Le Cimetière de Prague. Sur fond d’antisémitisme et d’antimaçonnisme

Publié par Jiri Pragman
Dans Edition

Ce contenu est réservé aux abonnés.Pour accéder à cet article, vous pouvez choisir de :

*Vous pouvez déverrouiller jusqu’à 3 articles par mois gratuitement.
jeudi 14 avril 2011
  • 4
    Gustave Horscht
    28 octobre 2011 à 22:04 / Répondre

    J’ai lu le Cimetière de Prague ,c’est vraiment un excellent livre ,du Eco à l’état pûr,ce n’est pas un livre avec des propos antisémites , seules les têtes molles peuvent en déduire ainsi.L’histoire se situe au 19 ième siècle et 99 % des faits sont authentiques,oui ,même ce qui est écrit sur les juifs de l’époque.

  • 3
    EDDH
    30 avril 2011 à 19:58 / Répondre

    Ce n’est pas du Dan Brown pour bac+3 car ce n’est pas un Thriller. Il n’y a pas d’intrigue qui se dénouerai au fil des pages. Il y a l’évolution psychologique d’un personnage hanté par son obsession antisémite (anti-tout si on regarde bien) et par sa propre folie. Ce personnage traverse son époque et y participe activement dans l’ombre avec la plus grande duplicité.
    Je n’hésite pas à l’écrire : ce livre est très bon. Il décortique à la fois une époque et le cerveau d’un malade antisémite.
    Essayer de se mettre dans la tête d’un bourreau cela permet d’en comprendre les mécanismes.
    J’espère que Taguieff ne pense pas ce qu’il écrit et qu’il a juste peur des conséquence que peut avoir la lecture de ce livre par des imbéciles. Mais monsieur Eco n’a jamais écrit pour les imbéciles. C’est un auteur qui se mérite.

  • 2
    Stolkin
    15 avril 2011 à 14:50 / Répondre

    Et même si ce n’avait été qu’en guise d’introduction , une référence à Arthur de Gobineau , – père fondateur racialiste (Essai sur l’inégalité des races humaines) – n’aurait pas été superflu.

  • 1
    Hayt
    15 avril 2011 à 14:00 / Répondre

    Umberto Eco aurait du se contenter de pomper toutes ses infos sur Wikipédia: il aurait été encensé par la critique et peut-être même reçu le Goncourt! Et, dans le même mouvement, il aurait du réduire la taille de l’ouvrage aussi: 25 pages = prix nobel.

La rédaction de commentaires est réservée aux abonnés. Si vous souhaitez rédiger des commentaires, vous devez :

Déjà inscrit(e) ? Connectez-vous