Le Grand Œuvre, le tableau alchimique du GODF

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 13 septembre 2022
  • 2
    Anubis Rê
    13 septembre 2022 à 18:57 / Répondre

    L’Alchimie : le sel (la Terre) fixe le soufre (le corps, l’épais) et le mercure (l’esprit, le subtil) se libère et se réalise (la pierre) ; dès lors l’or apparaît, ou l’Étoile flamboyante chez les maçons, qui d’ailleurs est dans la P:. C:. à P:. au RF, sur laquelle on aiguise les outils, tout est cohérent.
    Le reste n’est que littérature agréable à lire.
    La pierre, qui cherche à sa réalisation physique perd son temps, elle n’est que symbole comme le reste, et l’or supposé issu de la matière première une vaste escroquerie qui fît la fortune de Flamel qu’il distribuera en bon Frère adepte.
    A mon humble avis.

  • 1
    Jack Chaboud
    13 septembre 2022 à 15:08 / Répondre

    S’il s’agit d’oeuvres peints traitant de l’alchimie, ce tableau est peut-être le seul en jeu, mais s’il s’agit de peintures à caractère ésotérique, alors là défilent Patinir, Brueghel, Monsu Desiderio, « Et in arcadia ego » de Poussin, pas mal de « vanités », la nuit sur Arles de Van Gogh, Toorop, Mehofer, Kupka, Rops, pas mal de Nabis, des habitués des salons Rose + Croix, des préraphaélites, Surréalistes Bon, d’accord, tout est dans tout, et réciproquement.
    Jack Chaboud.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous