7e Salon maçonnique de Toulouse

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
dimanche 13 novembre 2022
  • 2
    Brumaire
    15 novembre 2022 à 20h31 / Répondre

    Lazare, quand tu lis Bernard Lafitte et que tu penses sport automobile et pas rugby, en fait le coureur automobile ne se prénomme pas Bernard, mais Jacques, qui a couru longtemps chez Ligier.
    Pas de mérite de ma part: j’aime le sport automobile, le rugby et par-dessus tout, le biathlon (hélas pas très médiatisé).
    Le programme du salon de Toulouse est alléchant, souhaitons-lui un beau succès.

  • 1
    lazare-lag
    13 novembre 2022 à 11h44 / Répondre

    J’observe un programme bien rempli sur ce week-end toulousain, où malheureusement je ne pourrais me déplacer, étant pris par ailleurs.
    J’observe qu’un de nos excellents intervenants habituels ici sur Hiram.be, Yonnel Ghernaouti, a été mobilisé comme modérateur à deux reprises, successivement le samedi et le dimanche.
    Une première fois à propos d’un sujet maçonnique classique sur le symbolisme, avec Pierre Mollier, Jacques Oréfice et Yves Saez, ce dernier m’étant personnellement inconnu.
    Et un sujet sur Rugby et Fraternité.
    Avec Jean Abeilhou, et deux inconnus pour moi, Bernard Lafitte et Pierre Hournarette.
    Plus exactement quand j’entends le nom de Bernard Lafitte, j’ai tendance à le rattacher au sport automobile et pas au rugby. Un homonyme, je suppose?

    De manière plus générale, j’observe aussi que ces salons maçonniques, en particulier régionaux, reviennent petit à petit, et c’est heureux.
    Dans certains endroits, ils ont beaucoup souffert des années Covid. On peut même craindre que certains ne s’en relèveront pas.
    Ce sont pourtant de bonnes initiatives.
    Un bon mélange de conférences, de tables rondes autour d’un sujet, de dédicaces de livres.
    On peut y découvrir aussi des libraires ou des éditeurs de revues. Ainsi dans un salon de ce type j’avais découvert « Critica Masonica » et Jean-Pierre Bacot.
    Parfois il y aura un concert, ici à Toulouse, ça sera du jazz.
    Entre Nougaro et Marciac dans le département voisin du Gers, il est difficile d’y échapper.
    J’en ai même connu un, à Rennes, qui avait organisé un concours de nouvelles maçonniques. Une idée à relever peut-être.

    En tout cas, je salue donc ici notre frère Yonnel pour ses engagements.
    On le sait attaché au Sud-Ouest à maints égards. Il ne cache pas son attachement familial à Brive, et à son club de rugby, le C.A.B.
    Il a été repéré à Luchon, il n’y a pas bien longtemps.
    Et le voilà maintenant à Toulouse, à la croisée des chemins.
    L’histoire ne dit cependant pas si notre modérateur sur ce week-end toulousain saura faire preuve de modération devant magret, foie gras, vin de Madiran ou de Cahors…

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous