Jonathan Spence

Jonathan Spence nouveau Pro Grand Master de la GLUA

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 15 octobre 2022
  • 15
    ERGIEF
    19 octobre 2022 à 0h52 / Répondre

    13@JACQUES HUYGHEBAERT – En complément de mon commentaire en 9, je précise que lorsqu’il utilise les termes secularism et spirituality, le Pro GM de la GLUA fait tout bonnement référence au landmark qui interdit toute discussion politique ou religieuse en Loge. Il élargit l’application de ce principe à l’objet général de la Franc Maçonnerie. Toute ressemblance avec la conception de la laïcité et de la spiritualité « à la française » relève de la confusion. La société anglaise est séculière car elle sépare le politique du religieux mais l’Anglicanisme est la religion d’état, la Franc-Maçonnerie de la GLUA s’interdit toute proximité avec les religions mais elle exige de ses membres la croyance en un Être suprême. Ces mœurs sont très éloignées de notre modèle républicain et de la Franc-Maçonnerie libérale et sociétale dont le GODF est le chef de file.
    Mon propos est un constat. Il n’est assorti d’aucune forme de jugement.

  • 14
    Anubis Rê
    18 octobre 2022 à 23h47 / Répondre

    Restons élégants et bien élevés, ne rions pas trop fort de cette légende selon laquelle les Français sont incapables de comprendre l’Anglais.
    Très utile pour noyer le poisson, celui d’un Pro Grand Master aussi conservateur sinon beaucoup plus encore que son prédécesseur.
    Je vous en prie, chers maçons réguliers, cessez de ramer vous attaquez la falaise et cela va finir par se voir.
    S’il était besoin de le rappeler, mais il faut bien pour les besoins de la démonstration, la maçonnerie anglo-saxonne est essentiellement dévolue à la charité, pour le reste et tout le reste notamment la spiritualité quelque soit sa ou ses dimensions la religion s’en charge, point ! Pathos avez-vous dit ? Le mot est faible et l’Anglais professoral.
    Et pour le dire clairement merci, amis maçono-anglicistes, d’éviter de qualifier les maçons français de bouseux du haut de vos arguments de comptoir

    • 16
      Pierre Noël
      19 octobre 2022 à 10h47 / Répondre

      La ou les différences entre Spiritualiy et Religion font l’objet de débats enflammés dans la littérature anglo-saxonne, surtout depuis soixante ans. La lecture en est rebutante, revêche, ennuyeuse, redondante et à vrai dire emmerdantes pour un continental qui n’a aucun intérêt pour ces choses fumeuses autant qu’éthérées, estimant qu’ouvrir les yeux sur le monde est déjà faire œuvre de « spiritualité ». Fait qui vaut plus qu’un lord-maire.
      Anderson ne dit en fait rien d’autre. Tenir en loge et entre maçons des conversations de café du commerce ne peut qu’apporter la m… ! D’où le fameux landmark.
      (ART) VI 2 BEHAVIOUR after the LODGE is over and the BRETHREN not gone. (Inutile de traduire puisque le Français comprend si bien l’anglais selon le clone de qui nous savons)
      Doing or saying anything offensive may forbid an easy and free Conversatiton for that would blast our Harmony, and defeat our laudable Purposes. Therefore no private Piques or Quarrels must be brought within the Door of the Lodge, far less any Quarrels about Religion, or Nations, or State-Policy, We being only, as Masons, of the Catholick Religion above-mention’d, we are of all Nations, Tongues, Kindreds, and Languages, and are resolv’d against all Politicks, as what never yet conduc’d to the Welfare of the Lodge, nor ever will. This Charge has been always strictly enjoin’d and observ’d. This Charge has been always strictly enjoin’d and observ’d.

      (Le lecteur d’Anderson ne confondra pas la « religion catholique sus-mentionnée » avec la secte romaine.

    • 17
      Anubis Rê
      19 octobre 2022 à 19h04 / Répondre

      Ce que Anderson souligne, c’est l’inutilité des querelles d’une manière générale, sur les sujets de religions et politiques en particulier et notamment entre maçons parce qu’ils sont d’une nation qui respectent les autres nations et d’une « Catholick Religion », celle avec laquelle tous les hommes sont d’accord, « c’est-à-dire d’être des hommes de bien et loyaux etc … » Art.1 des Obligations.
      Cependant, Anderson n’interdit aucunement de s’interroger sur la nature de Dieu.
      S’interroger sur la nature du principe qui nous gouverne n’est pas parler de religion, c’est s’interroger sur la nature de ce principe.
      Et il me semble, en substance, que les rituels maçonniques non rattachés à une religion comme le RER, non seulement le permettent de manière objective, là à la fois leur puissance et leur indépendance vis à vis des religions, mais de plus il m’apparaît que le 3ème grade y porte singulièrement.
      C’est ceci en particulier dont la GLUA ne veut absolument pas entendre parler, considérant que cette question est définitivement tranchée par la religion, chrétienne de préférence.
      C’est très simplement là l’objet du propos du Pro Grand Master, c’est également, on le remarquera, assez systématiquement que les dignitaires de la GLUA évoque le rapport religion/Franc-maçonnerie à chaque fois qu’ils s’expriment.
      En tant que franc-maçon, je regrette de signifier au Pro Grand Master qu’il n’est en aucun cas, ni établi, ni prouvé, que le christianisme ou toute autre religion détiennent la bonne définition du GADL’U.
      Mais si le Pro Grand Master détient cette preuve, ce serait bien qu’il nous la dévoile, cette question étant au centre des interrogations humaines depuis des millénaires, il ferait là l’un des plus grand acte de charité, l’humanité reconnaissante.

  • 13
    Jacques Huyghebaert
    18 octobre 2022 à 17h53 / Répondre

    Toute traduction comporte le risque d’erreurs, notamment dans le cas de certains mots apparemment identiques en français et en anglais, mais dont la signification diffère sensiblement d’une langue à l’autre. En français la spiritualité désigne ce qui relève du domaine de l’esprit, considéré comme distinct de la matière, n’implicant pas l’existence nécessaire d’un lien avec la religion. en outre, en français, l’adjectif spirituel peut se rapporter à une personne possédant de la finesse et de la vivacité d’esprit, de l’intelligence et de l’humour. Dans la langue anglaise, par contre, le mot “spirituality” a gardé son sens étymologique d’origine propre au mot latin “spiritus” et par voie de conséquence avec l’âme, son immortalité et la divinité. Dans l’article paru en 2011 dans “Freemasonry Today” No. 16 on peut effectivement lire que la Franc-Maçonnerie ne s’occupe pas de “spirituality.” Le Député Grand Maître y précise et insiste que la Franc-Maçonnerie n’est ni une religion ni une alternative à la religion. Le RF Jonathan Spence, aujourd’hui Pro Grand Maître fr la GLU d’Angleterre, souligne que que la Franc-Maçonnerie n’offre ni les sacrements ni les moyen pour atteindre le salut (Salvation). C’est dans le sens anglo-saxon d’une spiritualité par nature religieuse, je crois, qu’il faut comprendre l’affirmation de Jonathan Spence selon laquelle la spiritualité n’a pas de place en Franc-Maçonnerie.

  • 10
    CYRUS42
    17 octobre 2022 à 9h58 / Répondre

    A quand le basculement de la GLUA au GODF???

    • 12
      JMB
      17 octobre 2022 à 20h35 / Répondre

      Tu veux dire le basculement du GO à la GLUA je suppose.

  • 9
    ERGIEF
    16 octobre 2022 à 17h52 / Répondre

    La laïcité telle que nous la concevons n’à pas d’équivalent en Angleterre et le mot lui même est absent du vocabulaire anglais. Le terme qui s’en rapproche le plus est « secularism » mais il n’est pas exclusif du religieux. Par ailleurs pour les anglo-saxons le domaine de la spiritualité (spirituality) recouvre tout ce qui a trait à l’âme, l’esprit et la croyance en un Etre supreme. Elle ne se limite pas à la pratique religieuse.
    Le discours du Frère Jonathan Spence est à prendre avec prudence. La traduction française d’un propos de cette nature est délicate parce que les « faux amis » sont source d’ambiguïté voire de contre-sens. Ainsi en première lecture le texte en français frôle le pathos.

    • 11
      François Crubellier
      17 octobre 2022 à 20h02 / Répondre

      « Secularism » n’est pas si loin de « Laïcité ». « Secularism » indique que la/les religion/s n’ont pas à s’occuper des affaires des Etats (« Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu »). La Laîcité prône la même chose : ne pas mélanger politique et religion(s). Ce sont les religions qui prétendent que la Laïcité s’oppose à elles, pour tenter de la « déligitimer ». On peut être pour la Laîcité sans être athée ou anticlérical. Cessons de caricaturer la Laïcité.

  • 5
    Brumaire
    15 octobre 2022 à 18h07 / Répondre

    C’et quoi, « ne pas traiter de spiritualité »? Cela voudrait-il supposer qu’on ne pense pas? (La spiritualité, si je ne me trompe, est bien l’activité de l’esprit…
    C’est quoi « une organisation laïque qui soutient la religion? » je sais que les Anglais ont une approche et une définition de la laïcité bien différentes de nous autres, mais quand même.
    Pour moi, la laïcité est une posture, un code, et pas le soutien de quelque religion ou quelque philosophie que ce soit

    • 8
      Anubis Rê
      16 octobre 2022 à 13h06 / Répondre

      Le Pro Grand Master de la GLUA déclare sans aucune ambiguïté que la franc-maçonnerie est le bras séculier de la religion.
      Il prend un grand risque vis à vis des Eglises puisqu’il se positionne comme, soit un opposant, soit un concurrent, et il interdit par cette posture toute possibilité de réconciliation.
      C’est la GLNF et le GO d’Italie qui vont apprécier, trente ans de labeur pour un rapprochement avec le Vatican, pour la levée totale de l’accusation de péché grave interdisant l’Extrême Onction mis à bas.
      Je pense que c’est une réponse à la participation récente d’un évêque romain à l’inauguration d’une loge du GO d’Italie.
      La GLUA devient hystérique à force de vouloir tout contrôler.

  • 3
    JMB
    15 octobre 2022 à 16h01 / Répondre

    En pensant à tout ceux qui parlent souvent pour ne rien dire, je leur dédie la prose de Bernard Dimay :
    https://youtu.be/TOyjlWYUmhI

  • 2
    Pierre
    15 octobre 2022 à 15h05 / Répondre

    « La franc-maçonnerie ne traite certainement pas de spiritualité-il n’y a aucun sacrement »…
    Donc pas de spiritualité sans sacrement ? Pas de spiritualité en Loge ? J’espère que c’est une mauvais traduction , sinon, quelle bouillie !

    • 4
      GépluAdministrateur
      15 octobre 2022 à 16h41 / Répondre

      Voici la phrase extraite de son texte original. Si tu as une meilleure traduction…
      .
      Freemasonry itself, as we all know, is neither a substitute for nor an alternative to religion. It certainly does not deal in spirituality – it does not have any sacraments or, indeed, offer or claim to offer any type of salvation.

      • 6
        JMB
        15 octobre 2022 à 19h08 / Répondre

        Une proposition :
        « La franc-maçonnerie elle-même, comme nous le savons tous, n’est ni un substitut ni une alternative à la religion. Elle ne s’occupe certainement pas de spiritualité – elle n’a pas de sacrements et n’offre ou ne prétend pas offrir un quelconque type de salut. »

        • 7
          Brumaire
          16 octobre 2022 à 11h50 / Répondre

          Merci JMB pour cette traduction possible -je ne suis PAS DU TOUT angliciste, plutôt tournée vers d’autres langues.
          Et donc, tu confortes ce que je pense à propos de ce morceau de phrase, très très important pour moi « elle ne s’occupe certainement pas de spiritualité », signifiant ainsi que la spiritualité, pour J.Spence, est un terme très réducteur. Cantonner la spiritualité à l’exercice des religions, c’est inexact en induisant que les athées ou les agnostiques sont décérébrés puisqu’ils n’ont aucune activité de l’esprit

  • 1
    Anubis Rê
    15 octobre 2022 à 1h32 / Répondre

    « l’une des plus grandes forces de l’Art, depuis ses débuts les plus reculés, est celle de la tolérance. » Sauf à l’égard de ceux qui sont sans religion et des athées, ils sont exclus. Une tolérance pour le moins … arbitraire.
    .
    « Par conséquent, pour que cette tolérance ne soit pas troublée, les discussions sur la religion (…) sont strictement interdites. » Sauf qu’il faut croire, croire en un « être suprême », et par n’importe lequel : Dieu, le dieu de la Bible, qui chapeaute tous les autre puisque, si un autre livre peut être présent sur l’autel (attention, on n’est pas en religion) la présence de la Bible est elle obligatoire.
    .
    En conclusion, la candidature du Grand Inca, grand initié parmi les initiés (authentique parmi les authentiques n’est-ce pas), et bien cette candidature à l’admission en franc-maçonnerie « régulière » aurait été refusée.

    J’entends déjà que l’on me dit qu’il ne s’agit pas d’initiation en franc-maçonnerie, mais de réception. Tout s’explique.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous