En visite…

Publié par François Morel
Dans Humour

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 19 avril 2021
Étiquettes : ,
  • 23
    Pascale
    21 avril 2021 à 20:49 / Répondre

    Cher ERGIEF, Tu as été profane et c’est terminé, tu as été initié et c’est terminé au bout de deux ans ?
    Le Saint Esprit t’est tombé dessus et tu avais tout compris ?
    Selon moi, et après de très nombreuses années, tout mon apprentissage m’a ramené au premier degré, aux quatre éléments et j’en suis encore à découvrir et à redécouvrir ce que cette « excellente simplicité » peut bien vouloir dire… Jusqu’à l’ultime initiation, je serais un apprenti pétri de croyances, de convictions et d’espérances à bâtir, à abattre, et à rebâtir. Ainsi va la vie, va !

  • 16
    Pascale
    20 avril 2021 à 20:03 / Répondre

    Enfin ! Merci JMB ! Je désespérais qu’il y est une intervention sensée sur cette question !
    Totalement d’accord avec toi.

    • 21
      JMB
      21 avril 2021 à 14:01 / Répondre

      16-Pascale
      Merci de ton soutien. Les égo de certains sont tellement forts qu’ils n’arrivent pas à concevoir que, quels que soient leurs gradés et qualités, ils seront toujours des apprentis.
      Ça me rend triste.

  • 13
    Pierre Noël
    20 avril 2021 à 16:43 / Répondre

    Quoiqu’en pense JMB, on n’entend jamais cette phrase (pour le moins condescendante, mais néanmoins stupide) en anglais, venant d’un frère maçon (avec ou sans titre, maçonnique, nobiliaire, militaire ou ecclésiastique).

    • 17
      JMB
      20 avril 2021 à 21:21 / Répondre

      13-Pierre Noël
      Mon cher Pierre par pitié évite de généraliser pour essayer de te justifier : « on n’entend jamais  » ? C’est qui « on »? Toi certainement. Mais sans ce cas assume tes écrits en écrivant : « je n ‘entend jamais. .. ». C’est plus simple, plus vrai et certainement plus « maçonnique ».

  • 11
    JMB
    20 avril 2021 à 14:30 / Répondre

    Être un éternel apprenti ?
    J’ai beaucoup de mal à comprendre cette polémique. Toute progression, et dans quelque domaine que ce soit, nécessite d’accepter de rester un éternel apprenti – apprenant … sauf à être perclus de fausses certitudes et être atteint d’une grave suffisance maladive.
    En ce qui concerne ma vie maçonnique, je suis FM depuis +de 30 ans et j’ai donc quitté le grade d’Apprenti depuis pas mal d’année. Mais je me considère toujours comme un éternel apprenti et ce sans aucune fausse modestie
    (cf: Luciole) et sans la moindre suffisance (cf: Pierre Noël).
    -En ce qui concerne ma vie professionnelle, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes ayant fait le Tour de France en tant que compagnons du BTP. Et bien malgré leur expérience, leur savoir, leur savoir-faire, leur savoir-être … et leurs responsabilités dans l’entreprise, ils se considéraient toujours comme de éternels apprentis … sans fausse modestie et sans la moindre suffisance.
    En conclusion si ceux que les mots « Éternel Apprenti » horripilent et insupportent s’estiment ne plus rien avoir à apprendre et avoir atteint leur nirvana, libre à eux de prendre cette posture mais qu’ils ne viennent pas déranger ceux qui estiment avoir toujours quelque chose à apprendre pour progresser.

    • 12
      Luciole
      20 avril 2021 à 16:01 / Répondre

      a JMB (11) Je suis désolé mais tu sembles ne pas savoir lire en effet.

    • 14
      Désap .
      20 avril 2021 à 18:19 / Répondre

      11 – Il y a une différence entre avoir conscience que l’on en apprend tout les jours jusqu’à notre dernier souffle, ce que personne de raisonnable ne conteste, et ce non-sens d’éternel apprenti.
      Cette différence est tout à fait simple à établir : l’apprenti est ignorant par définition, il n’a pour lui que l’aptitude à apprendre.
      Il passera compagnon dès les connaissances acquises et surtout dès lors qu’il sera en capacité de les articuler, cad dès qu’il sera en mesure de présenter un travail ; c’est exactement ce qu’il se passe en loge et dans tous les corps de métier de l’Artisanat.
      Il ne faut pas prendre le raisonnement ponctuel de l’apprenti qui éclaire le maitre pour une capacité professionnelle ; ce n’est autre qu’une très louable preuve d’attention et d’intérêt pour le travail.
      Le compagnon, et à plus forte raison le maitre qui porte la responsabilité, ne seront plus jamais apprentis parce qu’il sont initiés, au métier ou aux choses métaphysiques cela ne change rien.
      Et pour le dire de manière plus rigolote, déniaisé l’on est, déniaisé l’on restera ad vitam 🙂

      • 18
        Luciole
        20 avril 2021 à 23:21 / Répondre

        @Desap 14 Tu expliques fort bien ce que je pensais avoir fait comprendre ..Je ne sais si JMB fait semblant de ne pas comprendre qu’apprenant et apprenti ne sont pas synonyme ou s’il veut montrer de façon éclatante sa modestie?

        • 20
          JMB
          21 avril 2021 à 13:48 / Répondre

          18- LUCIOLE
          Sincèrement je ne pense pas « vouloir montrer de façon éclatante ma modestie » mais une chose est sûre c’est qu’à travers ce genre de commentaire tu ne fais pas preuve de beaucoup d’intelligence. Comme quoi en tant que FM tu es et restes un éternel apprenti ayant encore beaucoup de choses à apprendre.

      • 19
        JMB
        21 avril 2021 à 13:37 / Répondre

        14 – Je te remercie de confirmer mes dires.
        En effet « l’apprenti est ignorant par définition, il n’a pour lui que l »aptitude à apprendre. Comme le Compagnon, puis le Maitre, etc… puisque que par définition ils sont ignorants de la suite. Conclusion : passé le grade d’Apprenti, on est toujours, et heureusement, des éternels apprentis
        En ce qui concerne l’artisanat du BTP, on voit bien que tu n’as pas dû cotoyer souvent ce milieu ni ces personnes. Si tu as le temps, je te conseille de visiter l’Association ouvrière du de devoir et du tour de France ou la Fédération nationale compagnonnique des métiers du bâtiment. Tu pourras peut être comprendre la notion d’éternel apprenti.
        Quant à tes derniers mots qui selon toi seraient « rigolo », je pense qu’ils relèvent plutôt de la goujaterie ou de l’obsession et non pas de la FM. A chacun son monde.

    • 15
      ERGIEF
      20 avril 2021 à 19:51 / Répondre

      JMB – J’ai été reçu au grade d’Apprenti en 1991. Jusque là j’avais été profane. C’est terminé. En 1993 ma Loge m’a élevé au grade de Compagnon. Depuis lors je ne suis plus Apprenti. C’est terminé. D’abord parce qu’en maconnerie on ne peut rétrograder un frère ensuite parce que le modèle initiatique de progression par paliers est irreversible, il ne permet pas plus de sauter une étape que de régresser (voir Piaget et Kohlberg).
      En revanche ma soif de Connaissance est intacte. Je demeure un humble et indécrottable apprenant.
      C’est pourquoi je me me bats contre les idées reçues et la bien pensance, surtout lorsqu’elles se parent de fausse modestie maconnique.

      • 22
        JMB
        21 avril 2021 à 14:17 / Répondre

        15- Ergief
         » En revanche ma soif de Connaissances est intacte. Je demeure un humble et indécrottable apprenant ».
        Donc tu es un éternel apprenti ! Et pas besoin d’aller chercher chez Piaget ou Kohlberg pour comprendre ça, la lecture et la compréhension de tes rituels devraient suffire.

  • 9
    ERGIEF
    19 avril 2021 à 23:57 / Répondre

    Je connais une autre expression qui fait hérisser les cheveux sur la tête :  » ce n’est pas encore de ton grade ».

  • 6
    Pierre Noël
    19 avril 2021 à 22:31 / Répondre

    Certaines expressions (purement franco-belges d’ailleurs) m’ont toujours horripilé.
    La suffisance de « l’éternel apprenti » en est une (pouvez être certain que le crétin qui l’emploie n’en pense pas un mot!).
    le « maçon libre dans la loge libre » en est une autre. Traduisez là dans une langue voisine (anglais, allemand, néerlandais …), sa connerie vous saute aux yeux, en 1880 comme en 2021.

    • 8
      ERGIEF
      19 avril 2021 à 23:55 / Répondre

      👍👍👍

    • 10
      Jacques Declercq
      20 avril 2021 à 11:01 / Répondre

      Je « plussoie »!

  • 5
    Yonnel Ghernaouti
    19 avril 2021 à 18:39 / Répondre

    La citation prêtée à Pierre Desproges serait la suivante :
    « Et, tandis que le crépuscule attend la nuit pour étendre son grand manteau de velours mauve beaujolais sur la ville et sur les gens, je relis à n’en plus finir le mot terrible de Talleyrand sur son lit de mort. À moins que ce ne soit un mot de Talleyrand sur le lit de mort de la duchesse de Montorgueil, mais qu’importe, c’est un mot terrible qui nous dit que : l’éternité c’est long, surtout vers la fin. »
    D’autres ne reconnaissent pas la paternité à Desproges et attribuent « L’éternité, c’est long. Surtout vers la fin » souvent à Woody Allen, serait en fait de Robert Beauvais ou Franz Kafka, peut-être Talleyrand, voire Julius Henry Marx, plus connu sous le surnom de Groucho Marx.
    Allez savoir…

  • 4
    Désap .
    19 avril 2021 à 15:23 / Répondre

    ! Il est incapable de la moindre responsabilité, il mise tout sur le bon dieu.

  • 3
    FT 67
    19 avril 2021 à 13:57 / Répondre

    Ah l’éternité. Comme l’a écrit Pierre Desproges, l’éternité c’est long, surtout vers la fin.

  • 2
    Luciole
    19 avril 2021 à 12:43 / Répondre

    Éternel Compagnon,je veux bien.Éternel apprenti signifie que l’on apprend jamais rien et que l’on ne progresse pas.C’est en outre d’une insupportable fausse modestie.

    • 7
      ERGIEF
      19 avril 2021 à 23:54 / Répondre

      👍👍👍

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    19 avril 2021 à 08:30 / Répondre

    Ah, l’éternel apprenti… Vaste question !
    Pour en savoir plus lisez, si tel est votre désir, le dossier « ÉTERNELS APPRENTIS, la progression maçonnique » avec les plumes de
    Roger Dachez, Pierre Mollier, Jean-Charles Nehr, Henri Lombard, David Le Dû… du numéro 89 – juillet 2019 – de la revue « La Chaîne d’Union »

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous