observatoire de la laicite

Encore du rififi à l’Observatoire de la Laïcité

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 14 janvier 2016
  • 20
    réboussié
    17 janvier 2016 à 11h01 / Répondre

    le communautarisme n’est pas compatible avec la laïcité . En fait , le communautarisme ? oui aux communautés , les FM , les joueurs de boules , les musiciens , les pécheurs à la ligne ….La cellule de vie de tous ces gens là , c’est la communauté nationale , une histoire , un sol , une langue , une culture ….d’ailleurs , que ne nous abreuve t on pas avec le droit du sol ? si je veux faire partie de la communauté des joueurs de biniou , je n’y vais pas avec mes boules . Mais le joueur de boules n’a pas dans son « logiciel » , la destruction des joueurs de belote . ( la communauté nationale est un méta système )
    On mélange donc ( confusion mentale ) le principal et l’accessoire , comme les causes et les conséquences .
    Donc , ( remarquez le rôle et la pertinence de ce « donc » , n’est ce pas ? ) si on choisit le communautarisme dans son acception du refus d’une certaine unité , faut aller jusqu’au bout de la logique : accepter que les rosbifs roulent à gauche sur nos routes , et que le Front National n’est en fait qu’une communauté comme les autres , soit qu’il veuille comme les autres considérer que « les autres » sont des ennemis à éradiquer , et réciproquement ( Pierre Dac ) , la stigmatisation visiblement inefficace de la bête immonde s’expliquerait par la banalisation des bêtes ? ,(et réciproquement) toutes autant immondes que les autres , ceux qui cautionnent le système économique actuel ne paraissent pas très blancs eux mêmes .
    Changer le système ?en proposer un autre ? un homme nouveau ? on a déjà donné me semble t il . Au lieu de sauver le monde tous les jours , répondre au besoin de bonheur de chacun , prévoir l’évolution de la population pour la construction de logements , qu’on puisse trouver un dentiste de garde ouvert le dimanche , quoi de plus pathétique que cette photo après Charlie des ces élites dans une rue parisienne déserte à part les services de protection …..
    Nous sommes dans une phase de régression , me semble t il , nous vivons dans un temps cyclique , la météo politique est à l’orage , l’économie mondiale aussi , la presse est aux ordres et les rats dans le fromage , mais nous avons en Europe avec des tas de questions et de critiques , une sécurité sociale , je veux dire des systèmes de protection que les trois quarts des habitants de la planète nous envient , notre laïcité exigeante est attaquée par les barbares , et les idiots utiles , ( expression de Staline ? ) , la goutte d’eau chinoise qui use la pierre ? La foi ? notre credo ou notre espérance ? Pourquoi pensez vous que l’on nous haïsse tant ? rassembler ce qui est épars ? n’est ce pas commencer à désobéir ? diviser pour régner ? ça aide , voir le paysage syndical , politique ……Alors le FN ? une crise d’urticaire ? une loi peut être ?

  • 18
    Chicon
    16 janvier 2016 à 17h44 / Répondre

    @joabn :
    -Comment expliques-tu que tant d’eleves sortent du college avec aucun savoir-faire et avec des difficultes d’adaptation ,pas tous mais trop ?
    Bon d’accord ce n’est pas a l’école d’apprendre un métier et de faire une tète bien faite.
    – Comment expliques tu que dans centaines classes les enseignants de sexe feminin ne puisse donner cour. ?
    Bon d’accord ce n’est pas dans toutes les ecoles.
    – Comment expliques tu que l’hymne national soit sifflé en choeur par le public lors d’un match de foot ?
    Bon d’accord ce n’est pas tous les matches.
    – Comment expliqués tu la montée du FN ?
    Bon d’accord, ce sont d’ignobles fachos.

  • 15
    Chicon
    16 janvier 2016 à 12h58 / Répondre

    @ joabn – lire d’Alain Deneault « la médiocratie » ou encore les médiocres ont pris le pouvoir. Le « systeme » fabrique et encourage la nullité.

    • 16
      Joab'n
      16 janvier 2016 à 15h59 / Répondre

      Le « systeme » c’est nous ! Vouloir externaliser notre responsabilité fait partie des discours irresponsables de l’extrem-droite : « C’est la faute des immigrés, de la gauche, des musulmans, de la republique, etc. » !
      A nous de faire, agir, plutôt que chercher ce qui nous empecherait.

      • 17
        Maurice1718
        16 janvier 2016 à 17h15 / Répondre

        Il ne faut pas aller chercher midi à quatorze heures et se flageller. On oublie tout simplement l’histoire. Il faut la réinscrire dans la loi et la faire appliquer partout par des décrets. Nous ne sommes concernés qu’en ce qu’il nous appartient de re-sensibiliser les parlementaires sur la question.Je répète:

        « Le premier travail des gouvernants et des parlementaires est donc de fixer une définition univoque de la laïcité de l’Etat et de la faire appliquer partout. »

        La laïcité de l’état, c’est un projet politique dont l’émancipation des consciences est l’enjeu (éducatif et culturel) dans un cadre de séparations des Eglises et de l’Etat. N’est-ce pas assez clair ?

        • 21
          Joab'n
          17 janvier 2016 à 11h37 / Répondre

          Tout à fait d’accord, Maurice. Nous sommes pour la plupart(ici), totalement convaincus de la beauté, la richesse et le progres qu’amene la laïcité. Mais la laïcité si on l’aborde en mode défensif et refermée sur notre territoire est morte. Un projet doit VIVRE s’affermir, s’etendre.
          Mais ce n’est pas le cas, y compris en FM ! Les forces pro-abrutissement-religieux sont en plein essor. Tiens il te suffit d’examiner 3 blogs dits maçonniques (lamaconne, Mysotis Dauphiné, Affidelis) : déchaînement pro-religieux ou communautaire mal assumé.
          La laïcité comme dans les discours des djiadistes y est devenue pour eux une sorte de « religion » objet de tous les mépris et ennemi déclaré ! On y devient « antisemite » dès qu’on s’interroge sur un port de kippa ostentatoire en loge, par exemple.

          • 22
            Julien18
            17 janvier 2016 à 11h51 / Répondre

            Concernant la kippa, je ne sais pas pour les autres obédiences, mais au GO il y a un article du Règlement qui dit que : « Il est interdit de placer sur les cordons des emblèmes monarchiques, religieux, héraldiques ou autres bijoux, à l’exception de ceux afférents à des récompenses, dignités, fonctions ou grades maçonniques admis dans les différents Rites reconnus par le Grand Orient de France. »
            Par extension je pense qu’on peut considérer que la kipppa, comme le crucifix ou tous autres signes ostensibles religieux ou autres sont aussi interdits.
            Ce qui me semble normal et sain. On n’est pas en loge pour faire du prosélytisme : laissons les métaux, quels qu’ils soient, à la porte du Temple.

        • 23
          Maurice1718
          20 janvier 2016 à 6h56 / Répondre

          ça y est, ils ont compris ! les sénateurs ont déposé un texte visant à constitutionnaliser les principes de la loi de 1905 (ce que je disais ci-dessus) ! Voilà le texte, il faut encore qu’il soit voté :

           » La République assure la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et respecte la séparation des Églises et de l’État, conformément au titre premier de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État. » Cet article unique de la proposition de révision constitutionnelle viendrait s’inscrire après le premier alinéa de l’article 1er de la Constitution ».

  • 8
    Chicon
    14 janvier 2016 à 17h52 / Répondre

    Les jeunes idealistes voulant un monde futur meilleur partagé sont partis au FN.
    Avant ils seraient partis chez les francs-macons ou dans les ordres religieux.
    Les maghrebins sont eux partis chez daesh pour la meme raison.
    Qu’ont à proposer d’exaltant les francs-maçons renommés pour leur sagesse généreuse et clairvoyante ?
    Le mariage homosexuel ? La laïcité communautariste ?
    Les francs maçons sont en panne : ils sont restés en mai68 et y sont bien , atteints d’une forme begnine d’autisme.

    • 11
      joab'n
      15 janvier 2016 à 10h15 / Répondre

      Des jeunes partis au FN ? soit !
      mais « idealistes », non ! Qui pourrait voir quelque idéal là dedans ? Le FN d’ailleurs ne se reclame pas d’un idéal mais pretend à un pragmatisme égoïste.
      Les FM rien à proposer ? Allons ! face aux enjeux du transhumanisme, de la fin de vie, d’un environnement mondialisé, d’un univers spatial, spirituel, mieux connu, face aux défis des cultures, des restructurations economiques, energétiques, de l’ethique ? rien à dire ?
      On attend quoi ? On préfère se fasciner pour des bigots de retour en FM alors que la religiosité recule y compris dans les religions ?

    • 12
      Joab'n
      15 janvier 2016 à 12h01 / Répondre

      Essayons de nous mettre dans la situation de la FM à Londres en 1717 et posons-nous la question « chicon ».
      « Qu’ont à proposer d’exaltant les francs-maçons ? »
      En 1717, c’est une démarche issue de la Royal Society qui amène une démarche nouvelle basée sur la science, la laïcité, la générosité, la fraternité et ceci en plein guerre civile, politique et inter-religieuse.
      Ils ont réussi à mettre ensemble des cathos, des protestatnts, des monarchistes, des parlementaristes, des chretiens, athées et ont amené le « constitution act » pouis les droits de l’homme.
      En quoi serait-ce démodé aujourd’hui ?

      • 13
        Chicon
        15 janvier 2016 à 18h10 / Répondre

        Ce n’est pas du tout démodé et vous avez raison. Seulement à cette époque la franc-maçonnerie s’adressait à une elite intellectuelle et sociale . Les mœurs étaient différentes : autorité, culture active imprégnée de lecture. Aujourd’hui les mœurs ont changé: perte de l’autorité (du savoir oú magistère), culture passive façonnée par internet et plus par l’étude.
        La connaissance s’est popularisée et c’est très bien mais superficiellement. La laïcité originalité française ne signifie plus rien même pour les élites qui sont passés par l’ena ce qui n’était pas le cas il y a un siècle.
        Tout est pareil mais tout est différent:.les cerveaux ne fonctionnent plus de la même maniere.

        • 14
          Joab'n
          15 janvier 2016 à 19h59 / Répondre

          pas de déclinisme !
          A l’époque de Newton, l’immense majorité était illetrée, et parmi les un peu plus éduqués, ils péroraient la propagande royale et religieuse. Peu réfléchissaient à une vision déiste à la mode Anderson.
          A mon avis ils avaient beaucoup moins de moyens et les circonstances infiniment plus défavorables.
          Mais ils ont relevé le défi.
          Je crois que le monde en général nous donne beaucoup plus d’atouts, mais une paresse s’est installée chez les FM qui est tombée dans les convenances, les facilités de com, jusqu’à même une allégeance brandie comme valeur (la GLNF). Ce n’est donc pas la société, mais nous les FM qui reculons !
          Ainsi que signifie ces discours de conservatisme de la laïcité version 1905 .. Non seulement nous nous exposons aux critiques, mais nous nous rabougrissons !
          N’y a-t-il donc pas à développer, etendre, renover notre laïcité au regard de l’Europe, le monde, la montée de la bigotterie plutôt que nous effaroucher qu’on ose la charrier ?

  • 7
    Condorcet
    14 janvier 2016 à 17h47 / Répondre

    Il y a quelques jours, l’un de nos concitoyens israélite a été victime d’une agression grave à Marseille. Il fut victime d’un jeune homme, bon élève parait-il, mais radicalisé via internet. Outre que ce fait interroge sur l’évolution du contenu enseigné par notre éducation nationale, il me souvient par ailleurs qu’il y a 4O ou 50 ans, ni nos compatriotes israélites ou musulmans ne s’affichaient avec des accessoires marqués de leurs convictions intimes tels la Kippa ou bien encore le foulard dans la sphère publique.
    Et puis petit à petit, le marquage religieux s’est fait plus insistant dans la sphère publique, plus insidieux aussi, sans aucun respect pour ceux qui autres croyants, agnostiques, ou athées, se faisaient un devoir par respect d’autrui de manifester une discrétion de leur convictions personnelles.
    Les juifs d’il y a 50 ans ne portaient pas la Kippa, sauf chez eux, à la synagogue, ou autres lieux de cultes, il en était de même des musulmans. sauf quelques curés en soutanes qui ont vite compris que eux aussi devaient se fondre dans la communauté du vivre ensemble.
    Tout cela a volé en éclat, sous l’effet conjugué de quelques ultras qui ont voulu marquer leur territoire comme un petit chien lève la patte pour faire pipi, ou bien encore avec la couardise de politiques toujours à la pêche aux voix communautaires en guise de réélection.
    Pire, l’un des premiers de nos concitoyens a déclaré un jour que l’instituteur ne sera pas à la hauteur du prêtre, Rabbin, Pasteur et autres religieux pour transmettre des valeurs à nos progénitures.
    Voilà ou nous en sommes et l’on s’étonne que ce pays va vers une dérive qui finira forcément très mal.
    Il est grand temps de relire la première constitution d’Anderson, et qu’enfin chacun reprenne un minimum d’esprit de bon sens et de respect d’autrui, ce qui ne veut pas dire imposer par un marquage outrancier ses convictions personnelles. Pourquoi dès lors les Franc-maçons ne sortiraient -ils pas en ville avec leurs tabliers et autres accessoires? On friserait le ridicule, les ultras de la religiosité ne s’en privent pas, et ils ne se rendent même plus compte du niveau de ridicule dans lequel ils se placent.
    Ils commencent tous à être très dangereux, et sans être Charlie, car je n’aime pas les provocations, je pense que le respect des uns et des autres devrait faire montre de plus de discrétion. Il parait que tout le monde est invité à porter la Kippa dans un stade en guise de solidarité, ce sera sans moi, ni kippa, ni foulard, ni chapeau, ni casquette, et tant pis pour les chapeliers.

    • 9
      joab'n
      15 janvier 2016 à 9h36 / Répondre

      Oui, Condorcet ! mais des réactions comme la tienne restent trop rares. L’energumène responsable de la propagande de la GLNF, fort du soutien de la direction de la GLNF apres sa condamnation pour injures d' »antisemitisme » surenchérit, mêlant le drapeau israelien et les symboles maconniques pour appeller les FM a soutenir Tsahal dans sa guerre à Gaza.
      Grave car l' »antisemitisme », ce mal meurtrier, ainsi dévoyé vers le simple fait de ne pas suivre des appels religieux devient banal !
      Mais nous avons notre responsabilité en restant mous, silencieux, ne voulant pas voir ces derives dans notre monde maçonnique.

    • 10
      Blazing Star
      15 janvier 2016 à 9h44 / Répondre

      @condorcet & Maurice : vous avez tout dit

  • 6
    kroumir
    14 janvier 2016 à 17h15 / Répondre

    bravo Maurice,et de surccroit continue fixer le tableau sur un mur solide comme celui là.

  • 5
    joab'n
    14 janvier 2016 à 15h45 / Répondre

    Exemple typique : un blog de l’ex VM de la loge de recherche de la GLNF en pleine hystérie pro-religieuse s’en prenant aux « laicards », aux droitsdelhomme, au « pas-damalgame » et injuriant copieusement d’antisemitisme quiconque ne se soumet pas à cette campagne virulente allant jusqu’à soutenir l’epuration ethnique.
    Il y a là une montée d’affirmation religieuse etonnant puisque jusques dans notre FM. En echo, le blog de propagande de la GLNF, Myostis lui se lance dans une promotion virulente d’une superiorité judaïque, défie les FF en entrant ostensiblement avec kippa en tenue maçonnique. Il a été condamné en correctionnelle pour outrances d’injures d’antismitisme … sans la moindre reaction de la GLNF.
    Tout cela anecdotique vis à vis d’enjeux nationaux hors FM ? Soit ! Mais celà nous montre que même la FM haut lieu de la laïcité depuis 3 siecles (cf Anderson)est rongée, ne serait-ce que par l’apathie des forces de progres à etendre, louer la laïcité.
    Mais aussi par des compromissions au nom de manoeuvres diplomatiques.

  • 4
    chicon
    14 janvier 2016 à 12h45 / Répondre

    la laïcité a minima telle que pratiquée depuis un moment conduit directement au communautarisme. La preuve, se sont generalisés dans l’espace public , les ecoles, les facultés: le port du voile, le port du nikab, les menus hallal. Aujourd’hui apres les musulmans, ce sont les juifs qui attaquent avec la kippa.
    Quand je sors je me dis qu’il manque les cornettes des religieuses catholiques pour achever la neutralité consensuelle de la laïcité qui est detruite. Elisabeth Badinter et le trio ont raison.

  • 3
    Maurice1718
    14 janvier 2016 à 11h59 / Répondre

    il s’agit bien d’émanciper les consciences DANS un cadre de séparation des Eglises et de l’Etat.

    • 19
      Maurice1718
      17 janvier 2016 à 9h44 / Répondre

      Jean-Louis Bianco est passé sur Itélé ce matin, interrogé par l’éditorialiste Claude Askolowitch à propos de l’Observatoire de la laïcité. Ce monsieur, qui perd son temps à régler les querelles de foulard et de kippa et à édicter des principes énonçant ce qu’il est permis de faire et de ne pas faire dans la cité, a le nez dans le GUIDON. Arguant tour à tour à coup de dénégations et de réflexions personnelles, il avance sans ciller qu’il n’aime pas les débats autour des mots ! Il a signé un accord avec un islamiste sans savoir qui c’était !

      Pour les curieux, l’éditorialiste prétend que l’Observatoire de la laïcité aurait été créé sous F. Hollande !

      Édifiant !

      http://www.itele.fr/chroniques/invite-claude-askolovitch/jean-louis-bianco-on-a-le-droit-de-porter-des-signes-manifestant-ses-convictions-religieuses-dans-la-rue-150319

  • 2
    Maurice1718
    14 janvier 2016 à 11h55 / Répondre

    Je crois qu’il serait tout à fait déraisonnable de laisser la laïcité aux mains de son Observatoire. Qu’il se contente déjà d’observer et ce sera bien. Historiquement, il y a toujours eu plusieurs tendances sur la question, mais celle héritière de la République est la séparation des Eglises et de l’état. La République a un projet d’émancipation des consciences. Voilà le point de départ.

    Très vite, entre 1871 et 1918, le Concordat alsacien/mosellan – exception du droit français – qui régit les cultes en Alsace-Moselle, déroge au principe de laïcité de l’Etat. Ce concordat remonte à l’accord signé entre Napoléon et le pape Pie VII, le 10 septembre 1801, régissant le culte catholique en France. Le 9 décembre 1905, le vote de la loi de séparation des Églises et de l’État a pour effet d’abolir ce Concordat, sauf pour les trois départements annexés par le Reich, qui conserve cette législation religieuse d’exception.

    Quand l’Alsace et la Moselle reviennent à la France en 1918, un statut provisoire est adopté pour maintenir le Concordat. Dès la victoire du Cartel des gauches en 1924, Édouard Herriot envisage de le remplacer par la loi de 1905. La résistance des populations locales fortement attachées à ce droit est telle qu’elle oblige ces politiques à renoncer. Le Conseil d’État confirme juridiquement ce statut d’exception en 1925. Seule l’annexion en 1940 par l’Allemagne nazie met fin au Concordat, mais il est aussitôt rétabli en 1945. L’islam n’est pas représenté à l’époque. On constate donc que dans la République française l’application du principe de laïcité de l’Etat n’est pas généralisé et ce problème n’a pas encore été résolu.

    La laïcité vue comme valeur de tolérance et de neutralité n’est ni celle de la loi de 1905 ni celle de la République : il s’agit bien d’émanciper les consciences d’un cadre de séparation des Eglises et de l’Etat. L’islam figure aujourd’hui au nombre des religions représentées dans l’Hexagone, mais repose sur des piliers d’interprétation religieuse de vie communautaire incompatibles avec l’esprit de la laïcité (charia, Coran). Recevable comme culte religieux, l’islam n’est n’est pas moins en contradiction avec la République française dans le projet de ses pères fondateurs du fait de son principe de fusion de la vie civile et de la vie religieuse.

    Tant que les politiques n’auront pas compris cela et mis en acte le projet républicain initial, on en sera toujours au même stade et sous la pression des populations, aujourd’hui musulmane, qui comme on le voit en Alsace Moselle dictent leur conduite aux gouvernants. La pression est très forte et s’exprime même, le cas échéant, par une guerre sainte.

    Le premier travail des gouvernants et des parlementaires est donc de fixer une définition univoque de la laïcité de l’Etat et de la faire appliquer partout. Il appartient ensuite à chacun d’exercer sa liberté de croire ou de ne pas croire dans son espace intime, voire de pratiquer sa religion dans son espace privé. Pas question de changer la législation des piscines pour séparer les hommes des femmes, ce n’est pas l’esprit de la République. G dit.

  • 1
    Jean de Mazargues
    14 janvier 2016 à 9h24 / Répondre

    Jean-Louis Bianco n’est pas l’homme de la situation. C’est désolanbt mais c’est ainsi.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous