Confédération des Suprêmes Conseils Européens

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 22 mai 2013
Étiquettes : ,
  • 11
    Luciole
    24 mai 2013 à 9h58 / Répondre

    Amusante cette réaffirmation de non-ingérence dans le territoire et dans les affaires d’un SC alors que ,justement,le SC pour la France a été fondé au mépris de ces règlements,déclarant la France territoire ouvert alors qu’existait le SCde France.
    La quarantaine de SC qui se sont réunis à Naples (AIME) défrise les anglo-saxons,c’est clair.
    Au passage,le REAA est le Rite DE HAUTS GRADES le plus représenté dans le monde,les Rites anglo-saxons demeurent majoritaires au niveau bleu.
    C’est, bien sur, une manoeuvre de plus pour essayer de torpiller la confédération naissante que promeut la GLdF.
    Tout rejeter sur Stifani en ré-élisant ses complices est une méthode qu’il a lui-même
    employée pour se débarrasser des opposants ,rien ne change!

  • 10
    gagevapi
    24 mai 2013 à 8h07 / Répondre

    Je voudrais simplement rappeler que la « régularité à l’anglaise » d’une obédience de hauts-grades est essentiellement liée à la « régularité à l’anglaise » de l’ Obédience (ou des) où elle recrute.

    La situation du SCPF est difficile sur ce point, car elle recrute dans la GL-AMF qui n’est reconnue par aucune GL symbolique « régulière à l’anglaise », mais comme la GLNF n’est toujours pas re-reconnue par Londres, il y a donc un vide utilisé par cette nouvelle confédération. Il ne faut pas oublier que les membres 33è actifs de ce SCPF se sont faits membres d’obédiences étrangères « régulière à l’anglaise » (en ce compris la GLUA) pour garantir un semblant, une façade, de « régularité à l’anglaise ». Cela leur donne un peu d’air, de même que cette nouvelle confédération. Cela retarde d’autant les choix qui devront être fait. Mais pour combien de temps ?

    Les liens personnels devraient expliquer cette nouvelle confédération, en réalité assez maigre dans ses effectifs, sauf le SCPF, qui probablement est plus importante que toutes les autres réunies!
    Bien entendu cela fait désordre dans la tentative de la GLdF de regrouper 3 autres obédiences autour d’elle, mais n’était-ce pas inévitable dans la mesure ou SCdF et SCPF ne pouvaient s’entendre (ou n’ont pu s’entendre jusqu’à présent) ?

    Ceci dit, la règle rattrapera d’une manière ou d’une autre ce nouvel édifice:  » la « régularité à l’anglaise » d’une obédience de hauts-grades est essentiellement liée à la « régularité à l’anglaise » de l’ Obédience (ou des) où elle recrute. »

  • 9
    HORUS
    23 mai 2013 à 18h17 / Répondre

    @ Iphraïm
    Si vraiment on voulait dépasser les querelles de clocher, les SC Européens (une partie seulement, ceux de la mouvance anglo-saxonne) n’auraient pas créé une structure concurrente à un moment fort opportun. Ils se seraient joint à l’alliance qui existe depuis 1996. Ils ont vu le danger (pour eux) de voir se casser leur monopole de la régularité autoproclamée, et de par la création de la Confédération européenne des 5 GL, qui essaie de dépasser les clivages impériaux.
    Il n’y a pas une Maçonnerie, mais plusieurs planètes maçonniques qui fonctionnent avec des paradigmes différents, et apparemment irréconciliables de par l’hypertrophie des ego. C’est triste, mais je pense réaliste. Cela n’empêche pas de poursuive son camino personnel.

  • 8
    fred
    23 mai 2013 à 17h02 / Répondre

    je crains, hélas, que tu sois trop optimiste mon cher Iphraim, le SCPLF a favorisé le renversement de la gouvernance Stifani mais la tournure qu’on pris les événements (élection de Servel, maintien de beaucoup d’ancien grands officiers, attitude ambigüe de l’UGLE, stabilisation des effectifs de la GLNF) ne lui est pas favorable. la régularité même du SCPLF pourrait être sujet à caution dans la mesure ou il n’est plus souché sur une obédience « reconnue régulière » ce qui lui permettait jusqu’à lors de regarder le SCDF de haut. il ne semble pas que les conditions d’un rapprochement entre ces deux SC ne soient réunies certainement plus pour des problèmes de personnes et de préséance que pour des raisons initiatiques.
    je crois comme Horus qu’il y a une volonté de basse politique derrière cette confédération et qu’elle permet également de prolonger et de maintenir certaines positions personnelles.
    cordialement,

  • 7
    Iphraim
    23 mai 2013 à 15h10 / Répondre

    @ Fred, Horus
    Vous regardez les évenements par le petit bout de la lorgnette, en parlant d’ambitions, ou de luttes d’influence. Comment ne pas voir que le temps d’une certaine Maçonnerie basée sur le paraitre, l’affairisme et des conceptions ordinales de la FM est morte en même temps que la GLNF montrait ce qu’était le véritable visage de la régularité /reconnaissance. D’ailleurs cette obédience qui a sali de manière scandaleuse la FM en général retourne dans les mêmes ornières avec les mêmes hommes du clan de la Côte et de vagues projets de changements cosmétiques. La re reconnaissance par Washington DC est à lire à l’aune de l’histoire inquiétante des relations de la GLNF avec certaines grandes loges africaines,
    Lorsque la Confédération des GL françaises sera finalisée, ce vaste processus de rapprochement en cours se poursuivra, et le SCDF y participera sans aucun doute, car les enjeux dépassent ces querelles de clocher. Là ce sont les SC du REAA, demain le Rite Français se posera les mêmes questions, et l’Histoire avance, c’est comme ça.
    Si un jour (ce qui semble certes improbable), la GLNF redevenait fréquentable, pourquoi même ne pas discuter avec elle?
    Le monde change, la FM doit consolider ses valeurs, et ce n’est pas en restant figée sur les schémas d’hier qu’elle construira son avenir.
    Réjouissons-nous donc de cette nouvelle initiative, qui dépasse les concepts anciens.
    Et que cela plaise ou non, le REAA est , après les rites anglo-saxons, le rite le plus représenté dans le monde. En Europe son influence est grande, et il a compris que les rapprochements entre Frères de bonne volonté sont, non seulement importants, mais vitaux et inéluctables pour une FM qui doit regarder son avenir en face, après les soubresauts écoeurants de la GLNF, qui ont ouvert les yeux de beaucoup.

  • 6
    HORUS
    23 mai 2013 à 11h01 / Répondre

    Bizarre que personne n’ai vu que cette confédération des SC n’a rien à voir avec la confédération des GL qui se profile, ou alors trop à voir pour torpiller la chose.
    Le SCDF qui est le prolongement de la GLDF pour les HG, ne fait apparemment pas partie de cette nouvelle confédération. C’est le SCPLF (Suprême Conseil pour la France et non « de »).
    Le SCDF « pilote » ou anime depuis 1996 un groupe grandissant d’une quarantaine de SC réguliers dans le monde pour rapprocher les SC sur la pratique régulière du REAA.. La dernière réunion plénière a eu lieu à Naples en octobre 2012 et s’est concrétisée par la signature d’un Traité d’Alliance (AIME : Alliance Internationale de la Maçonnerie Ecossaise).
    Cette nouvelle Confédération des SC européens, disons d’Obédience anglo-saxonne, ne semble être que la riposte à l’AIME et peut-être aussi le cheval de Troie pour faire capoter la Fédération des 5 GL.
    On ne sort pas si facilement de l’état d’esprit des empires coloniaux où la Maçonnerie a été instrumentalisée.

  • 5
    kemel ben Rallouf
    23 mai 2013 à 10h22 / Répondre

    De toutes façons le SCPLF est composé à 99°/° de Freres issus de la GLNF d’où le danger de répétition des memes problèmes que ceux de la GLNF:cela commence déja car parmi les Hauts Gradés qui n’a pas trempé dans le système STIFANI
    d’où des cris d-offraie de cetains 33°

  • 4
    Fred
    23 mai 2013 à 8h00 / Répondre

    On s’apperçoit vraiment de la faiblesse et de la vanité des dirigeants des « hauts grades » quand ils essayent pitoyablement de vouloir prouver leur importance. Il y a pourtant tellement de sagesse a déduire des legendes des differents grades du REAA, dommage que ceux qui s’intitulent gouverneurs du rite se gouvernent si mal.

    Cordialement,

  • 3
    Panter
    23 mai 2013 à 6h47 / Répondre

    Mes freres
    Su vous saviez comme on s’en fiche de la reconnaissance. J’espere (et c’est sur) que la glamf ne l’aura pas. Nous visitons qui on veut. On recoit tous ceux qui veulent. A partir du moment ou le travail est dans la regularite

  • 2
    gagevapi
    22 mai 2013 à 21h46 / Répondre

    On peut apporter des éléments complémentaires, comme le fait que les relations entre le SCPF et le SCdF sont notoirement mauvaises.
    Une autre piste de réflexion serait l’idée de ramener le SCPF vers la GLNF via cette confédération, sans qu’elle perde la face, ensuite au tour de la GL-AMF. Mais c’est fort tiré par les cheveux et ce serait de toute façon ici aussi de l’instrumentalisation.

  • 1
    gagevapi
    22 mai 2013 à 21h39 / Répondre

    Difficile à chaud de faire une commentaire, sinon que les Suprêmes Conseils (SC) de la « bande » des 5 GL continentales de l’appel de Bâle avancent en ordre dispersé.
    Est-ce le signe d’un délitement de l’entente entre les « 5 » suite à Kansas City et les premières re-reconnaissances de la GLNF ?

    D’un autre côté, cette Confédération de SC est pour le moment parfaitement « régulière » , entre SC « réguliers », donc sur ce plan-là rien à dire !

    Un développement intéressant, mais qui, à mon avis, ne modifiera pas le mouvement de re-reconnaissance de la GLNF. Si cette prédiction s’avère correcte, le bout du chemin sera encore plus douloureux pour les Frères de la GL-AMF qui sont ainsi maintenus dans l’illusion.

    L’avenir nous le dira, mais le « jeu » est de toute façon cruel, car en tout état de cause il y a instrumentalisation.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous