creche-menard
Robert Ménard, maire de Béziers, face à la crèche objet du litige de fin 2015

Le Conseil d’État autorise les crèches dans les édifices publics

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 10 novembre 2016
  • 34
    réboussié
    13 novembre 2016 à 15:48 / Répondre

    mes frères , l’heure est grave , la laïcité en grand péril , à cause de cette décision , ridicule , anti républicaine , une offense pour tous les maçons laïques , le nombre de crèches risque d’être plus grand que le nombre de burkas ou de Molenbek ou de zones islam dans nos pays . Mais blablater ne suffit pas , faut agir : je rédige donc immédiatement une note impérative à l’adresse de mon député pour exiger la fermeture de toutes ces crèches et garderies pour la période de Noël , pardon , des fêtes diverses . pour le reste de l’année , ces établissements accueillant des enfants devront être nommés  » architectures horizontales de stabulation libre mais surveillée d’entitées non genrées en l’absence de géniteurs ou propriétaires d’hiver se livrant à toute activité incompatible avec la présence …..et les entreprises de transport déménageant dans les pays à l’est pour payer 500 euros bruts leurs conducteurs , en attendant des chinois à 400 euros ? en attendant le salaire mini chez nous à 400 euros net ? si en plus il met une crèche dans son bahut , le GIGN tire à vue ? et le pire ?du pire ? une crèche au Bataclan à Noël ? le catholicisme ? un risque ? vous connaissez la moyenne d’âge des officiants ? et sur l’égalité ? on aurait quelque chose à dire ? le vivre ensemble ayant remplacé la fraternité …ensemble ? une théorie mathématique …..pour un musulman , le catho n’est qu’un sous ensemble …..je dérive …. je vais attaquer une planche symbolique sur le sujet ? je préparerai ma crèche de Noël demain …..

    • 46
      Baccus
      26 juin 2020 à 23:50 / Répondre

      Les illuminés sont dans les ténèbres et selon vos propos, des aveugles guident des aveugles
      Retournez à vos travaux et rituels surannés, je vous propose la symbolique des rois mages et pour les cancres plus adeptes de la politique une piste « balthazar, noir, symbolisant par sa présence l’union des peuples d’Arabie dont les kushiites. Ils se mirent en quête de la lumière du monde. La construction d’un remplie spirituel devait passer par le renoncement, la mort et la renaissance issu de la purification par l’eau et le feu de l’esprit d’où cette flamme accompagnant les disciple… Pou la suite ouvrez votre cœur et votre âme vous montrera le chemin étroit qui mène à la vie….

  • 28
    Chanzy
    13 novembre 2016 à 11:25 / Répondre

    J’avoue être abasourdi par la décision du Conseil d’Etat, qui me semble d’une hypocrisie monumentale extrêmement malvenue, sinon d’une assez fascinante contorsion de l’esprit. De même que certains commentaires relevés ici ou là au long de cette discussion me plongent dans des abîmes de perplexité. Car enfin, j’aimerais bien qu’on m’explique de manière claire et dénuée d’arguties toutes jésuitiques comment une crèche, symbole de la Nativité, sous prétexte qu’elle fait partie de notre culture, se verrait soudain (comme par miracle, serais-je tenté de dire) exempte de toute connotation confessionnelle; comment l’exposition ostensible dans un lieu public d’un symbole aussi éminemment religieux – quoi qu’en disent certains – pourrait par le plus grand des mystères échapper à toute légitime accusation de prosélytisme. Accusation d’autant plus pertinente qu’il y a seulement 5, 10 ou 15 ans – je ne sais – en dehors de rarissimes exceptions, on ne trouvait des crèches que dans les églises et chez les particuliers. D’où vient ce soudain et irrépressible besoin d’afficher en public ce marqueur d’identité religieuse que l’on nous promeut sous le couvert fallacieux de manifestation artistique et festive? À la vérité, qui ne comprend que tout cela peut se résumer à l’image – certes triviale – du chien qui pisse pour marquer son territoire ?

    • 29
      Phaleg
      13 novembre 2016 à 11:55 / Répondre

      …il faut que tu grandisses, tu verrais enfin la lumière !

    • 31
      lazare-lag
      13 novembre 2016 à 12:11 / Répondre

      Excellent,synthétique et,de mon point de vue, très bien vu.
      Effectivement c’est vrai qu’il fût un temps pas si lointain où les crèches n’étaient que dans les églises ou à domicile.
      La mairie étant considérée comme la maison commune, l’hôtel où siège la représentation locale de la République avec au frontispice les mots de Liberté, Egalité et Fraternité.
      Quand nous vivons une époque où deux présidents de la République successifs ont effrité, banalisé voire abâtardi la fonction, (et d’autres à d’autres niveaux les leurs)qu’on ne s’étonne d’un certain laisser-aller politicien jusqu’au niveau municipal.

    • 32
      Bandit
      13 novembre 2016 à 12:17 / Répondre

      Certains ont l’impression ( à tord ou à raison) qu’ils sont entourés de demandes de + en + envahissantes de la religion islamique ( repas halal, salle de prière, horaires spéciaux dans les piscines.. etc…) qu’ils se raccrochent à ce qu’ils connaissent le mieux et pensent ainsi s’affirmer.

    • 36
      Jean de Mazargues
      15 novembre 2016 à 09:05 / Répondre

      Faux faux archi faux. En Provence, il y a toujours eu des crèches un peu partout. La Ville d’Aubagne à l’époque communiste a même fait bâtir un bâtiment spécifique, sur crédits publics, dans les années 1970. Et puis à bien y regarder, il y a beaucoup de paganisme dans la crèche. Alors relisez la décision du Conseil d’Etat : elle fait la place qu’il faut aux circonstances locales. Je comprends qu’il n’y ait pas de crèche à Lille ou en Bretagne, ou que la crèche vendéenne de M. de Villiers soit de la provocation, mais chez nous en Provence, on ne va pas se laisser emmerder par des jacobins. Laissez-nous tranquilles et faire la crèche là où nous avons envie.

      • 37
        Lionel Maine
        15 novembre 2016 à 09:44 / Répondre

        Aubagne – époque communiste … tautologie ?

        • 40
          lazare-lag
          15 novembre 2016 à 21:06 / Répondre

          Eh, oui, Aubagne n’est plus communiste, je crois même que la mairie est maintenant U.M.P. (mais il paraît qu’on ne dit plus U.M.P., je n’ose dire leur nouveau nom: il fait trop penser à Trump).
          Donc, plus de communiste, plus d’U.M.P., tout change et rien ne change.
          En fait quand on parle d’Aubagne, il ne faut pas dire qu’Aubagne est une tautologie,il faut dire que l’Aubagnais est… tôt au logis.
          (Désolé, je n’ai pas pu résister, promis je ne recommencerai plus!)

      • 38
        Chanzy
        15 novembre 2016 à 19:10 / Répondre

        Je souhaite bien du plaisir à ceux qui vont expliquer pourquoi un crèche dans un lieu public est une provocation en Vendée, mais pas en Provence.Et bien du plaisir à ceux qui ne veulent pas se laisser emmerder par des jacobins, mais seront bientôt « emmerdés » par les Musulmans, Juifs, Bouddhistes, Hindouistes, Néo-Cathares, Néo-Druides, Wiccans, Odinistes, et autres adorateurs de la Licorne Rose Invisible ou du Monstre en Spaghettis Volant lorsque ceux-ci réclameront – à juste titre – le même traitement que les Chrétiens. Et je maintiens que dans 99,5% du territoire national, la crèche n’a jamais été exposée en public. Tout comme je maintiens que cette obsession toute récente de revendiquer le respect dans l’espace public de cette tradition – vraie ou fausse – tient plus du chien qui pisse pour marquer son territoire que de la culture ou de la spiritualité. En effet, si je peux contempler la crèche dans mon église et chez moi, quel intérêt de réclamer à cor et à cri des crèches supplémentaires dans les lieux publics, sinon pour signaler aux non-chrétiens (soyons clairs: les nouveaux venus issus de l’immigration musulmane) qu’ils sont des intrus ?

        • 39
          réboussié
          15 novembre 2016 à 21:06 / Répondre

          j’ai pas souvenir que les bouddhistes aient réclamé un quelconque privilège pour les vaches de nos Cévennes ou des sangliers de nos châtaigneraies : le problème est que l’islam n’est pas une religion mais un système totalisant politique et religieux , jouant des deux casquettes en fonction des besoins …la crèche est donc la réponse du berger à la bergère , d’autant que le berger musulman ne tolère pas à l’évidence la concurrence de bergitude ..Ce que j’aime chez nous , FM , c’est notre discrétion , modestie , altruisme , ouverture d’esprit et tolérance …on ne mélange pas le profane et le sacré , en principe , et la liberté absolue de conscience est individuelle : on avait une valeur , ou méta valeur , la laïcité , liberté et respect des différences ? on a ouvert , certains du moins , la boite de Pandore ? faut assumer . et une crèche ne m’offusque pas , même en mairie , une burka , si ,pour des questions de liberté individuelle , plus les écrits de doctorants et rantes sur l’influence du statut de la femme donc de la mère sur l’éducation des petits mâles , les gamines sous voiles et leur développement , la liste bien courte des différentes religions n’explique pas la spécificité de l’islam en matière de terrorisme , ni la référence à une histoire lointaine , guère plus que l’islam d’ailleurs , de nos propres religions , si nous ne nommons pas nous même le problème , comme d’ailleurs certains musulmans , plus ou moins interdits d’antenne ? comment trouver le chemin vers la paix et la fraternité ?

        • 44
          Jean de Mazargues
          17 novembre 2016 à 09:51 / Répondre

          On fera comme d’habitude la crèche où on a envie. On ne vas pas se laisser emmerder. Si on vous suit, on va également arrêter de partager la galette des rois dans les administrations. C’est ridicule.

      • 41
        lazare-lag
        15 novembre 2016 à 21:38 / Répondre

        « Chez nous en Provence »? Fort bien.
        En Provence, combien de « nous », combien de vrais Provençaux?
        Enlevons ceux d’origine italienne, sacrés ritals,ceux descendant de corses, et les arméniens, non catholiques bien sûr.
        Soustrayons aussi les descendants de grecs, plutôt orthodoxes ceux-là,et les maghrébins, natifs ou pas d’outre-mer, et pas très chrétiens évidemment.
        N’oublions pas d’extraire aussi les pieds-noirs originaires des mêmes endroits que les précédents, et les métropolitains de tout poil venus s’installer récemment(effet TGV et Marseille-Capitale oblige…).
        A y être, retranchons aussi les francs-maçons, forcément bouffeurs de curés,forcément laïcards, forcément anti-crèches.
        Sans oublier les jacobins locaux, car ils ne sont pas tous parisiens.
        Ai-je oublié quelqu’un? Les juifs? Les protestants? Les espagnols? Des berrichons en perdition sur la corniche? Des marins d’eau douce perdus sur le vieux port?
        Que reste-t-il?
        Les Provençaux? Les vrais?

        • 42
          lazare-lag
          15 novembre 2016 à 21:41 / Répondre

          (mal placé, devait être derrière 36/ J. de Mazargues)

        • 43
          Jean de Mazargues
          17 novembre 2016 à 09:46 / Répondre

          La Provence est une terre d’accueil. Depuis toujours, elle a accueilli tous ceux qui savent l’aimer. Tous ceux que tu cites sont chez eux. Et parmi ceux qui aiment faire la crèche, il y a beaucoup de mécréants (dont moi).

          • 45
            lazare-lag
            18 novembre 2016 à 20:56 / Répondre

            Merci de cette réponse, elle me rassure sur ton réel point de vue du « chez nous en Provence »

  • 24
    Mg RENAULT
    11 novembre 2016 à 11:10 / Répondre

    « la présence de crèches de Noël dans l’enceinte des mairies n’est pas compatible avec la laïcité ».
    Bon courage à tous
    FRATERNITE

  • 23
    Chicon
    11 novembre 2016 à 10:37 / Répondre

    Autre question angoissante : Joseph qui est dans la creche avec Marie, est il le pere de Jésus, Car. Jésus a été engendré , non pas créé, de même nature que le pere ( dieu le père) et par lui tout à ete fait. Joseph ne peut avoir ete le pere du Christ qui etait Dieu comme son Pere. Un charpentier est un homme qui ne sait faire des dieux. Il a donc été trompé par Marie lors de la Visitation de la vierge.
    Tout ceci n’est pas très net, c’est une histoîre de famille compliquée . Les évêques d’Asie mineure qui pensaient que Jésus était un homme normal, divin par son action, n’avaient peut être pas tord, mais Rome les a fait taire,

  • 22
    Chicon
    11 novembre 2016 à 10:11 / Répondre

    La creche de Béziers montrée du doigt à juste titre par son Maire évoque un drame arrivé dans la crèche et passe sous silence par les saintes écritures. La disparition du christ. Joseph se tourne en disant c’est pas moi. Marie heberluée croise ses mains sur la poitrine. L’âne complètement perdu regarde bêtement l’endroit où dormait le christ avant sa disparition.
    Les soldats romains ont mené l’enquête et selon eux il aurait été enlevé par les trois rois mages qui se sont sauvés sur un chameau volé.

  • 16
    Bandit
    10 novembre 2016 à 23:29 / Répondre

    Désolé, mais la laÎcité c’est de ne pas reconnaitre, ni financer et encore moins hiérarchiser les religions.
    La mienne et plus vieille que la tienne.. lalalère…
    Elle met sur le même plan toutes les croyances.
    Que doit faire une municipalité qui se trouve confronté aux adorateurs du sexe qui demandent d’ériger un phalus sur la place?

    • 21
      réboussié
      11 novembre 2016 à 09:57 / Répondre

      un phalus ? non , mais …tu vas avoir toutes les faits mains sur le dos ..sans parler des autres genres …..tiens , je vais installer une petite crèche dans la salle non couverte pour la dernière réunion de décembre pour voir si ça leur coupe l’appétit ….je pense plutôt à un énorme éclat de rire , et on passera aux choses sérieuses très vite ….

    • 35
      Lionel Maine
      13 novembre 2016 à 19:06 / Répondre

      C’est Albert Pike qui prédisait « un phallus sur le V.L.S », suite à la notion de  » principe créateur » retenue en 1875 par le Convent de Lausanne.
      Manifestement, il s’est trompé.

  • 14
    Patrice Deriémont
    10 novembre 2016 à 18:34 / Répondre

    Je lis des propos assez étonnants contre les défenseurs de la laïcité dont je n’ai pas le sentiment qu’ils aient contesté l’installation de crèche ni même d’exposition de santons ou de crèches à condition de le faire dans un autre lieu que la Mairie qui est notre maison commune et non pas un lieu d’expression identitaire ou communautaire. Les églises sont tout à fait adaptées à l’installation de crèches, les salles d’exposition y compris celles de la communes peuvent recevoir des expositions culturelles à l’initiative d’associations. Les musées nationaux sont remplis d’œuvres montrant des scènes bibliques et c’est très bien comme ça. Le drapeau à fleurs de lys est très beau, il fait partie de notre histoire pourtant tout le monde trouverait déplacé qu’un maire sous prétexte que nos tradition sont issues de la monarchie mette ce drapeau au fronton de la mairie le 21 septembre pour commémorer la décapitation de Louis XVI !

    • 17
      lazare-lag
      11 novembre 2016 à 07:15 / Répondre

      21 janvier (1793)la mort de Louis XVI.
      21 septembre (1792) c’est l’abolition de la monarchie.

      • 25
        Patrice Deriémont
        11 novembre 2016 à 11:55 / Répondre

        Merci pour la correction. On devrait toujours vérifier car avec l’âge les souvenirs sont moins précis !

    • 19
      Bandit
      11 novembre 2016 à 08:48 / Répondre

      La mort de Louis XVI est le 21 janvier 1793.

  • 13
    WOLSEM
    10 novembre 2016 à 16:27 / Répondre

    Bien qu’athée et agnostique, je soutiens cette décision du Conseil d’État. Refuser l’installation des crèches pendant la période de Noël allait encore apporter pas mal de voix pour le Front National ! Nous sommes de culture judéo-chrétienne et nous ne pouvons pas le renier. Si certains laicards mettaient autant de force à combattre les excès de l’Islam dans notre vie publique qu’ils combattent les crèches, notre laïcité serait mieux défendue !

    • 15
      luciole
      10 novembre 2016 à 18:46 / Répondre

      Bizarre « athée et agnostique » faudrait peut-être choisir,mais cela ne nous regarde pas!
      Je suis athée Dieu merci et les crèches ne me dérangent pas.
      On ne peut pas supprimer toute une civilisation ou des traditions bien innocente en tout cas aux significations enfantines pour faire plaisir à quelques excités radicaux.

      • 30
        Chanzy
        13 novembre 2016 à 11:57 / Répondre

        Il est faux de laisser croire que placer une crèche DANS DES ÉDIFICES PUBLICS serait une tradition.La tradition, c’est la crèche à l’église et à la maison, le reste n’est que fumisterie à caractère identitaire qui créera un précédent dont nous nous mordrons les doigts. Voilà pourquoi cette « innovation » doit être dénoncée et la décision inique du Conseil d’Etat combattue. Et pour couper court à toute accusation dont je pourrais être l’objet, je précise que je suis chrétien, que j’ai reçu les ordres mineurs et majeurs et que j’ai célébré la messe pas plus tard qu’hier. Mais ce n’est pas pour autant que je vais aller agiter mon missel sous le nez de mes concitoyens, pour leur faire comprendre qu’ils ne sont que tolérés.

  • 11
    Jean de Mazargues
    10 novembre 2016 à 15:10 / Répondre

    Franchement, en tant que franc-maçon, je me fiche absolument de tout cela. A la longue, la laïcité devient pour certain l’élément exclusif de leur identité maçonnique.
    L’analyse de l’UFAL, groupe de fanatiques de la laïcité, est aigre et acide comme le fiel. Je vais prendre le temps de lire la décision du Conseil d’Etat, qui doit être fort intéressante, et je me ferai une opinion, en tant que citoyen. Mais en tant que franc-maçon j’essaye vraiment de m’occuper d’autre chose …

    • 27
      Phaleg
      13 novembre 2016 à 08:35 / Répondre

      Bien dit ! Je n’en pense pas moins….La franc-maçonnerie n’est pas la laïcité ! Pas compliqué !

      • 33
        Patrice Deriémont
        13 novembre 2016 à 13:02 / Répondre

        Pourtant il y a bien ce qui suit dans le Serment (au GODF) :
        « ….Je promets de travailler avec zèle, constance et régularité à l’œuvre de
        la Franc-Maçonnerie ; je promets d’aimer mes Frères (et mes Sœurs) et de
        mettre en pratique, en toutes circonstances, la grande loi de solidarité
        humaine qui est la doctrine morale de la Franc-Maçonnerie.
        Je pratiquerai l’assistance envers les faibles, la justice envers tous, le
        dévouement envers ma famille, ma patrie, et l’Humanité, la dignité
        envers moi-même.
        Je promets de défendre l’idéal et les institutions laïques, expressions
        des principes de raison, de tolérance et de fraternité… »

  • 9
    Désap.
    10 novembre 2016 à 12:25 / Répondre

    Cette connerie qui consiste à voir du prosélytisme partout m’en rappelle une autre, un abruti qui s’était plaint de la présence d’un petit cochon sur un manège.
    Non baptisé, n’ayant reçu aucune éducation religieuse et de parents parfaitement athées, enfant chaque Noël nous allions voir la crèche, on parlait du petit Jésus, ma soeur et moi on montrai la vache et le mouton tout content de les avoir reconnus, et puis nous allions aussi à ND de l’Espérance pour voir la crèche vivante, à l’entrée on mettait les doigts dans le bénitier et on se signait, même mon père communiste, simplement par respect du lieu, et là on était tout émerveillé, tu as vu maman, la vache elle à fait meuuu meuuu et le mouton il a fait bêêêê et le monsieur il est habillé en santon et la dame elle a même robe que dans notre crèche à la maison
    Décidément, la connerie s’érige en principe, les mêmes anti-crèche trouvent normal qu’on s’habille en Daesh à la plage et traitent d’intégristes les maçons attachés à la régularité du Métier.
    Pauré dé noy, comme on dit chez moi

    • 10
      Myosotis64
      10 novembre 2016 à 15:06 / Répondre

      Il y a deux ans, nous avons reçu, gentiment, une invitation à participer à une réunion fraternelle inter-obédience début janvier. L’heure de la galette était arrivée..
      Et bien comme la galette des Rois faisait trop penser à la religion (ou à la royauté ; je te laisse le choix), cette pâtisserie fût renommée galette républicaine. -:)
      Comme disait Pierrot ; étonnant, non ?

      • 12
        Désap.
        10 novembre 2016 à 16:15 / Répondre

        On ne comprend plus rien, on ne sait plus faire la moindre part des choses.
        Le bon esprit est le regretté rad-soc, radical-socialiste pour les jeunes, on cassait du curé à l’Assemblée et revenu dans sa circonscription on partageait avec lui et de bon coeur le repas dominical, et cet esprit là mes Frères, irriguait toute la société.
        C’était le bon temps du bon esprit Républicain !

  • 6
    Luciole
    10 novembre 2016 à 11:13 / Répondre

    D’accord pour les Pères Noël (mais avec Mères Noël + transgenres,noirs et autres…) Au fond seul le sapin est neutre encore que …connoté régions du Nord donc Thulé, Agartha etc . On n’est pas sortis du conflit.
    Oui la crèche est un symbole religieux du Christianisme, (les autres religions n’y ont pas pensé. Extirper le « Petit Jésus » va être dur, est ce bien nécessaire ?

    • 18
      lazare-lag
      11 novembre 2016 à 07:26 / Répondre

      Du christianisme?
      Ne serait-ce pas plutôt du catholicisme?
      Que je sache la crèche c’est avec Joseph et la vierge Marie. Laquelle n’est pas un personnage central dans le protestantisme et la religion réformée.Il me semble.

      • 20
        templum
        11 novembre 2016 à 09:53 / Répondre

        salut au ressuscité!
        ne voir que dans la Vierge … »Marie » c’est oublier que les Chrétiens sont devenus catho après la création du protestantisme et que chaque « personnage » ou monument est venu se superposer à l’existant…un diable cornu? comment était le Dieu gaulois?

        • 26
          lazare-lag
          11 novembre 2016 à 12:23 / Répondre

          Pourquoi ressuscité? parce que Lazare?
          Certes, mais si mon pseudo n’avait rien à voir avec une quelconque allusion religieuse? Parce que avec Lag ensuite,ça ne peut être une référence religieuse.
          C’est très personnel, pas la peine de chercher.
          Après tout avec Templum par exemple on peut aussi tout dire.
          Référence religieuse ou pas? Référence maçonnique ou pas? Référence aux temples antiques ou pas? Peu importe finalement.
          Quant au « les chrétiens sont devenus cathos après la création du protestantisme » ça me pose question.
          Ainsi rédigé cela pourrait laisser sous-entendre que les protestants ne seraient pas chrétiens, que seuls les catholiques le seraient.
          Maladresse de rédaction de Templum?
          Ou mauvaise interprétation du « ressuscité »?

  • 5
    Chicon
    10 novembre 2016 à 08:53 / Répondre

    @357 – si j’ai compris, on peut installer une crèche mais il est interdit de mettre un tronc, des bougies, des prie-Dieu (chaises) pendant les fêtes de noêl.

  • 4
    Condorcet
    10 novembre 2016 à 08:51 / Répondre

    « Ce personnage fait partie de notre paysage culturel »?
    Vous le pensez vraiment ?
    Jusqu’à la seconde guerre mondiale certainement, mais aujourd’hui ?
    Je pense qu’avec de telles décisions on ouvre la boite de pandore ou toutes les religions vont s’infiltrer pour manifester leur marquage de territoire. En autorisant cela c’est la république laïque que l’on met à mal.
    J’aurai préféré qu’on autorise le père noël et son sapin, cela aurait été plus neutre et aurait fait moins de dégâts.

  • 3
    templum
    10 novembre 2016 à 08:45 / Répondre

    La crèche c’est le symbole qu’il existe toujours une refuge même si tout espoir semble perdu.
    c’est pour cela que les sages ont fait naitre « le sauveur » dans la paille.
    on laisse à Ménard le soin de se faire de la pub sur une tradition « récupérée » par les Chrétiens (et j’en suis).
    le sapin, le père-noël en rouge (coca-cola) l’étoile, les Rois Mages, les cadeaux symboliques….
    La crèche c’est surtout l’accueil d’un couple désemparé et d’un espoir pour un futur…
    le motif du voyage: une décision administrative (comptage des populations).
    être pour la laïcité ne devrait pas être contraire à un certain humanisme qui prend une forme plus traditionnelle que religieuse.
    Absence de tradition donc une administration qui tue l’espoir et c’est le risque du populisme…le rouquin peut arriver.
    on est loin de la « religion opium du peuple ».
    Juste le respect de la respiration naturelle de notre planète.
    « Noël, Noël » c’était parait-il le cri de « Victoire » (sainte chrétienne fêtée le 23 décembre) chez les Romains sur le retour du soleil…
    ils vont finir par nous interdire de fêter la Saint Jean d’Hiver…n’ayant rien compris aux solstices et à Janus!
    ….que Dieu nous garde (ça m’a échappé!).

    • 8
      yasfaloth
      10 novembre 2016 à 12:18 / Répondre

      Pas grand chose à rajouter, effectivement il y a dans la crèche, l’abri, la naissance donc le miracle de la vie qu’elle représente et au delà celui de la re-naissance dans le grand cycle solsticial une épaisseur symbolique (au delà du religieux) que sont loin d’avoir les autres icônes de la fête de Noël.
      .
      De plus les crèches de Noël continuent de constituer, sur le plan artistique et culturel des objets de style en soi. Il n’y a qu’à voir ce que peut produire dans ce domaine l’artisanat d’art en Provence, au Tyrol, notamment italien, ou en Catalogne…
      .
      Alors cette nouvelle « polémique », me semble une insulte à l’intelligence des acteurs locaux, seuls à même d’identifier l’esprit dans lequel elles sont présentées, et éventuellement d’en appeler au tribunal administratif si elles prennent un caractère trop affirmativement dogmatique, prosélyte ou militant en contradiction avec la loi de 1905.
      .
      Pour finir, je ne sais pas si cela existe encore, mais il n’y a pas si longtemps se déroulait avec un grand succès,chaque année, dans des locaux de « l’Ajuntament » de Barcelone un concours de crèches de noël… et quand on connait la méfiance des Catalans envers le clergé Catholique…

  • 2
    capelle viking athée
    10 novembre 2016 à 08:25 / Répondre

    et pourquoi pas en fond musical le « minuit chrétien »???

  • 1
    357
    10 novembre 2016 à 03:29 / Répondre

    La position du Conseil d’Etat est claire. L’installation temporaire d’une crèche de Noël dans un emplacement public est légale si elle présente un caractère culturel, artistique ou festif, mais elle est illégale si elle exprime la reconnaissance d’un culte ou marque une préférence religieuse. Il faut donc observer le contexte de l’installation qui doit être dépourvu de tout élément de prosélytisme . Il faut tenir compte des conditions particulières de l’installation, de l’existence ou de l’absence d’usages locaux et du lieux de l’installation. Elle doit avoir un caractère culturel, artistique ou festif.

    Il y a des communes du sud de la France qui ont des vieilles crèches provençales avec des santons parfois fort anciens. Que je sache, elles n’ont jamais été accusées de méconnaître la loi de 1905 parce qu’elles pouvaient mettre à disposition des locaux municipaux afin que la nativité soit représentée.

    Je ne comprends pas comment l’UFAL et d’autres associations laïques peuvent perdre un temps précieux à chipoter sur des conneries pareilles au nom de la laïcité ! Il y a même de quoi être effrayé de cette façon de présenter le débat comme si une malheureuse crèche représentait une atteinte paroxystique à la liberté de conscience et promouvait une France catholique ! Surtout pour s’en prendre en réalité encore et toujours à l’observatoire de la laïcité qui fait un travail remarquable et plus particulièrement à Jean-Louis Bianco.

    Pas besoin d’avoir fait l’ENA ou Polytechnique pour comprendre qu’une crèche, constituée à l’occasion de la fête de Noël, est un élément culturel auquel ne s’attache aucun message religieux prosélyte. La représentation de cette scène religieuse dans un hall de mairie ou dans tout autre local public ne signifie absolument que le citoyen est obligé d’adhérer au message chrétien. C’est simplement un élément culturel, traditionnel et symbolique qui rappelle les origines de la fête de Noël. Ni plus ni moins.

    Notre République démocratique, sociale et laïque a d’ailleurs été suffisamment sage et éclairée pour ne pas l’abolir.

    Elle en a même fait un jour férié légal ! Noël a pour racine « natalis » (naissance).

    Pour s’en convaincre, il suffit de prendre un autre symbole ou une autre personnage que le petit Jésus dans sa mangeoire : le Père Noël. Mettre le Papa Noël dans un lieu public, ce n’est évidemment pas faire l’éloge de la crédulité et ce n’est pas davantage vouloir inféoder la République à l’idée que le Père Noël existerait ! C’est représenter un personnage consubstantiellement attaché à Noël et aux fêtes de fin d’année. Ce personnage fait partie de notre paysage culturel.

    • 7
      Patrice Deriémont
      10 novembre 2016 à 11:46 / Répondre

      @357. « Presque » tous les avis sont permis en maçonnerie et à fortiori sur un blog « maçonnique ». Je me permets juste de remarquer que le Conseil d’Etat était chargé de répondre à une question soulevée par des mairies FN et/ou administrées par des Maires issues de la mouvance catholique orthodoxe de la Vendée. Je pense que cette disposition ne fait pas honneur à Jean Louis Bianco dont je rappelle qu’il était opposé à la loi sur l’interdiction du port de la Burqa, et je rappelle que le GODF a toujours été contre l’installation de crèche dans les mairies. Je veux bien convenir que la pluralité d’opinions doit exister en maçonnerie et que le débat contradictoire fait partie de nos richesses, mais là je pense que tu es ultra minoritaire et que ton point de vue ne peut apporter que la multiplication de revendications communautaires. Mais il est vrai que tu habites dans une région fortement marquée par la religion fusse t elle réformée.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous