Charles Coutel

Évitons un Munich de la laïcité républicaine

Publié par Charles Coutel

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 25 octobre 2020
  • 8
    lazare-lag
    5 mars 2021 à 20:00 / Répondre

    Ce n’est jamais du temps perdu que de revenir sur un texte lu peut-être un peu rapidement la première fois.
    Une phrase me pose question, et parmi les toutes premières.
    A savoir:
    – Mais la complexité du mot laïcité atteste de notre grande et douloureuse mémoire : à l’étranger, on ne comprend pas bien notre attachement à l’idéal laïque. À nos amis étrangers, je réponds : « C’est que vous n’avez pas eu les guerres de religion. »
    – – –
    Ici de quels amis étrangers parle-t-on?
    S’il s’agit de nos voisins immédiats, des Européens, leur dire qu’ils n’ont pas eu de guerres de religion me gêne assez, éventuellement je trouve même cela un peu grotesque.
    Il me revient que les guerres de religions ce n’est pas qu’une affaire uniquement franco-française, loin de là.
    Les guerres de religions en Europe, c’est même 30 ans de guerres consécutives.
    C’est donc, en terme de durée dans le temps, bien plus que chacune des deux guerres mondiales.
    C’est géographiquement une guerre qui va toucher l’ensemble des pays qui désormais forment l’Union Européenne.
    Plus quelques autres, tels la Suisse ou la Grande-Bretagne, par exemple.
    Et en termes de victimes, de massacres, de destructions de villages, de déplacement de population, de famines et autres exactions génocidaires, proportionnellement à la population de l’époque, et avec des moyens techniques bien moindres, quasiment tout à l’arme blanche, on a fait aussi « bien » qu’au XXème siècle mondialement guerrier.
    Les guerres de religion ne sont donc pas une affaire franco-française qui ne nous concernerait que nous, repliés dans notre réduit national et dans notre pré carré.
    Elles nous concernent tous, sans oublier que nous Français, avec cet imbécile de Louis XIV, nous avons fourni, en les expulsant de France, force protestants aux Pays-Bas, aux états allemands de l’époque, à la Confédération helvétique, et même aux Britanniques (cf. Désaguliers fils de pasteur rochelais parti clandestinement de France et fondateur, avec Anderson, peut-être même plus qu’Anderson, des bases de la future Franc-Maçonnerie).
    Qui veut être à jour, s’agissant de la Guerre de Trente Ans, lira opportunément le livre de Henry Bogdan, en poche.
    Et vient de sortir chez Armand Colin, de Martin Wrede, Prof à l’Université de Grenoble, « La Guerre de Trente Ans, le premier conflit européen », bouquin et auteur dont on me dit le plus grand bien.
    Et que je vais m’empresser de lire.
    Du coup le reste du texte de Coutel, en accolant République et Laïcité, présente cette même faiblesse de se cantonner au seul franco-français.
    Et de s’y cantonner, autant pour nous français que pour nos, je cite, « amis étrangers ».
    N’est-ce pas malgré tout paradoxal que dans un tel texte, la seule référence européenne soit de citer Munich, ville bavaroise et allemande qui représente dans notre histoire contemporaine ou récente comme une tache comportementale et de division entre européens du milieu du XXème siècle.
    Oui défendons la Laïcité, oui défendons la République, mais en 2021, nos fondamentaux ont quelque peu évolué depuis 1789, depuis 1905, depuis 14-18 et depuis 40-45.
    N’enfermons pas la Laïcité dans les frontières étriquées du franco-français, laissons ça au FN/RN, il s’en accommode hélas fort bien.
    Essayons de voir quelle Laïcité, ou ce qui en tient lieu, est vécu au-delà de nos Pyrénées. Et parmi tous nos partenaires de l’Union. C’est par une ouverture d’esprit européen que nous pouvons trouver des alliances pour défendre la Laïcité, autant que par une résistance intérieure à la faire vivre. Il me semble.

    • 9
      Pierre Noël
      6 mars 2021 à 10:50 / Répondre

      Trente ans ! Vous voulez rire ?
      Quatre-v!ngts, plus le règne impitoyable de Louis « le Grand » !

  • 7
    ERGIEF
    7 novembre 2020 à 12:22 / Répondre

    1@ Alain Mourot. Pour ce qui est de la laïcité je préfère largement la parole d’espérance de Jésus (Luc 20:25) a la pensée déconstructrice du sinistre Pierre Bourdieu.

  • 6
    Luciole
    7 novembre 2020 à 10:59 / Répondre

    Merci et bravo pour nous avoir mieux éclairés sur ce que nous devrions savoir et pouvoir transmettre.

  • 5
    Petit Ecureuil
    7 novembre 2020 à 09:04 / Répondre

    Bravo pour cet article, les mots parlent au coeur les symboles eux parlent à l’esprit, c’est par l’éducation que nous pourrons espérer conserver nos valeurs, l’enseignement permet de garder un esprit critique afin de différencier le vrai du faux et de garder nos valeurs, penser par soi-même reste un idéal et face à l’obscurantisme il est temps de faire briller la lumière, nos lumières pour une humanité meilleure et plus éclairée.

  • 4
    Hébert.lydia
    3 novembre 2020 à 13:01 / Répondre

    Je ne suis pas très très instruiste. Je suis née en France, quel beau pays, avec ses belles ecoles ou l’on apprends de belles choses en toute liberté. La laïcité est difficile à comprendre , j’ai été éduquée avec,et Je ne voudrais pour rien au monde que cela change tout est beau , la culture , l’humanisme , le savoir etc…
    Il faut continuer pour que cela dure

  • 3
    coutel
    2 novembre 2020 à 20:39 / Répondre

    Merci pour ces commentaires si aimables et constructifs. Oui,
    travailler avec les professeurs stagiaires et la Réserve citoyenne est essentiel ; nais comment les contacter ??
    Votre dévoué Charles Coutel

  • 2
    bernard
    2 novembre 2020 à 11:21 / Répondre

    excellente analyse d’un lettré rationaliste et idéaliste que je reconnais comme tel… Reste à évoquer ou à proposer des moyens pour que le principe de la laïcité perdure au-delà de nos générations, qu’elle soit encore et toujours le ciment de la Nation.

  • 1
    Alain MOUROT
    1 novembre 2020 à 10:29 / Répondre

    Excellente analyse de ce qu’est la Laïcité, et de ce qu’elle n’est pas ; un tel texte devrait être étudié, débattu dans les ESPE. A ce propos, il est navrant de voir que la Réserve citoyenne de l’Éducation nationale, fondée en 2015, formée de citoyens s’engageant aux côtés des enseignants pour la transmission des valeurs républicaines ait été si peu sollicitée ! Pour être intervenu (seulement) deux fois auprès des futurs Professeurs des Écoles, j’ai pu constater le niveau hélas ! souvent très faible de leur connaissance de la Laïcité. Ce même texte pourrait également faire l’objet d’une discussion en Loge, tant malheureusement, parce que la Laïcité apparaît comme acquise, elle s’est banalisée, affadie.
    Merci pour ce texte, et comme clin d’œil à Pierre Bourdieu je dirais : la Laïcité est un sport de combat ; de combat pour la Paix…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous