Comme chaque été le Blog Maçonnique Hiram.be prend des vacances

Rendez-vous le lundi 16 août pour la reprise

Et si d'ici là il se passait quelque chose d'important on réveillerait tout de même le blog avec un petit article,
et vous en seriez informé par une newsletter (y êtes-vous bien abonné ?)

Profitez de ces vacances pour visiter les archives du site : 14 160 articles y sont stockés !

Le siège de la Grande Loge d’Ecosse, 96 George Street à Edinburgh

L’allocution du GMM de la GL d’Ecosse à l’occasion de la Fête de Saint André

Publié par Géplu
Dans Divers

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
samedi 19 décembre 2020
  • 8
    Peter Bu
    20 décembre 2020 à 13:07 / Répondre

    Le COVID19 est du pain béni pour ceux qui veulent surveiller les francs-maçons car nous échangeons beaucoup par Internet.

    Ces apprentis dictateurs n’ont pas besoin des Lois : nous leur fournissons volontiers les informations qu’ils cherchent https://blogs.mediapart.fr/peter-bu/blog/161118/fesses-bouc-gafam-flicage-generalise-danger

    Mais savent-ils où ils nous mènent – et où ils finiront eux-mêmes ?

    Voyez et faites leur voir, si vous le pouvez, d’excellents films sur cette menace:
     »Red road » d’Andrea Arnols, thriller récompensé par le Prix du Jury du Festival de Cannes, sur la surveillance policière en Occident qui s’immisce jusque dans la vies privée des citoyens.

    C’est un pendant de :

     »La vie des autres » de F.H. Von Donnersmarck sur le même sujet, concernant feu l’Allemagne de l’Est, qui a connu un énorme succès, même si, sur le plan cinématographique, il est moins bon que  »Red road ». De surcroît, ce dernier montre le monde d’aujourd’hui et de demain et nous concerne tous directement.

    « L’oeuvre sans auteur » , troisième long métrage de F.H. Von Donnersmarck, montre très bien la perversité de l’idéologie nazi puis de celle de l’URSS « communiste » et la difficulté de s’en libérer.

    « La Révolution silencieuse » de Lars Kraume. Pour comprendre la force d’intimidation des régimes totalitaires (un autre brillant exemple de l’ex-Allemgne de l’Est).

    « Rien à cacher / Nothing to hide » Film sur la surveillance commerciale et policière à laquelle nous sommes tous exposés mérite d’être vu, surtout par ceux pensent n’avoir « rien à cacher ». Il faut apprendre à cacher ce « rien », sinon on contribue à bâtir une société qui pourrait vite devenir totalitaire. Le film commence à être intéressant à la 10e minute 45 secondes et devient très intéressant à partir de la 14,30e. Visible gratuitement sur Internet : https://vimeo.com/193515863

    • 9
      pierre noel
      20 décembre 2020 à 14:16 / Répondre

      Je n’ai certes pas la compétence de Bu, mais j’ai néanmoins assisté à des tenues « ordinaire » (pas des « Grands trucs »!) à Washington DC (la première fois en 1992) , à Renton (état de Washington), à San Francisco, à San Diego (donc les états parmi les 42 où les GL Mainstream et Prince Hall se reconnaissent), j’y ai toujours vu des FF « de couleur » (pour ne pas dire « Black »)

      • 14
        Peter Bu
        21 décembre 2020 à 10:53 / Répondre

        Merci pour cette réactualisation de mes connaissances. Et, surtout, pour la joie d’apprendre que la barrière raciale se réduit en maçonnerie américaine alors que pendant quatre ans Trump, à l’instar de plusieurs de ses prédécesseurs, a fait de sont mieux pour approfondir les divisions dans ce pays.

        Est-ce une digression? Sans doute – si on oublie le caractère universel de la franc-maçonnerie, inscrit dès l’origine dans ses Constitutions.

      • 16
        pierre noel
        21 décembre 2020 à 13:34 / Répondre

        J’oublie une tenue à Washington DC en 1996 (20 ans avant l’élection du 45° président des USA) de la loge Sojouner Kilwining (dépendant de la GL du district de Columbia, apparaissant sur la list of lodges publiée chaque année par la Stationery co (située dans l’Illinois) citée par Yonnel). C’est une loge fondée par des maçons originaires de Sierra Leone (pas vraiment de « caucasiens » !), recrutant indifféremment des Noirs et des Blancs.
        Ce soir-là, c’était un premier degré. Les visiteurs étaient nombreux, de toutes les couleurs de peau. Le GM de la GL de DC était présent, sur les colonne comme il est d’usage dans ce pays en-dehors des visites « officielles » de l’obédience.

        • 17
          pierre noel
          21 décembre 2020 à 18:51 / Répondre

          Pourquoi parler de cette loge Sojourner Kilwining dans cette discussion sur la GJ d’Ecosse ? Parce que cette loge, autrefois du Sierra Leone, dépendait alors de la GL d’Ecosse. Reconstituée à Washington DC, elle avait reçu l’autorisation (de sa nouvelle obédience) de travailler à certaine occasions selon son rite d’origine, un des nombreus rituels écossais (pour de vrai !) ,

    • 10
      Artie Schaw
      20 décembre 2020 à 17:22 / Répondre

      J’avoue avoir du mal à suivre toutes ces digressions largement hors de propos alors que le sujet initial et central concerne l’Ecosse ( pas la GLUA, pas les USA, pas Prince Hall, pas la France, etc). .
      Ou alors sommes-nous condamnés à des échanges de garçons coiffeurs sur tout et n’importe quoi au gré du vent ?

      • 13
        pierre noel
        20 décembre 2020 à 18:20 / Répondre

        Qui a parlé des 8 Grandes Loges (états-uniennes) qui ne reconnaissent pas « encore les GL Prince Hall » et des 42 autres qui ne les reçoivent que rarement en visiteurs ? La réponse est dans #7 (accessoirement, j’ai le plus grand respect pour les professionnels et professionnelles de la coiffure)

  • 7
    Peter Bu
    20 décembre 2020 à 12:33 / Répondre

    Les effectifs totaux des francs-maçons sont difficiles à estimer. Certaines obédiences européennes, africaines, asiatiques et sud-américaines évoluent favorablement mais publient rarement leurs statistiques.

    Il y a 50 ans on pensait que dans le monde il y avait 6 à 7 millions de francs-maçons.

    Les francs-maçons « réguliers » des États-Unis ont atteint le nombre maximal de 4103161 en 1959. En 2016 ils ne comptaient plus que 1117781 personnes (http ://www.msana.com/msastats. Asp). Cette statistique officielle n’inclue pas la franc-maçonnerie afro-américaine Prince Hall qui, en novembre 2017, n’est toujours pas « reconnue » par les Grandes Loges de 8 États américains. Dans les autres, les frères Noirs, même s’ils sont « reconnus », sont rarement reçus pendant les travaux rituels des Blancs, et vice versa. Pourtant Prince Hall a été créé au XVIIIe siècle par la Grande Loge Unie d’Angleterre (UGLE). Suivant le livre American Freemasonry d’Alain de Keghel, en 2014 Prince Hall aurait compté 500000 membres. Une autre source indique 205000 adhérents.

    En 2016, la Grande Loge du Canada de la Province d’Ontario évalue les obédiences  » régulières  » et  » irrégulières  » ensemble à 3,2 millions. Alain Bauer, ancien Grand Maître du Grand Orient de France (GODF), donnait sensiblement le même chiffre en 2004 : https://www.cairn.info/revue-internationale-et-strategique-2004-2-page-21.htm

    Compte tenu de l’hémorragie de la maçonnerie  » régulière  » aux États-Unis et en Angleterre, je crains qu’actuellement le nombre total de francs-maçons se situe encore un peu plus bas, entre 2,3 et 2,8 millions. Pendant ce temps l’humanité est passée de 3 à 7 milliards.

    Extraits de mon livre Les francs-maçons arrêtés au milieu du gué où je tente d’analyser cette dégringolade et suggérer quelques mesures qui pourraient l’arrêter. A bon entendeur… !

    • 11
      yonnel ghernaouti, YG
      20 décembre 2020 à 17:31 / Répondre

      Mon TC & BAF Peter,
      Si par statistique, tu entends une étude méthodique des faits économiques et sociaux par des classements, des inventaires chiffrés, des recensements, etc., il est vrai que les Grandes Loges régulières en publient rarement.
      Toutefois, elles sont présentes, tous les ans, dans le célèbre « LIST OF LODGES MASONIC » publié par Pantagragh Printing & Stationery Co.
      Et, à ce titre, donnent – presque toutes – le nombre de Frères ainsi que celui de leurs Respectables Loges.

    • 12
      yonnel ghernaouti, YG
      20 décembre 2020 à 17:37 / Répondre

      Mon TC & BAF Peter,
      Lors de l’exposition sur la franc-maçonnerie – réalisée en partenariat avec le Musée de la franc-maçonnerie – du 12 avril 2016 au 24 juillet 2016, la Bibliothèque nationale de France, affichait, dès l’entrée, le nombre de 2,3 millions de Maçons dans le monde.

      • 15
        Peter Bu
        21 décembre 2020 à 11:04 / Répondre

        Cher Yonnel, malgré la bonne opinion que Pierre Noël semble avoir de moi (opinion tellement flatteuse que cela pourrait aussi être de l’ironie), je sais peu de choses sur ce qui se passe dernière les coulisses de notre mouvement.

        J’ai juste essayé de rassembler les informations accessibles sur le nombre de francs-maçons de par le monde. Tu confirmes mon estimation la plus basse. Cela ne me réjouit pas. Il est grand temps de nous « réveiller ».

  • 6
    Artie Schaw
    20 décembre 2020 à 11:15 / Répondre

    Soyons plus précis.
    Parle-t-on ici des effectifs en Ecosse stricto sensu ou de l’ensemble des loges (et donc des frères) travaillant sous Constitution écossaise?
    Voyons les chiffres officiels et les estimations. S’agissant de l’Ecosse elle-même, on dénombre environ 900 loges actives dont les effectifs varient de 30 membres à plus de 250 pour les plus anciennes (c’est le cas de ma propre loge). Si on table sur un effectif moyen par loge (je le minimise à dessein) de 50 membres payant cotisation annuelle + les nombreux membres à vie, on arrive au chiffre minimal de 45000 membres.
    Si on y ajoute les 26 Grandes Loges de District avec 369 loges + les quelque 25 loges sous supervision directe de la GLE, on est très certainement proche de 100000.

  • 5
    MICHEL HERMAND
    20 décembre 2020 à 09:57 / Répondre

    J’apprécie beaucoup le ton juste de ce discours. Pour ce qui est des effectifs, l’Ecosse compte environ 5.5 millions d’habitants (wikipedia). Un effectif de 150.000 signifierait qu’un Ecossais sur 37 serait Maçon, ce qui fait quand même beaucoup. Notons que même le chiffre de 20.000 donne un fort « taux de pénétration ». Et, accessoirement, la GLoS n’étant pas mixte, mieux vaudrait faire le calcul en se basant sur la moitié de la population.

  • 3
    Jacques Huyghebaert
    19 décembre 2020 à 19:21 / Répondre

    Très très loin du chiffre de 150,000 membres d cité plus haut, selon la Grande Loge d’Écosse elle même, celle-ci comptait a fin mars 2020 (avant la crise covid-19) quelque 20.000 membres actifs (payant des capitations). Dans le même contexte et contrairement a ce qu’on entend ou lit parfois, il n’y a jamais eu 6 millions de Francs-Maçons dans le monde, un total de 2 millions est plus proche de la vérité !

  • 2
    pierre noel
    19 décembre 2020 à 15:46 / Répondre

    Le 30 novembre, fête de la St-André, est aussi la fête annuelle de la Grande Loge d’Ecosse. C’est le jour de l’installation du Grand Maître-Maçon de ses Grand-Office-Bearers. Pour des raisons pratiques, elle se tient le dernier mardi de novembre. C ‘est une Grande Fête qui mérite d’être vue, au moins une fois dans une vie de maçon ! Elle débute à 12 ou 13 h par une tenue dans le grand temple de George’s street et se poursuit par un banquet se terminant vers 21 H. Comme du temps de (l’Ecossais) James Anderson, l‘assistance demande l’acquisition préalable d’un « ticket ».
    La « découverte » de Prescott et Sommers fut discutée longuement sur hiram.be en 2017. Elle se résume en peu de choses qu’on comprend comme on le veut.
    En 1717, quatre loges se réunirent pour dîner ensemble (avec un GM désigné pour l’occasion ainsi que deux Surveillants) le jour de la St-Jean d’été et décidèrent de se revoir chaque année (ce qui fut fait). Le succès aidant, le dîner annuel devint une occasion quasi mondaine présidée, à partie de 1721, par un GM de noble naissance. En 1723 fut désigné un secrétaire, devenu nécessaire en raison du succès de l’opération (que nul n‘avait vraiment prédit en 1717). En 1725 fut créé le «fonds de charité » (auquel les loges devaient obligatoirement participer sous peine d’exclusion). Quelques années plus tard un trésorier devint nécessaire pour gérer tout cela. Le reste suivit (les grands officiers, le Grand Tyler et les « administratifs de plus en plus nombreux).
    Dans de telles conditions, discuter 1717, 1721, 1723, 1725 … comme date de « création de la GL de Londres & Westminster devient querelle purement sémantique.

    • 4
      pierre noel
      19 décembre 2020 à 20:20 / Répondre

      Tout aussi accessoirement, le « ticket » coutait environ 80 £ en 2018.

  • 1
    yonnel ghernaouti, YG
    19 décembre 2020 à 03:33 / Répondre

    Rappelons simplement que Grand Lodge of Scotland, une des trois Loges mères avec l’Irlande fondée en 1725 et l’Angleterre le jeudi 24 juin 1717*, fut fondée le vendredi 30 novembre 1736…

    *1721, si nous prenons en compte les récents travaux de Andrew Prescott et Susan Mitchell Sommers.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous