Signature par 31 Juridictions du REAA de la Déclaration d’Istambul

Publié par Géplu
Dans Divers

C’est par le site Freemasonry.network que l’on apprend que lors de la 25e rencontre des Hauts Grades Ecossais qui a eu lieu à Istanbul ces 13 et 14 décembre, trente et un Conseils Suprêmes Ecossais (la liste n’est pas donnée) ont signé ce samedi 14 décembre la Déclaration d’Istanbul :

« Depuis son inauguration à Bruxelles en 1976, la Rencontre Internationale des Hauts Grades Ecossais (RIHGE) a offert aux juridictions libérales du Rite Écossais Ancien et Accepté l’opportunité de travailler ensemble dans un cadre qui ne limite en rien leur souveraineté.
Les juridictions des degrés écossais supérieurs se sont réunies à nouveau lors de la 25e réunion du RIHGE les 13 et 14 décembre 2019 au Zénith d’Istanbul, une ville qui relie symboliquement l’Europe et l’Asie et relie l’Occident à l’Est et le Nord au Sud.
C’était une réunion spéciale, résultant de la prise de conscience de la nécessité de transformer cette plus grande plateforme de travail commun des francs-maçons libéraux de degrés supérieurs. Cette transformation implique l’incorporation dans l’accord existant des Conseils suprêmes de femmes (qui incluent des sœurs), de l’Ordre mixte maçonnique international Le Droit Humain et des conférences européennes, méditerranéennes, américaines et africaines des juridictions humanistes écossaises continentales.
Le 14 décembre 2019, trente et un conseils suprêmes écossais du rite écossais ancien et accepté ont signé la Grande Charte universelle des degrés écossais supérieurs, déclarant que tous les signataires se reconnaissent mutuellement tout en conservant leur pleine indépendance. »

.
PRINCIPES FONDAMENTAUX

DE LA GRANDE CHARTE UNIVERSELLE DES HAUTS GRADES ECOSSAIS

1 – Chaque Juridiction signataire de la Grande Charte Universelle des Hauts Grades Ecossais est reconnue par les autres Juridictions signataires en tant que Puissance Symbolique Souveraine dont la Charte ne saurait en aucune façon limiter l’indépendance.

2 – Les Juridictions de Hauts Grades Ecossais signataires de la présente Charte se considèrent et s’affirment en tant que Conservatoires d’une tradition maçonnique initiatique commune formalisée par les deux Rites historiques fondateurs que sont d’une part le Rite de Perfection en 25 degrés d’Etienne Morin (1764) répertoriés dans les manuscrits Franken et d’autre part les Hauts Grades de Rite Ecossais Ancien Accepté en 33 degrés (Charleston1801) fondées à partir des Grandes Constitutions de Bordeaux (1762) et de Frédéric de Prusse (1786).
Les Juridictions signataires demeurent dépositaires indivis des rituels de ces deux rites qui leur furent transmis et en poursuivent l’étude historique.

3 – Cette tradition maçonnique initiatique des Hauts Grades Ecossais se fonde également sur les Constitutions d’Anderson de 1723 affirmant les Principes Généraux de la Franc-Maçonnerie Universelle. La franc-maçonnerie opérative, celle des Francs-Maçons constructeurs des cathédrales qui se sont édifiées du XI° au XVII° siècle, a matérialisé la métaphysique de la Lumière au sein de son immémoriale tradition initiatique.

4 – Le XVIIIe siècle, siècle des Lumières, au cours duquel s’est structurée cette tradition initiatique, en la forme qui nous est parvenu, l’a rendu dépositaire d’un corpus philosophique dont elle se doit d’assurer la transmission. Cette tradition philosophique associe, à la spiritualité, l’universalisme, l’humanisme, la raison, le progrès, la liberté de conscience, la tolérance, donc le questionnement permanent.

5 – Le grade de Maître Maçon est la condition nécessaire et suffisante pour entrer dans la voie de perfection que constituent les Hauts Grades Ecossais dont la systématisation en 25 puis en 33 degrés s’est effectuée sur le modèle des Ordres de chevalerie monastique du Moyen-Âge européen et en particulier l’Ordre du Temple.

6 – Chaque Juridiction admet, dans la voie initiatique qu’elle administre, des Maîtres Maçons et/ou des Maîtresses Maçonnes, la seule condition à cette admission étant qu’ils ou elles soient reconnues aptes à poursuivre la voie initiatique écossaise proposée par la Juridiction qu’ils ou elles ont choisi et qui les a choisis et reçus.

7 – La Tradition écossaise repose sur une progression initiatique raisonnée selon une hiérarchie spirituelle permettant d’approcher la connaissance de Soi et de l’Univers au sein de Juridictions dont l’emblème est l’Aigle bicéphale et la devise du Rite Ordo ab Chao

8 – Dans l’Univers existe une biosphère qui inclût plusieurs sphères inclusives de la périphérie vers le centre : la sphère humaine profane, la sphère humaniste maçonnique, la sphère humaniste maçonnique écossaise et la sphère maçonnique écossaise initiatique, cette dernière résultant de la spécificité juridictionnelle qui relève de sa propre conception de la Tradition écossaise incluant ou non l’invocation au Grand Architecte de l’Univers,
Chaque Juridiction assume, en toute souveraineté, sa part de la responsabilité collective dans toutes les sphères.

9 – La sphère humaniste maçonnique écossaise constitue l’espace commun dans lequel les Rencontres Ecossaises sont réalisables en dehors de toute cérémonie d’initiation, permettant ainsi les Tenues en Grande Loge de Perfection de tous les Maîtres Secrets réalisant l’Alliance Ecossaise Universelle, les rituels d’ouverture et de fermeture des travaux constituant l’espace sacré maçonnique écossais qui est leur dénominateur commun.

lundi 16 décembre 2019
  • 20
    Pascale
    1 avril 2020 à 14:40 / Répondre

    Merci pour ces éclairages sur l’arnaque ambiante qui se développe dans les Suprêmes Conseils ces dernières années. J’aimerais que tous les honnêtes maçons se coagulent pour expliquer haut et fort qu’il n’y a aucun secret maçonnique, il n’y a que le secret de la vie, du vivre ensemble. Au départ, c’est une méthode du rituel car « c’est par nos mystères que nous vous attachons à nous ». Elle fait du fantasme et de la chimère intérieurs de chacun un aiguillon de curiosité pour se re-découvrir. C’est un ascèse personnelle longue et difficile qui a besoin de l’expérience des « anciens » et de la neutralité bienveillante du groupe.
    Dévoyée par des parangons autoproclamés, elle sert maintenant à asservir les sœurs et frères qui souhaitent poursuivre leur démarche. L’initié ne s’initie plus lui-même par la liberté de conscience dans la relation au groupe, il y a un pape qui fait fondre ses armées contre les hérétiques qui s’entêtent à vouloir penser par eux mêmes et rester libre…
    Inversion des valeurs, c’est certain. J’adore (lol) ce choix (ou lapsus) très révélateur sur »les fabricateurs » qui signifie bien le mensonge dans toutes « les sphères inclusives ».

  • 17
    Désap.
    21 décembre 2019 à 12:58 / Répondre

    12 – Vous prêtez à la Franc-maçonnerie un pouvoir qu’elle n’a pas, une volonté qu’elle n’est pas en mesure de mettre en oeuvre.
    Je passe sur les notions lucifériennes qui n’ont aucune signification hors d’une réflexion religieuse par définition exotérique, sclérosée par une révélation pure fantasme d’hommes au mieux à l’imagination fertile, plus concrètement animés du complexe de pouvoir et ainsi d’aucun secours à établir la réalité de l’équilibre universel, principe de la manifestation, de l’Univers si l’on préfère, par conséquent indispensable au règne de la Justice, principe égal rapporté à la dimension humaine.
    La Justice ne se fonde pas sur l’égalité, la Nature ayant ses nécessités propres, elle se fonde sur l’équité.
    Cependant l’équité, pour se réaliser, ne peut souffrir de quelques notions de pouvoir, ce que Versailles et la noblesse refusèrent d’admettre ; par la conjugaison d’hybris et de peur, en somme synonymes, ils refusaient obstinément d’entendre les Lumières. Durant plus de 80 ans, ce ne fut pas faute de salons de réflexion organisés par des Dames sensibles à voir leurs qualités reconnues, d’un nombre considérable d’ouvrages d’intellectuels et penseurs raisonnables en rien comparables à l’esprit du primaire Robespierre, les Lumières étaient monarchistes constitutionnelles, rien n’y a fait. C’est le Pouvoir qui commit la faute qui engendra 1789, c’est bien ce que de Maistre omet lamentablement de considérer.
    Quant à la Franc-maçonnerie à l’époque soutien d’une monarchie constitutionnelle, effrayée et condamnant les outrances et la violence de la dictature Jacobine, elle se range docilement à tous les pouvoirs en place jusqu’à Sedan. Elle se ressaisie à l’issue, installe la République et promeut tout ce que constitue aujourd’hui nos libertés publiques. Je ne sais pas ce que vous en pensez, c’est de mon point de vue magistral, l’Occident lui doit les démocraties modernes.
    L’esprit de 1717 réalisé sous différentes formes, elle aurait été bien inspirée de retourner à ses fondamentaux.
    Non seulement établir la réalité historique du phénomène religieux en Europe, décrire tout ce que celui-ci à détruit de l’intelligence antique et, partant, retrouver l’essence de l’initiation de sorte d’être en mesure de produire l’intuition créatrice nécessaire à la régulation des libertés, sans quoi celles-ci deviennent ce que vous constatez, et que je partage, un chaos indescriptible où l’intérêt individuel prime sur le général, où la communication sert de politique de sorte de masquer efficacement le glissement progressif et sûr de nos démocraties vers une ploutocratie universelle.
    Au lieu de cela, les Réguliers se confisent en religion, les libéraux se partagent entre idées libertaires et accompagnement de la ploutocratie renaissante, et puisque ni la religion, ni les politiques devenus l’instrument de la nouvelle religion nommée économie n’ont besoin de qui que ce soit pour les soutenir, ils s’en chargent très bien eux-mêmes, la Franc-maçonnerie ne tient plus aucun rôle déterminant dans la société.
    Voyez-vous, cher Kassian, vos craintes ou vos regrets ne sont en rien fondés, en France et partout en Occident les franc-maçons ne représentent rien de déterminant, il n’ont aucun discours original.

  • 16
    KASSIAN
    19 décembre 2019 à 15:54 / Répondre

    12 – Cher Desap, le solve et coagula peut s’entendre comme les deux faces d’une même médaille, deux forces contraires d’expansion et de contraction qui régissent l’équilibre du monde. L’ordo ab chao nous amène à réfléchir à ce qu’est l’ordre et ce qu’est le chaos : dans quel état du monde vivons nous, et dans quel cycle s’inscrit la marche du monde : expension ou contraction ? L’histoire n’est rien d’autre qu’une série de périodes d’ordre et de chaos, parfois simultanées, parfois successives. Là ou il y a inversion potentielle des valeurs, en tous cas sur le plan optique, c’est lorsqu’au lieu d’oeuvrer à l’ordre, on stimule le chaos pour accélérer la venue de l’ordre. Une thématique chère à Joseph de Maistre évoquée incidemment dans son concept de “Providence”. Par exemple un peuple se rebellant contre un pouvoir tyrannique va générer la destruction nécessaire à l’établissement d’un ordre nouveau. Dans le cas de la Révolution française par exemple, certains esprits raisonnables ont vu l’oeuvre de Lucifer quand d’autres tout aussi raisonnables se sont extasiés du progrès social à naître de cette situation. Dans un contexte plus contemporain, on peut se demander si la recherche sans limite des progrès technologiques, humains et sociaux contribue à l’ordre ou au chaos ? Par exemple la recherche des progrès sociétaux est considérée par les peuples comme une tentative de suppression de l’altérité des individus (races, sexes, cultures, nations), provoque des soubresauts d’indignation populaire et une résurgence du nationalisme sous différentes formes. Ces troubles sont des formes de chaos. Les promoteurs des progrès sociétaux pensent-ils que du chaos naîtra une forme plus parfaite d’organisation sociale? La Franc Maçonnerie doit-elle inscrire son action dans la venue d’une nouvelle organisation sociale, quitte à précipiter le chaos ? Doit-elle au contraire imposer une mesure à la volonté fougeuse du changement, en limiter la géométrie au nom d’une forme de sagesse, réussissant ainsi à tempérer les conséquences chaotiques du changement ? Toutes vos opinions sont bienvenues.

    • 18
      Lazare-lag
      21 décembre 2019 à 14:04 / Répondre

      Si toutes les opinions sont bienvenues, vous aurez donc pris connaissance de ma réponse 14 à votre message 11. Certes, elle pose plus de questions qu’elle n’en résout, mais ne les résolvant pas elle laisse le débat ouvert.

  • 15
    pierre noel
    19 décembre 2019 à 10:05 / Répondre

    # 13.
    Nous sommes bien d’accord que le nombre n’est pas un indice en soi (surtout quand nous appartenons nous-même à une obédience de petite taille !). Les SC « historiques » de France et de Belgique sont depuis longtemps scindés en différentes branches appartenant aux deux familles de SC (toutes aussi « légitimes » que les autres).

    Dans un article du 7 décembre 2018 paru dans Freemasory Today et consacré au « Rose Croix », nom familier du AAR (sous lequel le REAA est connu dans les Iles Britanniques), l’auteur écrit (entre autres).
    “What is the relationship between the Craft and Rose Croix?
    Although neither formally recognises the other, in practice the relationship is an extremely close one. The Grand Master, Pro Grand Ma., Deputy Grand Ma. are 33°. The Grand Master is the Patron of the Order.
    How many members are there?
    There are around 27,000 members, with around 24,000 in England and Wales and 3,000 in its Districts overseas.
    How many people hold the 33°?
    There are around 150 members of the 33° in England and Wales, of whom the large majority are current or past Inspectors General.”

    Le SC for England & Wales a été fondé en 1845 en vertu d’une patente accordée par le SC de la Juridiction Nord des EU.

  • 13
    Pierre Mollier
    18 décembre 2019 à 20:05 / Répondre

    Il n’est pas sûr qu’en Europe continentale le « mainstream » soit celui des Suprêmes Conseils liés au monde maçonnique anglo-saxon. La quantité n’est pas un indice en soi mais, mis bout à bout, les effectifs totales des juridictions écossaises représentées à Istanboul avoisinaient les 40.000 Maçons pratiquant les hauts grades écossais. De plus, comme je le disais précédemment, dans des pays comme l’Italie, la Turquie, la France, le Portugal et la Belgique, les juridictions participantes sont des Suprêmes Conseils « historiques ».

  • 11
    KASSIAN
    18 décembre 2019 à 14:42 / Répondre

    1 – le terme « fabricateur » est péjoratif et renvoie étymologiquement au faux, à l’illusion, au mensonger, contrairement au terme « fabricant ». S’agissant de la contribution de la Maçonnerie à l’établissement de l’ordre sur le chaos, j’y vois un lapsus révélateur qu’on peut sans risques qualifier de luciférien par une sorte de renversement des valeurs. On ne peut manquer de citer le solve et coagula qui échappe probablement à de nombreux et honnêtes maçons.

    • 12
      Désap.
      18 décembre 2019 à 17:52 / Répondre

      11 – Pourriez-vous développer, cher Kassian ?
      En quoi la maçonnerie inverserait-elle les valeurs, et lesquelles ?
      Quel est l’objet du solve et coagula dans votre propos ?
      Vous remerciant par avance.

    • 14
      Lazare-lag
      18 décembre 2019 à 23:15 / Répondre

      Il y a tellement de choses qui échappent à tellement de nombreux et honnêtes maçons…
      Moi parmi eux, enfin, pour ce qui est de l’échappement, car pour ce qui est de l’honnêteté maçonnique, ce sont mes frères qui sont les mieux placés pour l’évoquer.
      D’ailleurs existe-t-il un franc-maçon qui pourrait prétendre que rien ne lui échappe vraiment?
      Et, question subsidiaire, s’il est des maçons honnêtes, plus exactement si l’on se croit obligé de venir signaler ici qu’il en existe d’honnêtes, est-ce à dire qu’il en existerait d’une autre qualité?
      Et à ceux-là, que leur échappe-t-il?
      Mais à propos?
      De quoi parle-t-on lorsqu’on veut évoquer l’honnêteté en maçonnerie?
      Et, en tant que frère, parlons-nous tous de la même chose en évoquant ce concept d’honnêteté maçonnique?

  • 10
    pierre noel
    17 décembre 2019 à 21:29 / Répondre

    Définition de la régularité pour le REAA.

    En 1970, la X° Conférence internationale des Suprêmes Conseils, tenue à Baranquilla (Colombie), détermina les critères de régularité pour le REAA. Ils ne concernent à l’évidence que les SC mainstream, groupés autour du SC pour la juridiction sud des USA, premier en date des SC, fondé en 1801. Ils peuvent se résumer ainsi :

    1. Les SC adoptent les statuts et règlements de leur choix pour autant que l’esprit des Grandes Constitutions de 1786 soit respecté.
    2. Un SC est régulier s’il recrute ses membres dans les loges d’une GL régulière.
    3. Un SC est irrégulier s’il prélève ses membres dans une GL irrégulière.
    4. Les GL sont seules habilitées à fixer la régularité et les reconnaissances des GL. Les SC n’interviennent pas dans les 3 premiers degrés.
    5. Un SC qui entretient des relations fraternelles avec un SC irrégulier devient irrégulier.
    6. Chaque SC décide souverainement avec quels SCs il entretient des relations fraternelles.

    Fut également rappelée le rejet inconditionnel des principes énoncés à Lausanne en 1875. Cette initiative apparaît surtout comme une condamnation de toute velléité de créer une confédération dont l’instauration limiterait immanquablement la souveraineté de chaque SC. Les conférences internationales sont des occasions de contacts personnels entre délégués de Suprêmes Conseils et n’ont d’autre pouvoir que celui de déterminer la date et le lieu de leur prochaine réunion.

    [Pour mémoire : Une GL est « régulière » (mot technique dépourvu de tout jugement de valeur) si elle est reconnue par la Commission de reconnaissance des GL nord-américaines et/ou par les Home GL (Angleterre, Ecosse, Irlande)]

    Autres relations internationales.

    Les SC qui ne sont pas dans la mouvance mainstream organisent aussi leurs réunions internationales. Leur centre de gravité est/était le SCDF de la rue Puteaux.
    Lors de la réunion de mai 1980 à Bruxelles, étaient présents
    1. Le Souverain Collège du Rite Ecossais pour la Belgique
    2. Le Suprême Conseil du REAA pour la Belgique
    3. Le Suprême Conseil de France (rue Puteaux)
    4. Le Grand Collège des Rites – SC du GODF (rue Cadet)
    5. Le Supremo Consiglio d’Italia del 33° e ultimo Grado
    6. Le Suprême Conseil du 33° et dernier degré du REAA pour la Confédération Helvétique
    7. Le Suprême Conseil du Portugal
    8. Le Supremo Consejo del grado 33° para Espana
    9. Le Suprême Conseil du Liban

    Cette énumération n’implique, j’insiste, aucun jugement de valeur.

  • 8
    Désap.
    17 décembre 2019 à 11:11 / Répondre

    Je garde permanent à l’esprit la phrase avant clôture :
    – N’avez-vous rien à proposer dans l’intérêt de la Franc-maçonnerie en général … ?
    La question reste posée aux juridictions.

  • 7
    Pierre Mollier
    17 décembre 2019 à 08:28 / Répondre

    Tout ce qui est excessif est insignifiant (surtout caché derrière un pseudonyme). Même s’il y a effectivement un coté formel dans cette déclaration, il me paraît intéressant que des organisations maçonniques fassent le point sur leur identité et, au delà de leurs différences, sur ce qui les réunit. Ce texte me parait aussi apporter des éléments sur deux enjeux : comment vivre l’héritage traditionnel de la Maçonnerie – particulièrement prégnant dans les hauts grades écossais – tout en assumant l’esprit critique issu des Lumières; comment gérer le problème du genre dans ces organisations où, même si elles se revendiquent « libérales », la question ne va pas de soi.
    Rappelons aussi que parmi les signataires, on compte un certain nombre de Suprêmes Conseils « historiques » comme en Turquie, en Italie, au Portugal, en Belgique ou en France.

    • 9
      Désap.
      17 décembre 2019 à 15:41 / Répondre

      7 – L’héritage traditionnel de la Maçonnerie, l’Ordre du Temple ?
      Si cette Ordre fût irréprochable de sa naissance à sa mort, au contraire de ce qu’on lit trop souvent et de ce qu’on lit dans les rituels des degrés du REAA, il n’a aucun lien, ni avec la Maçonnerie, ni avec la Franc-maçonnerie.
      Le respect de sa Règle, sa pratique religieuse, ses pratiques en général, son organisation, les objectifs qu’il poursuivait et qu’il accomplit pour le Pape, tout le fut sans tache et l’ensemble n’avait pour seul motif la défense du catholicisme.
      L’objet de la Maçonnerie, qu’elle fût opérative ou spéculative en 1717, n’est pas de défendre une religion ni même ses principes, pas non plus ce que celle-ci estime être des valeurs.
      Cet objet est bien plus fondamental, c’est l’universalité à l’image des lois qui régissent la matière.
      Ces lois, dogme universel qu’il n’est pas possible de considérer autrement parce que nous en sommes la résultante, sont vérité quand les lois traitant du même sujet et élaborées par les Hommes ne sont rien en comparaison.
      L’idée est de comprendre ces lois d’un autre point de vue que scientifique et d’en appliquer les principes. C’est l’idée de Newton et c’était précisément l’objet de la Mythologie.
      Juste un exemple en passant, Pythagore, qu’il soit lui-même ou un collectif, n’est pas un scientifique, pas plus qu’un mathématicien, c’est un initié aux mystères égyptiens ; c’est par l’application des principes de l’initiation qu’il élabore toutes ses solutions mathématiques. Ceci est bien entendu parfaitement prouvé par l’historiographie.
      Je ne sais pas si on arrive à le percevoir, mais la dimension et les enseignements de cette réflexion métaphysique, au sens contraire à la religion c’est à dire sans « révélation », est considérable et incomparable dans son apport avec ce que peuvent enseigner la symbolique du blé, du vin, du pain et du sel …

  • 6
    Jacques Huyghebaert
    16 décembre 2019 à 18:29 / Répondre

    liste des membres des RIHGE communiquée en 2013 lors de la 22e rencontre

    • SC GC du REAA – GODF
    • SC d’Italia del RSAA
    • SC Masónico de España
    • SC de 33° Grau de REAA para Portugal
    • SC du REAA pour la Turquie
    • Souv Coll du Rite Ecossais pour la Belgique
    • SC du 33e et dernier deg du REAA pour la Confédération Helvétique
    • SC du REAA du Royaume du Maroc
    • SC du Grau 33e degré Francisco de Montezuma – Brésil
    • SC du Grand Collège des Rites du Congo
    • SC de la Grande Loge des Cèdres du Liban
    • SC du Sérénissime du GO de Grèce
    • SC de l’Ordre Maçonnique International « DELPHI »
    • SC Grand Collège du REAA du Luxembourg

    Les RIHGE offrent une plate-forme aux juridictions libérales du Rite Écossais Ancien et Accepté l’opportunité de travailler ensemble dans un cadre qui ne limite en rien leur souveraineté. les RIHGE incorporent désormais les membres des Conseils Suprêmes Féminins, les soeurs de l’Ordre mixte maçonnique international Le Droit Humain et des conférences européennes, méditerranéennes, américaines et africaines des juridictions humanistes écossaises continentales

  • 4
    Kerguise
    16 décembre 2019 à 16:37 / Répondre

    MACHIN a tappé dans le Mille. Cette gesticulation vibrionante et tout a la gloire de son initiateur un tantinet narcisique et qui nest pas turc, ne doit pas faire illusion…Une usine à gaz qui durera ce que durent les bulles. Donc inutile de tirer sur les ambulances … » Tout passe » selon un dicton sénégalais plein de bon sens. Donc n’ayons pas de vertige.

  • 3
    Machin
    16 décembre 2019 à 11:04 / Répondre

    Cette déclaration est tout de même un monument de stupidité mais elle révèle la trouille qu’ont ces grands muftis de se voir dépecer d’une once de pouvoir. Historiquement l’analyse est bidon et la philosophie très orientée. Si les pratiquant-es du REAA pouvaient envoyer ch…. les SC, ça ferait de l’air dans la pratique de ce rite.

    • 5
      MENTALO
      16 décembre 2019 à 18:21 / Répondre

      Maudits , ou Mamamouchis ?

    • 19
      ERGIEF
      21 décembre 2019 à 17:45 / Répondre

      Je partage votre analyse MTCF. Cette déclaration est de la bouillie pseudo historique associée à du charabia crypto gauchiste. Ridicule…

  • 2
    Aixcalibur
    16 décembre 2019 à 10:09 / Répondre

    Qui sont ces 31 SC ?

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    16 décembre 2019 à 05:34 / Répondre

    Les XXVe Rencontre Internationale des Hauts Grades Écossais (RIHGE) se sont donc tenues sous les auspices du Suprême Conseil pour la Turquie (1861).
    Le thème du travail était celui approuvé à la XXIVe RIHGE, à Beyrouth : « Si le devoir passe nécessairement par l’action, par quels moyens les Francs-Maçons peuvent-ils devenir les fabricateurs de l’ordre sur le chaos ? ».
    Pour ceux que cela intéresse, vous pouvez toujours consulter le site du RIHGE : https://rihge2019istanbul.org/

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif