Un numéro de Renaissance Traditionnelle consacré à René Guilly

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 16 octobre 2022
  • 2
    Pierre Noël
    21 octobre 2022 à 11h37 / Répondre

    La découverte (dans les années 70) de l’ouvrage de René G., Les Trois Colonnes et Les Trois Grands Chandeliers (1963) fut une réelle surprise et un émerveillement. Jamais je n’avais lu en français une analyse à ce point magistrale de la franc-maçonnerie qui ne soit ou une histoire ou une dissertation de plus sur ses vieux démons hexagonaux, le bon dieu, la religion ou son absence, la régularité, la rivalité des « Ecossais » et des « Français », la recherche de la vérité ou le progrès de l’humanité… Il s’agissait au contraire d’une étude factuelle basée sur des textes solides, des divulgations et exposures d’origines de notre société. Le tableau d’ensemble était séduisant, les démonstrations convaincantes, les conclusions cohérentes. Après toutes ces années (et les écrits postérieurs), l’impression subsiste et le souvenir d’un ensemble de grande qualité, même si les failles, de ci de là, se firent plus apparentes, dont la plus évidente est le côté un peu Viollet-le-Duc de l’ensemble, c’est-à-dire une reconstruction un peu artificielle d’un idéal qui n’a jamais existé tel quel. N’est-ce pas la conscience de cet aspect un tantinet artificiel qui a attiré R.Guilly vers une obédience étrangère qui est encore ce qu’elle était au XVIII° siècle, lorsque la franc-maçonnerie européenne était française, allemande et suédoise. ?

  • 1
    Pierre Noël
    16 octobre 2022 à 17h05 / Répondre

    L’ affiliation de René Guilly à la GLLvD, quelques années avant sa mort, dut en étonner certains. Il y fut actif, allant jusqu’au 6° degré.
    C’est un très beau Rite, impressionnant, assez proche du RER et du Français de 1785, ce qui ne surprendra personne qui connaît un peu son histoire. Zinnendorf est une grande figure de la maçonnerie du XVIII° siècle, qui mérite d’être connue, à l’instar d’un Willermoz!

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous