Bonne Année 2021 !

Publié par Géplu
Dans Divers

Après avoir remercié François Morel pour ce superbe dessin je ne peux, évidemment et comme tout le monde, qu’espérer que 2021 soit une année moins « pourrie » que ne le fut 2020, dont nous garderons peu de bons souvenirs. Alors, positivons. Evitons de ressasser les épreuves d’hier, et portons le regard vers l’avant.

Que 2021 soient pour tous les amis d’Hiram.be, Frères, Sœurs et profanes une année prospère et enrichissante, dans les joies de la Fraternité universelle. Avec l’espoir que, comme ces Frères et cette Sœur, en cherchant encore et toujours avec humilité au fond de nous mêmes nous finissions par entrevoir la Lumière. Visita interiora terrae…  🙂

vendredi 1 janvier 2021
  • 13
    François en Lorraine
    3 janvier 2021 à 17:17 / Répondre

    Le dessin de François me fait penser à quelques mots de Leonard Cohen (« Anthem ») : « There is a crack in everything / That’s how the light gets in » [« Une fêlure existe en toute chose / Et c’est ainsi que la lumière pénètre »].
    Des moments difficiles sachons tirer notre Lumière.

    • 14
      François Morel
      3 janvier 2021 à 18:15 / Répondre

      Il est vrai que c’était les gens fêlés qui laissent passer la lumière …😄

  • 12
    Brumaire
    2 janvier 2021 à 19:28 / Répondre

    Meilleure année à vous tous, et particulièrement à Géplu qui nous donne l’occasion d’échanger, malgré les confinements, couvre-feux et autres joyeusetés.
    Portez-vous bien tous! on va bien finir par la retrouver, la Lumière!

  • 11
    Luciole
    2 janvier 2021 à 16:52 / Répondre

    Comment une Luciole pourrait elle oublier de joindre sa petite lueur à tous et toutes d ‘hiram.be FM ou profanes en commençant par Géplu qui nous permet cette disputatio dont parle Desap et qui nous relie en ces temps de repli sur soi. Merci et bonne année. Restez prudents.

  • 10
    Marih
    2 janvier 2021 à 12:44 / Répondre

    Vous connaissez certainement tous ce magnifique texte de Jacques Brel.
    Personnellement, j’aime le relire régulièrement car il exprime tellement de belles choses que nous partageons.
    Les vœux de Jacques BREL, 1er janvier 1968
    « Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns. Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier. Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants. Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir. Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable. »
    Alors, très belle année 2021 à vous tous et toutes !

  • 9
    Peter Bu
    2 janvier 2021 à 12:11 / Répondre

    La Fenice nous a offert un sourire pour bien commencer 2021
    En fait, j’ai pleuré de rire en écoutant, en regardant et en photographiant ce superbe concert:

    https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/020121/2021-les-martiens-debarquent

  • 8
    Mai 68
    2 janvier 2021 à 05:18 / Répondre

    Les jeunes ravent, les SS et FF rêvent , ainsi débute 2021…

  • 7
    MG RENAULT
    1 janvier 2021 à 12:19 / Répondre

    Sincèrement un grand bravo à François Morel pour la haute valeur symbolique de ce dessin et pour dire merci à tous pour toutes les communications voici quelques mots :

    Que cette année 2021 puisse faire avancer les valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité autour de vous, en France, en Europe et dans le monde.

    La culture gratuite jusqu’à 25 ans
    Pour un monde plus fraternel et aimant

    Des marchandises transportées sur rail et sur eau
    Pour un ciel moins pollué et plus beau

    La gratuité pour les transports en commun
    Train, métro, car pour un monde plus serein

    Une économie au service du peuple
    Pour le bien du peuple

    Une politique sociale
    Pour remonter le moral

    Que les serviteurs de la haute finance
    Arrête l’infernale cadence

    Pour nous enfants de la nature
    Jamais père et mère je ne dénature

    Que la lumière éclaire notre pensée
    Pour que notre vie soit améliorée

    Pour la santé de tous soyons prudents
    Dans nos contacts et déplacements

    Bon courage à tous
    FRATERNITE humaine, animale, végétale, internationale

  • 6
    joab's
    1 janvier 2021 à 11:52 / Répondre

    Hiram.be est un vecteur pour dépasser ce qui separe et divise les maçons, les parquent dans differents groupes parés de diffrents adjectifs flatteurs quand on est dedans ou pejoratifs depuis dehors.
    Le « rassembler ce qui est épars » est evidemment un magnifique souhait, voeu pour cette nouvelle année et le futur.
    Et pour celà il faut des « résolutions ». La mienne(pas nouvelle) est de multiplier les efforts pour lutter contre ce(ceux?) qui nous divise, éparpille : la politique sectaire d’obediences.
    D’autres nous diront qu’il plus gentil d’être tolérants avec les diviseurs …
    Me semble-t-il, notre devoir de Franc-maçons est plus d’agir pour rassembler , qu’être soumis à nos groupes respectifs.
    Donc meilleurs voeux à tous les FM et à Geplu !

  • 5
    TELLIER JEAN-JACQUES
    1 janvier 2021 à 10:37 / Répondre

    Voilà bientôt une année que nous n’avons pu travailler dans nos Loges respectives. C’est long ,très long et malheureusement je ne pense pas que nous pourrons de sitôt nous faire l’accolade fraternelle ou former notre chaîne d’union.
    C’est dans ces moments que l’on s’aperçoit que la FRATERNITE est d’une importance capitale pour un franc-maçon
    A tous et toutes ainsi qu’aux êtres qui vous sont chers je vous souhaite une très bonne année 6021
    Acc Frat

  • 4
    Emanuel
    1 janvier 2021 à 10:03 / Répondre

    Chez moi les enfants chantonnaient : Bonne année, bonne santé le paradis à la fin de vos jours et la goutte au nez toute l’année.

    Ps : on ne précisait pas de quelle goutte il s’agissait.

    Alors moi je chantonne pour vous : bonne année…..

  • 3
    Désap.
    1 janvier 2021 à 08:24 / Répondre

    Meilleurs vœux pour cette nouvelle année mon frère Géplu.
    Meilleurs vœux à toutes et tous.
    Que notre disputatio se poursuive et s’épanouisse dans cette belle université Hiram.be !
    Je vous salue par les SSMMAA.
    3B.
    .
    P/S : 2020 n’a pas été si négative que cela, la pollution a été contenue, voire a reculée.

  • 2
    Lazare-lag
    1 janvier 2021 à 08:19 / Répondre

    Bonjour MM:. TT:. CC:. FF:. et SS:.,

    Comment adresser des voeux en cette période où se jouxtent deux années si particulières, 2020 et 2021, deux années construites autour de la pandémie, du confinement, des masques, des vaccins, des gestes et surtout de barrières de toutes sortes?

    Comment exprimer des voeux tout en voulant cependant ne pas faire montre de morosité, mais bien souligner l’espoir?

    En demandant simplement de l’aide à ceux qui savent l’exprimer avec talent.

    Né en 1947 à Trieste, Paolo Rumiz est considéré comme l’un des meilleurs écrivains italiens contemporains.

    Egalement connu comme journaliste et grand voyageur il a été, comme nous tous, surpris dans sa vie par le confinement du printemps dernier.

    Il a tenu un cahier quotidien de mars à mai 2020, qu’il qualifie lui-même de « cahier de non-voyage ».

    D’abord publié au jour le jour dans La Repubblica, ces chroniques rassemblées ont fait l’objet d’un livre intitulé: « On dirait que l’aube n’arrivera jamais ».

    Malgré ce titre plutôt pessimiste, qu’il me soit permis, à titre de voeux , de vous en adresser une page pleine d’espoir, celle du 19 avril 2020:

    – – –

    L’âge venant, je m’émeus facilement. Cela m’arrive quand un petit geste me semble résumer le monde. J’en ai eu un nouvel exemple aujourd’hui en découvrant sur mon smartphone un petit film envoyé par une amie de Munich. C’était son fils de treize ans, Samuel, occupé à coudre des masques taillés dans un tissu à fleurs à l’aide d’une vieille Singer à pédale que le Covid-19 venait de tirer d’une quinzaine d’années de léthargie au grenier. La machine à coudre de sa grand-mère. J’ai fondu en larmes, incapable de me contrôler. (…). Ce n’était pas seulement à cause de l’idée d’espoir et de résurrection contenue dans ce geste, ni à cause du merveilleux message intergénérationnel, ni même à cause de la bonté et du dévouement exprimés, c’était surtout parce que je discernais, derrière ce geste, une conscience civique et un rapport de confiance entre le citoyen et les institutions, un peuple que son gouvernement appelait à se réunir pour vaincre un défi commun.

    Et là, j’ai senti un coup de poignard, presque insupportable, parce que je n’ai pas pu m’empêcher de penser, c’était fatal, que dans mon pays ce rapport de confiance est plus faible, pour ne pas dire, dans certains cas, inexistant. A ce moment précis, le jeune Samuel a déchaîné en moi une tempête de pensées, de doutes, de gênes, d’espoirs de résurrection et de renaissance. Au fond, jamais un 25 avril, le jour de notre fête nationale(1), ne s’intégrait de manière aussi forte au mystère pascal que nous venions de revivre. La pandémie nous disait que l’image terrifiante de l’abîme pouvait bel et bien rendre plus claire à nos yeux la vision de la lumière, et que jamais jusqu’à présent je n’avais ressenti à ce point le besoin d’une prière laïque, destinée à rebâtir une religion civile. Je comprenais que les effets meurtriers du virus dépendaient aussi de nos habitudes, bonnes et mauvaises, et que nos diversités civiques coloraient d’une manière impitoyable la carte de l’Europe, créant une césure bien nette entre les pays qui, pour affronter la pandémie, s’étaient fiés à l’autodiscipline de leurs citoyens et ceux qui, par méfiance, avaient préféré les noyer sous les sanctions.

    Peut-être n’a-t-elle jamais été aussi importante, la bifurcation entre écroulement et renaissance, perte de la liberté et indépendance. Entre le saut courageux vers l’évolution et le repli définitif. Entre le spectacle indécent des intérêts personnels et des désaccords et le retour à une unité nationale au nom d’un grand objectif commun. Pourquoi, dans des moments aussi décisifs, les Européens du Nord, qui ont par ailleurs des tas de défauts, offrent-ils un front compact, alors que nous nous présentons en ordre dispersé ? Mais cette bifurcation devant laquelle nous nous trouvons, peut-être pouvons-nous la réduire à deux mots tout simples : c’est le choix entre confiance et peur. Et c’est une chose qui a pour origine des petits gestes, comme celui de Samuel.

    (1): 25/04/1945: jour où le Comité de Libération National proclame l’insurrection générale dans les territoires italiens encore occupés par les nazis et les fascistes, le 25 avril est dit Fête nationale ou Anniversaire de la Résistance.

    – – –

    Bonne lecture, meilleurs voeux et que 2021 accumule les rayons de soleil, qu’ils vous atteignent, ainsi que ceux qui vous sont chers.

  • 1
    Cassandra Verde
    1 janvier 2021 à 07:02 / Répondre

    Bonne et heureuse année, mes chers franc-maçons un 🥂🍾🥂😘😘😘🍀🍀🍀🌌🌠✨

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif