GLNF. Déclaration de candidature de Jean Murat

Publié par Jiri Pragman
Dans Divers

On s’en doutait mais c’est confirmé: Jean Murat a fait acte de candidature à la Grande Maîtrise de la Grande Loge Nationale Française. Ce 21 février 2012, il a fait paraître dans son blog Le Tablier Blanc une déclaration de candidature. Il y prend une série d’engagements notamment en ce qui concerne l’annulation de toutes les ordonnances de suspensions et de radiations des Loges et Frères prises depuis la démission de Françaois Stifani et de son conseil d’administration le 21 janvier 2011, la réintégration des Grands Maîtres Provinciaux qui dirigeaient les Provinces à la même date et le maintien dans leurs prérogatrives des membres du Souverain Grand Comité suspendus depuis.

Il s’engage également à fonder un Comité de Réforme de la GLNF reprenant les Constitutions de 1986 à titre provisoire avec pour objectif de faire aboutir à une révision des statuts, constitution et règlement intérieur (…), retrouver les chemins de la régularité, rechercher et sanctionner les responsables ayant conduit aux désordres actuels dans la gestion financière et immobilière et, enfin, à prendre collégialement, en tant que Grand Maître et Président du Conseil d’Administration de notre association, toutes les décisions avec fermeté et détermination, ce qui n’exclut ni apaisement ni réconciliation nécessaires et salutaires pour la sauvegarde de notre institution.

mardi 21 février 2012
Étiquettes : , , , ,
  • 5
    Vieux Julien
    22 février 2012 à 22:31 / Répondre

    Pour Luciole: à la GLNF, c’est quand même une assemblée de tous les vénérables (+ des membres de droit mais pas majoritaires) qui valide par vote le Grand Maître qui n’est que proposé par le Souverain Grand Comité. Le système est donc dans la forme plus démocratique qu’on ne le croit.
    Dans la pratique, c’est totalement verrouillé il est vrai.

    Relativement à ton commentaire quant à Jean Murat, il faut préciser des choses importantes. Tout d’abord Jean Murat s’est déclaré depuis très longtemps et il a toujours avancé sans se cacher en tant que candidat. Déjà une grosse différence avec divers manoeuvriers politico-maçonniques.
    Egalement, c’est celui qui s’est levé face à Stifani le premier, en 2006, lors de son élection, en osant se présenter contre lui alors que le catastrophique niçois avait été présenté par Foellner alors Grand Maître. Dans la GLNF déjà ultra-hiérarchisée de l’époque je pense qu’il faut être très solide pour le faire. Il avait obtenu un score admirable au regard du moutonnisme du Souverain Grand Comité. Deuxième grosse différence avec les résistants de la 24ème heure…

  • 4
    luciole
    22 février 2012 à 13:44 / Répondre

    Quelle hâte à se proposer! Ce zèle désintéressé fait chaud au cœur.Il faudra tout de même signifier des limites à
    l’heureux élu (s’il y en a un qui le soit « démocratiquement » c’est à dire par une assemblée générale.C’est pas demain…)

  • 3
    Didier Maes
    22 février 2012 à 09:20 / Répondre

    Ceci n’empêche pas le Passé Vénérable Grand Maître belge des Maçons « Réguliers » de faire, un fois de plus, preuve d’un zèle suspect à l’encontre (et pas à l’endroit) de son passé vénérable ami François Stifani. Il y a desmoments où l’indécence me révolte… Les Français essaient de se débrouiller et personne ne veut les entendre. Ce doit être le syndrôme grec !
    http://blogs.lexpress.fr/lumiere-franc-macon/2012/02/21/les-grandes-loges-americaines-suspendent-leurs-relations-avec-la-glnf/

  • 2
    Fox7ans
    21 février 2012 à 20:05 / Répondre

    bientôt on connaitra le nombre de membres qui restent à la GLNF en comptant les candidats à la grande maitrise…

  • 1
    Didier Lacaze
    21 février 2012 à 16:42 / Répondre

    Jean Murat tient également à apporter les précisions suivantes :

    Ma  » Déclaration de candidature  » était sous titrée « rassembler ». Nombre de Frères me demandent maintenant de préciser les limites de la réintégration :

    Il est indiscutable que la démission volontaire du Président et du CA entraine la nullité des nominations et sanctions ultérieures ; ceci n’est qu’une première étape que j’ai qualifiée de « provisoire »et commune à tous les Frères et Loges radiés ou suspendus. Cet aspect général et légitime ne répond pas à toutes les responsabilités encourues qui doivent être traitées et, éventuellement, sanctionnées, en sérénité .

    Le travail de rénovation pouvant, avant sa validation définitive, nécessiter des semaines, l’élection par vous tous d’un Grand Maître – Président ET du CA permettra, sans sectarisme ni passion de réintégrer les Frères et Loges antérieurement destitués, mais aussi de sanctionner les responsables de dérives incompatibles avec les Principes intangibles de la Maçonnerie de Tradition. Car il s’agit d’un Office et de surcroit particulier par son rôle historique (1760) de lien particulier (sic) de transmission à double sens entre les Loges et la Grande Loge. *

    ° A.Q C Vol.123 . 2010 ,p. 211 & seq

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Les règles en matière de diffamation, de calomnie, d’insulte, d’incitation à la haine ou de discrimination sont applicables. Les formules de salutation maçonnique et les abréviations ne sont pas autorisées.

Code vérification
Signaler un contenu abusif