Geraldine Mulhmann
Géraldine Mülhmann

Du journalisme en démocratie

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mardi 16 janvier 2018
  • 4
    lazare-lag
    21 janvier 2018 à 15h09 / Répondre

    Ce que j’observe d’abord chez Géraldine Mülhmann ce sont… ces qualités intellectuelles.
    Dans sa présentation, Géplu nous les rappelle brièvement, son éventail couvrant aussi bien l’universitaire que le journalistique, je n’y reviens pas.
    Il me revient qu’il fût un temps, il y a quelques années déjà, où on pouvait la voir commenter en chroniqueuse avertie sur telle ou telle émission du service public, de la 2 ou de la 5, et notamment présenter des livres, avec un journaliste qui s’appelait Ferney, dont je me suis toujours demandé s’il avait un lien ou pas avec la romancière Alice Ferney.
    Interventions toujours de bon niveau, toujours intelligentes, toujours structurées, toujours argumentées et toujours cultivées. Un régal.
    Et cela avec beaucoup de classe, d’élégance et de finesse d’esprit.
    En conséquence, elle devrait vraisemblablement réussir à capter son auditoire chez DDF lors du débat du 02 février, auquel je n’assisterai pas: provincial éloigné de la capitale que je suis et sans projet parisien sur cette date.
    Cela étant, Renuccio n’a pas vraiment tort dans son intervention. On essaye de faire en sorte d’éviter certains angles de vue si je puis dire.
    Et Blazing Star? Tort ou pas tort?
    En fait, bien qu’il y ait mis un peu les formes, c’est de s’être contenté d’un commentaire… visuel ou physique, même si discret.
    Et en plus, hélas, trois fois hélas, en premier intervenant, on n’a vu que ça: l’appréciation physique.
    En fait tout ça c’est de la faute de Géplu!
    Avec la photo qu’il vient nous proposer, très bien cadrée, très bien choisie, pas si innocente que ça, le jeu n’était-il pas de savoir qui commettrait en premier, le premier accroc? Qui serait responsable de la première faille? Qui serait maladroit le premier?
    En fait, c’était une épreuve de résistance. (Comme la mixité en loge, si je puis dire, mais c’est un autre débat).
    Du coup, passant ensuite le « fautif », c’est beaucoup plus facile (plus hypocrite?) de venir dire que « c’était pas bien »; même si ce n’était pas bien.
    Et j’espère que ni l’intéressée, ni Nicolas Poincaré (pourquoi Nicolas Poincaré? Cherchez et vous comprendrez) ne prendront ombrage de ce qui se passe sur Hiram.be; s’ils connaissent Hiram.be.
    Et peut-être qu’après le 02 février, on pourrait espérer que des participants, ou participantes, à ce dîner-débat au Sénat viennent nous dire comment cela s’est passé.
    Ca pourrait être instructif.

  • 2
    renuccio
    21 janvier 2018 à 9h28 / Répondre

    C’est un commentaire machiste, inutile.

  • 1
    Blazing Star
    17 janvier 2018 à 9h55 / Répondre

    Si son ramage ressemble à son plumage, elle doit être le phénix des hôtes de ces bois

    • 3
      réboussié
      21 janvier 2018 à 9h49 / Répondre

      que serait un-ne journaliste -te sans une belle et bonne plume ? et en plus , elle parle ? que du bonheur ….en principe .
      je lirai le livre ..information et démocratie ? VS propagande et dictature ? qui au dessus de l’architecte ? des principes ? des valeurs ? ou des spéculateurs ? pour la spéculation intellectuelle , ça va ….sociétal ou symbolique ? et causer de l’architecte ? du chef ? au GO , pas de limite pour les sujets symboliques , architectes , dieux eux mêmes ….c’est pour cela que nous craignons un peu les rosbifs , TINA ? thère is not moyen de faire autrement ….remember …

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous