site GLIFF

Quelques précisions sur la création de la GLIFF

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 13 novembre 2016
Étiquettes : ,
  • 39
    AURELIA
    25 avril 2019 à 14:19 / Répondre

    pour répondre à KIM
    effectivement la franc maçonnerie va étouffer avec la création de toutes ces OBEDIENCES confettis juste pour faire plaisir à leur créateur ou créatrice… dommage ! les EGOS sont toujours là
    les grandes OBEDIENCES doivent veiller à ne pas encourager toute cette myriade de confettis et être prudentes dans l’obtention des traités d’AMITIE – .
    un seul mot avec cette myriade de petites OBEDIENCES : APPAUVRISSEMENT
    pas vital une 2ème Obédience féminine ! cherchons l’erreur

    • 40
      jelp
      25 avril 2019 à 18:33 / Répondre

      Bonjour Aurélia,
      « les EGOS sont toujours là » écris-tu. Tu veux dire où? Insinues tu qu’il y aurait des egos dans les « grandes » obédiences ou bien dans ce que tu appelles les « confettis »?
      Est-ce que les seules obédiences légitimes sont les plus anciennes ou bien celles qui comptent le plus de membres ou bien celles reconnues par la GLUA, celles qui ont une patente, ou bien celle à laquelle tu appartiens peut-être?
      Est-ce que la FM est bien universelle? Peut-on revendiquer ou pas, reconnaître ou pas aux autres d’appartenir à notre myriade bien française?
      Peut-être qu’en [cherchant] l’erreur, certains l’ont trouvée et se sont heureusement où hélas, comme tu veux, retrouvés dans un « confetti » ou dans une « grande obédience »…En sont-ils moins maçons? Est-ce qu’ils ont retiré ou ajouté quoi que ce soit à ta démarche personnelle?
      « pas vital une 2ème Obédience féminine ! » j’irais plus loin : boire, manger, aimer… vital, le reste…pas vraiment vital, juste de quoi essayer d’être heureuse dans la première ou la 1253eme obédience féminine
      Buvons Aurélia! Sourions aussi.

  • 36
    Polaris
    3 décembre 2017 à 01:25 / Répondre

    @leven
    Où as tu vu la trgm MTBESSON
    Agressée par ces soeurs ???
    Pour l’heure à la lecture des écrits et des actes l’agresseur c’est manifestement elle…

  • 34
    Luciole
    22 novembre 2016 à 18:05 / Répondre

    La Règle ne refusent pas l’entrée à ceux qui connaissent les mm et aa, ce qu’ils (elles) pensent de la spiritualité ne concerne qu’eux.
    Les opératifs ne demandaient qu’une compétence suivant l’ouvrage et ils avaient bien raison.

  • 32
    Renuccio 2b
    20 novembre 2016 à 10:37 / Répondre

    L’herbe est tellement verte dans le prés voisin.

    • 33
      Catcat
      22 novembre 2016 à 12:55 / Répondre

      C’est facile à dire. Moi je suis une soeur qui a du quitter la GLFF à cause des changements d’orientation de l’obédience et de changements de rite. Depuis mes anciennes SS me considère comme persona non grata. Je désire travailler sereinement et laisser les considérations profanes à la porte du temple !!! ces changements d’orientation de la GLFF se répercutent dans les loges notamment celle que j’ai quittée.

  • 15
    Désap.
    13 novembre 2016 à 22:24 / Répondre

    Toujours agréable, encourageant, rassurant lorsque des Sœurs des Frères se tournent résolument vers ce que la maçonnerie n’aurait jamais dû quitter : l’initiatique voie symbolique.
    Mais de grâce mes Sœurs, ne montez pas une énième usine à gaz, pouvue de contres pouvoir et autres organes de contrôle ; édifiez ce que doit être une GL.
    Ma TCS Gabrielle, il n’y a pas de « pouvoir » en Maçonnerie, il n’y a que la Responsabilité.
    Responsabilité vis à vis de l’Edifice que l’on se charge de construire et Responsabilité vis à vis des personnes en charge d’exécuter le travail nécessaire à cette édification et dont tous nous faisons partie à égal niveau de responsabilité et de considération, de la Grande Maîtrise au S.2 de la plus « petite » loge , du Maître récemment élevé au Compagnon en charge des Apprentis.
    A l’exception des App:., si l’un de nous se dédouane de sa responsabilité, ceci met immédiatement en jeu l’équilibre de l’Edifice ; celui-ci ne s’écroulera peut-être pas, mais son équilibre sera mis en jeu, ce qui impliquera qu’il faudra travailler au rétablissement de l’équilibre au détriment de l’avancement du Chantier.
    Pour ce qui est de la régularité des travaux, il suffit de pratiquer le Rituel fixé originellement et de s’y tenir rigoureusement, rien de compliqué en somme, rien qui ne nécessite autre chose que rigueur et responsabilité.
    J’ai toujours cette image à l’esprit : au regard de ce que représentait le respect des Règles au Moyen âge, de ce que représentait l’édification d’une Cathédrale, peut-on imaginer que les Maitres d’œuvre, Maçons en charge de la tenue du Chantier, étaient dans l’obligation d’avoir les yeux rivés sur leurs Franc-maçons, les Compagnons en charge de la mise en oeuvre des matériaux ? Les Maçons se souciaient-ils du risque qu’on ne respectât pas leurs plans par négligence ? Je ne le pense pas un instant, c’eut été inacceptable, ingérable, et si cela arrivait, le négligeant été, dans le meilleur des cas, congédié dans l’heure tant le risque qu’il faisait courir à toute la communauté était grand.
    D’aucuns se plaisent à déconnecter la Maçonnerie moderne de l’Opérative, c’est une grave erreur qui a pour conséquence l’instauration de pouvoirs, d’une sorte de ploutocratie des grades destructrice de la notion même de Responsabilité.
    Mes TTCCSS, insuflez cet esprit, imprégnez-en votre Chantier pour construire votre Cathédrale qui n’est autre que votre GL,
    ou bien, vous ne monterez jamais qu’une usine à gaz supplémentaire, la 100 et unième …

    • 19
      Suzanne
      14 novembre 2016 à 11:51 / Répondre

      je suis étonnée par la façon dont on crée cette obédience. En effet, il est universellement admis qu’il faut 3 loges pour la créer. Surprenant de la part de soeurs qui se réclament de la tradition que de ne pas respecter cette règle…
      Suzanne

      • 26
        Biscotte
        14 novembre 2016 à 14:48 / Répondre

        je lis qu’elles sont en création et qu’elles ont entre 300 et 400 pré adhésions. Cela ne suffit pas à avoir 3 loges lorsqu’elles seront consacrées ?

        • 28
          Suzanne
          14 novembre 2016 à 15:56 / Répondre

          certes, mais elles font tout à l’envers! l’usage constant, international, c’est qu’on commence par créer 3 loges indépendantes, et qu’ensuite on crée l’obédience….

          • 29
            observe à tort
            14 novembre 2016 à 17:04 / Répondre

            La tradition innovante, ça vient de sortir….
            L’idée, formellement assez géniale et très moderne, est de déstabiliser la maison mère en la siphonnant, sans que les lieux de l’aspiration soient visibles, puisque cela s’effectue essentiellement en ligne, et donc individuellement les frangines pré-adhèrent en lousdé pour 50 euros remboursables (un coup de génie) et on crée les loges après coup. Sauf qu’il va falloir savoir où les mettre, les frangines pures et sans tache.
            Le professionnalisme, c’est là qu’on va pouvoir vérifier s’il est réel, à savoir si les temples sont pré-réservés ou construits, alors là, chapeau les artistes.
            Cela crée aussi de la panique, combien vont partir, de quelles loges, quand, comment?
            Dans ce contexte original par rapport aux « essaimages » organisationnels précédents, on imagine mal une absence perdurante de contrefeu de la part de GLFF et principalement du REAA, car c’est lui qui est menacé, ce nous semble.

          • 30
            Chicon
            14 novembre 2016 à 18:02 / Répondre

            @suzanne – quand une seule L , le Centre des Amis, s’est sauvée du GODF en 1913, pour créer la future GLNF, elle etait seule.
            Il y a certes des « usages » mais ils sont bousculés
            souvent par les circonstances.

  • 13
    ATHENA
    13 novembre 2016 à 20:24 / Répondre

    Bonsoir,
    Je travaille au REAA au sein de la GLFF et suis très symboliste. Je n’aime pas trop non plus les dérives profanes de notre obédience qui se profilent de manière insistante. Mais il me semble que nous avons besoin de la confrontation de nos soeurs versées en sujets sociétaux pour nous aguerrir et aiguiser nos arguments symbolistes. Par ailleurs, nous devons porter à l’extérieur la parole entendue dans le temple et ne pas rester confinées entre nous. La maçonnerie est un travail initiatique certes, mais il ne doit pas être réduit à une masturbation intellectuelle.
    Je crains que cette nouvelle obédience n’appauvrisse la GLFF et la prive à terme, car il ne faut pas se faire d’illusions, d’une force féminine (et non féministe) unie, nécessaire à la maçonnerie.

    • 14
      cerumo@orange.fr
      13 novembre 2016 à 21:10 / Répondre

      Les dernières élections magistrales laissent à désirer et par ailleurs Monique rigal à bien des ennemies .un ressourcement général ferait du bien et révision des.capitations. j êntends les doleances.l ancien avocat de Gisèle faivre.bien à toi

    • 17
      Full up
      14 novembre 2016 à 11:11 / Répondre

      Bien d’accord avec ATHENA : « que cette nouvelle obédience n’appauvrisse la GLFF et la prive à terme » pourquoi ces richesses ne sont-elles pas entendues ou simplement considérées aujourd’hui ?

      Ces sœurs se sont peut-être battues et bercées d’illusions ? Peut-être ont-elles compris que le système est tellement coercitif aujourd’hui que tout débat est confisqué ?
      Peut-être ont-elles un idéal maçonnique encore vivace qui les poussent à construire un univers propice au débat et aux échanges justement ?
      Peut-être qu’elles renoncent au confort d’un système établi mais corrompu et qu’au nom de leurs valeurs, elles ne veulent plus de compromissions ?

    • 20
      Suzanne
      14 novembre 2016 à 12:01 / Répondre

      je partage l’avis d’Athena. La GLFF permet aux loges de travailler à tous les rites. Chaque loge est libre de son orientation (symboliste, societale, ou équilibre entre les 2). L’obédience ne « pèse » pas lourd sur la vie de la loge. Aucune obligation de répondre aux enquêtes sur la prospective adressées aux loges, ni de travailler sur les sujets à l’étude des loges. Si les statuts de fédération de loges adoptés en 2009 ne plaisent pas, qui empêche de demander une modification? cela suppose de respecter un processus démocratique, qui existe, via les congrès régionaux etc . Pour le reste, à part une crise aiguë de cordonnite, je ne vois pas l’intérêt de créer une nième obédience.. Et nos soeurs aux aspirations symbolistes se retrouverons confrontées aux difficultés de gestion interne dont pour le moment elles sont dégagées.

      • 31
        Bouche cousue
        16 novembre 2016 à 08:54 / Répondre

        Ma chère Suzanne,

        Les congrès régionaux ne sont pas écoutés, Il n’ y a plus de débat en assemblée. Si l’obédience ne sert qu’à gérer des capitations et à faire mousser son volume auprès des autres et auprès des pouvoirs publics pour se bercer de l’illusion d’influer sur le cours des choses, je préfère et c’est ce que je fais depuis plus de 30 ans agir concrètement dans la cité à mon niveau en utilisant les outils que j’ai appris à manier en maçonnerie (et que j’apprends toujours à manier).Quel intérêt d’y rester en payant une capitation très chère à la dite obédience ?

  • 11
    Mélusine
    13 novembre 2016 à 18:28 / Répondre

    Il faudra donc attendre le printemps pour comprendre ce qui se passe et le ton étrangement conciliant de cette interview, comme s’il s’agissait d’un divorce par consentement mutuel
    Les relations de la nouvelle obédience avec la Grande loge féminine de France, comme avec le Suprême conseil féminin de France, seront elles aussi douces qu’il est prévu?
    Une partie de la réponse viendra quand on connaitra l’origine de la patente.
    On imagine d’ci juin l’ambiance dans les loges et les ateliers supérieurs: « cette sœur en est-elle? »
    Espérons que la GLFF va se manifester, certes pas pour espérer qu’il y ait du sang sur les murs du temple, simplement pour un peu plus de clarté.

    • 23
      Suzanne
      14 novembre 2016 à 12:10 / Répondre

      ah la patente ! c’est oublier qu’on n’en n’a pas besoin! la GLFF s’est créée en 45 au rite d’adoption, sans patente. En 1958 elle est passée au REAA sans patente ….et pour autant cela n’a pas affecté le sérieux du travail des loges. La GLDF a finalement remis en 2006 la patente du REAA : cela n’a rien changé, à part le fait d’avoir enrichi la collection de patentes!

  • 10
    WOLSEM
    13 novembre 2016 à 18:07 / Répondre

    Et voilà une obédience de plus en France ! Chaque fois que quelqu’un ne s’y retrouve plus dans son obédience, il veut en créer une nouvelle. Je suis certain que nos sœurs ont sûrement de bonnes raisons de vouloir se lancer dans une nouvelle aventure. Très cher GÉPLU, pourrais-tu me donner le nombre d’obédiences qu’il y a en France ?

    • 16
      Robert DUFAUT
      14 novembre 2016 à 10:13 / Répondre

      Je me permets de répondre.
      Si nous y intégrons les structures interobédientielles (CLIPSAS, etc., soit une demi-douzaine) et les Suprêmes Conseils, nous en sommes au minimum à 78.

  • 9
    Dunand
    13 novembre 2016 à 17:52 / Répondre

    Léa 13 novembre 2016 / répondre
    La création d’une nouvelle obédience plus spiritualiste ne paraît pas nécessaire , nous avons la chance en GLFF de pouvoir accéder aux grades dits de « perfection » qui vont me semble-t-il dans ce sens : nous avons ainsi la possibilité de travailler à la fois au perfectionnement de l’humanité social et spirituel qui se complète .

    • 18
      Full up
      14 novembre 2016 à 11:13 / Répondre

      C’est ça DUNAND, tu veux dire qu’on peut laisser les loges bleues dans leur souffrance du moment qu’on s’éclate dans les hauts grades ?

      • 21
        Suzanne
        14 novembre 2016 à 12:04 / Répondre

        pourquoi dire que les loges bleues sont en souffrance ? tu as des exemples? et penses tu que cette souffrance soit le fait de l’obédience? n’est-ce pas plutôt à cause de dissensions internes ?

        • 25
          Full up
          14 novembre 2016 à 12:53 / Répondre

          Par exemple quand des sœurs qui ne s’entendent plus veulent créer une autre loge sans que cela mette en péril leur loge mère pourquoi émettre un avis défavorable pour cause de « scission » ? On les laisse dans leurs dissensions et le résultat = démissions de la GLFF
          Modification sans raison de la troisième lumière d’une loge qui travaille depuis 20 ans avec la bible sous prétexte de normalisation = changements de rite ou d’obédience etc…

    • 24
      Chicon
      14 novembre 2016 à 12:22 / Répondre

      @dunand -« travailler a la fois au perfectionnement de l’humanité social et spirituel qui se completent »
      On peut dire aussi : » travailler en loge au perfectionnement spirituel ( Les rites, Les vertus, la conscience de ses etats et de ses actes, etc..) et partager en dehors de là loge, les bienfaits de ce perfectionnement par la charite attentive envers les autres  »
      Ce n’est pas la même chose.

  • 7
    Colonne
    13 novembre 2016 à 12:17 / Répondre

    Bonjour,
    Je souhaite bonne chance à nos futures soeurs de la GLIFF.
    Ce qu’il me semble comprendre entre les lignes, c’est qu’effectivement nous vivons, en maçonnerie, une époque où petit à petit ce sont les « règles » et habitudes profanes qui s’immiscent dans nos Temples, lors même que le fait de nous y réunir, implique symboliquement pourtant une rupture d’avec ces « règles » et habitudes (le « temps » de la Tenue tout au moins). Le Temple est dans un espace temps qui se trouve être précisément hors du temps, c’est pourquoi vouloir appliquer en son sein le mode de fonctionnement qui sied à la société profane, est un non-sens initiatique. Il ne s’agit pas ici de vouloir opposer Tradition et modernité, mais de simplement rappeler que la Tradition est intemporelle et pas sujette aux fluctuations du monde profane, simplement parce que d’un point de vue symbolique, cette Tradition est non-humaine.
    Ainsi vouloir la modifier c’est vouloir la ramener à la dimension humaine donc la profaner. Si le costume de la Tradition semble trop grand pour certains, qu’ils se rassurent, c’est le cas de tout le monde, mais il est hors de question de le tailler pour le ramener à nos humbles mensurations, puisque c’est à nous de tenter de nous grandir.
    Je souhaite bonne chance à nos soeurs, puisqu’elles pensent, comme d’autres, que le travail en Loge se doit d’être symbolique, pour ne pas perdre de vue ce qui fait la spécificité des francs-maçonnes et francs-maçons, c’est à dire la démarche initiatique, pour ne pas perdre de vue que la franc-maçonnerie n’est pas et n’a jamais été un simple think tank. Réfléchir au présent et au devenir de notre société est une chose louable voire indispensable, mais pour que nos idées soient un jour éclairées, et peut-être un jour éclairantes, encore nous faut-il au préalable et dans nos Temples travailler à notre propre perfectionnement, et c’est ce que propose la démarche initiatique.
    Qu’une Loge dite de Saint-Jean souhaite pouvoir travailler avec le VLS sur l’autel des serments, n’a effectivement rien de choquant.
    C’est pourquoi je vous souhaite une nouvelle fois bonne chance mes soeurs !

    • 22
      Désap.
      14 novembre 2016 à 12:07 / Répondre

      Mon BAF Colonne, ce que tu exposes au sujet de la Tradition est d’une justesse exemplaire.
      La Maçonnerie, transcription exacte de la Tradition, est entièrement indépendante des hommes.
      Ils peuvent la manipuler, la modifier, la galvauder, la profaner comme tu l’exprimes si bien, elle n’en souffrira jamais et restera envers et contre tout elle-même et juste.
      En outre, il se trouvera toujours des initiés qui la vivront et sauront la transmettre, des initiés qui n’auront aucunement besoin de quelconque organe de contrôle car seuls le Compas et l’Equerre dirigent leurs actions.
      Les Alchimistes ont l’habitude de dire :
      – il y a ceux qui font de la technique, ceux qui font de l’Alchimie et il y a les Alchimistes.
      Maçon, je dis : il y a ceux qui connaissent les M:. S:. et Att:., ceux qui font de la Maçonnerie et il y a les Maçons.
      Je t’embrasse.

      • 27
        Colonne
        14 novembre 2016 à 15:45 / Répondre

        Que cela fait un bien fou,de pouvoir parler sur ce blog de maçonnerie et de rien d’autre…

  • 4
    Bilboquet
    13 novembre 2016 à 11:45 / Répondre

    Bonne Vie initiatique à cette nouvelle grande loge !

  • 3
    Pierre-Philippe Baudel
    13 novembre 2016 à 11:34 / Répondre

    Patience. Quand les Instances de la GLFF auront confirmé leurs joies de voir leurs membres participer à cet essaimage le doute sera levé. . . Et l’on pourra continuer d’appeler un chat un chat.

  • 1
    Chicon
    13 novembre 2016 à 09:57 / Répondre

    Et si cette nouvelle GL etait exclusivement feminine, sans intervisites, ce serait peut etre un progres vers le sérieux.

    • 2
      lazare-lag
      13 novembre 2016 à 10:24 / Répondre

      Pourquoi?
      C’est quoi le sérieux?
      Qu’est-ce qui est sérieux maçonniquemment?
      Y-a-t-il un seul et unique sérieux?
      Y-a-t-il donc, consécutivement, un dogme en matière de sérieux?
      Je suis avide de connaissances à ce sujet.

    • 5
      Biscotte
      13 novembre 2016 à 11:56 / Répondre

      ??? Est-ce que tu ne te projettes pas, mon frère ? Quant à nous, nous ne sommes pas « troublées » par nos frères visiteurs….
      A la GLFF, nous considérons que la loge doit être gouvernée par des femmes car la démarche initiatique est une démarche intime qui pourrait être perturbée par la mixité.
      En revanche, le sérieux de nos travaux est très souvent souligné justement par nos frères visiteurs. Ils s’enrichissent à notre contact et réciproquement. pourquoi se priver de ces apports réciproques ?

      • 8
        cerumo@orange.fr
        13 novembre 2016 à 13:07 / Répondre

        Vos coordonnés svp fraternelles
        sur pensées. Ch.de peney 33 régulier usa

      • 12
        Chicon
        13 novembre 2016 à 19:31 / Répondre

        J’imaginais une FM s’appuyant sur les vertus apprivoisées par l’intuition feminine. Une approche exclusivement feminine, perçante, qui voit vite, differente de celle des hommes. C’est pourquoi je crains que la presence d’hommes en tenue ne perturbe les travaux.

    • 6
      Lionel Maine
      13 novembre 2016 à 12:09 / Répondre

      Et surtout, pour une ultime protection de la Règle, refuser l’entrée du Temple à toutes ces déistes, agnostiques, athées,et mécréantes !!!

      • 35
        Leven
        2 décembre 2017 à 21:16 / Répondre

        Que les SS qui veulent travailler bien au chaud dans l’entre elles qui ne les questionne pas le fassent
        La GLIF est faite pour ca
        Qu’elles se justifient en agressant la TRGM de la GLFF montre ce qu’elles ont appris en FM : RIEN

        Une S fiere de MTB

        • 37
          Chicon
          3 décembre 2017 à 10:32 / Répondre

          @leven – que tu sois exaspérée par la création de la GLIF se comprend, en tant que fidèle à tes engagements.
          Cependant la GLFF a « zapé  » son caractère maçonnique décourageant nombre de sœurs qui y étaient attachées. Elles n’ont rien appris en FM dis-tu, peut être est ce à cause d’une divergence profonde avec toi et MTB, sur ce qu’est la FM. Le Prix de la GLFF témoigne de cet éloignement de la franc-maçonnerie.

          Pourquoi MTB et son équipe ne l’ont pas « joué fin » en autorisant les visites chez leurs sœurs de la GLIF , cela aurait renforcé de pôle féminin de la maçonnerie, car le GO qui vous attend au coin du bois, va vous dévorer comme le Petit Chaperon Rouge.

          • 38
            Aumont
            3 décembre 2017 à 10:56 / Répondre

            (35)(1) Monthy Python ( Sacré Graal ) avec le chevalier qui coupe les jambes, puis les bras d’un autre ne laissant que le tronc, handicapé et inefficace, est une autre image de ce qui vient de se passer

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous