Silvio Amstad-Wang, dans les locaux de la loge lausannoise

La loge « Liberté » de Lausanne présentée dans « Le Temps »

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 22 août 2020
  • 2
    Lazare-Lag
    28 septembre 2020 à 02:48 / Répondre

    Il me semble avoir aperçu un bonnet phrygien sur le sceau de la loge. En connait-on l’origine? La signification?
    Je crois même qu’il s’agit du titre du bulletin de l’atelier. Est-ce exact?

  • 1
    Lazare-lag
    23 août 2020 à 08:53 / Répondre

    Un petit futé le journaliste vaudois.
    Un petit coup de Franc-Maçonnerie masculine et un petit coup en faveur de la F.M. féminine et libérale…;
    Histoire d’être, helvétisme oblige, parfaitement neutre.
    Et très futée la Grande Loge Féminine de Suisse.
    Excellente initiative que de confier à une soeur du nom de Ladame les rênes (et les reines) d’une obédience strictement féminine.
    Il n’y manque que les mixtes et c’eût été parfait, mais on me répondra que ce n’était pas le propos de l’article.
    – – –
    Sinon, point de vue mixité, on notera que la régulière obédience G.L.S.A., à laquelle se fédère Silvio Amstad-Wang et la loge Liberté, a su contourner l’obstacle, à sa façon.
    Par création du Groupe de Recherche Alpina (G.R.A.) lequel reçoit des conférenciers et du public mixte de tous bords, féminin/masculin, régulier/adogmatique, suisse/étranger.
    Jamais à court d’idées les confédérés lorsqu’il s’agit de fédérer, même en maçonnerie.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous