Herge Portevin

Hergé de profil…

Publié par Géplu
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 14 juin 2018
  • 1
    Chaboud
    14 juin 2018 à 15:53 / Répondre

    J’espère que Bertrand Portevin n’a pas oublié la part plus que prépondérante prise dans les aventures de Tintin par la grande culture de Jacques van Melkebecke. Si ce n’est pas le cas, il peut lire « Vers la ligne claire » de Benoît Mouchard, ouvrage dans lequel, ce véritable « nègre » d’Hergé fait part de sa détestation des francs-maçons (il fut condamné à la libération pour collaboration, entre autre au « Soir » volé, où travaillait également Hergé, qui dut son acquittement à l’intervention d’un grand résistant… fondateur du journal Tintin.
    Mais pourquoi diable tant de maçons se passionnent pour l’oeuvre en BD d’Hergé, tartinée de l »antisémitisme de ce catholique d’extrême droite, souvent camouflée dans les rééditions (L’or noir), ou pas cachée du tout (Etoile mystérieuse), sans parler du Congo.
    Seule, surnage dans l’oeuvre, un penchant pour l’occultisme, l’ufologie et l’ésotérisme de bazar.
    Il faut lire « Spirou » et « Gaston Lagaffe », ouvrages d’auteurs humanistes belges et contemporains de Hergé.
    Jack Chaboud

    • 2
      Joël
      14 juin 2018 à 16:28 / Répondre

      Bien vu. Hergé est un collabo d’un point de vue strictement historique. Il s’en est bien sorti. Qu’il soit (peut-être) devenu un humaniste après-guerre ne change rien à ce constat objectif. De plus, je ne crois pas que Hergé ait fait preuve d’un quelconque remords par rapport à ses « activités » entre 1930 et 1945. Degrelle l’admirait beaucoup au point de prétendre qu’il avait servi de modèle à… Tintin;

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous