Thierry Zaveroni sur TV5 jeudi 24 novembre

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 21 novembre 2022
  • 24
    lazare-lag
    25 novembre 2022 à 19h29 / Répondre

    Hier soir, sur France-Info, en rentrant du boulot, j’ai entendu une curieuse information relative à Thierry Zaveroni.
    Il était dit que le Grand-Maître de la GLDF s’était exprimé par rapport à la polémique récente sur la corrida, et à la proposition de loi non aboutie du ci-devant Aymeric Caron, désormais député LFI.
    Et ce avec un extrait radiophonique à l’appui, sans équivoque quant au sujet abordé.
    Il n’était cependant pas précisé s’il s’agissait d’un extrait de l’émission de TV5, ou s’il s’agissait d’une autre intervention, auprès d’un autre media, au cours de la même journée du 24 novembre.

    Quoiqu’il en soit cela m’amène à deux réflexions.

    D’une part, est-il d’un GM d’une obédience de venir s’exprimer ainsi sur une polémique d’actualité qui, a priori, est à mille coudées des préoccupations maçonniques? De son obédience en particulier, et de la Franc-maçonnerie en général.

    D’autre part, si dans la totalité de l’interview le « moment corrida » ne représentait qu’une infime portion de la totalité, est-il d’un journaliste de ne retenir que cela, juste pour coller à l’actualité du moment? Juste pour l’audimat.

    Dit autrement, le nouveau GM de la GLDF ne se serait-il pas, éventuellement, fait un peu piégé par l’intervieweur?

    En tout cas, je ne l’ai entendu qu’une fois, et je ne sais pas si cela a fait l’objet d’une reprise par d’autres medias. Mais ça interroge…

    • 25
      Fredoboleth
      26 novembre 2022 à 11h20 / Répondre

      @ J’ai l’impression que le FF Z. va donner une impulsion beaucoup plus sociétale à la GLDF que ses prédécesseurs.

  • 22
    Anubis Rê
    25 novembre 2022 à 18h58 / Répondre

    JMB m’épate.

  • 20
    Anubis Rê
    24 novembre 2022 à 21h37 / Répondre

    Opportunément proposé par le frère Ergief qu’il convient de remercier, il ressort de l’article de Louis Trébuchet, et à son corps défendant, que la GLDF 1894 n’est pas plus légitime que le GODF de se revendiquer héritière de la GLDF 1728.
    Si nécessaire je rentrerai dans les détails, l’article, toujours à son corps défendant au regard de sa conclusion, et l’Histoire le révèlent nettement.
    Défendre l’idée que la GLDF 1894 serait l’héritière légitime de 1728, ce serait comme si la GLNF revendiquait l’héritage, la légitimité et le nom du GODF au prétexte que celui-ci était régulier de 1773 à 1877, c’est à dire à une époque où la notion de régularité ne relevait en rien de ce qui sera décrété en 1929.

    • 21
      JMB
      25 novembre 2022 à 10h35 / Répondre

      20 – Anubis alias Désap
      Je comprends tout à fait ton désarroi et ton amertume d’avoir été obligé de quitter la GLNF mais je ne comprends pas ton obsession à vouloir l’accuser de tous les maux. … même les plus absurdes comme celui ci-dessus.
      Non, la GLNF ne revendique rien si ce n’est sa Régularité !
      A l’inverse la GLAMF, ta nouvelle chapelle me semble-t-il, a fait des pieds et des mains pour revendiquer la Régularité. Sans succès bien évidemment.

  • 17
    ERGIEF
    24 novembre 2022 à 9h56 / Répondre

    Pour alimenter le débat a propos de l’antériorité de la GLDF ou du GODF, voir l’interview de Louis Trebuchet par JL Turbet sur le site de ce dernier.
    https://www.jlturbet.net/2014/05/histoire-maconnique-louis-trebuchet-repond-a-gerard-contremoulin.html

  • 10
    Remi
    23 novembre 2022 à 14h57 / Répondre

    Il est à noter, toutefois, que, pour des raisons historiques, quelques loges de la GLDF travaillent au Rite Écossais rectifié…. Fondé en 1782.

    • 11
      André de C.
      23 novembre 2022 à 15h07 / Répondre

      Il en resterait UNE à ce que l’on m’a dit…

      • 12
        Remi
        23 novembre 2022 à 15h36 / Répondre

        Je ne sais pas,

      • 13
        ERGIEF
        23 novembre 2022 à 17h12 / Répondre

        Je crois savoir qu’il s’agit plutôt d’une petite dizaine..

        • 14
          Pierre Noël
          23 novembre 2022 à 17h40 / Répondre

          Au départ (en 1936, de mémoire) il y en avait 4, venant de la GL rectifiée (de Savoire) avec Wybaux (du Touquet). Elles ne pouvaient pas essaimer, en théorie du moins.

          • 15
            ERGIEF
            23 novembre 2022 à 22h55 / Répondre

            Je me souviens d’une conversation avec Marc Henry au cours de laquelle il m’avait confirmé cette interdiction d’essaimage mais il n’avait pas été très précis sur le nombre. Si au départ elles étaient 4, cet effectif devrait être inchangé. Mes culpa.

        • 16
          Remi
          24 novembre 2022 à 9h42 / Répondre

          C’est ce j’ai cru comprendre, lorsque que j’ai entendu « qu’il y a quelques loges » – de cette obédience – « qui travaille au Rite Écossais Rectifié pour des raisons historiques » … mais je n’en sais pas plus. De même que les premières loges de la GLDF « s’appuyaient » sur les « statuts Schaw » alors que le REAA n’existait pas encore. Qu’en est-il exactement, est-ce vrai ou faux, je n’y étais pas. Et après tout quelle importance. Non ?

        • 18
          Pierre Noël
          24 novembre 2022 à 11h13 / Répondre

          Le 24 octobre 1935, Camille Savoire, Grand Prieur du GPDG, créait la Grande Loge Ecossaise Rectifiée, forte de 4 Loges Symboliques, et installait son Grand Maître en la personne de René Wibaux. En dépit de ces quelques manifestations de bon augure, ni le GPDG ni la GLER ne parvinrent à s’imposer dans le paysage maçonnique français. Dès juillet 1937, le Grand Maître Wibaux, prenant acte de l’échec, entamait des pourparlers avec la GLDF, représentés par Louis Doignon et Albert Lantoine, visant à intégrer la GLER à la GLDF, puis soumettait, en octobre, par référendum la question aux membres de son Obédience.
          Régulièrement mandatés par le Grand Conseil, les FF. Wibaux et Crampon se rencontrèrent officiellement avec les FF. Lantoine et Doignon qui représentaient la Grande Loge de France. Il est apparu qu’une collaboration intime des deux Rites Écossais était possible sous l’autorité administrative de la Grande Loge de France. Cinq Loges choisirent la GLDF (Les Philadelphes à Lille, La Morinie au Touquet, Les Amis Bienfaisants à Rouen, Justice et Fraternité à Calais, La Tradition Ecossaise à Bordeaux). L’agrégation à la GLDF des loges de la GLER eut lieu le 3 février 1938. Les hauts-grades du RER étaient de même intégrés au Suprême Conseil où deux sièges leur étaient réservés. Wibaux accepta le strapontin, avec le titre de « Régent du Rite Rectifié ». Savoire, opposé à l’initiative de Wibaux, refusa le second. Il avait d’ailleurs créé, le 27 janvier, la Loge « Franchise » qui resta la seule loge symbolique rectifiée relevant directement du GPDG.

          • 19
            ERGIEF
            24 novembre 2022 à 18h21 / Répondre

            18@PIERRE NOEL. Donc il y a du y avoir certains changements depuis puisque j’ai visité une loge RER de la GLDF sise rue Puteaux à Paris il y a une vingtaine d’années dont j’ai malheureusement oublié le nom.

      • 23
        Luciole
        25 novembre 2022 à 19h26 / Répondre

        Je ne sais pas pour la province (3 ou 4) mais il y a bien à Paris une loge du RER à la GLdF, »les Amis bienfaisants » bien connue pour la qualité de ses travaux et pour avoir donné plusieurs dirigeants à la rue P.
        Toutefois après la Maitrise,ceux qui veulent continuer doivent rejoindre une loge de P qui travaille au REAA.

  • 7
    André de C.
    22 novembre 2022 à 19h38 / Répondre

    « Il semble que la GLDF détienne la preuve de l’existence de travaux de l’ancienne Grande Loge après 1773 » dit Ergief.
    .
    Oui, comme le dit Géplu, un petit groupe de loge n’a pas rejoint le GODF en 1773 et créé la « Grande Loge de Clermont », qui a vivoté jusqu’à 1799 date où, n’ayant pas réussi à faire souche ils ont rejoint le GODF.
    .
    Mais je rejoint surtout Géplu quand il dit qu’il n’est pas normal de faire remonter la création d’une Grande Loge travaillant au REAA à une date antérieure à la création de ce rite.

  • 6
    JMB
    22 novembre 2022 à 18h33 / Répondre

    Si j’ai bien compris le préambule de Géplu, le GODF revendique le statut de l’obédience maçonnique la plus ancienne de France en prenant comme point de départ de son origine la création de la GLDF en 1728 ???
    Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ! Mais si j’ai du mal à comprendre cette bataille homérique Très Importante, c’est sûrement, je suppose, parce que je ne possède pas toutes les « capacités maconniques hautement symboliques » nécessaires et suffisantes.

    • 8
      André de C.
      22 novembre 2022 à 19h48 / Répondre

      Oui JMB, si tu as bien lu tu as compris que c’est la première Grande Loge de France de 1728 qui a en 1773 décidé de changer de nom pour s’appeler Grand Orient. Un Grand orient étant une réunion de loges de divers Orients.
      Une toute petite partie de la GL de 1728 n’a pas voulu suivre et a créé la Grande Loge de Clermont, mais ils n’ont pas réussi à s’implanter et se développer et en 1799 ceux qui restaient ont demandé à être réintégré dans leur ancienne obédience, devenue le GO.
      La GLDF actuelle, née du Suprême Conseil du REAA créé en 1804 ne devrait pas revendiquer une date antérieure.

      • 9
        Anubis Rê
        22 novembre 2022 à 20h33 / Répondre

        C’est surtout qu’elle ne le peut absolument pas, ce n’est pas son Histoire.
        L’Histoire de la GLDF, c’est le REAA.
        Mais elle n’en est pas à une originalité près, pratiquant le REAA elle se revendique de la maçonnerie d’Anderson.
        J’avoue que cela m’échappe, en toute amitié.

  • 5
    Yves Henri
    22 novembre 2022 à 17h07 / Répondre

    Tous ont reconnu, il y a peu, la qualité du Frère Pierre Mollier sur ce site. Pierre est catégorique, comme beaucoup d’autres historiens, l’Obédience la plus ancienne est le GODF. Je ne sais pas si c’est un gage de qualité mais c’est juste un fait.

  • 4
    Luciole
    22 novembre 2022 à 13h17 / Répondre

    Comme si l’ancienneté était gage de qualité. Dans mes jeunes années on m’avait expliqué qu’une Grande Loge travaille sur un Rite alors qu’un Grand Orient en regroupe plusieurs.Apparemment ce n’est plus le cas.

  • 3
    ERGIEF
    22 novembre 2022 à 10h29 / Répondre

    Il semble toutefois que cette « transformation » de Grande Loge en Grand Orient ne soit pas très claire. Le vocable Grand Orient désigne une localisation (à l’origine GO de Paris) alors que Grande Loge indique d’abord un regroupement de Loges à des dates de réunions précises puis ultérieurement une structure permanente. Or il semble, mais nos frères historiens nous éclaireront sans doute à ce sujet, que la GLDF détienne la preuve de l’existence de travaux de l’ancienne Grande Loge après 1773, soit pendant la période GO, mentionnés dans son Grand Livre d’Architecture.

  • 2
    Fredoboleth
    21 novembre 2022 à 13h32 / Répondre

    Ecoutée l’émission « Plusieurs aspects de la pensée contemporaine » sur France Culture du 20 novembre 2022

    Il a parlé du sujet de société à l’étude facultative des loges : le droit de mourir dans la dignité

  • 1
    Remi
    21 novembre 2022 à 10h47 / Répondre

    Merci mon cher Géplu pour cette précision bien utile.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous