Louis Michel. Photo Jean-Christophe Guillaume, La Libre Belgique.

Louis Michel : Je suis franc-maçon. Mais je ne crois pas que je sois athée

Publié par Géplu

La Libre Belgique a publiée ce dimanche 23 février une longue interview de Louis Michel, réalisée par Francis Van de Woestyne. Louis Michel a été vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et de la réforme institutionnelle de Belgique de 1999 à 2004, et commissaire européen à la recherche puis au Développement et à l’Aide humanitaire dans la Commission Barroso.

Le titre de l’article n’est pas vraiment un scoop en Belgique tant l’appartenance de Louis Michel à la franc-maçonnerie est notoire, mais tout de même un peu « accrocheur » : « Je suis franc-maçon. Mais je ne crois pas que je sois athée ». Il s’en explique.

Après toute une première partie d’interview consacrée à ses souvenirs, à son parcours et à son engagement politique, à la question de Francis Van de Woestyne Comment vous ressourcez-vous  ?, Louis Michel répond : Je reste un lecteur passionné, irritable et irrité, des journaux. La lecture de la presse quotidienne maintient intacte ma capacité d’indignation… Je lis aussi beaucoup de livres avec délectation. J’ai terminé Le droit d’être libre d’Eric Dupond-Moretti. Je m’y retrouve totalement. J’ai lu Le cœur de l’Angleterre de Jonathan Coe. Puis Soif d’Amélie Nothomb. Je regrette qu’elle n’ait pas eu le Goncourt. Ce livre m’a retourné. J’ai commencé Sapiens. Je vais relire tout Yourcenar. J’ai toujours de nombreuses sollicitations qui viennent de l’Afrique. Je pratique beaucoup le golf avec mon épouse. Et je passe beaucoup de temps avec mes petits-enfants. Par exemple, je travaille le néerlandais avec Martin, 8 ans, qui est en immersion.

Puis Francis Van de Woestyne lui demande : En quoi, en qui croyez-vous  ? Je suis en questionnement. Je suis plutôt athée, mais j’ai eu des expériences un peu troublantes. J’avais lu Sept vies en une de Christian de Duve. Et j’avais aussi été interpellé par la dernière interview que Philippe Maystadt vous a donnée dans laquelle il disait  : “Après la mort, il n’y a rien”. Je n’en étais pas heureux parce que tout compte fait, j’aimerais avoir des arguments pour croire. Mais j’ai aussi assisté à une conférence d’un professeur français qui évoquait le génie du fonctionnement d’un corps humain, de la vie. Il disait  : le génie de la vie ne peut pas être un hasard. Ce monde, cette vie où tout semble avoir été pensé, calibré par un architecte, cela ne peut avoir été créé que par un esprit. Donc une rationalité. Donc il y a un créateur. S’il y a tout cela, la vie a-t-elle du sens s’il n’y a rien après la mort. Cela m’a poursuivi, a nourri un grand questionnement. J’ai aussi été troublé par le décès de ma maman. Même grabataire, elle s’est mise à faire des projets. Donc, finalement, je ne crois pas que je sois athée. Je crois en une énergie supérieure, de nature spirituelle. Mais cela n’est pas du religieux, dont je n’aime pas les formalismes.

Et enfin à la question Que vous apporte la franc-maçonnerie  ?, il répond : Une liberté totale de pensée. Une volonté d’intégrité intellectuelle et d’authenticité. C’est une œuvre humaine, un chemin spirituel. Et non pas une machine à fomenter des complots. Je voudrais que la franc-maçonnerie belge s’ouvre un peu plus aux croyants. Je ne ressens aucune incompatibilité entre avoir la foi et être franc-maçon. Seule une société libérale peut garantir la liberté religieuse alors que la pensée catholique n’a pas toujours un exemple d’esprit démocratique. (…)

mardi 25 février 2020
  • 6
    Cambier Claude
    29 février 2020 à 09:54 / Répondre

    je me demande combien de fois ce F a t’il fréquenté sa Loge ?????

    Un politique en FM ce n’est pas a conseiller

    Frat

    • 7
      Lazare-lag
      29 février 2020 à 12:05 / Répondre

      « Un politique en FM ce n’est pas à conseiller »
      Je veux bien mais comment fait-on?
      Rien dans nos textes, ( en tout cas au G.O.D.F., mon obédience) n’émet de telles réserves au moment du recrutement d’un profane.
      Et si des réserves sont émises réglementairement, ce n’est pas sur une appartenance partisane stricto sensu, mais sur des convictions philosophiques ou personnelles qui seraient bien trop intolérantes, trop radicales et sans ouverture au monde et à un humanisme rassembleur.
      Et si le Frère, ou la Soeur, s’engage ensuite dans un militantisme politique, voire obtient un mandat?
      On le dégomme?
      On le vire?
      Pour cause d’implication dans la vie de la Cité?
      Et alors qu’on nous conseille d’être ouverts aux autres et de professer de la générosité et de la solidarité autant dans et hors du temple?
      Cela a été parfois fait, j’ai souvenir d’un candidat RN aux législatives, pourtant frère du G.O.D.F.
      Il n’est plus chez nous et c’est heureux: nous n’avons strictement rien en commun avec de tels étroits du bulbe, et adeptes d’une démocratie des plus variables.
      Sans compter ceux qui, sans être sous de telles bannières néfastes, ont été révoqués pour cause de poursuites en justice avérées.
      C’est donc compliqué la gestion d’un politique dûment référencé.
      D’autant qu’en général, et on peut le comprendre, pour causes de réunions tardives et/ou en soirée eux aussi, une fois atteint un mandat, on ne les voit plus guère.
      Sauf mandat non renouvelé et élections suivantes perdues…
      – – –
      Question subsidiaire:
      Pourquoi utiliser cinq points d’interrogation là où un seul aurait pu suffire?
      En tenue, as-tu besoin de recourir à un haut-parleur pour t’exprimer?

      • 8
        Luciole
        29 février 2020 à 12:53 / Répondre

        C’est parce qu’il se le demande à chaque fois!

    • 9
      SACRIPANT
      1 mars 2020 à 09:42 / Répondre

      Une Loge avait été créée spécialement pour l’accueillir au GOB : « Le Juste Milieu ». Il n’y est pas allé souvent, semble-t-il. A-t-il été plus loin que le grade d’Apprenti ? Ce n’est pas tant son manque d’assiduité en Loge qu’il faut lui reprocher que la frénésie de certains Frères qui ne venaient aux Tenues que pour lui demander des services…

  • 5
    aubert
    26 février 2020 à 15:07 / Répondre

    l’essentiel c’est qu’il sait qu’il est libre de croire ou de ne pas croire. Effectivement son parcours lui permettra d’infirmer ou de confirmer sa position, ses pensées…..Il a surement l’âge pour.

  • 3
    Micha
    25 février 2020 à 21:19 / Répondre

    Initié, certainement, mais je pensais qu’il n’avait pas poursuivi.

  • 2
    yonnel ghernaouti, YG
    25 février 2020 à 13:35 / Répondre

    Intéressant aussi de relire l’interview intitulé « Je suis franc-maçon » donné par notre F Louis Michel à Vif/L’Express en date du 23 avril 2010.
    Il faut toutefois s’inscrire pour bénéficier de la lecture en totalité
    http://bit.ly/2VmgWFq

  • 1
    de Flup
    25 février 2020 à 11:03 / Répondre

    Frère Louis semble ne pas considérer la GLRB comme une Francmaçonnerie vu qu’il dit vouloir que la FM belge s’ouvre un peu plus aux croyants.

    • 4
      Esras
      26 février 2020 à 09:39 / Répondre

      Frère Louis n’est sûr de rien mon bon Flupke! même pas du fait qu’il soit athée ou pas. Mais bon, « ne pas croire qu’on soit athée », c’est déjà le commencement d’un doute, et c’est quand même une conditio sine qua non pour entrer en maçonnerie! Je ne pense pas en tout cas qu’il fréquente assez la loge pour avoir une connaissance précise des différentes obédiences.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif