Quand le Canard parle des barbouzes maçonniques de Puteaux…

Publié par Géplu

« Une loge franc-maçonne transformée en officine de tueurs à gages ? » Le Canard Enchaîné de cette semaine revient sur la triste affaire des francs-maçons dévoyés de cette loge Athanor de Puteaux, qu’il appelle une affaire tragico-bouffonne. Une hélas assez bonne définition :

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

vendredi 26 février 2021
  • 3
    François Crubellier
    28 février 2021 à 22:43 / Répondre

    Je ne comprends pas tout à fait la pertinence des deux commentaires précédents. En effet, je ne vois pas en quoi cette affaire concerne « notre maçonnerie latine », puisque les Frères en question sont membres de la GL-AMF, qui est bien connue pour être proche de la maçonnerie anglo-saxonne, même si la GLUA ne la reconnait pas comme « régulière ».

    • 4
      Oscar
      1 mars 2021 à 13:54 / Répondre

      La GLUA ne la reconnait pas comme régulière parce qu’elle n’est absolument pas régulière !

  • 2
    Brumaire
    28 février 2021 à 17:12 / Répondre

    Notre « maçonnerie latine » est mal en point, mais la maçonnerie anglo-saxonne n’a rien à lui envier.
    Faire du chiffre est hélas, le problème des instances des obédiences qui ont l’air de faire des concours pour savoir qui initie le plus.
    Ce n’est pas nouveau: ça fait au moins 25 ans qu’on initie sans être trop regardant, et cela traverse toutes les obédiences. On en a les résultats sur plusieurs plans, puisqu’on a en loge des velléitaires, des zappeurs, des membres qui ont si peur de la Covid qu’ils ne veulent plus aller en loge, même s’ils ne sont pas atteints de « comorbidités » (quel horrible mot). C’est toujours dans les moments de crise qu’on jauge les FM: à beaucoup, il manque les vertus indispensables à la fois pour progresser eux-mêmes, et pour essayer de faire progresser leur environnement.
    Il faut s’intéresser sur le « trop d’obédiences » et le « trop de loges, même sauvages »: c’est significatif d’une crise à laquelle les instances des « grandes obédiences » ne sont pas étrangères, loin s’en faut. J’ai des exemples à la pelle de décisions non conformes aux règlements, de violation des textes, de pouvoirs outrepassés, de mépris des FF et SS, etc…alors, il ne faut pas s’étonner que les dérives existent, que les démissions soient nombreuses, et les loges dites sauvages en augmentation.

  • 1
    Remi HUUTI
    28 février 2021 à 09:51 / Répondre

    Notre maçonnerie latine se trouve fort mal en point. Elle ne manquera pas de s’écrouler un jour. C’est incontestable. Outre le fait qu’il y a trop d’obédiences et trop de loges – les « sauvages » comprises -, à mon sens il est bien trop aisé de rentrer en FM. « Faisons du nombre, faisons du chiffre… » qu’ils disaient…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous