En quête du mystère

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 28 novembre 2021
  • 3
    MG RENAULT
    3 décembre 2021 à 11:19 / Répondre

    Bravo et merci pour les explications de PIERRE-PHILIPPE BAUDEL
    FRATERNITE

  • 2
    Pierre-Philippe Baudel
    29 novembre 2021 à 15:13 / Répondre

    L’attrait pour le mythe provient sans doute de ce qu’il permet de s’extraire des contraintes de la vie quotidienne. Ce contre quoi d’ailleurs Platon a justement lutté, n’y voyant qu’une réalité ou un plaisir des corps au détriment de la vérité. La définition peut être tenue pour suffisante, qui aura de plus été validée avec cette subtilité poétique de l’érudit Théon d’Alexandrie : « le mythe est un mensonge qui dit la vérité ». Cela étant dit, à son avantage, il (le mythe) permettait à l’identification à un groupe, dont les membres partageaient les mêmes récits, la même connaissance et donc, les conditions humaines d’un même milieu de vie ou une origine commune. Et d’y voir ensuite que l’avènement de l’écriture a dû perturber en ce qu’elle à fixer définitivement légendes et mystères, telle la Bible. Livre qui aura postérieurement suscité au sein du mythe le sentiment religieux.
    Pour la plupart, qui entrent en Maçonnerie, à son début, la curiosité, que stimule l’imagination. Le désir profond de connaissance. L’évasion, pareillement. La foi aussi pour certains. Quoique la Maçonnerie soit un ordre spirituel, il en va aussi en quelques obédiences comme au sein de certains systèmes religieux où la notion du sacré ne se rapporte pas ipso facto à Dieu mais plutôt à l’étude des mythes, des lois immuables et des symboles, de la nature ou de l’univers.
    Dans la religion grecque antique, c’était un devoir pour les citoyens athéniens. Chaque année, l’un d’entre eux était désigné pour représenter la République aux mystères d’Éleusis. Entendons d’ailleurs, que dans l’Antiquité, au temps des anciennes civilisations égyptienne, grecque et aussi romaine, le mot « mystère » n’avait pas la signification qu’on lui prête depuis. Autrement dit, il n’était pas vu comme une énigme, un miracle ou encore quelque chose d’étrange mais désignait plutôt une gnose, seule connue des initiés.

  • 1
    MG RENAULT
    29 novembre 2021 à 10:43 / Répondre

    Pour saluer et remercier voici quelques mots :

    COMPRENDRE LES MYSTERES DE LA VIE

    Quels sont les mystères
    Ici entre ciel et terre ?

    Ta question réveille mon esprit
    Et je t’en remercie

    Après mon sommeil
    Voilà mon réveil

    Je sens le souffle de la vie
    Le bon air me suffit

    J’ouvre les yeux
    Et regarde vers les cieux

    Tout simplement
    Je les referme calmement

    Je les ouvre avec un regard neuf
    Et sors de mon œuf

    Alors je vois, je sens, je réfléchis
    Car dans cette vie tout m’éblouit

    Chaque paysage m’instruit
    Chaque personne m’instruit
    Chaque plante m’instruit
    Chaque animal m’instruit

    Tout près, tout près, comme cela
    Regarde bien au plus près de toi !

    Alors c’est quand même beau la vie
    Lorsqu’on veut en comprendre tous les mystères !

    Puis je retourne au sommeil de mon repos
    Où je rêve d’un monde encore plus beau

    Plein de mystères, d’illusions
    Qui m’aident à ma compréhension

    FRATERNITE MYSTERIEUSE

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous