La Boulaye les deux voies
Temple des Mille Bouddhas : les deux voies

Week-end d’enseignement des Compagnons du Dharma

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.

vendredi 18 octobre 2019
  • 6
    Luciole
    21 octobre 2019 à 13:29 / Répondre

    De nombreux FM vivent dans une démarche qu’ils (elles) considèrent à la fois comme une forme de spiritualité ,
    d’autres comme une approche philosophique du monde et le Bouddhisme se prête fort bien à cette double
    pratique complémentaire de la FM. (ou inversement).C’ est du domaine du ressenti de chacun.

    • 7
      benjamin rathery
      21 octobre 2019 à 14:20 / Répondre

      AH, le fameux ressenti ! Cette double pratique  » complémentaire » relève surtout de l’ignorance et de l’inculture . La voie spirituelle de la FM n’a pas besoin de complément et se suffit à elle- même si elle est connue et comprise

      • 10
        luciole
        21 octobre 2019 à 20:08 / Répondre

        Musicien,je peux apprécier Bach et Mozart,
        certains sont capables d’aimer et de pratiquer des disciplines différentes sans exclusive.Tout de suite « ignorance et inculture » comme si la FM,le Christianisme et le Bouddhisme étaient des modèles d’unité.

  • 3
    DACIER
    20 octobre 2019 à 17:26 / Répondre

    Il est surprenant de voir le bouddhisme comparé à une religion occidentale tant la voie proposée par le Bouddha est aux antipodes de la démarche chrétienne fondée sur le dogme dans sa pratique exotérique. Il est vrai que dans le Mahayana on peut parfois avoir cette impression mais cela n’a rien à voir avec les religions
    abrahamiques fondées avant tout sur la croyance en un Dieu unique, ce qui n’est pas le cas dans le bouddhisme.
    Quant à l’incompatibilité du bouddhisme et de la Maçonnerie, ce n’était pas l’avis de Jean-Pierre Schnetzler
    que j’ai eu l’occasion de côtoyer il y a déjà longtemps et qui outre sa pratique des plus hauts degrés de la FM – sans parler de ses responsabilités au plus haut niveau de la GLNF – était un bouddhiste convaincu et pratiquant à l’origine de la création de nombreux centres du Dharma. J’ajoute qu’il était aussi à l’origine d’un atelier du RER qui a longtemps servi de référence notamment en matière d’ésotérisme chrétien.

    • 4
      Alain-Jacques Lacot
      20 octobre 2019 à 19:00 / Répondre

      1/ Les universitaires anthropologues des religions seront contents d’apprendre qu’on ne peut comparer une religion avec une autre !
      2/ Nombre de religions ne sont pas fondées sur la croyance en un dieu unique, cela ne les empêchent pas d’être des religions, avec des dogmes, des croyances, des superstitions
      3/ Le pseudo-argument d’autorité concernant Schnetzler est vraiment nul et non avenu. Il n’apporte aucune preuve ni démonstration de quoi que ce soit. Donc je persiste et signe : La franc-maçonnerie est une voie initiatique, ancrée dans la tradition occidentale qui puise son origine dans le judéo-christianisme (moi qui suis athée, je trouve passionnante la tradition judéo-chrétienne) ; c’est une voie d’exercices spirituels philosophiques, à l’aide de symboles et de rites, qui ne suppose aucune croyance (même pas à la GLNF et même au RER). En tant que voie initiatique, basée sur le questionnement philosophique, elle est l’inverse d’une religion, y compris le bouddhisme qui, comme vous le savez repose sur quelques « postulats » (la réincarnation par exemple) qui ne relèvent pas d’une démarche philosophique. En ce sens, Bouddhisme, surtout le bouddhisme new-age venant des USA, produit marketing pour présenter le bouddhisme comme une « philosophie » et Franc-maçonnerie sont incompatibles. Certes, tout est dans tout et réciproquement, mais il y a des limites. On peut aussi plancher sur choucroute et franc-maçonnerie. Au supermarché des spiritualités, chaque consommateur peut se bricoler, sur base d’ignorance, sa propre religion ; c’est la tragédie de notre époque. Etudiez la franc-maçonnerie. Vous verrez, c’est passionnant et très instructif. Vous comprendrez que c’est philosophiquement incompatible. Moi, qui ai lu quelques ouvrages fondamentaux d’anthropologie des religions, je sais au moins qu’en tournant autour d’un fil à plomb en loge, je fais la même chose pour les mêmes raisons avec le même but que le musulman qui tourne en spirale autour de la Kaaba… Quant au bouddhisme, si vous pouviez expliquer en quoi des pratiques animistes voire chamaniques ont quelques rapports que ce soit avec la fm, je suis preneur (non, je rigole).

      • 5
        DACIER
        21 octobre 2019 à 11:27 / Répondre

        Puisque les universitaires anthropologues l’affirment, acceptons-en l’augure… de cette autorité « infaillible » et suprême en matière d’initiation et d’enseignement traditionnel !

        • 8
          Benjamin Rathery
          21 octobre 2019 à 14:26 / Répondre

          L’autorité d’un anthropologue des religions vaut largement , en termes  » d’arguments d’autorité » celle à laquelle vous vous référez vous-même ! En termes d’initiations et d’enseignements traditionnels, mieux vaut lire levy-strauss et plus encore notre F Gilbert Durand ( les structures anthropologiques de l’imaginaire) . Quant à ceux qui mêle le RER avec le bouddhisme , il doivent confondre résurrection et réincarnation . C’est de la bouillie mentale

          • 9
            DACIER
            21 octobre 2019 à 18:34 / Répondre

            Je m’incline devant votre grande connaissance de questions initiatiques, Grand Mamamouchi de l’anthropologie. Bon courage pour retrouver la Parole perdue. Mais étant donné votre assurance, je ne doute pas que vous soyez déjà en sa possession…

  • 2
    Alain-Jacques Lacot
    20 octobre 2019 à 12:02 / Répondre

    Rien de pire que le « tourisme spirituel ». Le bouddhisme, contrairement à ce que sa version new-age venue des USA prétend, n’est pas une voie philosophique mais une religion, avec tout ce que cela comporte de dogmes et de croyances. En général les personnes qui s’engagent dans cette voie ignorent totalement la spiritualité des traditions occidentales, à commencer par le christianisme, et sa richesse.
    Présenter le bouddhisme comme une démarche philosophique relève de l’escroquerie intellectuelle sur base d’ignorance.
    Ceux-là n’ont d’une part rien compris au bouddhisme et d’autre part encore moins à la Franc-maçonnerie.
    En effet, celle-ci est une authentique voie initiatique et spirituelle, dont la démarche est le questionnement philosophique par le biais de symboles et de mythes.
    Cette démarche est totalement incompatible avec le bouddhisme. On ne peut qu’être étonné de voir un site comme Hiram.be faire la promotion de cette démarche hautement religieuse aux antipodes de la démarche initiatique maçonnique. Imagine-t-on Hiram.be faire la promotion de stages sur la « philocalie des pères neptiques » de la spiritualité orthodoxe ? sur « mystères de la transsubstantation du christianisme », ou sur le « dhikr » de la spiritualité soufie ? Toutes choses par ailleurs au moins aussi intéressantes que le bouddhisme. LES FRERES ET SOEURS SERAIENT BIEN INSPIRES D’APPROFONDIR LEURS CONNAISSANCES SUR LA DEMARCHE INITIATIQUE, tant le niveau baisse.

  • 1
    malou.donnot@orange.fr
    19 octobre 2019 à 11:19 / Répondre

    Grand changement dans ce centre , un beau travail accompli . Un plaisir de pouvoir revenir dans ce havre de Paix . Une Belle Énergie à venir cueillir et à partager . MERCI a tous ce qui y ont contribué Fraternellement dans le Dharma . Malou D

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous