Entre l’équerre et le marteau

Publié par Philippe Foussier
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 6 décembre 2020
  • 3
    Fuls
    13 décembre 2020 à 11:15 / Répondre

    J’ai l’expérience d’une loge (opéra) en France: mes positions plutôt de gauche ont fait fureur … à me pousser vers une loge soi disant plus en accord avec mes idées politiques ! Certes il y a longtemps; c’était en 2018.
    Cela ne m’empêche pas de continuer à travailler.
    Merci pour ce blog.

  • 2
    Luciole
    9 décembre 2020 à 22:57 / Répondre

    La FM n’est pas démocratique. Le Vénérable a tous les pouvoirs et il est élu par un groupe interne à la loge. Les autres cotisants sont eux même divisés en muets ou parlants.Bon le système me convient depuis des décennies et je pousse un peu mais pas tellement. Ce qui nous différencie c’est que ce n’est que ponctuel pour une assez courte période alors qu’un bon chef communiste peut espérer se maintenir 10 ou 20 ans si ses acolytes ne l’éliminent pas plus tôt.

  • 1
    Peter Bu
    9 décembre 2020 à 16:42 / Répondre

    « Le communisme se méfie de cette institution qui a la réputation justifiée de rassembler des hommes au-delà de leurs appartenances sociales. » Je crois que les communistes craignaient surtout le caractère démocratique de la franc-maçonnerie.

    Sauf erreur, le gouvernement de Kerensky de février 1917 comprenait beaucoup de francs-maçons. (J’ai même lu qu’un seul de ses membres n’appartenait pas à la franc-maçonnerie). Cela aurait suffit pour que les « bolchéviks » l’interdisent.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous