Les racines profondes de la Franc-Maçonnerie

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 20 janvier 2021
  • 24
    Désap.
    23 janvier 2021 à 17:36 / Répondre

    Ce texte de Plotin me semble illustrer qu’en maçonnerie nous sommes bien plus proches des principes de la Philosophie que de ceux d’une religion et de celle d’Abraham en particulier ; l’Homme n’a besoin d’aucun intercesseur pour atteindre le Principe et son accession s’opère par un « procédé » qui respecte sa « nature » par définition inaccessible et pour autant atteignable. On notera tout particulièrement ce qui concerne la définition de la prière :
    – Invoquons d’abord Dieu même, non en prononçant des paroles, mais en élevant notre âme jusqu’à lui par la prière ; or la seule manière de le prier, c’est de nous avancer solitairement vers l’Un, qui est solitaire. Pour contempler l’Un, il faut se recueillir dans son for intérieur comme dans un temple et y demeurer tranquille, en extase, puis, considérer les statues qui sont pour ainsi dire placées dehors (l’Ame et l’Intelligence) et avant tout la statue qui brille au premier rang, l’Un, en la contemplant de la manière que sa nature exige.

  • 23
    joab's
    23 janvier 2021 à 12:37 / Répondre

    Je m’interroges s’il est judicieux d’evoquer des éléments de cérémonie sur un forum ouvert. Mais je vais y particper puisque c’est déjà commencé.
    Cher Pierre, tu amalgames 2 cérémonies des grades de sagesse du RF, 2 cérémonies qui s’inscrivent dans un cadre différent et qui procedent d’objectifs différents.
    Au 2e Ordre, nous retrouvons un partage de pain et vin très évocateur de la Cène chrétienne, mais qui sera plus symbolique d’une fraternité initiatique (pour simplifier outrageusement).
    Au 4e Ordre R+C, nous avons clairement une évocation de la Cène chrétienne, dans l’idée de participer à la Communion chretienne (simplication outranciere aussi).
    On notera aussi le partage pain et vin entre Abraham et MelkiTzedek.
    Et en effet, onconstate, dans ce que tu cites cette double répulsion : de l’Eglise evidemment, mais aussi de FM ultras-antichretienté. Une approche plus apaisée ne serait-elle pas plus judicieuse et enrichissante ?
    Quelle importance, l’opinion de l’Eglise ou de milieux protestants ?

    • 25
      pierre noel
      23 janvier 2021 à 18:21 / Répondre

      Il est toujours judicieux de bien lire ! J’ai écrit;
      « Le Rose-Croix français d’origine(RF ou REAA) se termine par un partage du pain et du vin, rappel du repas d’Emmaüs, du Seder juif de la Pessah et de toutes les agapes qui clôturent la plupart des assemblées d’organisations initiatiques ».

      • 26
        joab's
        25 janvier 2021 à 10:19 / Répondre

        Il ne s’agit que d’un détail Pierre, mais tu énonces « L RC … se termine » alors que c’est aussi dans les degrés intermédiaires (2eO).
        De même la référence biblique la plus ancienne n’est pas Eùùaus, mais bien Abraham … et Melki-Tzedek , ce qui n’est pas sans importance, puisque c’est une reference au pre-judaïque et au « dieu universel » El, et non le dieu privé YHWH d’un groupe.
        Rappellons que Melki-Tzedek est l’Ordre auquel se réfère le christianisme en remplacement de l’Ordre d’Aaron (judaïque). : Epitre aux Hebreux.
        DE plus chronologiquement, les ordres de Sagesse sont chronologiquement anterieurs au REAA. Peut-on voir de l’ecossisme dans les G Sagesse du RF ? Je ne crois pas.

        • 27
          pierre noel
          25 janvier 2021 à 11:12 / Répondre

          Je n’entre pas dans le débat (surtout « politique » d’ailleurs) sans objet RF contre REAA, qui anime la maçonnerie de l’hexagone depuis 220 ans, mais personne d’autre.
          Quant à la question finale, comment s’appelle le 2° Ordre ? (5ouverain Chap Métropolitain Paris, 1786, p. 42)

          • 28
            Joab’s
            25 janvier 2021 à 14:41 / Répondre

            Tres juste, mais l’appellation d’écossais ne change pas la nature du discours historique qui décrit précisément.
            Nb : c’est toi qui a ouvert le debat rf-reaa.

  • 22
    pierre noel
    22 janvier 2021 à 22:37 / Répondre

    Le Rose-Croix français d’origine(RF ou REAA) se termine par un partage du pain et du vin, rappel du repas d’Emmaüs, du Seder juif de la Pessah et de toutes les agapes qui clôturent la plupart des assemblées d’organisations initiatiques. Il évoque l’injonction légendaire aux Rose-Croix Allemands du XVII° siècle de se retrouver chaque année dans la maison du Saint-Esprit, maison de l’Ordre. Soulignons cependant que le Très Sage ne « consacre » pas les aliments mais se contente de dire qu’ils symbolisent la vie qui est en chacun des participants, avant de les inviter à les partager avec leur voisin. C’est un geste de convivialité fraternelle et de compassion pour l’autre, sans rapport avec la Cène catholique. L’abbé Lefranc ne s’y était pas trompé.
    « Cette cérémonie, qui a l’air d’une cène protestante ou plutôt zuinglienne , est à la fois une dérision du sacrifice de la croix, et une espèce de protestation contre l’accomplissement des prophéties (dit-il). Ces mômeries qui n’ont aucun sens déterminé approuvé par l’Eglise sont répréhensibles et blâmables. »
    1) Le rite dit Français est fondamentalement un rite écossais comme les autres. On le dit français parce qu’il était le Régime selon le Grand Orient de France.
    2) Les bâtons de pèlerin, qui devraient être des roseaux, rappellent la Pâques juive : Quand vous le mangerez, vous aurez les reins ceints, vos souliers aux pieds et votre bâton à la main (Exode, 12, 11)
    3) Ulrich Zwingli (1484-1531) est un réformateur protestant suisse, à l’origine des Églises réformée en Suisse alémanique..
    4) Lefranc. « Conjuration contre la religion catholique et les souverains ; dont le projet fut conçu en France, pour être exécuté dans l’univers ». Nouvelle édition, 1816. pp. 95-96.(écrit en 1792).

  • 10
    Roger Martin
    21 janvier 2021 à 12:42 / Répondre

    J.Thorn a écrit une etude synoptique concernant Jamblique: « When wisdom calls » academia.edu 39406530.
    Il est intéressant de noter qu’il conseille d’ étudier la philosophie en son tout en considérant toutes les approches
    et traditions( ce qui pourrait être considéré également comme un conseil avant la lettre pour la FM…)

  • 8
    joab's
    20 janvier 2021 à 21:52 / Répondre

    Débat à répétition sur cette question de la relation FM-christianisme.
    IL y a pourtant une manière de l’esquiver si on ne fait pas de fixation sur le rôle de l’Eglise qui n’a rien à voir avec les concepts chrétiens.
    Ainsi l’idée de l’eucharistie qui a un aspect magique(au sens propre du terme) et qui n’a aucun aspect de pouvoir.
    Comme le 3e degré qui est aussi magique …
    IL me semble qu’on pourrait dépassionner le sujet.

    • 9
      pierre noel
      20 janvier 2021 à 22:36 / Répondre

      Bien sûr que tout cela est magique ! La création d’un tout au départ de rien, le pouvoir enchanteur des mot (« je te crée, je te consacre, je te reçois » !), l’initiation Arumbaya, l’eucharistie (la transsubstantiation), l’élévation, la mutation ontologique … Pas besoin d’y « croire » pour participer, suffit de jouer le jeu pour le plaisir, comme aux échecs, au bridge ou au valet noir. On « croit » le temps du jeu (d’ailleurs que veut dire « croire » ? N’est-ce pas le mot le plus malmené de la langue française, sauf quand il s’agit de la marquise ?).
      Où est la différence entre le chrétien bigot faisant carême et son contraire, l’anticlérical-antichrétien faisant bonne chère le vendredi-saint ?

      • 12
        joab's
        21 janvier 2021 à 16:17 / Répondre

        on se retrouve dans cet esprit très anglo-saxon sur lequel bute la frenchouillardise.
        @desap : esquiver une controverse stérile et artificielle est toujours une bonne idée.
        « principes du monothéisme » ??? KésaKo ?
        Pour la définition de « la foi », on est hors de la croyance, process intellectuel qui consiste à penser que quelque chose est vrai, réel.
        Pour la magie, il n’est pas question du sens « illusion ».

        • 15
          Désap.
          21 janvier 2021 à 19:08 / Répondre

          12 – On peut arrêter avec ce poncif ridicule « les Français sont des ploucs, les Anglais des génies ». C’est l’habitude des anglo-saxons de le prétendre de sorte de justifier leurs incohérences.
          Tu ne sais pas ce que sont les principes du monothéisme ? Tu émets donc des commentaires sur ce que tu ignores.

          • 17
            joab's
            21 janvier 2021 à 22:20 / Répondre

            c’est toi qui énonce ce poncif. discutes-en donc entre toi et toi. Les nationalismes ne m’interessent pas.
            Je tente juste de te faire comprendre que tu t’excites dans une approche « francaise » sur des concepts anglais. Sans issue.

            • 19
              Désap.
              21 janvier 2021 à 23:03 /

              17 – Ben voyons !
              On atteint le nirvâna là 😆😆

    • 11
      Désap.
      21 janvier 2021 à 14:11 / Répondre

      8/9 – A l’occasion essayez de vous expliquer pcq là je ne comprends pas où vous voulez en venir.
      Qu’y a t il à esquiver ? D’ailleurs est-ce bien maçonnique que d’esquiver ?
      Qui parle du rôle de l’Eglise ? Je ne parle que des principes du monothéisme vs les principes de l’initiation ; historiquement et selon les dires même des Apôtres et du Christ, les premiers s’établissent contre les seconds.
      Qu’y a t il de magique ? Lors même que la pratique est attribuée aux Egyptiens et condamnée.
      Le 3è grade « magique » ? Là vraiment je ne vois pas.
      L’eucharistie, le Credo, on « croit » le temps du jeu ? L’hypocrisie, le mensonge élevés au rang des vertus ? On ne connait pas la signification du verbe « croire » ?
      Quel est la signification de ce charabia ?

  • 7
    Désap.
    20 janvier 2021 à 18:22 / Répondre

    5 – L’ouvrage m’ayant le plus frappé est le Protreptique de Jamblique.
    Il faut le lire c’est un traité de géométrie, au sens où la maçonnerie spéculative n’est pas apparue en 1723, mais est un principe, celui de l’initiation, l’ensemble au sens pythagoricien, savoir l’initiation égyptienne rendue, autant que possible, intelligible par la géométrie. La difficulté de l’initiation égyptienne résidant dans le fait qu’elle n’est pratiquement qu’intuitive et intelligible qu’en ses conséquences, comme la perfection quasi absolue de son architecture (pyramides bien entendu, mais également les sculptures monumentales.
    En dire plus serait entamer un livre d’un nombre de pages conséquent et aborder des points obligeant à dévoiler ce qui ne doit pas l’être, savoir l’exégèse de passages du rituel bleu.

  • 4
    Luciole
    20 janvier 2021 à 11:40 / Répondre

    Dans le REAA du Suprême Conseil de France la Cène n’a aucune prière, aucune référence à un Dieu, elle est un rappel du voyage et du repas pris en commun par des hommes pour qui le partage est l’essentiel. Les Grecs, les religieux, les philosophes ne sont pas cités.

  • 3
    Annwn
    20 janvier 2021 à 11:39 / Répondre

    Connaître les racines profondes de la Franc-Maçonnerie c’est remettre totalement en question les constitutions de la Grande loge d’Angleterre, la « Loge Mère », et donc tous les fondements de la Maçonnerie moderne.

  • 2
    yonnel ghernaouti, YG
    20 janvier 2021 à 10:58 / Répondre

    Par les temps qui courent, nombreux sont nos SS & FF qui connaissent quelques difficultés, notamment pour régler leurs cotisations… Je ne suis pas sûr que pour deux conférences, ils puissent s’acquitter des 35 € demandés… même si cela doit permettre, sans doute, la seule rémunération de certains intervenants.
    Rappelons toutefois que l’adhésion permet l’accès gratuit aux manifestations des Académies régionales et à toutes les conférences enregistrées de l’Université Maçonnique et des Entretiens d’Été. Le livre de Marc Halévy « Kabbale et Franc-Maçonnerie » est offert.

    En tout cas, un grand merci à l’Académie Maçonnique de Provence de nous offrir ce beau programme.

    En attendant, voici quelques éléments de la biographie de Michel Fromaget, anthropologue, docteur d’état ès Lettres et Sciences humaines et maître de conférences honoraire de l’Université de Caen-Basse-Normandie :

    – Naissance le 10 mars 1947 à Bordeaux
    – Études supérieures à l’Université de Caen et à l’Université René Descartes (Paris V)
    – Licence, diplôme IAE et DES de Sciences Économiques en 1969 et 1970
    – Licence de Sociologie 1970, Licence de Psychologie 1973, Maîtrise de Psychologie 1975
    – Doctorat de Psychologie (option Psychologie sociale), Université de Caen 1977
    – Doctorat d’Etat ès Lettres et Sciences Humaines, Paris V, 1981
    – Assistant puis Maître-Assistant à l’IUT de Caen de 1971 à 1981
    – Chef du Département de Psychologie de l’Université Omar Bongo de Libreville de 1981 à 1983
    – Maître de Conférences à l’Université de Caen de 1983 à 2007

    Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’anthropologie spirituelle. Voici une courte bibliographie :
    – De l’enfer introuvable à l’immortalité retrouvée, Les fins dernières selon le christianisme originel (L’Harmattan, 2017),
    – La vocation spirituelle de l’homme. Bréviaire d’anthropologie « Corps,
    Âme, Esprit », Éditions UPPR, Paris, 2015),
    – Un joyau dans la nuit, Introduction à la vie spirituelle d’Etty Hillesum (DDB, 2014),
    – Mort et émerveillement dans la pensée de Maurice Zundel (Lethielleux, 2011),
    – La drachme perdue : L’anthropologie « Corps, Âme, Esprit » (Éditions Grégoriennes, 2010),
    – « Corps Âme Esprit » Introduction à l’anthropologie ternaire (Paris, Albin Michel, 1991). Notons une troisième édition chez Almora en 2018.

    Quant à notre F Marc Halévy, vous trouverez tout renseignement utile dans le post d’Hiram.be « Les ‘’interviews confinés’’ de Jacques Carletto : Marc Halévy », du 28 mars 2020
    https://www.hiram.be/les-interviews-confinees-de-jacques-carletto-marc-halevy/

    • 6
      Alain
      20 janvier 2021 à 17:43 / Répondre

      MTCF Yonnel,
      Merci pour tes commentaires et compléments d’information.
      Cependant, je souhaiterais apporter 3 précisions:
      – L’Académie Maçonnique s’adresse aux Frères et Sœurs maitres de toutes obédiences
      – l’accès aux visioconférences est totalement gratuit
      – L’adhésion de 35 € ne concerne pas deux conférences mais 8 conférences annuelles en 2 rencontres au Château saint-Antoine à Marseille, plus l’accès aux manifestations organisées par toutes les Académies maçonniques régionales. Évidemment celle de février est remplacée par deux samedis en visioconférence et nous avons bon espoir de pouvoir nous réunir en physique le 25 septembre. Par ailleurs, pour toutes les adhésions réalisées avant le 5 mars nous offrirons le livre de Marc Halévy, comme tu l’as précisé.

      Pour de plus amples renseignement ne pas hésiter à nous écrire à academie.maconnique.provenceatgmail.com

  • 1
    Désap.
    20 janvier 2021 à 10:50 / Répondre

    Je voyais plus, et même uniquement, le RF comme étant bâti sur les principes néoplatoniciens.
    Le REAA me semble plutôt, voire exclusivement, biblique et même évangélique à partir du R+ ; notons qu’il se termine par la Cène (M:. F:. D:. T:. H:.) ; oui, et bien que paradoxal selon les principes maçonniques, le REAA se termine, comme Jean ferme le Livre avec l’Apocalypse.
    Je suis très intéressé des développements du frère F. Bardot.
    J’espère (tout en ne voyant comment cela puisse être possible) que ceux-ci s’appuient sur Saccas, Plotin ou Jamblique entre tous les autres, et non sur l’usurpation chrétienne qui consistera à s’approprier, déformer et formater les principes néoplatoniciens de manière à renforcer une spiritualité originelle pauvrette et truffée de contradictions, sentimentale et centrée sur l’égo d’un homme, l’ensemble bien mis en évidence et démontré par Porphyre ou Celse par exemple.

    • 5
      pierre noel
      20 janvier 2021 à 11:59 / Répondre

      #1 : Répéter depuis des années que Le RF est « néo-platonicien », à la Jamblique et Plotin … ne peut que donner l’eau à la bouche des lecteurs désireux de comprendre. Le répéter sans donner ne fût-ce qu’un exemple, une explication de ce qu’on avance par-là est frustrant pour tous.

      • 13
        joab's
        21 janvier 2021 à 16:21 / Répondre

        On notera que l’evangile de Jean, voire tout le johanisme est partiellement neo-platonicien, ne serait-ce que par le travail sur le Logos inspiré de Philon d’Alexandrie.
        Pour le RF, je ne vois pas en quoi il serait plus que les autres … Peut être moins puisque la lecture du prologue de Jean est facultative (régulateur).

        • 14
          Désap.
          21 janvier 2021 à 19:01 / Répondre

          Le « johanisme » néoplatonicien ?? Au regard des dates respectives, ceci supposerait que Jean est le créateur du néoplatonisme. On rêve !!
          Philon d’A. néoplatonicien ?? Tout juste suggérait-il de faire évoluer la Torah aux lumières de Platon et Aristote.
          Il faut étudier cette philosophie et non se contenter de lire la page Wikipedia, ceci de sorte d’éviter de raconter des sornettes.
          En outre, Néoplatonisme / Christianisme : quatre siècles d’opposition féroce et absolue !

          • 16
            joab's
            21 janvier 2021 à 22:15 / Répondre

            quel est, selon toi, l’ouvrage le plus important de Philon ? L’as-tu lu ? combien de fois ?
            Et qu’as-tu lu de Jean au delà du prologue ?
            Désolé, mais il faut dépasser la surface des choses ou l’annonce publicitaire.
            Il n’y a en effet rien à attendre d’une approche cherchant à categoriser, opposer et enfermer derriere des etiquettes.

            • 18
              Désap.
              21 janvier 2021 à 22:57 /

              16 – !!! Tu me prends vraiment pour un débile.
              C’est ridicule ; tu balances une énormité et tu tentes de te rattraper en me prêtant de rester à la surface.
              Pathétique !

            • 20
              Joab’s
              22 janvier 2021 à 10:13 /

              @desap. Les querelles stériles à savoir qui “prend l’autre pour” n’ont aucun intérêt pour moi.
              Dans les faits et chronologiquement philon est réputé neo-p. Y a t il un brevet desap sur cette appelation? Et chacun peut constater la parenté entre Jean et des aspects de philon, jean, 2 siecles plus tard. Tu as le droit de preferer d’autres filiations mais toleres, stp, qu’il en existe d’autres même si elles n’ont pas tes faveurs. De mon parcours maçonnique je vois une approche enrichissante dans cette continuité dans la mesure où on ne sombre pas dans une dévotion bigotte.

    • 21
      Brumaire
      22 janvier 2021 à 18:54 / Répondre

      1- Le REAA que je pratique n’a pas de « message évangélique » à partir du 18°, la Cène n’a pas grand-chose à voir avec une quelconque référence à un Dieu, (Luciole dit la même chose que moi, bien qu’il ne soit pas dans la même obédience) et je n’ai vu, au-delà de ce degré, aucune allusion à l’Apocalypse de Jean.
      Je précise que nous suivons le Tuileur de Lausanne

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous