« Open lectures on freemasonry » sur le net un samedi par mois

Publié par Géplu
Dans Divers

Cécile Révauger vient gentiment de m’informer de la création, liée bien sûr au confinement, d’un cycle de « conférences ouvertes sur la franc-maçonnerie » (en anglais), « Open lectures on freemasonry »), une fois par mois en direct sur le site open LFM (Lectures on Freemasonry).
Geplu

Un cycle de conférences en ligne mensuelles sur la franc-maçonnerie

Samedi dernier a eu lieu la première conférence mensuelle du cycle organisé par Open LFM (Lectures on Freemasonry), un groupe de chercheurs internationaux bénévoles indépendants de toute obédience maçonnique. Le principe est simple : chaque personne intéressée doit s’inscrire à l’avance sur le site de l’OpenLFM, le nombre de places étant limité (samedi nous étions tout de même 144). Le conférencier parle environ une heure avant de répondre à quelques questions posées par écrit par un système de chat géré par le président ou la présidente de séance. Les travaux se déroulent en anglais.

Andrew Prescott, historien, professeur en humanités digitales à l’université de Glasgow, ancien directeur du centre de recherche sur la franc-maçonnerie de Sheffield, a donné samedi 25 la première conférence, sous la présidence de Susan Sommers, professeure d’histoire à St Vincent’s College, en Pennsylvanie. Le thème traité était : « La recherche à l’époque du coronavirus : ressources et opportunités ». Andrew Prescott traitait de l’accès aux sources primaires sur la franc-maçonnerie. Il nous a donné des exemples très concrets d’archives numérisées, telles que les lettres de l’espion et franc-maçon James Greene de Leeds faisant des rapports pour le Ministère de l’Intérieur sur les loges soupçonnées de sympathie à l’égard de la Révolution française ou le registre de loge indiquant la date de l’initiation de William Churchill (1902) et de sa démission (1912). Une très petite proportion de documents maçonniques d’époque (XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles) a été numérisée dans les grandes bibliothèques (British Library, Library of Congress, BnF) mais qui n’en constitue pas moins un précieux corpus encore sous utilisé par les chercheurs.

De plus, en ces temps de confinement certains sites payants sont désormais accessibles gratuitement, ceux de National Archives de la British Library ou du British Museum. Bien sûr le Freemasons’Library and Museum (Londres) continue à ouvrir aux chercheurs un grand nombre de possibilités, comme toute l’année. La collection de périodiques maçonniques des XVIIIe et XIXe siècles a été presque entièrement numérisée.

Les chercheurs sur la franc-maçonnerie n’ont plus aucun prétexte pour ne pas retourner aux sources, même en ces temps de confinement, voilà une excellente nouvelle !

La conférence de Andrew Prescott est disponible sur YouTube et soundcloud.

Le prochain conférencier sera John L. Cooper : « Changing the Paradigm in Freemasonry », le 23 mai.

Cécile Révauger

 

mercredi 29 avril 2020
  • 3
    John Belton
    3 mai 2020 à 09:04 / Répondre

    J’ai eu le privilège de participer à la création de cette initiative et peut-être qu’Andrew Prescott a donné le ton pour le series. Son message était fort: si nous utilisons les ressources largement disponibles, notre travail peut être beaucoup plus productif. Il semble que la plupart des orateurs saisissent l’occasion des «jours de la covid-19» pour nous éclairer sur des points de vue différents sur la maçonnerie et son histoire. Cela se reflète dans l’objectif d’OpenLFM.

    « À cette époque où le mot imprimé et manuscrit devient de plus en plus disponible grâce à la technologie numérique, de nouveaux panoramas plus larges pour les curieux peuvent apparaître. OpenLFM à travers sa série de conférences en ligne sur la franc-maçonnerie (le mot numérique parlé), donnée par d’éminents chercheurs, visera à démontrer une gamme de nouvelles perspectives pour les universitaires, les francs-maçons ou simplement les curieux. »

    Si vous vous inscrivez, profitez-en

  • 2
    pierre noel
    29 avril 2020 à 21:44 / Répondre

    Prescott a dit des tas de choses intéressantes, mais de façon trop sommaire tellement il y en avait.
    Il a notamment souligné que pendant cette époque de confinement, les National Archives (certaines d’entre elles en tout cas) pouvaient être consultées gratuitement alors qu’elles sont normalement payantes. Cela concerne notamment les journaux du XVIII° siècle, qui apprennent tellement de choses sur la fm de l’époque. Il a aussi parlé de la période révolutionnaire et impériale, se basant sur des documents du home office de l’époque qui montrent la suspicion du gouvernement convaincu que la fm anglaise était le noyau d’activités subversives, comme les fm continentales. Il s’en est fallu de peu qu’elle ne soit interdite en Grande -Bretagne.
    Il adonné des exemples précis de l’hostilité modern/antient au Pays de Galles, exemples précis et documentés comme on voit peu d’habitude.
    Bref un régal ! (je rappelle que Prescott n’est pas maçon et n’a jamais eu aucun désir de le devenir)

  • 1
    pierre noel
    29 avril 2020 à 19:23 / Répondre

    Génial !
    J’ai regardé la conférence de Prescott et je me suis inscrit sur le site.
    Je suis impatient d’entendre Cooper.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif