Franc-maçonnerie entre passé et avenir

Publié par jissey
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
vendredi 31 décembre 2021
  • 6
    Georges
    2 janvier 2022 à 17:13 / Répondre

    En tant que franc-maçon et africain , le problème non traité qui se pose actuellement aux Obédiences maçonniques françaises est le lien , et le soutien aux Grandes Loges africaines dont les Grands Maîtres sont les chefs d’état dictatoriaux, corrompus et sanguinaires.
    Ce qui fait qu’en Afrique francophone surtout, la franc-maçonnerie est perçue comme soutien à la Franc’Afric pratiquant des rites magico-mystiques et aux ordres de ces dictateurs.
    Qu’attendent toutes ces Obédiences françaises pour ce désolidariser et faire entendre la voix des principes maçonniques universelle ?

  • 4
    Désap .
    1 janvier 2022 à 19:32 / Répondre

    Etre régulier à ses règles ferait la régularité, en matière maçonnique ou autre, la belle affaire.
    On comprend que ce sophisme ridicule plaise au sophiste attitré de Hiram.be, on souhaite surtout que A.N. Dubard fient d’y croire.
    En tous cas la GLDF sait d’expérience qu’Anglais et Américains ne l’entendent absolument pas ainsi, qu’en outre pour eux rien ne distingue la reconnaissance de la régularité.

  • 3
    Will Iam
    1 janvier 2022 à 16:35 / Répondre

    Excellente entrevue. On remarquera aussi les propos limpides d’Alain-Noël Dubart sur les sujets de régularité (par rapport à la règle dont chacun se dote librement) et de reconnaissance (qui ne mélange pas les structures et les maçon(ne)s), dont la clarté tranche nettement avec la puérilité des deux irascibles commentateurs hantés par ces thématiques.

  • 2
    Luciole
    31 décembre 2021 à 20:03 / Répondre

    Critiquer les degrés de Perfectionnement n’apporte rien,AN.Dubart décrit parfaitement la trajectoire et le travail que doit réaliser le FM.
    Le moment venu pourquoi ne pas observer sous d’autres angles ou,comme le Musicien,ne pas s’ouvrir à d’autres musiques,d’autres compositeurs,d’autres formations? Cela n’ôte rien au travail quotidien mais enrichit la pratique comme la pensée.

    • 5
      Désap .
      2 janvier 2022 à 00:25 / Répondre

      2 – La maitrise c’est la responsabilité conduit à la liberté et la première des responsabilités est de choisir comment aller vers la liberté.
      Et puis il y a une règle : la vérité se trouve dans les leçons des épreuves et des échecs, pas dans celles des cocons et des victoires.
      Où aboutissent les Voyages ? A la mort.
      A quoi mène la mort ? A la réalité.
      C’est l’unique mouvement perpétuel, et personne ne sait (de son vivant) qui de la mort ou de la vie était là en premier.
      A mon avis personne, mais il me semble que pour la vie, la mort est inutile. Le contraire est incertain.
      AN Dubart est bien plus nuancé que ce que tu rapportes, intéressant de réécouter de 10:20 à 12:02.

  • 1
    Désap .
    31 décembre 2021 à 18:47 / Répondre

    Travailler le grade de Maître, en loge bleue, enfin, enfin on commence à poser l’importance du sujet.
    Merci au GM A.N. Dubart de rappeler cette nécessité absolue.
    Pour tous les frères qui saisiront le chemin de la maitrise avec ses outils, les Hauts Grades paraîtront particulièrement fades, désespérément convenus.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous