premiers pas FM

Les premiers pas de la franc-maçonnerie…

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 14 juillet 2018
  • 8
    joab's
    20 juillet 2018 à 16:36 / Répondre

    Un élément plutôt etrange dans notre monde maçonnique est un conformisme passif à des pouvoirs institués.
    2trange car les valeurs de notre fM mettent en avant, liberté, franchise, émancipation, sincérité, esprit d’analyse, de critique.
    Une des tactiques de ces pouvoirs est une grave imposture : détourner la définition de l’ « Ordre » maçonnique vers une soumission allégeance à leur pouvoir. Tel est le discours classique et inadmissible « n’oublies pas, mon frère, que tu est dans un HAUDRE  » prononcé sentancieusement avec un air inspiré …
    imposture, car l’ « Ordre » maçonnique n’implique nullement, au contraire, quelque soumission, allégeance, passivité. Un « Ordre » est une MISSION (autrefois donnée par la papauté).
    UN autre tactique consiste à « sacraliser » ce qui n’est que fonctionnement administratif ou burocratique, pire deviances sectaires ou autoritaristes, interdisant, du coup, tout esprit critique. Encore pire, ce comportement a a pour effet pervers, de désacraliser ce qui l’est, de base : le fonctionnement maçonnique.
    Ces déviances, on les voit apparaître, atténuées, parfois un peu génées, sur ce blog. Et il est fort probable que ceux qui militent pour ces comportements croient sincerement à leur bien-fondé … d’autant plus qu’ils sont cultivés dans cette soumission et s’interdisent ainsi toute réflexion critique.
    Quand bien même, je suis conscient de la lourdeur du couvercle de ce conformisme, finalement assez confortable, il me semble de mon devoir de FM de le dénoncer.
    ET de proposer, en même temps …
    Merci et bravo à geplu de valider pendant ses vacances …

  • 3
    Désap.
    15 juillet 2018 à 14:13 / Répondre

    Admettons (1&2).
    Il en résulte malgré tout que la FM française est isolée de 95% de la Franc-maçonnerie.
    Soit nous ne pratiquons pas le même chose, auquel cas l’un de nous a usurpé le terme « franc-maçonnerie » et il faut répondre à cette question par respect vis à vis des principes que nous nous vantons de défendre. Le problème de cette hypothèse, quelque soit la réponse qu’on apportera, est qu’elle ne pourra que cautionner la non reception des uns et des autres dans leurs loges respectives.
    Soit la FM française est victime d’ostracisme comme elle le prétend, arguant du fait qu’elle ne pratique pas de selection à l’entrée de ses loges.
    Dans ce dernier cas, il s’agirait de le prouver de manière un peu plus probante que par l’entremise d’interprétations subjectives ayant la prétention d’être des traductions, parce que dans ce cas assez prôche de la situation présente, nous faisons sourire les Anglais et désespérons les GGLLRR continentales un peu lassées du caractère dévot sans originalité du cloître reconnu.
    Au lieu de caricaturer la CMF, vous feriez bien de faire l’exégèse objective de l’Appel de Bâle, et de commencer par le lire.

    • 5
      Nestor Makhno
      15 juillet 2018 à 19:57 / Répondre

      En réalité, ceux qui s’isolent, ce sont les directions, mais pas les FF des Loges de province où nous nous connaissons tous et nous visitons régulièrement.

    • 6
      joab's
      19 juillet 2018 à 12:18 / Répondre

      Les FM ne sont pas isolés (c’est le comble de la contre-maçonnerie de pretendre celà !).
      Des organismes s’acharnent à élever des barrières entre les FM, pour des raisons sans rapport avec la FM.
      L’ « appel de Bâle » fait partie lui aussi de ces tentatives de cloisonner la FM pour la satisfaction et conqête de « parts de marché ».
      Les FM doivent rejeter toutes ces tentatives de division de la FM.
      Les « principes » de la FM sont à rechercher dans nos rituels et textes fondateurs non dans les démarches commerciales des obédiences.

    • 7
      Emmanuel
      20 juillet 2018 à 11:59 / Répondre

      « …la FM française est isolée de 95% de la Franc-maçonnerie… ».

      Sottises! J’ai appartenu à une loge de la GLDF qui entretenait des relations régulières avec plusieurs loges américaines. Nous en avons même reçu plusieurs fois des représentants… hauts dignitaires.
      Alors….

  • 2
    Condorcet
    15 juillet 2018 à 09:37 / Répondre

    A Nestor Makhno
    On a en effet pas à recevoir de reconnaissance d’une chose à qui on ne doit rien.
    Soit mais alors pourquoi cet acharnement des dignitaires de la GLDF (toujours les mêmes qui s’échangent les postes depuis 15 ans, la soupe doit être bonne) afin d’obtenir cette reconnaissance ne serait ce qu’en créant la piteuse CMF?
    Pourquoi tous les procès en sorcellerie à l’encontre des FF récalcitrants?
    Pourquoi cette tentative d’imposer aux FF la non réception et visite de ff d’obédiences libérales ?
    J’en passe et des meilleures…
    Et comble du tout on vient nous bassiner avec l’universalisme….foutaise que tout cela.

    • 4
      Nestor Makhno
      15 juillet 2018 à 14:31 / Répondre

      Bonjour,
      Il y a en effet des années lumières entre les « instances » et la réalité de ce qui se passe dans les Loges localement. Les FF visitent et reçoivent qui ils veulent. « Un FM libre dans une Loge libre ». On en rie d’ailleurs, la cordonite est une maladie honteuse qui s’attrape un soir d’initiation. Nous passons autant de temps à gérer cette double vie maçonnique qu’à réaliser notre initiation. Cette bêtise nourrit l’existence des fraternelles et des structures horizontales intra-obédientielles. En effet on peut se demander pourquoi ? Une question, faut-il en arriver à se poser la question de la reconnaissance de la GLUA ?

  • 1
    Nestor Makhno
    14 juillet 2018 à 12:08 / Répondre

    En examinant l’histoire des migrations maçonniques, on peut se demander si les maçons Écossais n’ont pas fait l’économie de la GLUA, voir des constitutions d’Anderson. Nous assistons à une forme de démembrement de l’institution entre d’une part les Loges et leurs filiations physiques et d’autre part les rites, et notamment le REAA qui ne doit pas grand chose à la GLUA, ce qui rend extrêmement vain toute intérêt d’une illusoire reconnaissance. On a en effet pas à recevoir de reconnaissance d’une chose à qui on ne doit rien.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous