J’ai enfin lu « Le Symbole perdu »

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

La démarche était sans doute curieuse mais, par la force des choses, j’ai eu l’occasion de lire 3 décryptages (Le Symbole perdu décodé, Le Symbole Retrouvé. Dan Brown et le Mystère Maçonnique, La saga des francs-maçons) du Symbole perdu de Dan Brown avant de pouvoir me lancer dans la lecture du best-seller de l’année. Soit 595 pages.

Et alors ? Lire un livre après avoir étudié ses « décodages », c’est comme regarder un film après avoir visionné les making off. L’effet de surprise se trouve évidemment gommé mais, disons le tout de suite, j’ai « marché » dans ce livre. Il s’est avéré assez difficile de résister à l’envie de tourner la page à la fin de chaque (court) chapitre. Brown fonctionne bien sûr toujours sur les mêmes principes : des énigmes, des codes mystérieux, un méchant vraiment méchant (note : quoi que quelqu’un qui porte des tatouages maçonniques ne peut pas être tout à fait mauvais 😉 mais il a gommé certains aspects qui irritaient particulièrement dans les précédents ouvrages : des longueurs, des amourettes convenues, et cette tendance à faire passer pour vérités des « infos » en droite ligne de cette machine à rumeur qu’est Internet.

Dans Le Symbole perdu, Brown semble s’être bien documenté sur l’Ordre maçonnique qui se trouve au coeur de l’intrigue; ainsi, dans la version française, il est mentionné que le héros Langdon faisait souvent lire à ses étudiants en symbologie Symboles des francs-maçons de Beresniak. Mieux il dénonce justement les rumeurs qui bruissent sur la Toile. Une citation : Langdon poussa un soupir agacé – il brûlait de lui rétorquer ce qu’il répétait constamment à ses étudiants : « Google » n’est pas synonyme de « vérité ». En ces temps de recherches par mots clés à grande échelle, il ne fallait pas grand-chose pour relier tout et n’importe quoi. Le monde était en train de se fondre en un gigantesque enchevêtrement d’informations qui devenait chaque jour de plus en plus inextricable.

Avouons quand même qu’après la mort du « méchant » (p. 537), l’ouvrage se fait moins palpitant et on finit par se lasser de la quête, même si elle peut susciter des réflexions intéressantes.

  • Le Symbole perdu de Dan Brown (Jean-Claude Lattès, 2009) disponible chez Amazon ou à La Cale Sèche
     
  • La saga des francs-maçons de Frédéric Lenoir et Marie-France Etchegoin (Laffont, 2009) disponible chez Amazon et à La Cale Sèche
  • Le symbole retrouvé. Dan Brown et le mystère maçonnique de Giacometti-Ravenne (Fleuve Noir, 2009) disponible chez Amazon et à La Cale Sèche
  • Le Symbole Perdu décodé d’Alain Bauer et Roger Dachez (Vega, 2009) disponible chez Amazon ou à La Cale Sèche
lundi 28 décembre 2009
  • 20
    Mohamed Amine
    4 avril 2011 à 00:48 / Répondre

    Je l’ai lu en quatre jours,, c’est un livre a croquer,, il nous plonge dans les mystères de la F.’.M, la structure de l’institut maçonnique,, et que dans chaque secte ou mouvement secret il y a des failles,, car personne n’est parfait,, mais de meme,, Dan Brown nous a donné une image formelle sur la loge maçonnique,, qu’est ce que signifie le profane et le temple,, la science noétique,,,

  • 19
    ter
    15 janvier 2010 à 21:43 / Répondre

    En regardant bien , on trouve dans la science noétique : de l’esoterisme et plusieurs concepts de physique quantique . Pour moi, la noétique ne m’a pas étonné car certains concepts sont très proches de la théorie quantique qui crée un débat entre les scientifiques.
    Mais contrairement à la noetique, les principaux concepts de la théorie quantique ont été prouvés voir numéro février 2009 n °1097 de science et vie.

  • 18
    xtranath
    6 janvier 2010 à 23:57 / Répondre

    Je passe ici un peu par hasard car après avoir lu le symbole perdu et l’un des deux décryptages (qui affirme que la noétique est sérieuse et cite tout particulièrement, l’expérience de l’écoute des générateurs de nombre aléatoires. Je ne sais pas trop quoi en penser… )

    Sur ce qui est dit de la mécanique quantique par René : Dan Brown parle un peu de physique fondamentale dans Anges et Démons, je l’y ai trouvé moins crédible alors que dans le Da vinci ou le Symbole perdu, on a davantage de mal à discerner le vrai du faux. alors que la bombe à anti-matière, j’ai du mal à y croire tout de même… peut-être parce que j’ai fait un peu de mécaQ aussi et que mes connaissances sur l’Opus Dei ou la Franc Maçonnerie étaient plus restreintes à la base.. (je n’ai pas fait comme l’auteur de ce blog remarquable au demeurant, j’ai d’abord lui le divertissement de base avant de lire le décodage sauf pour anges et démons, que j’ai trouvé décidément distrayant mais moins bon )

  • 17
    Ronan
    1 janvier 2010 à 13:12 / Répondre

    Pas de bol… Einstein ne voulait pas admettre les conséquences ultimes de la mécanique quantique (en gros, l’indéterminisme… vieille querelle !).
    Eh bien ! Il avait tort : Alain Aspect l’a démontré il y a bientôt 20 ans par une « expérience cruciale » (l’expression est de Newton : belle filiation).
    en cherchant un peu, à partir de ces noms, vous trouverez aisément les clés. Attention : la mécaQ est un avant tout un formalisme mathématique. Nul n’entre ici s’il n’est géomètre. et géomètre pointu : c’est sans doute de là que vient l’incompréhension croissante entre l’opinion publique et la Science. Cela dit, ça avit commencé avec Newton/Leibnitz et le calcul intégral et différentiel (on ne parlait pas encore comme cela… mais c’est la même chose) : il devait y avoir moins de cent esprits en Europe pour comprendre vraiment de quoi il en retournait. Voltaire n’était pas de ceux-là, c’est pourquoi il a eu besoin de l’intercession de Mme du Châtelet pour « dévoiler Newton » aux Français. Déjà la mixité…

  • 16
    René
    31 décembre 2009 à 21:46 / Répondre

    “Cette conviction, liée à un sentiment profond d’une raison supérieure, se dévoilant dans le monde de l’expérience, traduit pour moi l’idée de Dieu.“
    (Albert Einstein, Comment je vois le monde / 1934)
    “Le hasard, c’est Dieu qui se promène incognito.“
    “La science sans religion est boiteuse, la religion sans science est aveugle.
    “L’escalier de la science est l’échelle de Jacob, il ne s’achève qu’aux pieds de Dieu.“
    Albert Einstein

    Bonne année !

  • 15
    WhiteStone101
    31 décembre 2009 à 12:54 / Répondre

    Athée, pas athée … compliqué, tendance post-scientiste 😉 ? … Bonne Année

     » Je ne crois pas en un dieu personnel : cela, je ne l’ai jamais nié et je l’ai au contraire clairement laissé savoir. S’il y a en moi quelque chose qui puisse être appelé religieux, c’est l’admiration sans limite que je ressens à contempler la structure du monde telle que la science peut nous la révéler. Je ne crois pas en l’immortalité de l’individu et je considère que l’éthique est une affaire exclusivement humaine derrière laquelle on ne trouvera aucune autorité supra-humaine. « 
    A. Einstein

  • 14
    stel
    30 décembre 2009 à 19:35 / Répondre

    pour René : pour utiliser la physique quantique je pense que ça demande un minimum de savoir et de travail. Surement plus facile de se référer à une pseudo science ésotérique. Même qu’en on en dit n’importe quoi ça ne se voit pas …

  • 13
    René
    30 décembre 2009 à 12:04 / Répondre

    Au lieu de néotique Dan Brown aurait pu utiliser la physique quantique, sujet beaucoup plus sérieux et tout autant passionnant et merveilleux. Cette science de pointe confronte l’homme avec ses contradictions les plus profondes. On peut même dire que cette science a des aspects spirituels.

    Ainsi Georges Charpak, Prix Nobel de physique mentionne dans ses conférences que le meilleur moyen d’étudier la théologie est de commencer par l’étude de la Physique quantique.

    Et aussi, contrairement aux autres sujets ou les scientifiques athées sont majoritaires, ce n’est pas du tout le cas en mécanique quantique.

    Ainsi TOUS les pionniers de la physique quantique n’étaient pas athées… Schrödinger,Planck, Young, Bohm, Heisenberg.. même Einstein n’était pas athée.

    Il y a tout le matériel pour faire un roman…
    ou des dizaines de planches..

  • 12
    EtoilePolaire16
    30 décembre 2009 à 00:22 / Répondre

    J’ai lu avec plaisir Le Symbole Perdu que j’ai apprécié comme n’importe quel bon divertissement. Je n’ai jamais pensé que la néotique était un sujet sérieux car je la considérait comme un élément fantastique ou de science-fiction du roman même si l’histoire se déroule de nos jours.
    En revanche, j’ai été très agréablement surpris par l’approche de Dan Brown de la franc-maçonnerie. Il fait preuve de beaucoup de respect envers les francs-maçons et leurs valeurs. A travers le personnage du Professeur Langdon, il s’emploie même à défendre les francs-maçons face aux préjugés largement répandus. Il offre une image très positive de la franc-maçonnerie.
    Quant à lire l’ouvrage le meilleur pour le décryptage, je suis également preneur de conseils car Jiri ne s’était pas trop mouillé dans ses critiques positives des 3 livres existants, n’est-ce pas Jiri ? 🙂
    PS: j’en profite pour féliciter Jiri pour l’excellente tenue de son blog.

  • 11
    Pavé Mosaïque
    29 décembre 2009 à 18:15 / Répondre

    J’ai bien apprécié le symbole perdu, et je rejoins les paroles d’Isis sur la noétique; pour moi Dan Brown à utilisé la « science noétique » comme variable ajustable de son roman… On ne sait pas trop ce que c’est dans les foules, ça tient pas debout, alors on va jouer dessus pour consolider l’affaire.
    Peut importe puisque notre méchant a de sérieux troubles mentaux avérés^^

  • 10
    Isis
    29 décembre 2009 à 13:10 / Répondre

    J’ai meublé une attente en feuilletant dans une grande et célèbre librairie hier après midi, le Lenoir Etch…oublié le nom de cette dame (milles excuses à elle…)
    Il paraît que toute l’approche de cette science noétique EST justement un mélange new age , pas scientifique du tout., donc un sujet sur lequel DB a brodé, mais sans fondement .

  • 9
    Stéphane DC
    29 décembre 2009 à 13:02 / Répondre

    A Isis,
    Personnellement, pour le décryptage, je n’ai lu ni le Bauer/Dachez, ni le Giacometti/Ravenne. Toutefois, au vu des critiques lues ou entendues à propos de ces deux livres, mon choix se portera plutôt sur le premier. Mais bon, c’est un avis personnel à moi-même 🙂

  • 8
    Stéphane DC
    29 décembre 2009 à 12:54 / Répondre

    A Stel,
    Pour le méchant et Jiri (aucun rapport, mis à part, peut-être, les tatouages), j’avais bien compris 😉

    J’ai moi aussi fait quelques recherches et, effectivement, si la noétique est une approche intéressante des sciences, les informations fiables sur le sujet sont malheureusement mélangée avec tout un fatras limite new age. Mais bon, il paraît que quand on cherche, on trouve 🙂

  • 7
    stel
    29 décembre 2009 à 10:05 / Répondre

    on est bien d’accord que le méchant doit mourir !!! je n’en veux pas à Jiri spécialement !!! ; )
    Après pour la noétique, en elle même cette approche de la science peut être intéressante tant qu’elle ne se perd pas dans les méandres des pseudos scientifiques qui affirment sans prouver. J’ai fais un peu de recherche sur le net et bien que ne trouvant pas beaucoup d’informations sur le sujet, le peu que j’ai pu lire et qui me semblait à peu prêt crédible, était intéressant.

  • 6
    Stéphane DC
    29 décembre 2009 à 04:53 / Répondre

    A Jiri,
    Je suis assez d’accord avec ton analyse du « Symbole perdu ».

    A Stel,
    Dans les deux autres aventures de Langdon, les méchants y passent, que ce soit le Camérier ou le moine albinos. Pourquoi faire une exception ici ? Un méchant vraiment méchant doit disparaître, non ?! 🙂

    La noétique elle-même est une notion fumeuse, du moins en tant que science « exacte ». Mais bon, « grâce » à ce roman, nous allons certainement avoir droit, dans les prochains mois, à des Morceaux d’Architecture bien soporifiques sur le sujet 🙂

  • 5
    Isis
    28 décembre 2009 à 23:30 / Répondre

    Je l’ai dévoré samedi entre après midi et soirée, comme un bon thriller ésotérico-scientifico -policier .Je partage complètement l’avis de Jiri ; c’était mon premier Dan Brown…
    Comme nous l’avions offert à notre fils ainé (adulte) qui connait notre appartenance, je n’ai pas cessé de me demander ce qu’il allait tirer de ce bouquin, quant à la FM et ses mystères….Nous avons convenu d’en reparler quand lui l’aurait lu.
    Je suis preneuse également d’un conseil sur le déryptage à lire ensuite, de préférence.

  • 4
  • 3
    JB
    28 décembre 2009 à 20:54 / Répondre

    C’est effectivement trés agréable à lire.
    Je dirai même que c’est de la lecture parfaite pour les transports en commun. En 20 minutes de lecture au moins trois rebondissements !
    En ce qui me concerne j’ai prévu de lire le Giacometti & Ravenne après. Si tu as un autre conseil je suis preneur.
    Cordialement et Bravo pour la qualité de ton blog.
    JB

  • 2
    Jiri Pragman
    28 décembre 2009 à 18:24 / Répondre

    Un thriller où le méchant ne meurt pas, c’est plutôt rare (c’est vrai qu’il aurait pu être touché par la rédemption). Je ne crois pas avoir dévoilé grand chose.

    Effectivement, l’approche de la noétique est pour le moins brumeuse.

  • 1
    stel
    28 décembre 2009 à 10:59 / Répondre

    je suis en train de le lire (au passage merci pour l’info sur la mort du méchant !!!)
    Autant je n’ai pas grand chose à dire sur les FM, autant certains passages notamment la noétique qu’il tente de nous refourguer sont parfois un peu limite. Son explication sur les effets des pensées positives ou négatives sur l’eau circulent depuis un moment sur le net. Le « professeur » à l’origine de ces expériences a toujours refuser de les mettre en pratique dans un labo avec d’autres scientifiques. Donc l’utilisation du net est un peu douteux chez Brown.
    En même temps, tant qu’on sait ce qu’on lit ….

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif