Nelson Mandela, un gandhisme Sud-Africain ?

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 7 avril 2021
  • 2
    Philrsa
    11 avril 2021 à 18:04 / Répondre

    Si Nelson Mandela a eu le mérite de vouloir créer, après son élection à la présidence, une société réconciliée, il ne faut pas oublier qu’il avait été arrêté, avec d’autres membres de l’ANC (African National Congress – toujours au pouvoir aujourd’hui) lors d’une opération de police à Rivonia, alors qu’ils discutaient d’un programme de sabotages et d’attentats. Par la suite, on se rappelle l’explosion tristement célèbre de Church street, en plein coeur de Pretoria, en 1983 faisant de nombreux morts et blessés, perpétré par sa branche armée « Umkhonto we Sizwe » -la lance de la nation-. L’ANC était noyauté par le parti communiste sud-africain, financé et formé par l’URSS.
    Mandela n’a, à mon sens, jamais renoncé à la lutte armée pendant sa détention, si ce n’est lors de sa libération.
    Il a eu le mérite, avec le soutien des grandes puissances occidentales, de vouloir bâtir une nouvelle société, une nation « arc en ciel », égalitaire.
    Il ne reste aujourd’hui malheureusement que peu de son héritage. Ses successeurs se sont enfoncés dans la corruption et le pillage à une échelle indescriptible. N. Mandela doit se retourner dans sa tombe…

  • 1
    Yonnel Ghernaouti
    7 avril 2021 à 08:25 / Répondre

    Rappelons que Éric Vinson a reçu le prix littéraire de l’Institut Maçonnique de France en 2014, catégorie « Humanisme », pour son « Jaurès le prophète : Mystique et politique d’un combattant républicain », aux éditions Albin Michel, coécrit avec Sophie Viguier-Vinson.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous