Et le Titanic sombra...

Le confinement nous ouvre aux autres

Publié par Peter Bu

Le paradoxe du COVID19 :
le confinement nous ouvre aux autres

Le Grand Maître du Grand Orient de France vient d’affirmer:  « Nous ne sortirons pas de cette crise (pandémie du COVID19) comme nous y sommes entrés. Il nous appartient de réfléchir à la façon d’organiser autrement nos modes de vie, de consommation, d’organisation, pour que notre société devienne meilleure et plus juste, tout en continuant à faire Nation. » (1)

Il est en accord avec la majorité des Français qui, d’après une enquête d’opinion du 31 mars 2020 payée par le journal Libération, demandent un changement de notre civilisation. (2) Le Grand Maître invite les membres de son obédience à contribuer à un Livre blanc sur les changements nécessaires. Il pense qu’il faudra attendre la reprise des travaux rituels en loge pour s’atteler à cette tâche. Il croit donc nécessaire d’attendre jusqu’en octobre de cette année, après la pandémie et les vacances d’été où les francs-maçons ont l’habitude de se reposer de leurs épuisants travaux, et à l’issu de la période d’intronisation des nouveaux collèges d’officiers qui occupent la rentrée. Cela ne condamne-t-il pas notre futur Livre blanc d’être une 5e roue du carrosse ?

Personne ne nous attend pour évaluer la gravité des problèmes environnementaux, de la menace démographique, celle des inégalités sociales, de la menace nucléaire, de l’anarchie des relations entre les États. Des organismes comme Négawatt et d’autres « tanks à penser » (en français « think tank » est plus drôle), Réseau Sortir du nucléaire, Initiative pour le désarmement nucléaire et bien d’autres ont élaboré des modèles techniques de résolution de ces crises. Par contre, nous pouvons y contribuer en évaluant ce que nous sommes prêts à abandonner de nos modes de vie et à quoi nous pouvons utiliser nos capacités, à la fois au bénéfice de la vie sur terre et de notre épanouissement personnel.

A partir de là, nous pouvons réfléchir comment les autres humains peuvent agir dans le même sens, en respectant leur diversité. Nos idéaux et nos modes d’échanges nous permettent d’aborder dans un esprit de fraternité ces questions extrêmement complexes. Il me semble qu’aucun autre groupe ne peut le faire aussi bien que les francs-maçons. Encore faudrait-il s’y mettre sans tarder, en trouvant des moyens d’échanger à distance au sein des loges, en attendant pouvoir reprendre le chemin de nos temples. Pourquoi patienter jusqu’à la fin de la crise du coronavirus pour contribuer au Livre blanc ? Les membres du GODF et de toutes les obédiences sont maintenant disponibles plus qu’ils ne l’ont jamais été, et ne le seront après la pandémie.

Suivons l’avis d’Edgar Morin, ce jeune homme de 98 ans :  « Nous passons brusquement d’une civilisation de la mobilité à une obligation d’immobilité. (…) Le confinement pourrait être une opportunité de détoxification mentale et physique, qui nous permettrait de sélectionner l’important et rejeter le frivole, le superflu, l’illusoire. L’important c’est évidemment l’amour, l’amitié, la solidarité, la fraternité, l’épanouissement du ‘Je’ dans un ‘Nous’. Dans ce sens, le confinement pourrait susciter une crise existentielle salutaire où nous réfléchirions sur le sens de nos vies. » (3)

Sinon, le cri d’alarme des Amis de la terre risque de se réaliser :  « La pandémie est un avant-goût des scènes d’apocalypse qui se multiplieront si nous franchissons les seuils d’emballement climatique. Profitons de ce moment rare de décélération pour changer la trajectoire du Titanic. » (4)

Mes frères et sœurs, qu’attendez-vous pour interpeller vos dirigeants et organiser ce travail ?

(1) Lettre du GM aux membres du GODF.
(2) https://www.liberation.fr/france/2020/03/31/apres-l-epidemie-les-francais-revent-d-un-autre-monde_1783743
(3) : «Ressentir plus que jamais la communauté de destins de toute l’humanité»
Par Simon Blin — 27 mars 2020 à 20:26
https://www.liberation.fr/debats/2020/03/27/edgar-morin-ressentir-plus-que-jamais-la-communaute-de-destins-de-toute-l-humanite_1783400?xtor=EREC-26&actId=ebwp0YMB8s1_OGEGSsDRkNUcvuQDVN7a57ET3fWtrS_OIfecpPFeTrW2q1inVUaS&actCampaignType=CAMPAIGN_MAIL&actSource=501847
(4) https://www.amisdelaterre.org/crise-du-coronavirus-sortir-du-deni-et-tout-reconstruire

mardi 7 avril 2020
Étiquettes : , ,
  • 4
    Désap.
    9 avril 2020 à 12:43 / Répondre

    Au lieu de faire des plans sur la comète lors même que nous n’avons qu’un seul levier que nous utilisons à contrario de toute intelligence (la consommation, il faut arrêter ce consumérisme débile et totalement suicidaire), allez sur le site de France Inter et écoutez l’intervention de Christine Lagarde ce matin : remarquable ! et dieu sait que je ne suis pas de droite.
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-09-avril-2020

  • 3
    joab's
    9 avril 2020 à 10:54 / Répondre

    Nous savons grosso-modo comment terminer la crise sanitaire.
    Et commençons à nous interroger sur l’APRES.
    Dire que « ce ne sera plus comme avant » reste une affirmation, une hypothèse et nullement une certitude. Mis à part bien sûr le choc économique qui aboutira inevitablement à un appauvrissement général, au moins momentané. D’ores et déjà on constate que tous sont d’accord pour l’appauvrissement … des autres. Il y aura donc, déjà un conflit à prévoir sur « qui va payer ? ».
    L’hypothèse la plus probable qui se dessine est que la politique et l’economie se préparent à une sortie de crise sans rien changer de très conséquent, quelques réajustements sur l’approvisionnement, les dépenses hospitalières et investissements massifs pour faire repartir l’economie comme avant.
    Y a-t-il des voies (et des voix) pour porter un changement profond des modes de vie pour être plus resilients, solidaires, heureux ?
    La leçon du coronavirus n’est-elle pas, face à une menace sur l’espèce humaine, une égalité devant le péril qui devrait induire une solidarité dans la lutte ? D’ores et déjà, on constate que l’egoïsme, le nationalisme se sont contre toute évidence accrus.
    On constate aussi sur ce forum que la futilité et la dangerosité des reseaux sociaux d’opérateurs ont gagné du terrain.
    Donc, pas très rassurant.
    Alors, nous FM, pouvons nous apporter notre pierre à une construction du temple humain, solide, pesée, essentielle ?
    Normalement, c’est notre devoir et nous avons aussi les outils pour celà.
    Si nous voulons agir sur le futile de la société, pouvons nous maintenir la futilité des divisions ridicules de la FM en baronnies obedentielles ?
    Il faut absolument que la FM se débarasse des baronnies absurdes et inutiles (la division-eparpillement mené par les obediences sectaires). Si nous continuons dans ce suicide maçonnique du sectarisme puéril, nous sommes totalement discrédités à proposer quoi que ce soit ni à l’homme, ni son esprit, ni à la société humaine.
    Pouvons-nous en tant que maçons, pousser pour une solidarité humaine lorsque nous clamons l’exclusion, discrimination entre nous ?
    Il me semble qu’abandonner le sectarisme obedentiel est le préalable absolu. Sinon, nous sommes totalement disqualifiés.
    Je doute que les dirigeants d’obedience soient prêts à renoncer à leur pouvoir, emprise.
    Donc, pour ma part, je plaide pour le boycott de toutes les directives de division provenant des obediences (y compris si c’etait le cas de la GLEFU).
    A moins que les dirigeants des obediences acceptent de cesser de clamer leur sectarisme et de se fondre dans une FM universelle, orientée ver la FMaconnerie et non des pouvoirs obedentiels … Je rêve ? Imagine this dream comes true … comme aurait dit John Lennon

    • 5
      Brumaire
      9 avril 2020 à 14:42 / Répondre

      Joab’s, je me suis arrêtée à la première phrase de ton post…
      « Nous savons grosso modo comment terminer la crise sanitaire ».
      Qui mets-tu dans ce « nous »?
      Moi, j’habite le Grand Est, et les pages des journaux réservées aux avis de décès ont triplé ,voire quadruplé, ça, tous les jours depuis un mois.
      Le bout du coronatunnel, ici, on ne voit pas du tout la tête qu’il a.
      « L’après », on en parle parfois, on y pensera après, si on y arrive, à cet « après ». Pour le moment, on lit, on pense, on réfléchit aussi ici, mais on ne fait de plan sur aucune comète.
      Une seule chose est sûre: il va falloir virer les « modèles » qui datent des années , amplifiés par la mondialisation, « heureuse », qu’ils disaient…
      En attendant, on fait le gros dos, et on ne parle pas de « déconfinement », ici, ça n’a pas de sens.

      • 6
        joab's
        9 avril 2020 à 16:05 / Répondre

        Pour ma part, je ne suis pas epidemiologiste. La fin de la crise ne se mesure evidemment pas à un ressenti local, mais à un examen global et chifré. Et selon ce qui nous est remonté, les nouveaux arrivé en réanimation decroissent, dans l’Est aussi. Et les morts d’aujourd’hui, c’est logique sont ceux exposés avant et au début du confinement.
        Nous avons tous besoin de cultiver l’espoir, car le confinement est une necessité douloureuse, pas une fin en soi, tu en conviendras.
        Quoi qu’il arrive, il y aura forcément un « après » et y penser, y réfléchir n’affaiblit pas notre action du maintenant.
        Crois-moi ! Je suis toûché aussi, douloureusement, dans ma famille.

  • 2
    Peter Bu
    7 avril 2020 à 14:52 / Répondre

    « Coire ou ne pas croire, telle n’est pas la question ». Agissez au sein de vos loges dans le sens du texte ci-devant et, si vous le souhaitez, individuellement à l’extérieur.

    60 parlementaires nous en donnent une occasion : faites-vous entendre.

    La consultation publique, lancée le 4/4/20 par une soixantaine de parlementaires, esquive, comme d’habitude, le nucléaire civil et militaire.

    Je l’ai inséré dans plusieurs échanges et demandé qu’il soit ajouté aux débats proposés.

    Cela pourrait aboutir si vous demandez à vos lecteurs et soutiens d’intervenir dans ces échanges. Ils ne dureront qu’un mois.

    Voici l’adresse : https://lejourdapres.parlement-ouvert.fr/
    Le public peut participer aux trois forums ouverts :
    1. CONSULTATION : contribuez en rédigeant une proposition ou un avis ; en proposant une référence scientifique, médiatique, artistique ; en débattant les propositions déjà proposées ; en votant pour les propositions que vous trouvez les plus pertinentes
    2. ATELIERS : participez à des ateliers en ligne sur les différents thématiques discutées sur cette plateforme. Agenda complet ici.
    3. HACKATHON : proposez des projets concrets et collaboratifs.

    N.B. Si vous voulez vous documenter :
    A deux minutes de la guerre nucléaire?
    https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/010318/deux-minutes-de-la-guerre-nucleaire
    Macron, la « bombe »
    https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/090220/macron-la-bombe
    Mensonges et illusions du nucléaire en France
    https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/190713/lillusion-et-les-mensonges-du-nucleaire-en-france
    Gestion (catastrophique) d’un accident nucléaire d’après l’Autorité de Sûreté Nucléaire
    https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/310713/gestion-catastrophique-d-un-accident-nucleaire-dapres-lasn

  • 1
    Luciole
    7 avril 2020 à 13:06 / Répondre

    Tout est dans : « …le confinement POURRAiT être… » d’Edgar Morin. Perso, je n’y crois pas, à regret évidemment. Rien de tel n’est survenu après une dure épreuve du passé. Quelques semaines de bonne volonté et d’euphorie vite oubliées.
    C’est vrai qu’il y eut des initiatives ONU, OMS et autres pour la fin du conflit 1939-45, Dans les mœurs rien de décisif me semble t’il.
    C’est l’occasion en effet mais « un confinement qui ouvre aux autres » me parait un oxymore.
    Je vote pour, bien sur !

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif