Le Convent de Lausanne

Publié par Yonnel Ghernaouti
Dans Edition

En septembre 1875 s’ouvrit à Lausanne un Convent réunissant les représentants de onze Suprêmes Conseils du Rite Écossais Ancien et Accepté. Michel Meley, ancien président de la Fédération française de l’Ordre Maçonnique Mixte International Le Droit Humain, considère que les actes dudit Convent constituent, avec le célèbre discours de Ramsay, prononcé en décembre 1736, et les Grands Constitutions de 1786, des textes incontournables pour le Maçon écossais. Il en décrypte, ici et maintenant, tous les arcanes. Le Convent de Lausanne est un des grands moments du REAA, qui reste, encore à ce jour riche d’enseignements.

Mais l’histoire commence à Paris, en 1834, avec la première rencontre internationale à l’initiative du Suprême Conseil de France, réveillé en 1821, et les Suprêmes Conseils du Brésil et de l’Hémisphère Occidental « séant à New York ». De là naquit un Traité d’Union, d’Alliance et de Confédération Maçonnique.

Si la première partie s’attache à décrire la genèse du Convent, l’histoire et ses conséquences, la seconde livre un certain nombre de documents tels les textes antérieurs au Convent comme les Constitutions Secrètes de 1761, les Constitutions de 1762, les Grandes Constitutions de 1786, la circulaire aux Deux Hémisphères de 1802, qui structure le REAA, les articles de la Confédération de Albert Pike (1809-1891), extrêmement actif au sein du Suprême Conseil de la Juridiction Sud du REAA, en 1874, mais surtout, et sans doute moins connus, les textes issus du Convent de Lausanne.

Le grand intérêt de cet ouvrage est d’offrir une analyse comparative de trois textes que sont le Traité de Paris de 1834, le texte de Pike de 1874 et celui du Convent de 1875. Elle permet une bien meilleure compréhension sur le but des traités, les impératifs à satisfaire pour faire partie de la Confédération, la composition, le nombre et la souveraineté d’un Suprême Conseil, les différentes relations et reconnaissances, les mesures de protection, le traitement des litiges ainsi que la question du Grand Architecte de l’Univers. Il en est de même avec le tableau comparatif des Grandes Constitutions de 1786 prétendument signées par Frédéric II, dont le texte est composé d’une Ordonnance Royale portant sur l’ « Art libre de la Franche Maçonnerie » et des trente-huit articles des « Constitutions et Statuts des Grands et Suprêmes Conseils » et du texte issu de leur révision par le Convent de Lausanne.

Pour vivre pleinement aujourd’hui le REAA, il faut comprendre ce Convent déclaré « universel » par leurs initiateurs. Il fut d’ailleurs adopté à cette occasion un « tuileur », recueil de questions et réponses pour reconnaître un Maçon et son grade. Se pencher sur les sources historiques, comme le fait l’auteur, est œuvre fort utile.

________________________________
Le Convent de Lausanne Temple de la Cité 6 au 22 septembre 1875, Documents et analyse par Michel Meley. Édition Michel Meley – Grand Est, 2019, chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 978-1076652126

vendredi 10 avril 2020

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif