Le grand Retournement

Publié par jissey

A 97 ans, Annick de Souzenelle dit signer ici son dernier livre : elle s’y attaque à un chapitre de la Genèse qu’elle n’avait pas encore traité (V-1-10/32-VI-1/8), celui de la généalogie d’Adam, et donc des Patriarches qui ont suivi, depuis Caïn et Abel, jusqu’à Noé. Par sa connaissance des mystères de l’alphabet hébraïque, elle découvre qu’ils symbolisent chacun un moment du développement de l’être humain venu d’Adam. « … mais aucune sagesse ne nous ayant arrêté nous approchons aujourd’hui du viol de l’arbre de vie » : l’humanité se trouve donc au bord du gouffre. Ce décryptage symbolique s’avère d’une force rare, il colle à notre actualité écologique, pandémique et sociale. Cela nous fait réfléchir en effet sur la nécessité d’un grand retournement, de même que le foetus se retourne dans le ventre de sa mère au septième mois pour se préparer à sortir dans une nouvelle vie. Pour l’auteur, nous en sommes là : nous devons nous métamorphoser intérieurement pour retrouver le sens perdu.

Annick de Souzenelle est écrivain d’ouvrages de spiritualité. Après des études de mathématiques, elle a longtemps été infirmière anesthésiste, puis psychothérapeute. D’abord catholique elle se convertit en 1958 à religion orthodoxe, et étudie la théologie ainsi que l’hébreu. Elle poursuit depuis une trentaine d’années un chemin spirituel d’essence judéo-chrétienne, ouvert aux autres traditions. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages de spiritualité. Sa recherche s’inspire de la spiritualité cabaliste. Elle crée en 2016 l’association « Arigah » pour assurer la transmission de son travail, rassembler ceux qui cheminent avec son enseignement et assurer l’animation de l’Institut d’Anthropologie Spirituelle.

OUVRAGES : De l’arbre de vie au schéma corporel, le symbolisme du corps humain, éditions Dangles, coll. « Horizons ésotériques », 1977 ; L’Égypte intérieure ou les dix plaies de l’âme, Albin Michel, collection « Espaces Libres », 1991 ; Le Symbolisme du corps humain, Albin Michel, collection « Espaces Libres », 1991 ; La Lettre, chemin de vie : Le symbolisme des lettres hébraïques, Albin Michel ; La parole au cœur du corps, Albin Michel, 1993 et coll. « Espaces Libres », 1997 ; Job sur le chemin de la Lumière, Albin Michel, 1994 ; Le Féminin de l’Être. Pour en finir avec la côte d’Adam, Albin Michel, 2000 ; Œdipe intérieur, Albin Michel, 1998, 2008 ; Manifeste pour une mutation intérieure, Éditions du Relié, 2003 ; L’arc et la flèche, Albin Michel, 2003 ; L’Alliance oubliée, Albin Michel, 2005 ; Résonances bibliques, Albin Michel, coll. Spiritualités vivantes, 2006 ; Alliance de feu (2 tomes), Albin Michel, 2007 ; Le Baiser de Dieu, Albin Michel, 2008 ; Jonas. Nous sommes coupés en deux, Éditions du Relié, 2008 ; Cheminer avec l’ange, Éditions du Relié, 2010 ; L’Initiation, Éditions du Relié, 2012 ; Va vers toi, Albin Michel, 2013 ; Le Seigneur et le Satan. Au-delà du Bien et du Mal, Albin Michel, 2016 ; Le Livre des guérisons. Les Évangiles en eaux profondes, Albin Michel, 2017

_____________________________________
LE GRAND RETOURNEMENT La généalogie d’Adam, aujourd’hui
par Annick de Souzenelle, aux Editions Le Relié chez Amazon ou de préférence dans la librairie la plus proche de votre domicile. ISBN : 978-2354902407

vendredi 30 octobre 2020
  • 2
    Anwen
    31 octobre 2020 à 13:02 / Répondre

    Ce « grand retournement » dont parle Annick de Souzenelle, c’est le renversement de la marche actuelle des choses.
    C’est surtout le triomphe de l’Esprit sur la Force, ramenant l’humanité dans la voie du Bien, la voie de l’Evolution progressive.
    C’est le concept théologique de Rédemption.
    Ce grand événement qui doit, tout d’un coup, renverser l’œuvre de destruction du passé, a été prévu et annoncé depuis longtemps. C’est ce redressement, dont parle René Guénon, ce « renversement des pôles » qui doit s’opérer lorsque « le point le plus bas aura été atteint » ; « et c’est là, pourrait-on dire en se référant au sens cosmologique du symbolisme biblique, la revanche finale d’Abel sur Caïn. » (R. Guénon, Le Règne de la Quantité et les Signes des Temps).
    L’antiquité a aperçu ce grand évènement comme un phare brillant dans un avenir lointain, et ce n’est pas là une vision surnaturelle, la marche forcée des choses devait amener ce résultat. Il pouvait même être calculé avec une précision mathématique.
    Cependant, René Guénon précise : « Il serait d’ailleurs vain de vouloir chercher dès maintenant à savoir quand et comment une telle manifestation se produira, et sans doute sera-t-elle fort différente de tout ce qu’on pourrait imaginer à ce sujet. Les « mystères du Pôle » (el-asrâr-el-qutbâniyah), ajoute t-il, sont assurément bien gardés, et rien n’en pourra être connu à l’extérieur avant que le temps fixé ne soit accompli. »

  • 1
    patrick
    30 octobre 2020 à 20:54 / Répondre

    les images intermédiaires sont inutiles. le discours brut est suffisant.
    .

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif