M Sembat

Marcel Sembat, Franc-maçonnerie, art et socialisme

Publié par Martial Gabin
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 7 mai 2017
  • 3
    Lefebvre
    9 mai 2017 à 11:10 / Répondre

    Suis très heureux de ce papier de Martial Gabin. J’ai essayé de faire passer quelque chose… de raconter, de faire vivre. Sembat le mérite (sans oublier son épouse Georgette !!!).
    Les deux commentaires publiés dans la foulée sont de caractère différent…
    Oui Sembat était une figure attachante, engagée et profonde…
    Quant au premier commentaire, il mérite débat… je ne suis pas d’accord avec tout ce qui est écrit. On peut penser que les socialistes en entrant dans la Maçonnerie ont contribué à l’ouvrir sur les questions de l’époque : le travail, la vie sociale. Après tout, la Maçonnerie n’entend-elle pas améliorer l’Homme et la Société ?
    De quoi débattre et discuter, non ? Je suis à disposition…

  • 2
    Emerek le Fol
    7 mai 2017 à 17:30 / Répondre

    On ne peut soupçonner Denis Lefbvre d’être « de parti pris » (sourires) : c’est un authentique et honnête historien, qui plus est animateur de l »OURS (cela ne s’invente pas, c’est l’office universitaire de recherches socialistes! Si, si, cela existe encore). Dans cet ouvrage brillant il décrit très bien comment les socialistes, pour contrer la main-mise des « radicaux » sur le GODF et y faire valoir leurs idées, ont fait de l’entrisme. Ceci dans les années 1890.
    Ils y ont tellement réussi, qu’après l’entrisme il y eut le noyautage.
    Faisant cela, ils ont certainement contribué à faire entrer certains métaux dans le temple, en dénaturant la nature des travaux qui sont censés s’y tenir.
    Ne serait-il pas temps de se poser la question ?
    Faisant cela, ils ont aussi sans doute contribué à la sclérose de la réflexion de l’obédience, celle-ci n’étant plus que le reflet de la non-réflexion du PS depuis trop d’années.
    Après plus de cent ans, ne serait-il pas temps de faire du « dégagisme » et de dénoyauter le fruit ?
    Et si, de nouveau, la réflexion des loges se remettait à nourrir, de nouveau, en amont celle de la gauche « progressiste ».
    Tel Hiram assassiné, le socialisme est « comme un cadavre à la renverse » (dixit le « prophète » BHL). Où sont les maîtres qui vont le relever par les cinq points de la maîtrise ?
    Y have a dream , comme disait un certain pasteur ….
    IL FAUT LIRE CET OUVRAGE

  • 1
    357
    7 mai 2017 à 14:44 / Répondre

    Très bel ouvrage que je recommande. Ecrit par un auteur que j’admire parce qu’il sait faire revivre de belles âmes attachantes, profondes et engagées.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous