Marion McDaniel Lodge 56

Publié par Jiri Pragman
Dans Loges

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 2 août 2012
Étiquettes : , , ,
  • 5
    Emile
    4 août 2012 à 15:28 / Répondre

    J’espère que ce texte, publié sur le site en référence pourra vous aider dans votre compréhension de la FM aux USA.
    ———————————————————–

    Ce texte a été écrit probablement au milieu des années 70, il faisait parti, d’une série de texte d’un groupe usernet, sur la Franc-maçonnerie aux USA.

    Traduction libre de l’anglais.

    Il y a quelques années la loge de Caldwell eut des difficultés, le genre de difficultés qui tirent selon les
    uns leur origine de la mauvaise interprétation des landmarks ou de l’insouciance ou de la négligence des
    officiers. Non que la loge eut des problèmes financier, car dans ce cas, il aurait été logique que celle-ci
    fasse de son mieux pour augmenter son membership ou diminuer les frais. Non ce fut plutôt le
    contraire…

    Pour plusieurs dont je suis, devenir franc-maçon est un privilège. Appartenir à la loge de Caldwell était
    un plus grand privilège encore, car les profanes devaient attendre au moins trois ans avant de remplir
    leurs formulaires de demandes à être présenté en loge signés par leurs deux parrains. Ainsi, on débutait
    le travail de la pierre par la patience et par celle-ci on s’assurait que nos Frères soient conscients du chemin
    qu’il fallait faire pour atteindre les sommets. Il n’y avait que peu de profanes qui étaient blackboulés, car
    on savait que le chemin qu’ils avaient pris était long et qu’ils avaient réussis admirablement l’épreuve de
    la patience.

    Un jour un vénérable demanda à diminuer le temps a deux ans, puis un autre a un an… et ainsi jusqu’au
    moment où on ne s’inquiéta nullement de la qualité ou de la motivation des nouveaux apprentis. Le Frère
    trésorier était content car les finances étaient bonnes, on pouvait ainsi, initier une vingtaine de profanes
    durant une seule année. Certains apprentis venaient se faire initier et on ne les voyait plus, même pour
    le catéchisme. Pour devenir Shriners un Fr Potentate demanda s’il était possible d’écourter le passage
    au 2ième et au 3ième. Entre le moment ou un profane désirait devenir maçon et sa maitrise avant, il y
    avait un minimum de 5 ans, dont deux ans d’attente et trois ans pour son passage et son élévation. On
    écourta le temps jusqu’à 6 mois…. Et ce fut ainsi qu’être maçon dans la loge Caldwell n’était plus vraiment
    un privilège. Les Maîtres de la loge Caldwell n’étaient plus les bienvenues dans les autres loges, certains
    n’étaient pas capables de subir un tuilage. Même fraternellement il apparaissait que notre loge s’était
    enlisée dans un gouffre de nonchalance.

    Les plus vieux d’entre nous, qui avaient connus les années ou la loge était respectée, voulurent faire
    marche arrière… Ainsi, ceux qui avaient l’habitude de parrainer des profanes sans vraiment les connaitre
    virent leur candidat se faire blackbouler. L’harmonie avait disparu depuis longtemps, la loge Caldwell
    n’était plus à l’équerre.

    La loge Caldwell a été mise en sommeil, il y a une dizaine d’années, quelques Frères ont réussi a trouvé des
    loges pour les accueillir, mais pas tous. Car il y a encore un préjugé, qui prévaut dans la région, celui que
    les Maîtres de la Loge Caldwell ne sont pas réellement des vrais maçons.

  • 4
    Yack
    4 août 2012 à 02:26 / Répondre

    Hello,

    En effet, merci pour ces belles précisions, qui m’ont appris d’apprendre beaucoup (et je ne suis pas le seul manifestement).

    Mais je doute toutefois fortement qu’au sein d’une Loge Belge ou Française (par exemple) Travaillant à l’Emulation ou au Rite d’York, l’on reçoive si vite les trois grades. Considérant qu’aux U.S.A., les trois degrés sont parfois mêmes donnés en l’espace d’un week end, voire même d’une seule journée, l’on se demande comment un Frère peut apprendre le symbolisme et des textes par coeur.

    Amitiés,

    Yack

  • 3
    Tao
    3 août 2012 à 19:00 / Répondre

    Tout d’abord, merci Emile pour cet éclairage vraiment très intéressant.

    J’avais certes parlé trop vite, ne connaissant absolument pas le Rite d’York. Cependant, mon doute quant à la compatibilité entre « initiatique » et « rapide » persiste… Apprendre par cœur un rituel, pour un acteur (mais aussi pour un autiste Asperger !), c’est très facile… Par contre, « comprendre » (que mettent-ils derrière ce mot ?) en deux soirées les symboles rattachés aux deux premiers degrés d’un rite maçonnique, de trois choses l’une : soit le jeune initié est un sage et/ou un surdoué comme je ne crois pas qu’il en existe, soit le rite est symboliquement tellement pauvre qu’on en fait le tour en une soirée autour d’un cigare, soit on « skip » la démarche initiatique devant une star hollywoodienne…

    ;o)

    Amitiés,

  • 2
    Émile
    3 août 2012 à 16:27 / Répondre

    @Tao.

    Peut être que lorsque les rituels sont différents, la démarche est différente.
    Ce qui parait inconcevable au REAA, au RER, ou au RF et même au rite Emulation est différent en ce qui concerne le rite le plus pratiqué aux USA.

    Il faut connaitre le rite de York, qui est pratiqué aux USA. Ce rite en est un d’oralité, du fait que tout comme le rite Émulation il est appris par cœur et il est formellement interdit de lire le rituel.

    Dans les loges qui travaillent au rite de York, les tenues ne se font qu’au 3ième.
    Les loges ouvrent au 3ième, et descendent temporairement au 2ième ou au 1er que pour les initiations et les passages. Au rite de York, on travaille en loge qu’au grade de MM.

    Les apprentis, une fois initiés ne retourneront en loge que pour leur passage.
    Entre temps, ils font de l’instruction et apprennent le rituel avec un ou plusieurs anciens vénérables. Lorsque le parrain considère que son filleul connait bien son obligation par cœur et qu’il est en mesure de comprendre les symboles rattachés a son degré, il demande aux surveillants et au Vénérable de considérer l’avancement de celui-ci.

    Quelqu’un qui peut apprendre des textes par cœur, tel un acteur, pourrait avancer rapidement au rite de York.

    Est-ce un jugement de valeur que celui de dire que le Rite de York est moins « initiatique » que ne l’est le REAA… ou le RF, à cause de l’avancement rapide d’un candidat ?

    Pourtant l’histoire nous affirme que Voltaire fut initié à visage découvert (aucun bandeau) … et on lui remit immédiatement le tablier de MM…. il ne passa aucun grade.

    Je vous laisse le soin d’y réfléchir.

    Émile

  • 1
    Tao
    2 août 2012 à 18:52 / Répondre

    Plus besoin de s’interroger sur la réalité initiatique actuelle de la FM américaine, après ça… :o)

    Amitiés,

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous