Guenon

Guénon dans Critica Masonica (2)

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 26 juin 2016
  • 6
    Gaëlle
    11 septembre 2016 à 11:36 / Répondre

    On adopte le point de vue de Guénon justement parce qu’on est opposé à toutes les idées modernes, et qu’on les a préalablement rejeté en bloc, sinon on lit autre chose.

  • 5
    Gaëlle
    11 septembre 2016 à 11:23 / Répondre

    Oui, très sérieux effectivement. Un condensé sous forme de vomissure de toutes les idées modernes et républicaines. Il ne manque plus qu’une image de Marianne avec le poing levé … LOL
    Mais avant de vous donner tant de peine pour écrire ça, je crois que vous avez oublié un élément d’une grande importance qui vous aurait évité de dépenser tant d’énergie en pure perte : toutes les accusations que vous lui portez, lui les revendique, donc vous avez un temps de retard en fait …

  • 3
    lulu
    3 juillet 2016 à 10:18 / Répondre

    Belle et bonne analyse des points de vue différents. Quelle part de vérité est-elle contenue dans ses différents points de vue (ou croyances?)

    Pour ma part je ne retrouve pas (ou rarement) le point de vue que je pense être celui exposé par Guénon, celui de la Non-dualité (cf. Le Tao Te King, Gaudapada et Schankara par exemples).

    Par ailleurs, je suis toujours étonné de l’acharnement visant à dénigrer Guénon mais c’est ainsi…

    • 4
      yasfaloth
      3 juillet 2016 à 10:36 / Répondre

      C’est le problème de beaucoup de détracteurs de Guenon que de faire le plus souvent tourner leurs critiques autour de ses deux ouvrages « prophétiques » : « Le Règne de la Quantité » et « La crise du monde moderne » et les archaïsmes qu’ils renferment… alors que le cœur de l’œuvre de René Guénon est constitué par ses ouvrages métaphysiques : « Les états multiples de l’être », « Le symbolisme de la croix » et « L’homme et son devenir selon le Vedenta », qui, évidemment ne peuvent parler qu’à ceux qui sont un brin impliqués dans quête de leur dimension transcendante ou pour employer un mot qui fâche « divine ».

  • 2
    Arsène
    26 juin 2016 à 22:07 / Répondre

    Rarement lu une analyse aussi sérieuse d’un monde aussi brumeux.

  • 1
    Speculum
    26 juin 2016 à 10:47 / Répondre

    Des réponses d’Antoine Faivre et de Jean Marc Vivenza, tous deux au faite de cette question, seraient les bienvenues.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous