expo FM Montreal
On coupe le ruban ! De G à D: Hervé Gagnon, George Contaxakis (Grand maître des Cérémonies de la GLQ), Christian Marcotte, directeur du musée, Dominique Boucher, présidente du musée, Josée Wingen, responsable des expositions du musée, Marc C. David, GM de la Grande Loge du Québec, et Georges Laraque, porte-parole de l'exposition.

L’expo « Lumière sur les franc-maçons » du Québec

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 21 juin 2019
  • 3
    Eric Stéphane Kouame
    23 juin 2019 à 03:57 / Répondre

    Comment faire pour être maçon?

  • 2
    Hervé Gagnon
    21 juin 2019 à 17:32 / Répondre

    Horreur ? Vraiment ? :o) Chaque juridiction a ses particularités, Pierre.
    Il faut savoir qu’au Québec, la maçonnerie a des racines britanniques. Bien qu’on en retrace les premières manifestations (françaises) en 1755, c’est avec la Conquête anglaise (1763) qu’elle s’implante vraiment et que les loges militaires deviennent des loges formelles. Elle se répand en anglais à Montréal, à Québec et dans les Cantons de l’Est. La première loge francophone moderne remonte à 1870. Si la maçonnerie québécoise se francise maintenant, ses décors demeurent donc anglais, tout comme son rit, qui reste très majoritairement Émulation (version québécoise).
    Par ailleurs, hormis la maçonnerie dite « régulière », d’autres obédiences sont présentes au Québec mais elles demeurent relativement marginales.

  • 1
    Pierre Mollier
    21 juin 2019 à 12:25 / Répondre

    Belle expo et initiative importante pour mieux faire connaître notre Ordre en Amérique française.
    Mais – oh horreur ! – ce sont des décors anglais… au Québec, le seul pays où il n’y a même pas de « Stop » mais des « Arrêts ».

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous