Eugène Goblet d'Alviella et son épouse Margaret Alice en 1916

John Belton nous parle de Goblet d’Alviella

Publié par Géplu

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 7 novembre 2022
  • 4
    pierre noel
    12 novembre 2022 à 19h14 / Répondre

    Deux amis, Eugène Goblet d’Alviella et Pierre Tempels, ont laissé un souvenir certain dans la maçonnerie belge, tous deux étaient libre-exaministes et tolérants, l’inverse de stupides Dupont-Lajoie confits dans leur obstination « rabique ». Ils ont laissé des livres qu’on ne lit plus mais qui le furent par des générations de maçons, La Migration des Symboles et L’Origine du Grade de Maître pour l’un, Les Francs Maçons pour l’autre. J’ai été élevé dans leur lecture qui vaut bien Guénon, Wirth et Chemin-Dupontès, quoi qu’en disent les éclairés.
    Ces deux-là, engoncés dans leur col à coins cassés auraient souri de certaines sottises proférées sur hiram.be, dieu seul sait pourquoi.

  • 3
    Pierre Noël
    11 novembre 2022 à 13h08 / Répondre

    Il y a un léger contresens dans la traduction de l’in memoriam » de Goblet.
    Belton écrit « A Belgian daughter of the Grand Lodge of Scotland » titre d’un article paru en 1907 dans AQC. Ce n’est pas « un Belge fils/fille de la GL d’Ecosse », mais « une loge-fille de la GL d’Ecosse ».
    Dans cet article, il décrit la vie d’une loge La Parfaite Union, créée à Namur par un officier Ecossais, John Cunninghame, loge qui reçut une charte de la GL d’Ecosse en 1770. Elle travaillait initialement sous le rite « Ancien » (si on peut employer cette approximation pour une loge écossaise). En 1777, elle passa sous l’obédience de la la GL Provinciale des Pays-Bas autrichiens, sous Patente de la GL d’Angleterre, des « Moderns » (elle dut changer de nom en « Bonne Amitié », « Parfaite Union » étant celui d’une loge de Mons, plus ancienne). Elle existe toujours sous ce nom à Namur, dépendant du GOB.
    C’est à ma connaissance le seul cas documenté d’une loge continentale passant du soi-disant rite des anciens au rite des modernes (ses rituels sont conservé Rue Royale à Bruxelles).
    L’histoire en a été complétée, depuis Goblet par Christophe De Brouwer et Jacques Huyghebaert.

  • 2
    Pierre Noël
    8 novembre 2022 à 19h29 / Répondre

    Eugène Goblet d’Alviella fut, sa vie durant, un ardent défenseur du libre-examen, un adversaire de tous les cléricalismes, dans sa vie intellectuelle, politique, littéraire … Son testament « philosophique », écrit 4 ans avant sa mort, en fait foi : ‘Je déclare ma ferme volonté de mourir dans les principes maçonniques du Rite Ecossais Ancien et Accepté, tels que je les ai compris et pratiqués avec le concours de mes FF. En présence de la mort il convient d’affirmer sa foi dans les choses éternelles. Je crois au Dieu incognoscible, seule et unique Réalité, dont on peut dire: In illo vivimus, movimus et sumus ; à sa mystérieuse émanation, le vrai Logos, l’Energie édificatrice de l’Univers; à l’action providentielle suivant laquelle cette Energie se révèle, la Loi du Progrès que réclame mon cœur et que proclame ma raison. Mon attitude vis à vis de toutes les Religions reste ce que je la définissais en 1884, quand je disais: « étranger à toute Eglise, mais en communion d’idée et de sentiment avec quiconque, soit à l’intérieur, soit en dehors des organisations ecclésiastiques, cherche à rapprocher la religion de la Raison. »
    C’est ce qu’exprime son mausolée.

  • 1
    Pierre Noël
    7 novembre 2022 à 10h52 / Répondre

    Bel in Memoriam du passé GM du GOB, membre jusqu’à sa mort de la loge QC de la GLUA.
    Je me souviens de débats épiques à l’ULB où des maçons éminents (JL notamment) du GO minimisaient ce volet de l’activité maçonnique de Goblet, avançant que, véritable libre-exaministe, il avait été berné par les langage fourchu des Anglais,
    Le fait qu’il a été reversé par une voiture, avenue Louise (qui est un peu les Champs-Elysées local), en 1925 laisse rêveur !

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous