La Boulomie, une loge maçonnique en 2050

Publié par jissey

C’est trop tard ! Nous n’avons plus le temps. La majorité de la communauté scientifique l’annonce depuis 1970, et le reprend sans cesse depuis. Notre système démographique, social, économique, sociétal, sur fond d’un environnement épuisé et dévasté, va provoquer, dans les années 30/50 un « grand Effondrement » de la vie sur la planète. Il faudra tout reconstruire et changer notre vivre-ensemble, l’humanité dans la nature. De nouveaux principes, de nouvelles valeurs, balaieront le fatras de nos agitations actuelles. Il en restera quand même des pensées, des philosophies, des chemins de reconstruction, profondément remaniés. La Voie maçonnique en fait partie, car sa qualité superbe convient à cette grande œuvre. À condition d’être nettoyée de ses aspects culturels vieillots et de garder les aspects universels de toutes les grandes initiations. Tu en es peut-être le transmetteur, qui sait ? Cet ouvrage est un dialogue qui se déroule en 2050. Il ne cesse de dénoncer les errances passées liées à l’air du temps. Mais pour les remplacer par de nouveaux arcanes (rite, mythe, symbole), afin que chacun(e) ait besoin et envie de développer en lui (elle), concrètement, « une spiritualité pour agir » au service du vivant. Lis donc la vie de cette loge maçonnique, La Boulomie, telle qu’elle prospère en 2050.

Jacques Fontaine est expert en psychopédagogie. Il a été responsable de la qualité et de l’innovation pédagogique dans un grand groupe bancaire européen. Ses réalisations dans le domaine de la formation sont connues et ont fait l’objet de 10 ouvrages sur la formation des adultes et la gestion des ressources humaines en entreprise. Il est Franc-maçon depuis plus de 50 ans est membre du GODF et de l’ Ordre Initiatique Traditionnel de l’Art Royal. Il est auteur de 43 ouvrages maçonniques et sérieusement opposé à l’organisation en Obédiences de la franc-maçonnerie. Ses textes sont souvent insolents car destinés à libérer ceux qui veulent aller plus loin que le conformisme maçonnique, trop fréquent dans nos rites et nos loges.

La Boulomie, une loge maçonnique en 2050, de Jacques Fontaine : à commander sur le site laboulomie.com

samedi 4 avril 2020
  • 21
    Maxime
    20 avril 2020 à 02:15 / Répondre

    Je crois te l’avoir déjà dit : « Nous sommes comme des mouches sur un camembert. Que se passera-t-il quand les asticots auront tout bouffé ? »

  • 20
    Peter Bu
    19 avril 2020 à 13:09 / Répondre

    En plus de ces échanges, un acte de citoyen à accomplir d’ici le 3 mai: participer la Plate-forme participative de 60 parlementaires.
    Pour le détail, merci de voir https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/160420/confinement-et-apres

  • 10
    Anonyme
    5 avril 2020 à 12:12 / Répondre

    Comment intégrer la franc maçonnerie

  • 7
    Amal
    4 avril 2020 à 17:49 / Répondre

    L homme a pour objectif avoir plus en dépriment du reste,les autres, la société, la planète ce n’est uniquement qu’un moyen pour y accéder .
    Heureusement qu’il reste des voies qui se soulèvent pour sonner la larme qui sait ,peut-être en évitera le ko.

    • 12
      jacques fontaine
      18 avril 2020 à 19:27 / Répondre

      Oui, il y a deux facettes chez les humains :la compétition et la coopération. Cette dernière a donné la santé, la longévité et ladémocratie. Mais l’autre, la compétition est autrement plus destructrice :60 millions de tués au siècle précédent. Tout changer avec l’espoir de la coopération plus étendue?

  • 6
    MG RENAULT
    4 avril 2020 à 17:45 / Répondre

    Tout n’est pas perdu.
    Merci pour ces pistes de réflexion importantes.
    Il semble bien que l’heure de la mutation arrive plus vite que prévu
    La grande connaissance se fait dans la grande humilité
    Même si je considère tout ce qui vit sur terre comme mes soeurs et frères, tout le monde n’a pas toujours le même point de vue dans la grande famille.
    Bon courage à nous tous
    FRATERNITE

    • 8
      Francis garnon
      4 avril 2020 à 19:30 / Répondre

      Je suis d’accord avec ça heureusement il nous reste encore l’espoir

      • 9
        MG RENAULT
        5 avril 2020 à 11:33 / Répondre

        Pour dire merci à tous car nous sommes rien les uns sans les autres voici quelques mots :LE HURLEMENT DU LOUP
        (Ou comment essayer de se mettre dans la peau d’un loup)

        J’ai du poil partout comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je vis en meute comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Il y a des jours où je ne mange pas comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je dois chasser pour vivre comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je dois me défendre comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je suis sauvage comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        J’hurle pour nous rassembler comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je me réfugie dans ma tanière comme vous autrefois
        Mais vous avez oublié

        Je protège mes louveteaux, leur donne à manger
        Comme vous aujourd’hui

        En vieillissant mon pelage change de couleur
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime marcher dans la forêt
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime l’eau de la rivière
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime la vie au plein air
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime les odeurs de la nature
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime le jour et la nuit
        Comme vous aujourd’hui

        J’aime voir, sentir, entendre pour comprendre
        Comme vous aujourd’hui

        J’ai aussi un cœur qui bat d’amour et d’effroi
        Comme vous aujourd’hui

        Je ne suis qu’un pauvre loup sur terre
        J’essaie de dire à tous mes confrères :

        FRATERNITE humaine animale végétale internationale

        Merci aux loups et aux Hommes qui se comportent sur terre en sœurs et frères

        • 18
          Jacques Fontaine
          19 avril 2020 à 12:28 / Répondre

          réponse au 9
          C’est magnifique. Mais bien sûr que oui : nous sommes une meute et nous ne voulons surtout pas l’admettre. Notre anthropocentrisme nous a rendu malades de prétention sur le reste de la nature.

          • 19
            Jacques Fontaine
            19 avril 2020 à 12:35 / Répondre

            Est-ce que je peux citer votre poème, en disant que vous en êtes l’auteur?
            Merci

        • 22
          Jacques Fontaine
          4 mai 2020 à 18:11 / Répondre

          Réponse au message9

          Mon TCF, je t’ai dit, je crois combien j’ai été touché par ton poème homme-loup. pour moi qui suis très orienté vers l’éthologie, il sonne comme une déclaration. Me permets-tu de le diffuser auprès de Maçons.Sa qualité et l’originalité de son propos le méritent.
          Je te remercie pour ton accord éventuel. Bien Fraternellement.

      • 14
        Jacques Fontaine
        18 avril 2020 à 19:39 / Répondre

        Il reste un espoir mince mais, si les humains osent descendre en eux-mêmes et se remettre en question, alors ce serait peut être possible. Mais après de grandes secousses pour réveiller.

        • 16
          Jacques Fontaine
          19 avril 2020 à 12:11 / Répondre

          Il reste un espoir mince mais, si les humains osent descendre en eux-mêmes et se remettre en question, alors ce serait peut être possible. Mais après de grandes secousses pour réveiller.

    • 13
      Jacques Fontaine
      18 avril 2020 à 19:37 / Répondre

      Oui, tout n’est pas perdu. C’est la société humaine en général qui devrait revoir ses modes de fonctionnement. Entre autres considérer que nous sommes des vivants, comme tous les autres et ne plus se considérer comme les maîtres destructeurs. Oui, dans la plus grande humilité. Ce qui s’appelle maintenant la « biophilie » dont je suis un des tenants.

      • 17
        Jacques Fontaine
        19 avril 2020 à 12:17 / Répondre

        réponse à 6

        Oui, tout n’est pas perdu. C’est la société humaine en général qui devrait revoir ses modes de fonctionnement. Entre autres considérer que nous sommes des vivants, comme tous les autres et ne plus se considérer comme les maîtres destructeurs. Oui, dans la plus grande humilité. Ce qui s’appelle maintenant la « biophilie » dont je suis un des tenants.
        Laisser un commentaire

    • 15
      jacques Fontaine
      18 avril 2020 à 19:46 / Répondre

      L’espoir est peut être envisageable. Pour cela les humains devraient revoir de fond en comble leur façon de fonctionner. Et si cela arrive, ce sera après de lourdes secousses.

  • 5
    PULIDO
    4 avril 2020 à 17:16 / Répondre

    Reportage très intéressant.
    J’ai trouvé vos propos remplis de sens. On sens en cous une passion pour la franc-maçonnerie, un réel amour pour vos frères et sœurs et un souhait de partage.
    J’ai beaucoup appréciee vous écouter.

    Merci

  • 4
    Désap.
    4 avril 2020 à 14:41 / Répondre

    @ Peter Bu,
    Je te lis depuis un moment sur le sujet « la connerie humaine ».
    Évidemment je suis d’accord avec toi, évidemment si l’on ne change pas radicalement nos méthodes nous allons disparaître.
    Cependant il me semble qu’une chose t’échappe comme à un certain nombre de théoriciens, la connerie humaine justement, et plus l’homme est riche matériellement et plus il est con.
    Rien ne changera, tout le monde est aujourd’hui obsédé par l’après confinement et la reprise économique.
    Ce taré de Trump va en profiter pour s’affranchir définitivement des contraintes écologiques, son double brésilien idem, les Chinois également et nous , et bien nous allons suivre parce que nous n’avons aucunement le choix.
    Nous allons direct vers le crack écologique et son cortège de cataclysmes.
    Soyons de plus réalistes, c’est une nécessité, la terre n’est pas en mesure du supporter + de 3 milliards d’humains dégénérés.

  • 3
    Urbain AKUE
    4 avril 2020 à 13:57 / Répondre

    En effet la loge doit redevenir une forge dans laquelle le travail sur soi prend sa base, sa révolution.
    Le travail intérieur doit redevenir un élément de base. Examination de la conscience en vue de déceller ses erreurs, ses défauts et se corriger. C’est le travail de la pierre qui prendra tout son sens.

  • 2
    Pierre-Philippe Baudel
    4 avril 2020 à 13:35 / Répondre

    L’idée m’apparaît très intéressante, et rejoint par ailleurs mes propres écrits. Au-delà, Bon succès à vous deux !

  • 1
    Peter Bu
    4 avril 2020 à 09:39 / Répondre

    « C’est trop tard ! (…) Il faudra tout reconstruire et changer notre vivre-ensemble… » Ne serait-ce pas un peu contradictoire ?
    Ceci dit, il est effectivement rageant que les « verts » alertent depuis 70 ans, sans résultat. Et a toujours encore envie de croire qu’on peut changer le cours des choses:
    « Regardons les choses en face : la pandémie est un avant-goût des scènes d’apocalypse qui se multiplieront si nous franchissons les seuils d’emballement climatique. Nous pouvons mettre à profit ce moment rare de décélération pour changer la trajectoire du Titanic. » Voir le dossier https://www.amisdelaterre.org/crise-du-coronavirus-sortir-du-deni-et-tout-reconstruire
    On se moque des « collapsologues » mais ils ne font pas que pleurer, ils proposent des sorties de la crise https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/220220/bientot-une-penurie-de-pots-de-peinture-noire

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif