sauvage d'Ath

La ducasse d’Ath supprimée du patrimoine culturel de l’Unesco pour racisme

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
lundi 12 décembre 2022
Étiquettes : , ,
  • 36
    lazare-lag
    18 décembre 2022 à 21h48 / Répondre

    Si j’ai bien compris la polémique, (j’ai rencontré un problème de son pour écouter la vidéo, je parle donc prudemment) les uns, dont l’Unesco, trouvent que cette manifestation comporte des relents racistes, quand d’autres ne le ressentent pas comme tel.
    M’est-il autorisé d’être pragmatique?
    Quand l’Unesco, par sa décision du 2 décembre dernier, décide de retirer la ducasse d’Ath de son classement au patrimoine culturel immatériel de l’humanité, au nom de la lutte contre le racisme cela a-t-il une conséquence concrète, palpable sur l’avenir de cette ducasse d’Ath, en Belgique?
    Cela entraîne-t-il une interdiction de cette ducasse pour l’avenir?
    Cela entraîne-t-il la suppression du char, du bateau plutôt, où se trouve ce noir, sauvage et enchaîné?
    Ce noir, ce faux noir d’ailleurs, ne doit-il plus apparaître en public?
    Les allusions à l’esclavage sont-elles gommées?
    Ce retrait de liste entraîne-t-il d’autres conséquences?
    Si le retrait est strictement sans conséquence aucune sur le déroulement habituel et futur de cette sorte de carnaval, où est le problème?
    Auquel cas à mon sens, nous demeurerions alors dans une totale hypocrisie.
    L’Unesco condamne, les bons esprits antiracistes en retirent une satisfaction de morale rétablie.
    Et les habitants de la bourgade d’Ath, une fois la vexation digérée de n’être plus sur liste de l’Unesco, peuvent continuer comme auparavant.
    Si c’est cela la conséquence juridique de la décision de l’Unesco c’est, me semble-t-il, beaucoup de bruit pour rien car chacune des deux parties peut se prévaloir de sauver la face sans trop de casse.
    A la limite cela soulignerait l’impossibilité matérielle de l’Unesco de faire respecter une condamnation émise par elle.
    S’agissant d’une décision de sa part, quelle qu’elle soit, l’Unesco a-t-elle des moyens de l’imposer dans tous ses éléments?
    N’est-ce pas surtout sous cet angle que cette affaire devient intéressante? Le pouvoir de l’Unesco dans la souveraineté de chacun des états qui en sont membres?

    Après avoir tenté une réflexion pragmatique, tentons maintenant une observation ironique.
    Les chevaux qui tirent ce char de carnaval m’ont semblé être noirs.
    On aimerait savoir si l’Unesco a émis un souhait pour le changement de couleur des chevaux pour l’avenir?
    Et si oui, laquelle?

    Par ailleurs, un peu dans le même ordre d’idées, il me revient une polémique concernant un des plus célèbres livres d’Agatha Christie, « Les dix petits nègres ».
    Il apparaît qu’à la demande de ses ayant-droits, ses petit-fils je crois bien, l’éditeur français a été sommé de rééditer avec un nouveau titre, le mot nègres ne devant plus figurer, ni en couverture, ni dans le texte.
    Si les petit-fils sans talent littéraire connus, mais tout de même soucieux de percevoir les dividendes de publication, se mêlent de réécrire les œuvres de Mamie, on est endroit de se demander s’ils n’ont pas inventé une forme moderne d’autodafé.
    Auquel cas les petits-fils d’Agatha devraient en parler aux petits-fils de George Orwell, s’ils ont lu le « 1984 » de leur Papy, ils ont peut-être quelques idées à échanger en matière de censure.

    A ce compte là, personnellement, je suggère qu’on caviarde aussi « Les Mémoires d’Hadrien » de Marguerite Yourcenar (née belge aussi, désolé) car il y est beaucoup trop question d’esclaves, et dans bon nombre de pages.

  • 31
    Olivier TOURCHON
    18 décembre 2022 à 8h14 / Répondre

    Bonjour à toutes et à tous,

    Durant des centaines, des milliers d’années peut-être, on a cru dur comme le fer que la terre était plate et qu’il n’y avait rien d’autre autour de cette planète que le néant.

    Puis, la science évoluant et les mentalités avec elle, on s’est d’abord posé la question de ce que sont les étoiles, la lune ou les autres astres. Les « sachants » se sont questionnés sur le phénomène du jour et de la nuit, sur celui des saisons.

    C »est ainsi que, d’une vérité universelle (« la terre est plate »), la recherche a fait évoluer les mentalités pour qu’elles acceptent que la terre a la forme d’un ballon, peu ou prou.

    Il en va de même avec des traditions parfois pluri-séculaires. Elles ont été admises (à tort ou à raison, je ne situe pas la discussion sur ce point) successivement comme amusantes, moqueuses, railleuses, étonnantes, gênantes, discriminatoires, xénophobes, contraire à l’idéal humaniste puis interdites.

    Cela s’appelle l’évolution des mentalités que de passer de la terre plate à la planète ronde. Il en va de même ici. Ne pas crier ou regretter le passé, il est écrit et irrémédiablement ineffaçable. A nous d’écrire le présent à la manière dont nous le ressentons aujourd’hui pour que le futur soit meilleur.

    Est-ce si compliqué de comprendre que la vérité d »un jour peut être le mensonge du lendemain ?

    Amicalement,

    Olivier

    • 33
      Anubis Rê
      18 décembre 2022 à 17h23 / Répondre

      Les croyances n’ont jamais été des vérités, ce sont des croyances.
      Depuis la fin du XIXè siècle, la science établit ses principes sur l’expérience, elle établit ainsi des vérités. On a fait rouler des trains, des automobiles, voler des avions, naviguer des sous-marins, voler des fusées, aller sur la lune, envoyer des sondes au-delà du système solaire et Putìn se prend des missiles précis à moins d’un mètre sur la tête et bientôt, on l’espère, dans la tête.
      La Terre n’a jamais été plate, même lorsqu’on y croyait, elle n’est pas devenue ronde parce que les mentalités ont changé, elle est ronde et l’a toujours été.
      Il faut noter également que les découvertes scientifiques de la Renaissance jusqu’au XIXè siècle étaient connues dans l’Antiquité, mais condamner par la religion qui obligeait à des croyances.
      Bref, les croyances sur la Matière et en matière de construction, ce qui se rejoint, ce sont des conneries, et l’avantage c’est que ce n’est pas une affirmation, c’est démontré.
      Et en d’autres matières, et bien ce ne sont jamais que des croyances.

    • 35
      Anubis Rê
      18 décembre 2022 à 20h13 / Répondre

      Une précision : les Égyptiens puis les Grecs avaient démontré que la Terre était ronde et cela ne faisait aucun doute dans l’Antiquité.
      La Terre plate, c’est une débilité, une de plus, du judéo-christianisme.

  • 28
    Loïc Eréac
    17 décembre 2022 à 15h13 / Répondre

    @ 24. Ne t’inquiète pas, Luciole, je ne suis pas susceptible à ce sujet, d’autant que ceux qui me connaissent savent que j’ai effectivement un petit côté réac. Et je l’assume de mieux en mieux 😉
    Je vois en tout cas que nous faisons tous les trois le même constat sur la situation (Pierre aussi peut-être) et comme le dit JMB, beaucoup de frères gardent le silence, même s’ils se rendent bien compte que quelque-chose d’irréversible est en train de se produire. En l’espèce, ouvrir les yeux et dénoncer les dérives d’un faux humanisme ne me semble pas seulement une liberté, mais un devoir. C’est pourquoi j’ai décidé d’écrire sous mon nom, au risque d’être montré du doigt et évidemment catalogué “extrême droite“. Il est tellement plus facile de bêler avec le troupeau que d’ouvrir les yeux et réfléchir ! Mais cela m’est égal, j’en accepte le prix si ma parole contribue à réveiller les consciences. Mon seul souhait, c’est de pouvoir vivre paisiblement dans une société où chacun a toute SA place, pas toute LA place. Si c’est cela être un facho, alors j’accepte volontiers l’insulte. Car il ne s’agit pas de ma simple petite trombine, par ailleurs si dérisoire, mais de notre avenir à tous.
    Quant à notre frère Anubis, je partage nombre de ses points de vue (pas tous, n’exagérons rien ;-)) et son humour caustique me fait parfois mourir de rire. Et si nous nous retrouvions tous ensemble autour d’une table pour casser la croûte ? Je suis sur Paris. Et vous?

    • 29
      Anubis Rê
      17 décembre 2022 à 20h19 / Répondre

      Partant ! Quel plaisir !

      • 37
        Loïc Eréac
        18 décembre 2022 à 22h04 / Répondre

        A Luciole et Anubis (et bientôt d’autres frères, s’ils souhaitent se joindre à nous pour un prochain déjeuner /dîner ): j’envoie mes coordonnées à Géplu, qui vous les transmettra.
        A bientôt et très bonnes fêtes de fin d’année à tous.

    • 30
      Luciole
      18 décembre 2022 à 1h10 / Répondre

      à Lois et Anubis 28 29
      C’est une bonne idée.Je suis Ile de France, 70kms de Paris, mais je viendrai volontiers déjeuner ou diner avec vous si vous l’organisez.à Paris,.Rue Puteaux ou ailleurs.Je l’ai fait avec d’autres. A deux si nous ne pouvons cette fois être à trois.

    • 32
      Cancoillotte
      18 décembre 2022 à 15h20 / Répondre

      Si vous montez une fraternelle des frangins « réacs », je veux bien frapper à la porte du Temple pour en être.

      • 34
        Luciole
        18 décembre 2022 à 20h12 / Répondre

        32 Dans un autre temps peut être mais pour un premier contact je pense que trois personnes c’est un maximum.

  • 25
    Fredoboleth
    16 décembre 2022 à 16h47 / Répondre

    A cause du politiquement correct, on parle beaucoup de la Ducasse d’Ath mais jamais de la Ducasse-couilles

  • 21
    Loïc Eréac
    15 décembre 2022 à 17h15 / Répondre

    Je suis désolé si mes propos ont été excessifs, mais franchement, la contrition permanente et les dérives de l’anti-racisme n’ont absolument rien d’universalistes, bien au contraire. Notre génération n’est nullement responsable des atrocités du commerce triangulaire, pas plus que les arabes ne le sont de la traite négrière, à laquelle ils ont à l’époque activement participé. De même pour les Allemands ou les Japonais, que nous ne saurions traiter aujourd’hui de nazis pour la barbarie dont leurs aïeux -mais pas tous- se sont rendus coupables. Ce qui a été commis a été reconnu et cela était sans aucun doute nécessaire. Mais l’histoire semble aujourd’hui instrumentalisée et corrigée au prisme d’idéologies diverses, et ce d’autant plus facilement que nous n’avons plus de mémoire. Cette logique nous amène, par exemple, à censurer et condamner une pièce d’Eschyle, au prétexte que des acteurs portent des masques noirs. Dark Vador sera-t-il le prochain dans la ligne de mire ? Dans un autre registre, mais selon le même esprit, nous avons réussi l’exploit d’élever Adama Traoré en martyre de la République, victime du racisme d’Etat. Racisme d’Etat, en France, pays des Droits de l’Homme et de Victor Schoelcher ! Il faut quand même avoir le cerveau labouré en long, en large et en travers pour en arriver à de telles contre-vérités. Et plus nous adhérons à ces inepties, plus les choses dégénèrent. Aujourd’hui, rien ne semble plus pouvoir arrêter cette course folle à la victimisation des minorités et à l’établissement des communautarismes, dont il faudra m’expliquer comment ils s’accordent avec une vision universaliste qui prévaut (prévalait ?) en France depuis tant d’années. L’enfer est pavé de bonnes intentions et je ne souhaite pas, en ce qui me concerne, apporter ma pierre à ce chemin qui conduit ni plus ni moins à la fragmentation de notre société. Au nom du Bien, naturellement.
    Bonne journée à tous.

    Et j’oubliais l’essentiel : Pierre Noël a bien raison de nous suggérer la lecture de la page Wikipedia relative à la Ducasse d’Ath. C’est très intéressant.

    • 22
      Pierre Noël
      15 décembre 2022 à 22h36 / Répondre

      Cette évolution est assez caractéristique d’une culpabilisation au-travers des siècles comme l’entretient la tradition chrétienne avec la Faute originelle et la retombée attendue et inéluctable du crime sur les générations à venir (comme le savent ceux qui ont quelque vague souvenir de certains écrits d’autrefois).

    • 24
      Luciole
      16 décembre 2022 à 13h02 / Répondre

      à 21 Loi, c’est réac ! (Pardon pour l’irrespect.) Je partage hélas ton sentiment et celui d’Anubis qui a quelque fois raison (20,21,10,13,18). Le problème me semble t’il c’est que cet esprit de revanche, de sur-culpabilisation pour des générations qui ne sont pas coupables s’installe et que, facilité et paresse aidant, la culture et la société vont en pâtir sévèrement et les personnes souffrir de violences accrues. G!

      • 26
        JMB
        17 décembre 2022 à 10h23 / Répondre

        24- Luciole
        Tu fais des blagues de potache sur les noms de famille maintenant ?
        Cela étant dit, je suis également d’accord avec vous 3. J’en ai marre de ces auto-flagellations ridicules et de ces personnes qui veulent à tout prix « laver plus blanc que blanc ». Le problème est que cette doxa de la culpabilisation, initiée par quelques groupuscules au départ, est maintenant relayée par les médias, certains partis politiques, des ONG, etc … Je ne suis pas genre à baisser les bras mais là j’ai bien peur que malheureusement le combat soit perdu d’avance.

    • 27
      JMB
      17 décembre 2022 à 10h44 / Répondre

      21- Louis Eréac
      Mon TCF, tu n’as pas à t’excuser pour tes propos qui ne sont aucunement excessifs. Ils reflètent des sentiments qui sont largement partagés mais qui sont très rarement, pour ne pas dire jamais, relayés … par peur d’être immédiatement traité d’extrêmiste, de droite bien évidemment, de fasciste voire de nazi !
      PS: pour des commentaires complémentaires je te renvoie à ma réponse faite à Luciole aujourd’hui.

  • 20
    Baphomet
    15 décembre 2022 à 12h26 / Répondre

    La question qui se pose est la suivante : la tradition est-elle évolutive ou se transmet-elle ne varietur ? Vaste débat…

    • 23
      Pierre Noël
      16 décembre 2022 à 9h31 / Répondre

      Si on ne parle que de la ducasse d’Ath, la réponse est simple. la « tradition » a varié bien souvent au cours des derniers siècles.

  • 19
    Boaz
    15 décembre 2022 à 10h37 / Répondre

    Je suis stupefait de lire que certains de mes FF et SS puissent trouver que la nauseabonde « black face » representee ici ne pose pas probleme. Allons, tradition n’est pas raison et vehiculer ces images racistes ne peut participer a l’amelioration materielle ou morale de l’humanite. J’ai dit.

  • 17
    Pierre Noël
    13 décembre 2022 à 19h37 / Répondre

    Je n’ai jamais été à Ath, qui n’est pour moi qu’une sortie d’autoroute entre Bruxelles et Tournai.
    J’apprends les polémiques sur la ducasse « raciste » et me demande combien de lecteurs savent ce que signifie « ducasse » en Hainaut (= fête foraine en France) !
    Les festivités qui accompagnent la fête annuelle d’Ath, vieille du moyen-âge (français en plus), ne sont pas sans rappeler les Mystères médiévaux (lisez ne fut-ce que wikipédia !) avec leur procession de chars représentant notamment des épisodes bibliques, au début du moins, dont certains, sérieux et même respectables, vont jusqu’à se demander s’ils ne sont pas l’ébauche et la source des « mystères » maçonniques d’aujourd’hui (le drame hiramique notamment).
    le « Sauvage » y est présent sur le char dit « La barque des pêcheurs napolitains » depuis le XIX° siècle. De quoi jeter un oeil noir (wokiste même) sur ces Napolitains ? Furent-ils à l’abri de tout soupçon en 1921?

    • 18
      Pierre Noël
      14 décembre 2022 à 15h25 / Répondre

      Je ne peux que conseiller, aux Francs-Maçons, la lecture de la rubrique Wikipédia « La ducasse d’Ath ». Ils y verront les similitudes avec les « Mystères » du moyen-âge anglais, le cycle d’York notamment, discutés dans QC par les érudits Anglais, F.Pick, N.Cryer. Abolis par la Réforme protestante, survivants dans les « Masques » de la période Stuart, réapparaissant au théâtre après la Restauration, ces « Mystères » revivent périodiquement grâce à l’enthousiasme d’un public renouvelé.
      Une évolution de ces Mytères vers les saynètes maçonniques et sa liturgie est vraisemblable et très sérieusement discutée par les experts Britanniques.

  • 10
    Loïc Eréac
    12 décembre 2022 à 19h07 / Répondre

    On marche sur la tête… Puisque qu’il en est ainsi, puisqu’on en est arrivé là avec le concours de tous les “progressistes“, y compris maçons, alors déboulonnons toutes les statues, dézinguons et réécrivons notre histoire, crachons sur notre culture ! Excusons-nous pour tout, flagellons-nous encore et toujours, mettons-nous à genoux et beurrons-nous la raie. Au demi-sel, bien entendu ! Cette société de débiles mentaux, d’anti-racistes pavloviens complètement à côté de leurs pompes, de wokistes décébrées, aura eu définitivement raison de ma tolérance. Je pars vivre 2 mois et demi cet été au Japon. Si l’essai est concluant, je m’y installe définitivement, sans doute à la grande joie de certains. Je me sens parfois moins étranger à Tokyo qu’ici, pas seulement à cause des débordements décrits précédemment et qui sont évidemment indéniables, mais aussi pour les valeurs qu’on y cultive désormais et qui vont à l’encontre du simple bon sens. Impossible n’est pas français, disait-on. Dommage que cela soit également vrai pour le pire. Heureusement, l’essentiel est préservé : nous sommes arrivés en demi-finale…

    • 13
      Anubis Rê
      12 décembre 2022 à 23h34 / Répondre

      Aucune sympathie pour les wokistes et cette susceptibilités galopante qui rend une partie de la population effectivement névrosée et sans plus aucun humour, cependant on ne peut nier que l’on a pratiqué le commerce triangulaire et théorisé les races et leur inégalité, ou faire comme si cela n’avait pas existé.
      Et si l’on cherchait à opposer une réponse objective à ces simplismes basés sur la vengeance dont nous savons que, de facto, ils sont voués à l’échec, au lieu de simplement les condamner, ce qui ne convainc que les convaincus, ou pire, comme une forte minorité politique, culpabiliser ?
      Je n’ai pas les arguments -pcq je trouve le wokisme et la susceptibilité tellement c… que je n’ai pas envie d’y réfléchir- , mais tout maçon sait qu’ils existent tant que la cause est juste, et lutter contre les simplismes est juste.

      • 16
        Loïc Eréac
        13 décembre 2022 à 15h32 / Répondre

        @13
        Je partage pleinement ton avis, Anubis, la vengeance ne mène nulle part, de même qu’il ne sert à rien, effectivement, de dénoncer ce qui relève de la pure folie. J’avoue avoir bien du mal, surtout en ce moment, à voir dans quelle mesure nous pourrions retrouver le chemin de la raison, et c’est probablement cette cécité, doublée d’un sentiment d’impuissance, qui me conduit à vouloir jeter l’éponge, sinon le tablier. Et pour être tout à fait honnête, j’ai encore plus de mal à espérer quoi que ce soit, sans parvenir cependant à me détacher totalement de ce qui advient. Comme j’aimerais être capable de percevoir les germes de lumière en train de naître dans le chaos qui s’annonce déjà… Ma colère n’est que le signe d’une grande détresse spirituelle.

    • 14
      Luc Jadoul
      13 décembre 2022 à 9h03 / Répondre

      Quelle agressivité, quelle violence dans les mots !

      • 15
        JMB
        13 décembre 2022 à 13h42 / Répondre

        14- Luc Jadoul
        Tu as entièrement raison de faire cette remarque.
        Nous sommes tellement habitués aux élucubrations d’Anubis alias Désap sur Hiram que nous n’y prêtons, malheureusement, plus trop attention. Ton regard neuf nous rappelle à la vigilance. Merci.

  • 7
    JMB
    12 décembre 2022 à 14h25 / Répondre

    4- le Rugby est effectivement un jeu d’origine anglaise … mais je n’irais pas jusqu’à dire que les matches de rugby ont une origine maçonnique.

    • 8
      Fredoboleth
      12 décembre 2022 à 15h47 / Répondre
      • 12
        JMB
        12 décembre 2022 à 21h33 / Répondre

        8- Tu as raison Frédo, ça fait un bout de temps que je n’ai pas lu le journal « La Dépêche  » et je te remercie beaucoup de m’avoir fait parvenir cet article.
        En tout cas je suis entièrement d’accord avec Jean Abeilhou quand il dit : « Le rugby est sport collectif par excellence qui génère un lien fraternel.  »
        Le reste de l’article n’est selon moi que de la prose journalistique.
        PS: je connais pas personnellement Pierre Hournarette mais je ne pense pas qu’on puisse le cataloguer de radical de gauche.

    • 9
      GépluAdministrateur
      12 décembre 2022 à 16h18 / Répondre
      • 11
        JMB
        12 décembre 2022 à 21h20 / Répondre

        9- Géplu
        Un grand merci pour cet article. Une mine d’Infos très intéressantes dont j’ignorais une grande partie.
        A ma décharge il est vrai que quand je parle de rugby, je pense au 15 et non au 13.
        J’ai pu voir également que Lazare-Lag et Désap, avant qu’il ne se métamorphose en Anubis, sévissaient déjà sur Hiram.
        Bonne soirée.

  • 5
    flint
    12 décembre 2022 à 11h47 / Répondre

    Heureusement…….

  • 1
    Fredoboleth
    12 décembre 2022 à 9h30 / Répondre

    Pour les nostalgiques du personnage du « sauvage », rendez-vous mercredi 14 décembre pour les festivités Maroc’N Roll post match de foot avec des manifestations d’amour planétaire.

    Incendies de chars dès 22 heures encadrés par les forces de l’ordre

    • 2
      GépluAdministrateur
      12 décembre 2022 à 9h45 / Répondre

      Les débordements que tu dénonces n’ont, hélas, pas lieu qu’après les matchs du Maroc…
      Attention aux associations qui pourraient laisser croire à des sous-entendus.

      • 3
        JMB
        12 décembre 2022 à 9h58 / Répondre

        Tout à fait exact … si ce n’est que ces débordements en liaison avec un sport n’ont lieu que lors de match de foot !

        • 4
          Fredoboleth
          12 décembre 2022 à 11h20 / Répondre

          Peut-être parce que les matchs de Rugby ont une origine maçonnique ?

          En effet, ce n’est pas le royaume chérifien qui est visé mais certains « supporters » de foot

          Pour compenser, soulignons les remarquables résultats des étudiants marocains qui remplissent les rangs des écoles d’ingénieurs françaises.

      • 6
        Fabrice B
        12 décembre 2022 à 11h59 / Répondre

        Le sous-entendu raciste est limpide.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous