Ecrit sur fond jaune, sous les noms : "Tous deux avec un casier judiciaire"

Nouveaux soucis avec le vrai-faux Grand Orient du Mexique

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 18 août 2022
  • 6
    Jean-Paul Mathieu
    28 août 2022 à 10:38 / Répondre

    Quelle dérision. Vraiment. Je me demande ce que je fais encore là.

  • 5
    Michel K
    22 août 2022 à 14:13 / Répondre

    Ce matin, le GODF nous a adressé la liste des traités à ratifier. Je confirme que le Grand Orient du Mexique y figure. Il faut que nous soyons nombreux à monter au lutrin pour dénoncer ce scandale.
    Il en va de l’image du Grand Orient de France dans le monde !

  • 4
    Etxea
    19 août 2022 à 11:18 / Répondre

    Pour faire écho à la contribution de Caramba, le seul souvenir que j’ai de l’arrivée de la délégation mexicaine en fin de convent, conduite par Aguilar avec ses (très) jeunes naïades, était la plastique disons « très intelligente » de ces dernières et leur tenue de la taille de leur tablier qui rappelait plus les rues chaudes de Pigalle qu’une réunion internationale maçonnique.
    Quant aux documents bidons produits par Aguilar et dont faisait état notre Fr Géplu, il n’en fallait pas plus pour que Sérignac saute sur l’occasion de renouer les liens avec cette obédience de carnaval et ainsi prendre le contre-pied de Hubsch son ennemi juré et de son GSAE de l’époque qui pourtant avaient enquêté sérieusement sur le sujet. Le Convent ne s’était pas trompé qui avait alors validé la rupture.
    Pourquoi ne pas avoir mis de côté ces rancœurs indignes d’un Grand maître et pris attache avec son prédécesseur ? Tous les délégués au Convent ne sont pas les touristes qu’on veut bien nous faire croire dans les couloirs du Conseil de l’Ordre et gageons qu’il se trouvera des SS ou FF pour interpeller Sérignac sur le sujet… et sur bien d’autres.

  • 3
    Caramba
    18 août 2022 à 18:35 / Répondre

    Revoilà le serpent de mer du Grand Orient du Mexique, vieille et noble obédience (tout comme ce beau pays), tombée entre les mains de crapules mafieuses (tout comme le pays).
    Pour avoir assisté aux cérémonies d’automne du GCDRE (hauts grades du rite écossais) sous l’ère Oréfice, j’avoue avoir été surpris par la nuée de demoiselles accompagnant le GM Aguilar. La plupart d’entre elles n’avaient pas l’âge inscrit sur leur joli cordon blanc (33).
    Je n’ai jamais compris comment nos hauts dirigeants, pourtant si stricts par ailleurs, pouvaient accepter une telle pantalonnade.
    Tout cela relève du niveau des « Marseillais à Cancun », mais surtout pas de la franc-maçonnerie, et encore moins du rite écossais.
    Quant à la décision de reconnaissance du GODF, cela relève uniquement d’une totale soumission de l’actuel Grand Maître à l’ancien Grand Commandeur.
    Pitoyable !

  • 2
    Adien C
    18 août 2022 à 12:50 / Répondre

    Ils servent à quoi le Conseillers de l’Ordre du GODF ?
    Ils regardent à ce qu’ils votent et réfléchissent un peu ou c’est une simple chambre d’enregistrement des décisions d’un Grand Maître …surprenant.

  • 1
    Pic du Midi
    18 août 2022 à 07:34 / Répondre

    Rien qu’un seul clic et voila ce que révèlent la presse et les FM mexicains!
    Y-a-t’il un GSAE au GODF? Quelqu’un capable de guider la main du GM Sérignac, vétérinaire malhabile du mulot?

    InicioQuintana RooCancún
    La corrupción de Samuel Aguilar Ibarra afecta a la masonería
    lunes 19 de junio del 2017, a las 1:18 pm
    Por
    Michel Muñoz
    Samuel Aguilar Ibarra

    – Advertisement –
    Cancún.- Samuel Aguilar Ibarra condicionó a las logias del estado, creando una asociación civil en el edificio Libertadores de América, para vender el edificio a una trasnacional.

    Masones, afectados

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous