Comme l’ombre d’un doute…

Publié par Géplu
Dans Humour

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 6 septembre 2021
Étiquettes : ,
  • 1
    Pierre-Philippe Baudel
    6 septembre 2021 à 12:16 / Répondre

    La Franc-maçonnerie n’étant pas dogmatique, le doute est dès les premières semaines et ensuite par intermittence bien présent à l’esprit de tous les Maçons. Dans le premier cas de figure, parce qu’il nous est donné à constater, – avec notre seul inconfortable ego -, qu’aucun d’entre nous n’a été l’objet d’une révélation miraculeuse et, dans le second cas de figure, parce que nous oublions combien est l’importance de nous mettre en humilité pour en comprendre la symbolique, l’acquérir (sans contraintes) – en commun, et vivre sa révélation. Le doute revient à admettre qu’on ne sait pas et, la vue ne sert pas à grand-chose quand on est aveugle. . . sauf à se perdre dans la forêt de Dante. Et l’aveugle qui recouvre la vue regrette soudainement ses ténèbres, mais différant son jugement, elle lui prouve combien est grande la superficialité de ses vues. Autre cas de figure est celui du jeune chien qui s’ébat, et, sur le point de déterrer un os, se met à en chercher un autre. . .
    Plus sérieusement, nos vies étant impermanentes sur terre chacune d’elles contient son lot de peurs, d’insatisfactions, de souffrances, dont le doute fait partie. Le doute permet certes au scepticisme mais sans réfuter l’épochè ; dès lors, il n’est pas à prendre comme une négation mais bel et bien comme une interrogation. Le doute est profitable, il permet de s’interroger sur ce que l’on croit ! Le doute rend prudent dans l’approche, le raisonnement, la décision et la formulation. L’ignorant affirme, le Maçon doute, le sage réfléchit – pour paraphraser Aristote, dont la citation pourrait elle-même être passée au crible du doute. . . (Verbum Diminum, Sciences et secrets des grimoires maçonniques, Extrait).
    Avec mes remerciements à notre F François Morel de m’avoir donné l’occasion d’éclairer un peu.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous