laicite_realite

Les journées Républicaines d’Alfortville

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 23 septembre 2015
  • 5
    Benjamin OUEDRAOGO
    25 septembre 2015 à 20:31 / Répondre

    peut-on vraiment faire abstraction de cette forme d’initiation? Je ne suis point religieux mais je reconnais qu’un dialogue des cultures religieuses peut être un signe vers la tolérance, comme le fait d’enseigner le fait religieux à l’école. Etant enseignant, la question me taraude car lorsque je fais mon cours de philosophie sur la notion de religion, j’ai des réactions primaires du genre,: « monsieur je ne suis pas croyant pourquoi vous nous parlez de religion? » Je mets cela sur le compte de l’ignorance et comme disait Platon le plus grand péché, c’est l’ignorance. Notre GM a bel et et bien sa place dans ce débat car il est porteur d’une vision humaniste.
    la question de l’intégration du fait religieux dans la sphère laïque, n’est pas anodine et sans objet. Jean Baubérot dans la laïcité falsifiée montre que si nous ne prenons garde, les structures dominantes de la société
    peuvent tordre la laïcité pour la faire rentrer dans des considérations qui n’ont rien à voir avec laïcité et risque de provoquer une fausse croyance collective, comme on le voit aujourd’hui avec l’accueil timoré en France des réfugiés. Et Pourtant non seulement la convention de Genève de 1951 nous y oblige, mais la dignité d’homme nous commande comme le dit si bien le philosophe Allemand, Kant « Agis de telle sorte que tu traites l’humanité toujours comme une fin jamais simplement comme un moyen ». Je pense que la Franc- maçonnerie est là pour le rappeler!

  • 4
    Luciole
    23 septembre 2015 à 19:47 / Répondre

    se faire voir partout,se mêler de tout.C’est humain,certains y succombent davantage que d’autres.
    La FM est elle condamnée à cela ou à disparaitre? Vaste question.

  • 2
    Patrice Deriémont
    23 septembre 2015 à 14:50 / Répondre

    J’ai connu les élus de la Mairie d’Alfortville mieux inspirés sur ce sujet. La Laïcité ne peut pas être un espace de dialogue interreligieux. Henri Pena-Ruiz selon moi en donne la meilleure définition.

    « Qu’est ce que la Laïcité ?
    La Laïcité, c’est un cadre juridique et politique permettant à des êtres différents du point de vue des options spirituelles ou des convictions personnelles, de vivre ensemble.
    Les individus se distinguent selon trois grands types d’options spirituelles, les uns croyant à une puissance supérieure, d’autres sont athées et nient l’existence de Dieu et finalement ceux qui ne prennent ni position religieuse ou antireligieuse et suspendent leur jugement. On les appelle les agnostiques.
    La Laïcité propose à ces personnes de vivre ensemble sur la base de trois principes:
    Le premier, c’est la liberté de conscience qui reconnaît à chacun le droit de croire ou non.
    Le second, c’est l’égalité de droits, qui veut dire qu’il n’y a pas de raison de donner plus aux uns qu’aux autres, excluant d’accorder tout privilège public, soit à la religion, soit à l’athéisme.
    Et le troisième principe, c’est celui de l’universalisme. La puissance publique devant nous unir ne peut le faire que si elle promeut ce qui est commun à tous. »

    Les principes décrits ci-dessus sont contenus dans la loi de 1905. Une loi doit être appliquée pas négociée. Que vient faire le Grand Maitre au milieu des représentants des religions comme si il représentait une autre option spirituelle. Or la Laïcité n’est pas une option spirituelle.

    • 3
      astronome64
      23 septembre 2015 à 18:45 / Répondre

      Bien d’accord avec toi Patrice. Et si on ajoute la sénatrice « écolo-gauchiste » et Jean louis Bianco on peut vraiment se demander ce que notre GM va faire la dedans…

  • 1
    Condorcet
    23 septembre 2015 à 09:16 / Répondre

    On aurait pu modifier l’ordre des tables rondes « Comment intégrer la laïcité dans la sphère religieuse » et quelle place pour la religion dans notre quotidien »…Au point ou nous en sommes avec des thèmes comme l’islamophobie, l’anti-sionisme, la cathophobie, etc…le délit de blasphème fait son grand retour dans la sphère publique de notre pauvre république. Même Gérard C sur son blog « sous la voûte étoilée » a indiqué « non Monsieur le Ministre vous n’auriez pas du signer », c’est dire le degré de soumission à la sphère anti laïque de nos dirigeants politiques. dont pourtant une des missions essentielles serait de défendre les valeurs de la laïcité pour tous.
    Même des obédiences maçonniques passent leur temps à organiser des dialogues inter-religieux dont il ne ressort absolument rien, sauf le contentement assumé des organisateurs, chacun des intervenants campant sur ses positions tout en se targuant de tolérance, la leur et à leur profit, confondant par ailleurs le spirituel et le religieux.
    La maçonnerie a été créée pour dépasser les conflits inter-religieux, et de manière rationnelle d’organiser le vivre ensemble par une spiritualité immanente et rationnelle, il serait bien que les obédiences s’en souviennent.

    • 6
      Jacques destaing
      27 septembre 2015 à 13:48 / Répondre

      Entièrement d’accord, Condorcet. Le Ministre de l’intérieur (et des cultes) court derrière les religions et les obédiences derrière les Ministres. Et moi qui croyait que la FM avait été inventée pour qu’on cesse de se déchirer à propos des « religions » (cf Les Constitutions d’Anderson). Voilà longtemps que le pire des métaux est entré dans le Temple. Il s’appelle l’air du temps et la confusion du sens .

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous