 10:17 / Répondre

    @Yack
    Je pense que les églises peuvent avoir des dérives sectaires, par exemple la scientologie.
    Par quel miracle la franc-maçonnerie n’en aurait pas?
    Après avoir lu trois livres (celui d’Ambelain cité et les 2 portants sur les rituels), c’est peu mais c’est ce que j’ai trouvé, plus les blog qui se sont succédés sur les années, et quelques échanges mails avec des adeptes, mon opinion, mais ce n’est qu’une opinion, est que nous sommes probablement face à ce type de dérive. Qu’on me montre que j’ai tort, je l’accepterai, mais je préviens: ce ne sera pas avec des coups de maillet sur la tête du ciseau (attention aux doigts!) !?!

  • 12
    cherchant
    30 janvier 2013 à 09:56 / Répondre

    Cet article comme ce blog à le mérite de mettre la question de la recherche maçonnique au sommet de l’affiche.
    Que « le chien » se rassure chacun conserve son « discernement », et Robert Ambelain à bien fait d’explorer certaines terres inconnues.
    Voilà une question interessante posée par « le chien »:

    Il y a probablement une distinction à faire entre occultisme et ésotérisme.
    Le problème est que chacun à sa definition de l’occultisme.
    Pour certains il s’agit de ce qui est caché et qui se caractérise par la mise en oeuvre de voie d’action de nature à influer sur le réel, pour d’autres il s’agit de pratiques douteuses ou fumeuses et qui fichent la pétoche (sourire) aux esprits cartesiens.
    Par exemple comment classez-vous l’achimie dans son versant spirituel et dans son versant souffleur?
    Comment classer la symbolique des tarots d’un coté et son aspect divinatoire de l’autre? Idem l’astrologie etc.
    Voilà pour le premier sujet.

    Le second:
    Quellle distinction faites-vous (s’il en existe) entre hermétisme et ésotérisme?

    Ce sont de bonnes questions.

    Je pense que les réponses feraient état de la sensibilité et de l’experience de chacun. Quoiqu’il en soit c’est un bon sujet de recherche publiable sur le blog
    http://www.ecossaisdesaintjean.org.

    Bonnes recherches à tous.

  • 11
    gagevapi
    30 janvier 2013 à 09:13 / Répondre

    Il y a évidemment une grande différence entre favoriser l’utilisation de matériaux symboliques des loges opératives écossaises du XVII-XVIIIème, et de ce point de vue cela pourrait être intéressant, mais ce n’est pas le cas ici.

    On a l’exemple pour le rite moderne: c’est par une recherche minutieuse des sources symboliques que Guilly et Dachez ont montré la richesse de ce rite (à lire les trois livres: les pierres, les deux colonnes et les trois piliers.)

    J’ai dit ce que je pensais du livre d’Ambelain. On peut se pencher sur deux petits livres (2001 et 2007) à l’adresse de « à la gloire de dieu tout puissant et sublime architecte des mondes » (les choses sont ainsi clarifiées), traitant de rituels. Ce sont des rituels très banals qui dérivent en pauvreté du REAA français (et c’est une dérive!).
    Pour le reste je reprend l’une ou l’autre phrase parmi d’autre qui montre bien cet aspect qui pour moi est « sectaire »: « le frère terrible, gardien de l’au-delà de la porte reçoit jusqu’à lui l’énergie descendue du vénérable par l’intermédiaire … » ou « Mais si la parole divine féconda l’univers dans une dimension sublime, qu’en est-il de notre pauvre parole humaine? ». Etc., etc.
    Donc on comprend mieux qu’en guise de preuve historique, ce soit effectivement le marteau qui percute le ciseau permettant ainsi à l’esprit de pénétrer la matière…

    Bien plus intéressant est l’organisation, on le perçoit bien sur le site.
    En fait le système est organisé surtout par des triangles (minimum 3 personnes) qui initient. Cela permet, pour une organisation très petite, de rester dynamique et surtout en petites cellules qui verrouillent le membre, tout en permettant la décentralisation de l’organisation dans des lieux privés (maison du membre, etc.). La loge elle-même ne doit pas dépasser 10 à 12 membres, toujours pour des raisons de faisabilité identiques.

  • 10
    gagevapi
    30 janvier 2013 à 08:27 / Répondre

    @quénaffère. Ici tu as l’exemple du « pourquoi ». Des affirmations sur du vide, mais qu’il faut croire. L’amalgame entre « cherchant » (?) et chercheur.

    Pour ce qui est de la recherche d’avant et après internet: nous avons ceux qui s’étalent avec des affirmations sans aucune base sérieuse (Ambelain par ex.) et ils sont nombreux. Puis il y a ceux qui avancent et utilisent avec rigueur les matériaux historiques, en font une recherche systématique, une critique et avance prudemment, pas à pas. Parmi des anciens, Daruty, Lantoine, Marcy, Chevalier, etc. sont du nombre, ils ont fait quelques erreurs, mais ils ont apporté des briques d’histoire sérieuse sur lesquelles la construction continue. Guilly a créé Renaissance Traditionnelle (pour rester sur la langue française), c’était avant internet, etc… Aujourd’hui nous avons la chance d’avoir des historiens de la maçonnerie de qualité. Internet ne change rien à la qualité, elle la complique.

    Pour ce qui est d’Ambelain, il a inventé un rite de toute pièce, en créant une histoire allégorique comme on en trouve dans certains rituels, tout cela en croyant entendre braire un veau dans une étable.
    Ses adeptes (c’est malheureusement le bon terme), ont pris son histoire au pied de la lettre … (il suffit de lire le post précédent, ou les pages internet de ce type de chapelle.)

    Mais je me répète, hormis le fait d’une filiation branlante et d’une fondation historique inexistante, grand bien leur fasse.

  • 9
    cherchant
    30 janvier 2013 à 00:26 / Répondre

    Je peux tenter de vous éclairer sur la vocation de ce blog que je connais.

    Ce blog ne se consacre pas à la polémique, ni la loge ni la Grande Loge.
    Chacun son opinion.
    Certains parlent de « faits » en ne connaissant pas le REP. C’est assez inquiétant de critiquer sans connaître.
    D’autres cherchent le REP auprès de sachant qui ne connaissent que 5 ou 6 rites. Il faut élargir l’ouverture du compas avec bienveillance et sans peur de découvrir autre chose que les poncifs rassurants.
    Faites votre opinion en lisant ce blog.
    Vous ne trouverez sur ce blog que des Frères qui travaillent modestement, et quelques pépites dans leurs recherches. La sueur de la pierre mérite un peu de respect, non ?

    La recherche demande beaucoup d’investissement… pas la critique.
    Quelques francs-maçons de toutes obédiences (dont certains sont historiens ou universitaires) on fait progresser la recherche à la fois historique, mais aussi symbolique en franc-maçonnerie, avec une vraie méthodologie et à peu près sur tous les sujets. Il faut donc en permanence se mettre à jour et se faire son opinion.
    Il est vrai que les moyens d’investigation sont bien plus importants de nos jours. La communauté des cherchants-chercheurs en franc maçonnerie fait régulièrement d’intéressantes découvertes.
    Des affirmations considérées comme des vérités acquises il y a 40 ans, et recopiées d’auteurs en auteurs sans vérification, furent bouleversées par ces recherches. C’est la preuve qu’il faut toujours être prudent quand on à pas l’information écrite ou la tradition orale. (S’abstenir de démolir en prétextant une supposition par exemple.)
    Toute la difficulté du cherchant-chercheur est de faire le recoupement entre une tradition orale de plein exercice (comme le REP) et la preuve écrite arrivée tardivement dans la discrétion coutumière des loges antérieures à 1717 et 1738, celles de la craie et du charbon ou de la toile de tente régimentaire.

    Le Rite Écossais dans sa forme primitive est d’origine Jacobite. Il est reconnu par ceux que font de la recherche approfondie au plan historique, ou qui veulent aller un peu plus loin que les réponses hâtives et trop stéréotypées.
    Sur le REP quelques explications suffisantes sont données sur le blog. Il suffit de lire. La filiation est réelle et sérieuse et ne se trouve évidemment pas sur internet, mais auprès des Frères qui transmettent suivant des règles précises, mais ce n’est pas l’objet du blog. De plus, ce n’est pas l’intention du blog de se goberger sur des problèmes de reconnaissance administrative ou autres sujets polémiques qui n’ont rien à voir avec la pierre taillée.
    On a bien compris que nous distinguons l’aspect extérieur « polémiste par goût » et la profondeur intérieure d’une recherche étayée et sincère.

    Enfin être maçon ne donne pas la science infuse ; il faut faire autre chose que des discours et de la critique, il faut lire et visiter pour être plus éclairé.

    Sérieusement :
    Rappelons-nous le moment où nous avons « demandé »,
    le moment où nous avons « cherché »
    et le moment où nous avons « frappé » à la porte.
    Au moment où ton maillet percute la tête du ciseau, c’est ton esprit qui entre en action. Par le fil du ciseau, c’est l’esprit qui entre symboliquement dans la matière.
    Certains préfèrent-ils frapper sans chercher? Oui les trois mauvais compagnons ont frappé sans chercher « dans » la voie. Ce fut le « dévoiement » des outils.
    Prends ton maillet et ton ciseau et burine « en esprit ». Cherche et tu trouveras.
    Ton frère cherchant.

    P.S : Un grand cherchant à écrit un ouvrage en 1985 chez Robert Laffont « La franc-maçonnerie oubliée » son auteur : Robert Ambelain. J’en conseille la lecture pour comprendre ce qu’est la recherche d’avant internet, et pour une approche sur le Rite Ecossais Primitif ou Early Grand Scottish.

  • 8
    Yack
    30 janvier 2013 à 00:04 / Répondre

    @ Gagevapi,

    Je te présente mes excuses, mon message ne s’adressait pas à toi. Au contraire, je te rejoins dans la raisonnement que tu as exprimé.

    Il était en réaction à l’article.

    Le « ton » de cet article a tendance à me déranger, où il est fait des sous-entendus pour on ne sait quelle(s) raison(s) vis-à-vis d’une Loge qui semble Travailler paisiblement en fichant une paix Royale à son Monde.
    (Et je regrette ce n’est pas la première fois que j’ai un tel ressenti sur ce Blog, d’où mon « coup de gueule ».)

    Quand nous sommes en face d’une Loge ou d’une Obédience qui prétend détenir « la Vraie Maçonnerie, la Vraie Lumière LE Savoir » ou tout ce que vous voulez, je veux bien. Mais là, quand je lis le blog de la Loge en question, à moins d’aller me rendre compte « sur place » en visitant, non, « une telle démarche de ne m’amène pas à me poser des questions ».

    Amitiés

    Yack

  • 7
    Le Chien
    29 janvier 2013 à 20:40 / Répondre

    @Table Hermès La seule chose qu’on puisse dire d’eux c’est qu’ils travaillent avec un grand sérieux et dans l’esprit de Robert Ambelain.
    Dans sa pléthorique bibliographie, Monsieur Robert Ambelain s’est parfois perdu dans des thèses un peu alambiquées, pour ne pas dire fumeuses… Ne tombons pas dans la vénération ou pire dans l’idolâtrie… De plus, attention de ne pas confondre ésotérisme et occultisme ; dérive possible à la lecture des ouvrages de R. Ambelain…

  • 6
    gagevapi
    29 janvier 2013 à 16:54 / Répondre

    Il n’y a aucun procès d’intention.
    Il y a simplement des faits, sans plus.

  • 5
    quén affère à Lidje
    29 janvier 2013 à 16:45 / Répondre

    Il y a aussi, en Belgique, une « obédience » (je place des guillemets car celle-ci, renseignements pris, est totalement inconnue… à ne pas confondre avec reconnue) travaillant au Rite Ecossais Primitif.
    En fait, je m’étais quelque peu enquis de savoir ce qu’était ce rite.
    Dans la constellation maçonnique utilisant l’ appellation « écossais » traditionnelle (REAA, RER) personne n’a pu me répondre.

  • 4
    Table Hermès
    29 janvier 2013 à 14:49 / Répondre

    Je connais ces Frères et cette Loge. La seule chose qu’on puisse dire d’eux c’est qu’ils travaillent avec un grand sérieux et dans l’esprit de Robert Ambelain.

    Je vous propose d’aller les visiter et vous vous ferez alors votre opinion.

  • 3
    cherchant
    29 janvier 2013 à 14:48 / Répondre

    Allons soyons sérieux et arrêtons de dénigrer les Frères et Soeurs qui se donnent à fond pour la recherche. Il n’y a ni chapelle ni intention autre que le partage dans ce blog.
    Croyez-moi ce partage fonde notre fraternité maçonnique! C’est une vraie richesse.
    Alors, partageons mes Frères! Faites de la recherche.

  • 2
    Yack
    29 janvier 2013 à 12:09 / Répondre

    Arrêter les procès d’intention, ce serait pas mal un peu aussi….

  • 1
    gagevapi
    28 janvier 2013 à 23:49 / Répondre

    Cela fait partie de ces multiples éparpillements, dont les filiations maçonniques sont largement branlantes, et les fondements historiques inexistants … mais il faut de tout pour faire un monde, et si certain(e)s éprouvent du plaisir à travailler dans ce type de chapelle, qui sommes-nous pour jouer au senseur ?

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous