Etre Franc-Maçon aide-t-il à trouver du boulot?

Publié par Jiri Pragman

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
mercredi 11 avril 2012
Étiquettes : ,
  • 5
    stolkin
    12 avril 2012 à 19h16 / Répondre

    Peut-être bien. Pour le perdre : certainement.

  • 4
    baptiste
    12 avril 2012 à 16h54 / Répondre

    Encore une légende urbaine bien établie.

    Elle est peut-être vraie à certains niveaux de la bourgeoisie maçonnique parisienne, ou dans certains réseaux du type affaire du Carlton, mais d’une manière générale, c’est bidon. Moi le premier, je n’aimerais pas recruter ou bosser avec un Frère, car il me serait plus difficile de bosser correctement, engueuler correctement, valoriser correctement un Frère qu’un collègue lambda. Et le boulot est assez difficile comme ça, sans qu’on se rajoute des complications…

  • 3
    L''homme qui marche
    12 avril 2012 à 10h11 / Répondre

    Il existe dans plusieurs obédiences (dont la mienne) des structures pour les Frères en recherche d’emploi. Pour y être passé moi-même, je peux témoigner :
    – ce n’est pas là ni grâce à ça que j’ai retrouvé du boulot, ni aucun des Frères qui y sont passés à ma connaissance,
    – ça permet simplement de retrouver une structure, un groupe de soutien, des encouragements, et fournir de précieux conseils. Ce qui n’est pas rien (mais ne paie pas le steack).

  • 2
    Le Chien
    12 avril 2012 à 6h50 / Répondre

    Sur nos chantiers et dans nos Ateliers, il y a toujours du boulot pour les plus courageux , N’est-ce pas ?

  • 1
    Stéphane DC
    11 avril 2012 à 20h18 / Répondre

    Je trouve l’appellation « franc-mac » détestable. A noter tout de même que « nous » sommes placés après les dix solutions proposées, en ultime recours.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous